ouvrage: Sandro Landi, "Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne", PUR, 2006

Par Florence Buttay

Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir de gouvernement de Machiavel aux Lumières, PUR, 2006, 233 p.

 

Sandro Landi, professeur à l’Université de Bordeaux III, avait codirigé en 2004 pour les Presses Universitaires de Rennes un très beau volume sur Florence et la Toscane. Les différents intervenants y montraient l’histoire d’une construction étatique originale, loin des grands modèles de l’Etat moderne, à considérer dans sa spécificité, c’est-à-dire avec ses dynamiques entre autorités centrales et locales, avec ses fondements contractuels qui laissent subsister des autonomies, qu’il ne faut pas prendre trop vite pour des signes d’échec ou de faiblesse. Dans la Naissance de l’opinion publique, l’Etat florentin est encore au coeur des réflexions de l’auteur qui reprend et prolonge son étude sur le « gouvernement des opinions » (Il Governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscanadel Settecento, Bologne, 2000).

Le livre se compose d’une introduction, de quatre chapitres et d’un épilogue, accompagnés d’une riche bibliographie. Comme dans Florence et la Toscane, S. Landi nous donne ainsi accès à l’historiographie italienne la plus récente. Le livre s’ouvre de façon provocatrice sur la proposition de P. Bourdieu « l’opinion publique n’existe pas ». En effet, l’auteur veut se démarquer des historiens qui ont cherché à tirer parti du travail d’Habermas, à la fois d’un point de vue théorique et d’un point de vue méthodologique. D’un point de vue théorique, S. Landi refuse de voir l’émergence de l’opinion publique comme « un processus linéaire de constitution, face au pouvoir, d’un groupe social et culturel qui constituerait, par la confrontation libre des idées en son sein, une opinion publique, par essence critique à l’égard du pouvoir ». Il doute de la réalité sociale de l’opinion publique. Ou, en tout cas, il estime qu’il ne faut pas négliger que l’opinion publique est d’abord une construction théorique, un concept dont on peut suivre l’apparition et le développement dans le langage politique. C’est pourquoi ce livre n’est pas un essai d’histoire sociale (qui compterait la croissance du nombre de lecteurs ds l’Italie moderne, ou le nombre de livres ou de périodiques traitant de politique parus dans la Péninsule, par exemple…), mais relève de l’histoire du discours politique, au croisement de l’histoire, de la philosophie et de la littérature.

« Opinion publique » apparaît dans le vocabulaire italien en 1768. On pourrait y voir le symptôme du triomphe des Lumières sur le despotisme et l’obscurantisme. En fait, l’association de ces deux termes est tout sauf évidente, presque contradictoire. L’auteur se propose donc de faire l’archéologie de ces mots et de montrer que l’apparition de l’expression et son utilisation dans la sphère politique florentine renvoient à quelque chose de très éloigné du modèle habermassien.

S. Landi étudie les textes de science politique et se livre à un travail d’exégèse des pères de la science politique, en premier lieu de Machiavel, mais il s’intéresse aussi aux textes produits par la pratique politique (documents législatifs et judiciaires). On suit ainsi l’apparition de nouveaux mots clefs du langage politique dans les écrits théoriques, les écrits normatifs ou les libelles, et ce dans le cadre précis de l’Etat médicéen du XVIe au XVIIIe, comparé régulièrement avec les autres Etats de la Péninsule. Les chapitres 1 et 2 analysent les concepts d’opinion et de public dans la science politique depuis la Renaissance, puis les chapitres 3 et 4 étudient les pratiques de gouvernement découlant de ces théories.

Le ch. 1, « Penser le peuple à la Renaissance », montre comment s’ébauche au début du XVIe siècle une réflexion sur le pouvoir de l’opinion collective (appelée opinion universelle, opinion du peuple, ou encore opinion des hommes). Cette opinion devient une catégorie du discours politique et un élément avec lequel doit compter le pouvoir, dans sa représentation et dans son organisation. L’expérience est ici la crise de la République florentine et du modèle communal. L’échec de la république pose le problème du consensus sur lequel l’Etat doit s’appuyer. Consensus de qui et comment le capter ? Dans le discours des hommes d’Etat, le peuple devient l’Autre, voire le Monstre dont la force réside dans l’opinion, instable et menaçante. Machiavel, dont les écrits constitutent le coeur du chapitre, met en lumière le pouvoir de l’imagination populaire. Il pose pour la première fois le paradoxe d’une sagesse du peuple, mais une sagesse radicalement différente de celle des hommes de gouvernement, qui repose sur l’irrationel, le sentiment. Se creuse ou se théorise une incompréhension réciproque entre le Palais et la Place, et par conséquent un nouveau rapport entre gouvernants et gouvernés fondé sur la séparation et l’opacité : les gouvernés deviennent objets de savoir et de surveillance de la part du prince, surtout leurs opinions et imaginations, tandis que l’action du prince doit, elle, rester secrète (les arcana imperii). Gouverner les opinions devient une nécessité. La censure est alors la pratique de gouvernement corollaire nécessaire au nouveau consensus recherché.

Le ch. 2 : « La découverte de la censure », montre la censure comme nouvelle science des princes. L’hypothèse de l’auteur est la suivante : « l’opinion collective a une importance constitutive dans l’Etat en formation, puisque sa présence impose de repenser l’espace de la souveraineté du prince et de mettre en œuvre une nouvelle culture gouvernementale ». Il étudie dans ce chapitre un large éventail d’écrits, produits entre la fin de la république et l’instauration du régime monarchique de Côme Ier en 1537, pour légitimer le régime des Médicis. Le prince se veut désormais avant tout garant et promoteur de la religio, comme lien politique et social. Il tente d’appuyer ce consensus sur un nouveau rapport entre Dieu, le prince et les sujets, mais aussi sur un nouveau rapport entre public et privé et entre vrai et faux. Insistant sur la valeur civile de la religion, des théoriciens, souvent hétérodoxes, comme Lucio Paolo Rosello, insistent sur le rapport privilégié du prince avec le divin, qui se manifeste par « un ésotérisme nécessaire de la science de gouvernement qui sépare définitivement les gouvernants des gouvernés » (p. 69). Ceci bouleverse les frontières entre espace privé et espace public. Le regard du prince doit embrasser tout l’espace public de la ville mais aussi l’intimité des foyers et percer les propos et les pensées des sujets. L’analyse d’écrits utopiques d’Anton Francesco Doni montre que « gouverner consiste à prévenir les dangers qui pèsent sur la communauté plutôt qu’à réprimer les délits, par l’éradication des passions et des « humeurs », c’est-à-dire des opinions individuelles » (p. 86). Le monde rêvé de Doni est celui d’une communauté exprimant à l’unisson une seule opinion droite. C’est pourquoi les limites du vrai et du faux sont à repenser. Toutes les formes de communication orales représentent un danger pour les gouvernants (nouvelles qui circulent, se déforment, rumeurs…). Dans la communication politique, le vrai et le faux ne se distinguent pas. Des choses fausses peuvent acquérir une grande force, et sont donc à considérer aussi sérieusement que le vrai. La force de l’imagination dans la conduite des hommes est reconnue.

Ce consensus renouvelé sur les bases décrites plus haut, est assuré par la censure. Cette vieille institution de la république romaine renaît, mais avec un contenu très différent, et dirigée surtout vers le contrôle de l’expression des opinions.

Le ch. 3, « la censure entre normes et pratiques de gouvernement », montre la mise en pratique de ces théories par le nouveau prince qu’est Côme Ier pour légitimer et asseoir son pouvoir. S. Landi fait l’historique du domaine de la censure dans l’Etat toscan, du XVIe au XVIIe siècle. La législation vise un disciplinement de la parole, une dépolitisation et moralisation du discours. Il est surtout montré que la censure du prince ne dérive pas modèle inquisitorial. Le pouvoir civil a l’initiative de ce contrôle. Il insiste cependant sur la mixité de la censure, exercée conjointement par les autorités civile et inquisitoriale, avec une priorité progressive accordée à cette dernière. Le Saint-Office, loin d’être une institution séparée de l’Etat, est profondément enracinée dans la société civile (p. 121). L’historiographie récente de la censure des livres ne cherche plus à faire l’histoire « à rebours de la liberté de la presse » (p. 117). Elle appartient à un effort plus large d’imposition d’une vérité légitime et autorisée dans l’espace publique.

Cependant, au XVIIIe, la perte progressive de prestige du Saint-Office et le déclin de l’interdit religieux égratignent le consensus autour de la censure. Pas pour tout le monde, cependant. ¨Pour les intellectuels et les hommes de gouvernement qui militent contre la censure ecclésiastique des livres, comme Giuseppe Pelli, une distinction doit subsister entre le grand nombre soumis à l’interdit et un petit nombre de personnes éclairées qui doit pouvoir lire librement.

Le chapitre 4 se propose ainsi de discuter « L’invention de l’opinion publique au XVIIIe siècle ». Il s’agit de comprendre pourquoi, après une longue période de discrétion, la légisation civile reprend la main en 1743. Le conseil de Régence publie alors un édit sur la liberté de la presse. Curieux édit qui, après avoir proclamé une liberté nécessaire au développement des sciences et au développement économique, dans le préambule, présente une série de mesures pour renforcer le système de censure de ce qui est « contraire à la religion et aux bonnes mœurs » (p. 139). La liberté et la censure se justifient désormais par l’intérêt du public. Qui est ce nouveau sujet du discours politique ? Muratori dans De la félicité publique , explique que le public est « peuple ou les sujets en tant que destinataires des actions du souverain et récepteurs de son message » (p. 155). Une idéologie de la transparence remplace celle des arcana imperii qui servait au pouvoir à se préserver. Désormais, on exaltateune politique vérité au service du public. Cette volonté de publicité montre que « la politique réformiste de l’Etat Habsbourgeois cherche l’appui d’un interlocuteur non institutionnel et extérieur, un petit nombre de gens cultivés ». Il s’agit de « provoquer une rupture dans le circuit des opinions alimentées par les opposants aux réformes, en imposant une nouvelle source d’autorité », le public (p. 163). En Italie, cette notion n’est ni synonyme de débat ni ne s’impose au prince comme une instance séparée et critique. L’opinion publique se place au contraire nécessairement sous la protection du prince.

L’opinion publique est donc bien un nouvel acteur, mais un acteur inventé par un gouvernement soucieux de créer un consensus autour de son action. L’idéologie de la liberté et de la transparence remplace l’idéologie du secret et des arcana imperii quand cette dernière n’apparaît plus rentable politiquement. La communication politique n’a pas été arrachée au prince par un groupe social éclairé et critique qui constituerait « l’opinion publique ».

L’ouvrage de S. Landi souhaite conduire le lecteur à renverser le regard : de la recherche des origines d’un groupe social constituant peu à peu une force politique, l’opinion, à la reconnaissance, dans le cas florentin, de la nature avant tout discursive de l’opinion, nouveau vocable du discours politique. Reste à savoir si cet interlocuteur fictif du pouvoir, cet acteur inventé, l’opinion, n’a pas fini par être investi par des hommes ou des groupes qui s’y sont identifiés, finissant par lui donner une réalité sociale, avec laquelle le gouvernement devra compter.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in compte-rendus/lectures/conférences. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">