colloque: Histoire et actualité de la Haine

11, 12 et 13 octobre 2007, Université de Poitiers

Frédéric Chauvaud, Professeur d’histoire contemporaine (GERHICO)[1] responsable de l’axe « Conflictuosité », et Ludovic Gaussot, Maître de conférences en sociologie (SACO), sont les initiateurs de ce colloque international et interdisciplinaire, auxquels se sont associés Jean-Claude Bourdin, Professeur de philosophie (CHRIA), et Pascal Keller, Professeur de psychologie (ERPC).

S’interrogeant sur la nécessité de concevoir la haine comme objet d’histoire, ils ont choisi de varier les intervenants et les thèmes des communications, afin d’ouvrir la haine aux regards de sociologues, d’historiens, de psychiatres, d’historien de l’art… La haine n’avait encore jamais été étudiée pour elle-même mais au travers de ses manifestations (la jalousie, les rivalités, la vengeance). Les travaux menés sur un espace géographique particulier ou sur une forme de haine (collective, individuelle..) ne permettent pas d’envisager la haine sous toutes ses formes, ni au travers de son discours.

 

D’ailleurs, cet événement fait suite à un autre colloque portant sur « Les discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité. Regards croisés »[2], qui s’est déroulé à Reims les 26, 27 et 28 septembre 2007.

 

 

L’ouverture du colloque le jeudi 11 octobre en début d’après-midi débute par une introduction limpide de F. Chauvaud et une tentative de définition de la haine. Selon le Dictionnaire des sciences et des arts rédigé au début du XIXe siècle, la haine n’est « ni un sentiment, ni une émotion, mais une passion, […] le plus haut degré de l’aversion ».

Le phénomène haineux se distingue de la colère : « La colère est une haine ouverte et passagère ; la haine une colère retenue et suivie » écrit Charles Duclos[3] en 1751. La haine peut également avoir comme fin la vengeance. Elle trouble la paix et a besoin de se nourrir. La figure de l’ennemi, intérieur et/ou extérieur, cristallise la haine. Celle-ci peut enfin recouvrer divers visages : haine familiale, interpersonnelle, universelle (par exemple, selon Alexis de Tocqueville, la haine de Paris contre la province).

F. Chauvaud rappelle que l’amour porte en germe la haine, qui s’inscrit dans la mémoire, ne disparaît jamais tout à fait.

 

L’historiographie récente sur la haine se centre sur une « culture de la haine », à l’instar de Peter Gay[4] qui évoque, à travers quelques figures de la bourgeoisie européenne, l’homme agressif du XIXe siècle porté par une sorte d’ivresse morbide.

Ernest Lavisse dans Mes souvenirs décrit le village de son enfance, et dépeint les rivalités de voisinage pouvant engendrer de véritables haines.

J. Maxwell a analysé au début du XXe siècle le crime contre la société sur un plan juridique[5].

 

Ce colloque a réuni des scientifiques (historiens, historiens de l’art, sociologues, psychologues…) de nombreuses universités françaises et étrangères.

La première séance, animée par Jérôme Grévy, se propose comme une entrée en matière sur les figures de la haine, traversant l’histoire de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Comment historiciser la haine ? Comment cesse-t-elle d’être un invariant pour s’incarner dans le temps et l’espace ?

–          Lydie Bodiou, Maître de conférences d’histoire ancienne à l’Université de Poitiers,

commence par étudier « La haine contre-nature au sein de la famille dans la tragédie grecque (Eschyle, Sophocle, Euripide) ». Son propos s’articule autour de trois exemples : la haine des parents, la haine fratricide et la haine passionnelle.

 

–          Myriam Soria-Audebert, Maître de conférences d’histoire médiévale à l’Université

de Poitiers, s’intéresse à « L’épiscopat et l’instrumentalisation de la haine au milieu du Moyen-Age (XI-XIIIe siècle) », c’est-à-dire aux violences perpétrées contre les évêques et à ce qu’elles révèlent des sociétés médiévales. Les évêques avaient tout à fait conscience des sentiments de haine qu’ils provoquaient, que ce soit auprès des princes, des puissants ou même de la population. Ils savaient manipuler les sentiments et exerçaient leur pouvoir disciplinaire et judiciaire (excommunication). Parfois, la colère des puissants est simulée afin de provoquer a contrario un rapprochement avec l’évêque. L’exemple du catharisme permet d’entrevoir une autre face de l’utilisation de la haine par l’Eglise. Cependant, certains évêques refusent d’obéir aux légats pontificaux, ce qui provoque in fine des affrontements entre papes au gouvernement de l’Eglise.

 

–          Hervé Drévillon, Professeur d’histoire moderne à l’Université de Poitiers, aborde

« La bataille comme antidote de la haine ». En effet, l’élaboration de règles dans un affrontement éviterait les haines personnelles ou collectives[6]. A partir de l’œuvre littéraire de François de La Noue[7], la bataille apparaît comme un conflit juste et honorable.

 

–          L’intervention de Gilles Malandain, Maître de conférences d’histoire contemporaine à

l’Université de Poitiers, sur « La haine des Bourbons sous la Restauration » inaugure l’étude de la haine à l’époque contemporaine. Il s’interroge sur les mécanismes haineux, à savoir s’il s’agit d’un sentiment indépassable ou d’un ressentiment conjoncturel. Face aux manifestations violentes à l’égard des Bourbons, une loi est votée, incriminant la haine envers le gouvernement royal. La politisation de la haine populaire revêt également une valeur civique.

 

–          Charles-Alexandre Krauskopf, Doctorant en histoire contemporaine, en analysant

l’exemple provincial (poitevin) de la haine de la Commune à travers la presse, nous permet d’envisager les différentes figures haineuses du communard : alcoolique, impie, aux mœurs dépravées, « ambitieux capable du pire », « fumiste », etc. L’élaboration d’un cadre référentiel négatif par la diabolisation de la Commune constitue un modèle-repoussoir nécessaire dans la construction de l’altérité et la constitution d’une mémoire commune.

 

Vendredi 12 octobre

–          Sophie Victorien, ATER et Doctorante à l’Université de Rouen, nous a proposé une

communication sur « Les établissements privés habilités par l’Education surveillée », en s’interrogeant sur le taux de concentration de haine en ces lieux. Violence et conflits sont omniprésents dans ces établissements et s’expliquent en partie à cause du douloureux passé affectif des pensionnaires, à leurs conditions de vie, etc. Cela provoque la réciprocité d’attitudes négatives et un sentiment palpable de rejet.

–          La communication de la philosophe Isabelle Krier (déplacée à cause de désistements)

se présentait comme une analyse comparative entre Jean Bodin et Michel de Montaigne, en tant que juristes face à la sorcellerie. L’œuvre de J. Bodin, De la démonomanie des sorciers, écrite en 1580, est un argumentaire justifiant l’anathème des personnes (des femmes surtout) pratiquant la sorcellerie. La figure de la femme est en effet au centre de cette étude, car elle incarne la caverne, le « gouffre sans fin », bref le mystère sexuel également lié à celui de l’enfantement. Montaigne, dans ses Essais, accorde un chapitre sur les « boîteuses » dans lequel il tente d’enquêter sur leurs mécanismes de pensée.

 

–          Delphine Dussert, Doctorante en histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux,  s’intéresse aux Espaces de la haine religieuse et aux enjeux mémoriels qui y sont liés.

Elle s’est tout d’abord attachée à définir un espace de la haine religieuse, en tâchant d’établir une distinction avec un espace religieux de la haine et en s’interrogeant sur la pertinence d’établir une typologie de ces espaces. Le glissement entre espace de haine et lieu de mémoire, ainsi que les critères retenus pour ériger un espace d’affrontement et de violence en un lieu de mémoire symbolique a fait l’objet d’une première partie. Mais le risque du surinvestissement symbolique des lieux de mémoire est d’attiser les tensions et de créer de nouveaux lieux de discorde. En prenant l’exemple d’Auschwitz, plusieurs questions essentielles sont abordées : concurrence des mémoires, revendications identitaires, rivalités politiques s’entremêlent autour d’un lieu érigé en espace sacré, au sein duquel cohabitent rites religieux et pratiques profanes. Enfin, l’espace de haine peut devenir source de pacification, dans le sens où il permet le dialogue interreligieux et l’union citoyenne. Le rejet unanime des sacrilèges, comme dans le cas des profanations de cimetières, revêt une symbolique forte et encourage ainsi le dépassement de la haine perpétrée contre une communauté religieuse.

 

–          Benoît Dupin, Enseignant et Doctorant à Sciences Po Bordeaux, a brossé un tableau

historique de la haine en Afrique du Sud, entre survivance, gestion et disqualification. Depuis le régime d’Apartheid, les africains du Sud entretiennent une relation quasi-permanente à la haine : les Anglais ont été le repoussoir de l’identité afrikaner en tant que vainqueurs de la Guerre des Boers (1880-1881 et 1899-1902), puis l’Eglise Réformée hollandaise a développé une théologie revendiquant la supériorité de la race blanche et à partir des années 1960-1970 (massacre de Sharpeville en 1960 par la répression policière de militants noirs, émeutes de Soweto en 1976…) la violence politique redouble. La haine raciale fait ensuite l’objet d’une disqualification systématique avec Nelson Mandela, faisant preuve d’une empathie profonde envers les « prisonniers de la haine ». Une commission « Vérité et Réconciliation » est mise en place, ce qui encourage le travail de justice et de mémoire face à un passé désormais honni. Le « politiquement correct » a permis de faire disparaître les réflexes haineux, mais n’a pas réussi à éradiquer la haine raciale. Le « Freedom front », parti radical de droite, continue de défendre la communauté blanche, en particulier les fermiers, face à ce qu’ils considèrent comme un système anarchique.

 

–          L’anthropologue Alice Verstraeten, Doctorante à l’Université Lyon 2, a clôturé la

matinée en évoquant « la justice argentine condamnant le génocide et aux familles de disparus confrontées aux réitérations de la haine des militaires ». Entre 1976 et 1983, plus de 30 000 personnes, de toutes catégories socio-professionnelles, ont été déportées par le gouvernement argentin car jugées comme des personnalités « subversives » et dangereuses pour le régime. La logique de l’ennemi intérieur justifiait cette épuration, dans laquelle se sont engagés de jeunes gens persuadés de défendre l’Etat. Les prisonniers étaient alors jetés dans des cellules sans numéro, perdant leur identité et par conséquent leur humanité, puis torturés à mort. L’exécution par balles suivi de l’enterrement des corps dans des fosses communes, ou les « vols de la mort » (les prisonniers étaient jetés dans la mer depuis un avion) étaient des pratiques courantes. Les familles de disparus, vivant dans l’angoisse et subissant à leur tour une véritable torture psychologique, ont pour certaines décidé d’agir. En effet, même si le président argentin a récemment reconnu le génocide et mis en place une échelle de gravité des crimes, les anciens bourreaux purgent souvent leur peine à domicile ! Les mères des disparus ont donc choisi la résistance pacifique, en tournant chaque jeudi autour du siège du gouvernement, arborant les photographies de leur mari, fils, père… Des « escratche », dénonciations publiques organisées ou spontanées, visent les génocidaires. Elles naissent dans la rue pour se terminer devant le domicile des militaires, jetant à leur fenêtre des « bombitas » remplies de peinture rouge, symbolisant le sang des victimes, la foule scandant : «  Ni oubli, ni pardon ! ». Ces manifestations jouent un rôle cathartique pour les familles, qui souhaitent pour les bourreaux impunis que « la vie quotidienne devienne leur prison ».

 

 

–          Marc Deleplace, Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université de

Reims, « A propos du serment civique de l’an V, la haine peut-elle être un sentiment républicain ? ». Il s’interroge à plusieurs niveaux, à commencer par le fait que la haine ait pu constituer un fondement de l’ordre républicain, et si elle a joué un rôle de lien social. Plusieurs serments de haine ont été élaborés à l’encontre de la royauté, comme celui de l’An IV. Celui-ci se structure progressivement autour du triptyque Tyrannie/Anarchie/Royauté. Afin d’attirer l’adhésion publique, ce serment de haine est présenté comme positif et garantissant l’ordre social. Or, lors de la poussée néo-jacobine en l’An VII, il est subitement remis en question et disparaîtra pour céder la place à un serment de fidélité à la République.

 

–          Jean-François Tanguy, Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université

de Rennes, a dressé un portrait haut en couleur du polémiste politique Jules Ménard, « infatigable et haineux ». Après avoir dépeint le caractère violent et agressif du personnage, ainsi que sa vie personnelle mouvementée (marié à une jeune femme dont il aura une fille ; ils divorcent rapidement) et professionnelle (il hérite du commerce familial prospère puis devient lui-même un négociant aisé), J.-F. Tanguy insiste plus particulièrement sur la seconde partie de sa vie durant laquelle il cesse toute activité professionnelle pour se consacrer à la polémique. A partir de 1892, il s’engage ainsi dans l’expression pamphlétaire de manière très intensive. Auteur prolifique, il s’insurge contre les institutions, les hommes politiques « corrompus », les juifs, les franc-maçons, etc. Il se qualifie lui-même de « républicain socialiste antisémite » et publie ses écrits à compte d’auteur. Ménard écrit aussi bien pour La Libre parole d’Edouard Drumont, que pour le journal guesdiste L’Ouest socialiste, mais son style reste médiocre et se répète constamment. Antisémite obsessionnel, il n’aura de cesse de dénoncer les dysfonctionnements de la société française, mû par une agressivité et une haine rares.

 

–          Yaël Dagan, Docteur de l’EHESS, a évoqué « La Nouvelle Revue française face à son

ennemi allemand (1914-1925) ». Cette revue littéraire fondée par André Gide en 1908-1909 voit son tirage s’interrompre pendant la Grande Guerre. En 1918, elle est reprise par Jacques Rivière, qui la dirigera jusqu’à sa mort en 1925. Celui-ci, mobilisé et fait prisonnier pendant la guerre, écrit, en 1919, L’Allemand. Souvenirs et réflexions d’un prisonnier de guerre. Il fait part de son sentiment haineux envers ce peuple, et dénonce leur culture de déshumanisation. Puis, J. Rivière opère dans son cheminement personnel un virage à 180°. Il passe en effet de la haine des Allemands à la culpabilité d’avoir pu écrire ce livre. Il devient alors pacifiste convaincu, après s’être construit dans la haine de l’ennemi.

 

–          Solange Vernois, Maître de conférences d’histoire de l’art, a exploré l’aspect

iconographique de la haine à travers la caricature sociale du tournant du siècle (1880-1914).

 

Samedi 13 octobre : Nouvelles figures

 

–          Geoffrey Fleuriaud, Membre du GERHICO, « La haine du voleur dans les années Trente »,

–          Jean-Claude Vimont, Maître de conférences à l’Université de Rouen, « La haine des récidivistes après 1945 »,

–          Eric Kocher-Marboeuf, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Poitiers, « La haine du flic, du cogne, du keuf… Jalons d’une histoire de la haine envers les forces de l’ordre »,

–          Daniel Marcelli, Professeur de psychiatrie exerçant au CHU de Poitiers, « La haine chez l’adolescent » : Intéressant !

–          Julien Bernard, Doctorant en sociologie à l’Université de Poitiers, « Les croque-morts » : intrus et bourreaux. Eléments pour une sociologie de la haine »,

–          Blaise-Jacques Nkene, Université de Yaoundé, « Ibos (peuple du sud-est du Nigéria) de la diaspora. Indélébiles stigmates de la guerre du Biafra »

 

Absents : Fernand Numbi Kanyepa, « Genèse et évolution de la haine ethnique au Katanga (1991-1993) ».

 


[1] GERHICO signifie Groupe d’études et de recherches du Centre Ouest atlantique.

[2] « Les discours de la haine », Colloque, Calenda, publié le 27 juin 2007.

[3] Duclos Charles, Considérations sur les mœurs de ce siècle, Paris, H. Champion, 2000, chap. XIV, p. 218.

[4] Gay Peter, Lenôtre Jean-Pierre, La culture de la haine, Paris, Plon, 1998.

[5] J. Maxwell, Le crime et la société, Paris, Flammarion, 1909.

[6] Ce parti-pris n’est pas sans rappeler l’article d’Hervé Guineret, « La science de la guerre comme antidote au massacre », Le massacre, objet d’histoire, Paris, Gallimard, 2005, p. 223-

[7] François de La Noue (1531-1591), surnommé « Bras de fer », fût un chef militaire huguenot connu pour avoir rédigé ses Mémoires dans lesquelles il décrit les guerres de religion.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *