23 mai 2011 My Hellsing, « Être duchesse à la cour de Suède – Vie de cour et activité politique »

Par My Hellsing, doctorante en histoire moderne, le 23 mai 2011 à l’Université Bordeaux 3

PLAN

1)      Présentation de mon sujet de thèse

2)      Problématique et historiographie

3)      la recherche historique actuelle en Suède

 

1)

Je suis actuellement doctorante à l’université d’Örebro, en cotutelle avec l’université de Bordeaux. Une thèse en Suède dure 4 ans; je soutiendrai donc en 2013 au plus tôt. J’ai fait un master 2 recherche en 2007-2008 à Bordeaux, le parcours sur les élites européennes.

Je travaille sur une duchesse à la cour de Suède, Charlotte de Sudermanie, belle-sœur du Roi de Suède : plus précisément sur le quotidien et la vie politique à son époque (notamment sa propre activité politique) à travers ses écrits.

La duchesse Charlotte est née princesse allemande en 1759 et mariée à l’âge de 15 ans à son cousin, le duc Charles. Elle rédigea des mémoires en français durant toute sa vie en Suède, de 1775 jusqu’à sa mort en 1818. Elle est devenue reine en 1809. Etant donné qu’elle n’eut pas d’enfant avec son époux, ils adoptèrent Jean-Baptiste Bernadotte, qui est arrivé en Suède en 1810.

Elle est « le duc Saint-Simon de Suède »; si vous permettez cette comparaison. Son écrit reste sans équivalent en Suède. Les historiens consultent toujours ses mémoires afin de connaître tous les événements politiques de l’époque.  Les mémoires étaient secrets de son vivant, et furent connus du public en 1868, 50 ans après sa mort. Ils ont été traduits en suédois.

Malgré la notoriété de son ouvrage, aucun historien jusqu’à aujourd’hui n’a étudié son personnage, quoiqu’elle ait laissé à la postérité des archives très riches. J’étudie donc ses correspondances et mémoires tout en français, à part ses livres de compte qu’elle tenait en suédois. Je ressens un intérêt tout particulier pour les milliers de billets qu’elle échangea avec des amies.

 

Elle était intimement liée à la famille de Fersen, surtout avec la comtesse Sophie, sœur d’Axel de Fersen, dont le père était l’homme politique le plus éminent de l’époque. Il s’opposait au Roi qui souhaitait accroître le pouvoir monarchique. Pendant la diète de 1789, le Roi à fait passer une nouvelle constitution, qui a supprimé le conseil du Roi et les privilèges nobiliaires. Axel de Fersen a essayé de l’empêcher, mais il a été voté par les autres états. Des loyautés partagées entre la famille de son mari et la famille de Fersen, avec qui elle était très attachée par des liens affectifs et amicaux. La famille de Fersen entretenait des liens très proches avec des Français et des étrangers vivant en Suède. Ils ont accueilli l’ambassadeur de France en Suède, le marquis de Pons et sa fille Camille qui ont vécu en Suède de 1783 à 1789. La marquise, fille de l’ambassadeur a fait passer beaucoup d’informations des envoyés français à la duchesse, qui se tenait au courant des rapports diplomatiques de cette façon. C’est une chose connue que les envoyés se concentraient justement sur les femmes à la cour afin d’obtenir des renseignements politiques.

Les recherches que j’ai faites me permettent de révéler une autre facette de cette duchesse Charlotte. Dans ses mémoires elle se veut neutre, observatrice, mais les billets surtout révèlent qu’elle était très active dans la cause de l’aristocratie, contre le Roi, pas anodin.

 

2)

Pourquoi faire cette étude ?

Tout d’abord car il n’existe pas d’études du tout encore sur la cour de Suède à cette époque concernant son fonctionnement et son organisation. Ce qui vaut pour l’historiographie européenne en général, on s’est concentré depuis Norbert Elias et la Société de cour sur la représentation du pouvoir, non sur l’actuel exercice du pouvoir (or, ce n’est pas possible de les séparer complètement).

Grace à la continuité du pouvoir monarchique en suède, il y a une abondance de documents, non accessibles pour la France par exemple. Les menus du Roi, qui était à sa table, son personnel, tous ses dépenses – tout est conservé aux Archives royales (mais moins pour le duc et la duchesse).

J’étudie pour la première fois la cour dans son intégralité, où je prends en compte son personnel, ses amitiés et son rapport au Roi dans la même étude. La duchesse est un prisme qui sert à étudier la carrière des courtisans, le chevauchement des fonctions politiques et personnelles au service de la famille royale.

Une cour: autant un endroit (les châteaux), une société (des valeurs) que les gens qui l’occupent, c’est à dire les courtisans et le personnel.

CAMPBELL ORR, les cours sont polycentriques

Pour prendre un exemple concret, il faut intégrer les domestiques pour prendre en compte les échanges politiques correctement, ce que l’on comprend par les billets, c’est que les domestiques avaient une position clef dans la transmission des informations. Ce qui m’amène aussi à mettre en lumière l’espionnage postal et ses conséquences – le pouvoir du monarque même sur sa propre famille.

Mes sources permettent également d’étudier en détail le cheminement d’une femme à la cour, ses actions politiques et son raisonnement. Sa réaction à la Révolution française, les réformes du Roi de Suède etc. Mettre la politique en lien avec le quotidien à la cour. Quelles valeurs derrière ses actions politiques, s’il y en avaient?

En quelque sorte la place de la femme à la cour, mais je ne souhaite pas isoler les femmes des hommes. Beaucoup d’études ne parlent que de la soumission de la femme, mais ces femmes là c’étaient des femmes avec beaucoup de pouvoir, de statut, de culture…Il y a une ambiguïté même dans le rapport de la duchesse vis à vis de ses propres actes. D’un côté, elle est fière, même orgueilleuse vis à vis de son œuvre. Elle sait que ce qu’elle écrit sera lue et apprécié plus tard. A la fois elle veut cacher sa propre intervention dans la politique. On l’apprend par le biais de billets, et non par les mémoires qui étaient destiné au grand public. Cela implique que c’était mal vu à la cour.

Qu’est-ce que les femmes pouvaient faire réellement ? Une de mes conclusions, c’est que les femmes pouvaient tout faire, pas dans le parlement évidemment mais en pratique, autant que leurs actions ne mettaient pas en cause la compétence des hommes. Si on la critiquait, cela venait de son mari, car elle le faisait paraître faible et incompétent.

 

3)

Un congrès national qui réunit tous les historiens de Suède tous les 3 ans. Le thème de congrès était de discuter le « paradigme national » de la recherche historique; comment atteindre une véritable histoire globale ? Faute des perspectives, connaissances des langues etc.

500 historiens; la plupart contemporanéiste

Chronologie de l’historiographie, moyen âge, moderne, contemporain – quelles conséquences ont ces époques pour la façon dont on conçoit l’histoire, plutôt des thématiques, indépendants des époques ?

Le postmodernisme – peu d’historiographie quantitative ou démographique, les historiens travaillent plutôt sur les concepts, il n’y a pas de vérité absolue, mais comment assurer une discussion sur l’histoire qui se veut intellectuelle si tout est relatif? Il y a plusieurs façons de voir les choses, mais comment transmettre ceux-là aux étudiants ?

Un rebondissement de la biographie, témoignages individuels; oral history.

Histoire militaire qui prend en compte les aspects « civils » de la guerre; une historienne qui compare la propagande française et suédoise envers les paysans au 16e siècle. Les femmes, l’impact sur les villages etc.

Histoire maritime (Bordeaux) et des ports.

L’histoire du genre, mais qui suit le principe d’intersectionalité, qui travaille avec l’ethnicité, la classe et le genre. Depuis une dizaine d’années l’histoire des masculinités s’est établie comme un champ de recherche à part entière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *