ouvrage:Yves Deloye, « Les voix de Dieu », Paris, Fayard, 2006

Par Nicolas Champ

Yves Deloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote. xixe-xxe siècle, Paris, Fayard, 2006, (L’espace du politique).

 

Politiste, Yves Deloye a déjà réalisé de remarquables travaux sur l’école de la Troisième République où il avait déjà montré son souci de faire des sciences politiques nullement nourries d’histoire. Ses recherches illustrent parfaitement la démarche d’une  « sociologie historique du politique » sur laquelle il avait réalisé un excellent Repères. Les voix de Dieu est un ouvrage extrêmement ambitieux : il s’agit, d’une certaine manière, de faire le pendant à la classique Histoire de l’anticléricalisme de René Rémond. L’auteur cherche à étudier le cléricalisme, c’est à dire le rôle du clergé non seulement dans les « ingérences électorales » mais de manière plus vaste dans la politisation des Français au cours des xixe-xxe siècles. En réalité, le cœur de l’ouvrage se réduit à l’étude de la période du « discordat », c’est à dire de l’arrivée au pouvoir des républicains à la Séparation des Eglises et de l’Etat. Dans cette perspective, il s’appuie sur un corpus varié et classique de sources : les série F19 et F7 aux Archives nationales sont abondamment utilisées et il n’hésite pas à recourir également aux archives départementales dans les séries M et V. En revanche, il est peut-être regrettable que ni les archives diocésaines ni les archives de congrégations religieuses comme celles des Assomptionnistes dont il utilise pourtant abondamment la presse n’aient pu être exploitées. Il n’en demeure pas moins que, chose encore trop rare chez les spécialistes de science politique, le socle documentaire est particulièrement riche. Le lecteur a cependant quelques difficultés se rendre compte de cette richesse du fait de la décision de l’éditeur de rejeter les – nombreuses – notes de références en fin de volume. Celles-ci couvrant une centaine de pages, non content d’y apporter des références aux sources précises, de précieuses mises au point bibliographiques, Yves Deloye y nuance et précise de nombreux éléments de son argumentation. Leur consultation est donc indispensable.

Les investigations d’Yves Deloye ont permis de mettre à jour une littérature « prétrophile » remarquable et jusqu’alors assez négligée. Outre une lecture attentive des lettres pastorales et mandements de carême, il a découvert un ensemble de traités politiques, de catéchismes électoraux produits par le clergé afin de manipuler le vote. Les analyses qu’il livre à ce sujet sont extrêmement neuves et riches.

Il analyse à nouveaux frais la question de la domination cléricale et ne la montre comme quelque chose qui s’impose ex-nihilo mais qui se construit progressivement et en permanence : au travers du cas du clergé, Y. Deloye offre une illustration de la thèse weberienne selon laquelle le pouvoir s’établit au cours d’une relation et ne va pas de soi, que le pouvoir n’est pas un donné mais un construit.  L’expression de « déférence cléricale » utilisée par l’auteur est à ce titre heureuse. Y. Deloye souligne, après d’autres auteurs, la politisation des pratiques religieuses tels qu’elles s’observent sous la Troisième République : processions, pèlerinages et prières publiques, notamment lors des élections législatives. A ce titre, le lecteur peut s’étonner de l’absence de références à quelques ouvrages publiés ces dernières années et qui avaient constitué des jalons assez solides sur la politisation de ces manifestations religieuses : ainsi du colloque organisé par Paul d’Hollander, L’Eglise dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au xixe siècle [1], le mémoire d’habilitation à diriger des recherches de ce dernier[2] ou de la récente synthèse de Jérôme Grévy[3].

Y. Deloye insiste beaucoup sur la lecture religieuse, sur l’appropriation religieuse de savoirs-faire politiques. Il analyse dans cette perspective toute la nébuleuse de mouvements catholiques de la fin du xixe siècle et essaie de peser de manière nuancée leur rôle dans la politisation des Français : l’auteur donne de bons aperçus sur le rôle du clergé dans la diffusion de l’usage des tracts et affiches électoraux.

Incontestablement, Y. Deloye offre un excellent tableau du projet d’emprise religieuse sur la société française perceptible dans le phénomène électoral. Toutefois, il est peut-être possible de trouver cette lecture religieuse, pour ainsi dire « théologique », des devoirs électoraux des catholiques un peu excessive. Effectivement, la presse catholique interprète pour partie les devoirs électoraux comme des devoirs auxquels les électeurs devraient rendre compte à Dieu. Toutefois, est-ce là l’essentiel des arguments utilisés par cette dite presse lors des élections ? Elle recourt également à des arguments bien plus matériels : critique de la corruption des républicains, de leur mauvaise gestion, de leur immoralité… L’analyse sacralisée des élections n’est pas la seule perceptible dans les journaux de la Bonne Presse ; ces journaux participent aussi d’une polémique électorale très classique et, dans le fond comme dans la forme, peu originale. Des études monographiques sur quelques périodiques permettraient certainement d’affiner les analyses d’Y. Deloye. La lecture de ces brochures et de la presse cléricale remplit-elle également la fonction prescriptive que lui prête l’auteur ? Y. Deloye s’appuie beaucoup sur les Semaines religieuses. C’est effectivement une source intéressante pour connaître le point de vue du clergé diocésain mais il nous semble sur ce point que le diagnostic de Michel Lagrée – « bulletins confidentiels voués à un public captif, celui des presbytères » (cité p. 326) – montre la réalité de diffusion de ces feuilles dont le tirage, hebdomadaire, est très nettement inférieur à celui des titres de la Bonne Presse et au premier chef de la Croix quotidienne.

Au final, le « Tableau de la France cléricale » ici dessiné paraît majorer quelque peu la puissance de la « déférence cléricale ». Comme exemple, la Bretagne, il est vrai particulièrement travaillée par les historiens, apparaît régulièrement sous la plume de l’auteur. Mais la Bretagne est-elle représentative de la France ? Le « catholicisme bleu » ou les « catholiques selon le suffrage universel » sont une des données peut-être trop négligées par l’auteur. Inversement, il aurait été intéressant d’en savoir un peu plus sur certaines terres, à l’instar de la Bourgogne analysée naguère par Pierre Lévêque qui dénotent un « conservatisme sans cléricalisme[4] ». Du fait de l’abondance de la documentation, les élections de 1885 constituent un moment particulièrement scruté par Y. Deloye pour cerner « l’espace du cléricalisme ». Toutefois, si nous considérons l’ensemble des suspensions de traitement du bas clergé consécutives à des ingérences électorales et même s’il est certain que tous les prêtres actifs dans une quelconque propagande électorale n’ont pas fait l’objet de cette mesure radicale du fait de l’insuffisance des preuves portées à leur charge, il convient de remarquer que le nombre de ces suspensions reste relativement faible. Il y a 326 suppressions de traitement du clergé, ce qui, eu égard au nombre de prêtres de France, est infime.

Il n’en demeure pas moins que le travail d’Yves Deloye offre des pistes de recherche particulièrement stimulantes sur la politisation des Français au travers du prisme clérical. A cet égard, il serait intéressant d’appliquer les hypothèses de l’auteur à d’autres périodes et à d’autres scrutins que ceux ici envisagés. L’auteur en effet considère principalement les élections législatives ; aborder le niveau municipal, dans une approche micro-historique, pourrait s’avérer fructueux. La Monarchie de Juillet, du fait de la croissance numérique du clergé alors observable et de la loi sur les élections municipales de 1831 dont l’importance a été naguère soulignée par André-Jean Tudesq offre un champ privilégié d’études qu’Yves Deloye n’aborde qu’au détour d’une note (p. 296). Les recherches récentes de François Ploux ont bien montré qu’émergeaient alors le parti du curé et le parti du maire[5].

 


[1] D’Hollander Paul (dir.), L’Eglise dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au xixe siècle, Limoges, PULIM, 2001.

[2] D’Hollander Paul, La Bannière et la rue. Les processions dans le Centre-Ouest au xixe siècle (1830-1914), Limoges, PULIM, 2003, (Histoire).

[3] Grévy Jérôme, Le cléricalisme ? Voilà l’ennemi ! Un siècle de guerre de religion en France, Paris, Armand Colin, 2005, (Les enjeux de l’histoire).

[4] Lévêque Pierre, « Conservatisme sans cléricalisme : l’évolution politique du Châtillonais aux xixe et xxe siècles », dans La Terre et la Cité. Mélanges offerts en l’honneur de Philippe Vigier (textes rassemblés par Alain Faure, Alain Plessis et Jean-Claude Farcy), Paris, Créaphis, 1994, p. 329-342.

[5] Outre sa thèse, voir Ploux François, « Luttes de factions à la campagne. L’exemple du Lot au xixe siècle », Histoire et Sociétés rurales, 2004, n. 22, p. 103-134.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *