séminaire: Les socialistes et la trahison, Sylvain Boulouque

10 décembre 2007, séminaire de l’OURS

Sylvain Boulouque intervenait dans le cadre du séminaire que l’OURS organise depuis plusieurs années  autour de l’histoire et de l’actualité du mouvement socialiste[1].

L’intervenant est  Ater à l’Université de Reims où il prépare une thèse sur la CGTU de 1921 à 1936. Mais il est également connu pour ses travaux sur les anarchistes[2] et il a organisé en 2005, en compagnie de Pascal Girard, un colloque sur la trahison dont les actes viennent d’être publiés[3]. Sylvain Boulouque utilise ici les communications proposées dans ce colloque pour aborder la question des socialistes et la trahison, laquelle est devenue un sujet d’actualité en raison des ralliements de membres du Parti Socialiste (et, en particulier, celui d’Eric Besson) à la nouvelle majorité présidentielle issue du 6 mai dernier,

 

Sylvain Boulouque commence par essayer de définir ce qu’est un traître. Il distingue le niveau de l’individu ou de la famille, et celui de la  collectivité que le traître abandonne. D’une façon générale, la traîtrise se définit par l’abandon et la rupture avec des liens de fidélité. Mais il faut souligner le caractère relatif de la traîtrise comme le notait  Clémenceau qui rappelait  que le traître n’est qu’un converti pour ceux qui l’accueillent.

 

Concernant les socialistes, Sylvain Boulouque propose un découpage chronologique :

 

  • avant 1914, la  trahison appartient plutôt à la rhétorique d’une partie de la droite qui met en cause ceux qui trahissent la nation : les francs maçons, les métèques, les juifs…A gauche, on va parler d’opportunisme pour désigner les glissements vers le centre-droit ou la droite. L’extrême gauche peut accuser certains de traîtrise mais à titre individuel. Au sein du mouvement socialiste, le sentiment de concurrence révolutionnaire prévaut à celui de trahison. Cependant,  l’expression est utilisée lors de l’affaire Millerand, à l’encontre de ceux qui ont soutenu ou approuvé son entrée au gouvernement.
  • La révolution bolchevique constitue un tournant. A partir de 1920, la trahison désigne le comportement de ceux qui ont refusé de rejoindre la IIIème Internationale. L’accusation est individuelle ( Léon Blum devient l’incarnation du traître ) ou collective ( avec l’apparition de l’expression « sociaux traîtres » ). Avec le Front Populaire, ce type de discours reste limité aux débats internes.
  • Avec la 2nde Guerre mondiale, la trahison change de sens au sein du mouvement socialiste. Ce n’est plus l’engagement qui définit la traîtrise mais l’attitude durant la guerre et en particulier le vote du 10 juillet 1940 qui est au coeur des règlements de compte de la Libération et des éliminations politiques.
  • Après la guerre, la trahison n’est plus seulement une accusation lancée par les communistes pour stigmatiser les socialistes mais est utilisée dans les débats internes de la SFIO, le paroxysme étant atteint avec la guerre d’Algérie. C’est, en effet,  le moment où les socialistes sont associés de plus en plus souvent aux responsabilités : l’exercice du  pouvoir amène des  compromis, parfois perçus ou qualifiés de compromissions,avec des abandons donc, aux yeux de certains, des trahisons. C’est toute la problématique du rapport au pouvoir des socialistes[4] avec cette idée sous jacente que les socialistes au pouvoir ne peuvent que trahir[5].
  • Aujourd’hui, l’extrême gauche a abandonné cette argumentation à l’égard du PS. L’expression de trahison revient avec des cas individuels comme celui d’Eric Besson dont il faudrait en fait analyser les ressorts du comportement avant de porter un jugement définitif

 

Cette communication donne lieu à une discussion qui insiste sur l’intérêt et la richesse de ce thème sur lequel beaucoup reste à dire.

 

Trois idées générales peuvent être retenues :

 

–      La rhétorique de la trahison appartient essentiellement aux partis qui portent une logique d’affrontement

–      la trahison apparaît comme une spécificité au mouvement socialiste et l’expression « sociaux traîtres » fait partie intégrante du vocabulaire d’une partie de la gauche

–      Les socialistes ont toujours un complexe de trahison. Ils supportent une accusation qui n’est pas liée au respect du programme mais aux intentions associées à ce programme.

 


[1] OURS : Office Universitaire de Recherche Socialiste. Ce séminaire animé par Frédéric Cépède, Michel Dreyfus, Gilles Morin et Nicolas Rousselier en est à sa septième année. Le thème de cette année est « l’actualité et les problématiques de la recherche sur le socialisme ». Le programme est consultable sur le site de l’OURS : www.lours.org

[2] Les anarchistes français face aux guerres coloniales: 1945-1962, les ateliers de créations libertaires, 2003

[3] Traîtres et trahisons : guerres, imaginaires sociaux et constructions politiques, Paris, Arlan, 2007

[4] Voir les synthèses d’Alain Bergounioux et de Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir : le Parti socialiste français 1905 -1992, Paris, Fayard, 1992, dont l’édition de 2005 s’intitule L’ambition et le remords, les socialistes français et le pouvoir, 1905-2005

[5] Sylvain Boulouque renvoie aux travaux des sociologues post bordivin ).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *