colloque: Le phénomène ligueur dans la France de la IIIe République: approches transversales

11-12 mars 2008, colloque Université de Metz

Ce colloque, organisé par Olivier Dard et Nathalie Sévilla, avait pour but de comprendre les conditions d’émergence et les moments d’apogée des ligues – en général liés aux périodes de crise, de repérer leurs évolutions de la fin du XIXe siècle aux années 1930 et de se questionner sur leur postérité en privilégiant une lecture transversale.

 

Quelques éléments de définition ont d’abord été rappelés. Les ligues sont des associations créées dans le but de parvenir à imposer un point de vue circonscrit autour d’un thème unique. Contrairement aux partis politiques, elles ne proposent donc pas de projet global de société justifiant la conquête du pouvoir et refusent de participer aux élections. Toutefois, les ligues de gauche font en général office, à côté des partis, d’organes de réflexion ou de diffusion de thèmes de propagande, tandis que les ligues de droite peuvent constituer de véritables forces politiques s’attaquant au pouvoir ou aux institutions. C’est pourquoi leur culture politique est fondée sur l’affrontement, la violence et l’action directe. Les ligues ont par ailleurs un caractère éphémère. Elles disparaissent lorsque l’objectif est atteint ou lorsqu’il n’est plus d’actualité.

 

Les communications étaient organisées autour de trois grandes thématiques.

 

–          Les modes d’organisation interne

Les exemples de la Ligue des femmes françaises entre 1901 et 1914 et de la Ligue des droits de l’homme, développés respectivement par Bruno Dumons[1], et Emmanuel Naquet[2], puis l’analyse du fonctionnement de la plus ancienne section locale d’Action française – celle de Poitiers fondée en 1903 par le marquis Marie de Roux[3] – ont mis en évidence des structures très hiérarchisées et peu démocratiques. Ils ont également révélé les difficultés financières inhérentes à ce type d’organisation.

 

–          Les champs d’intervention et les modes d’action

Les communications ont permis de différencier deux types de ligue. Les ligues-mouvements de rassemblement comprennent notamment la Ligue de l’enseignement, étudiée par Jean-Paul Martin[4] et Nathalie Sévilla[5]. Celle-ci veut incarner le parti républicain au début de la IIIe République. La Ligue pour l’organisation de la SDN, présentée par François Dubasque[6], appartient au deuxième groupe : celui des ligues-groupes de pression. À son apogée, au début des années 1920, elle ne compte guère plus de 3 500 adhérents. Elle agit en fait essentiellement par le biais de son comité directeur qui réunit des élites politiques et intellectuelles de gauche. Pour mener leur action, les ligues empruntent les canaux classiques de la propagande : tracts, meetings, agitation de rue. Olivier Dard[7] a ainsi rappelé que la Ligue d’Action française avait été créée à l’origine pour assurer la distribution du journal L’Action française. Toutefois, elle oriente rapidement une part de son activité vers la jeunesse et rencontre un véritable succès d’audience dans les facultés de droit au sein desquelles elle recrute de nombreux Camelots du Roi.

Les liens avec les partis politiques ont été abondamment évoqués. Anne-Laure Anizan[8] a montré comment la Ligue de la République, fondée en 1921, est d’abord apparue comme un satellite du Parti radical-socialiste, puis, en regroupant différentes sensibilités de gauche, préfigure finalement le Cartel des gauches. De son côté, Mathias Bernard[9] a mis en exergue les points de contacts entre ligues nationalistes et partis de la droite modérée : les premières servent de mouvements de jeunesse et constituent dès lors un vivier de cadres pour les seconds. Les passages de la Ligue de la Patrie française à l’Action libérale populaire au début du siècle, des Croix-de-Feu au RPF sous la IVe République[10], témoignent de cette fonction de socialisation politique. D’autres ligues, comme les Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger, assurent le service d’ordre lors des meetings électoraux de la Fédération républicaine dans l’entre-deux-guerres.

 

–          Institutionnalisation, pérennisation des ligues, et limites

Il s’agissait, dans ce dernier thème, de comprendre les difficultés rencontrées par les ligues à s’inscrire dans la durée. Emmanuel Debono[11] s’est ainsi attaché à décrire les rapports complexes qu’entretient la LICA avec les pouvoirs publics à la fin des années 1930. Jean Philippet[12], pour sa part, a étudié les oscillations des Jeunesses patriotes entre contestation et intégration au régime parlementaire en fonction de la majorité au pouvoir. Seul véritable exemple de réussite en la matière : après le décret de dissolution des ligues de 1936, la pérennisation et l’institutionnalisation des Croix-de-Feu passent par leur transformation en parti politique (le Parti social français)[13]. A l’inverse, l’Action française qui ne parvient pas à s’adapter à la situation nouvelle est en déclin durant la même période (Gilles Morin et Aude Chamouard).

 

 

Olivier Dard a souligné en conclusion l’intérêt d’une approche transversale du phénomène ligueur. Cette méthode a permis de dégager l’originalité de la forme ligueuse qui combine héritage et modernité organisationnelle. La porosité de la frontière entre ligue et parti a été soulignée à plusieurs reprises : sous la IIIe République, les ligues remplissent des fonctions ultérieurement assumées par les partis tels le service d’ordre ou la propagande. Elles sont par ailleurs des « lieux de connexion périphérique », espaces de débats et de rencontre, à la fois laboratoires d’idées et écoles de formation politique. Au final, un colloque très riche qui a donné lieu à des débats animés et à de véritables échanges. Une publication aux Presses universitaires de Metz est prévue à l’automne prochain.

 


[1] B. Dumons, Les dames de la Ligue des femmes françaises, 1901-1914, Paris, éd. du Cerf, 2006.

[2] E. Naquet, La Ligue des droits de l’homme : une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, sous dir. S. Berstein, IEP de Paris, 2005.

[3] Communication de Gwenaëlle Jamesse, doctorante à l’université de Poitiers, qui prépare une thèse sur le marquis de Roux, sous la direction de Christine Manigand.

[4] J.-P. Martin, La Ligue de l’enseignement et la République des origines à 1914, thèse de doctorat, sous dir. J.-M. Mayeur, IEP de Paris, 1992.

[5] N. Sévilla, La Ligue de l’enseignement-Confédération générale des œuvres laïques, 1919-1939, thèse de doctorat, sous dir. J.-F. Sirinelli, IEP de Paris, 2004.

[6] F. Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944). Argent et réseaux au service d’une nouvelle république, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

[7] O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, PUF, 2002.

[8] A.-L. Anizan, Paul Painlevé (1863-1933), un scientifique en politique, thèse de doctorat, sous dir. S. Berstein, IEP de Paris, 2006.

[9] M. Bernard, La guerre des droites : droite et extrême droite en France de l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, O. Jacob, 2007.

[10] Voir J.-P. Thomas, Droite et rassemblement du PSF au RPF, 1936-1953 : hommes, réseaux, cultures. Rupture et continuité d’une histoire politique, Thèse de doctorat, sous dir. S. Berstein, IEP de Paris, 2002.

[11] E. Debono, doctorant à l’IEP de Paris, est l’auteur d’un mémoire de DEA intitulé Militer contre l’antisémitisme en France dans les années 1930 : l’exemple de la Ligue internationale contre l’antisémitisme, 1927-1940, sous dir. S. Berstein, 2000.

[12] J. Philippet, Le temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes (1919-1944), thèse de doctorat, sous dir. R. Girardet, IEP de Paris, 2000.

[13] Voir A. Kéchichian, Les Croix-de-feu à l’âge des fascismes : travail, famille, patrie, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *