15 février 2007

Présents : F.Buttay, D.Dussert, N.Champ, H.Chauvin, F.Dubasque, F.Perrot, D.Pinsolle, J.Puyaubert, , P.Simon, T.Truel et Sandro Landi, professeur à l’Université de Bordeaux III

Echanges :

Delphine Dussert présente la conférence de Frédéric Encel sur la géopolitique du Moyen Orient.  Le conférencier est docteur en géopolitique ( il a préparé sa thèse sous la direction d’Yves Lacoste ) et professeur de relations internationales ( prépa ENA et IUT de Rennes ). Auteur de nombreux ouvrages, notamment sur la géopolitique du sionisme ou l’art de la guerre, il est depuis quelques années sollicité par les médias pour jouer le rôle de l’expert sur les questions du Proche et Moyen Orient.

Dans sa conférence, Frédéric Encel décline un état des lieux de la politique internationale au Moyen Orient selon les grandes puissances qui interviennent dans la région : l’Iran, Israël, le Hezbollah et la Syrie, les Etats unis ou l’ONU. Son propos est volontiers provocateur. Il pose ainsi la question de l’existence de l’Iran, qualifie le président iranien d' »halluciné », le gouvernement israélien d' »incompétent » et trouve l’ONU « désespérante ». Personnalité sans aucun doute originale, Frédéric Encel est également très contesté : on lui reproche notamment une vision sécuritaire de ces problèmes et une certaine proximité avec le Likoud.

Cette manifestation, organisée par la communauté juive de Bordeaux, s’est achevée sur un débat autour de la politique étrangère française.

Florence Buttay fait le compte rendu du colloque « élections et pouvoirs politiques au Moyen-Age, XVIe-XVIIe siècles  » organisé par le CREPHE (université Paris XII Val de Marne). La problématique était la pratique et la signification de l’élection avant les Lumières. Des nombreuses et diverses communications, quelques idées peuvent être retenues. D’abord, l’élection est une pratique courante mais qui n’a pas la même signification selon le cadre où elle se pratique. Elle permet la pérennité de l’Eglise, assure la stabilité de l’oligarchie lors de l’élection des échevins ; par contre, l’élection des souverains est associée au désordre. On peut assister à des campagnes électorales, en particulier lors des élections échevinales. Mais il ne s’agit pas de choisir un programme à appliquer. L’élection doit légitimer le meilleur que Dieu choisit à travers le vote des électeurs : elle a donc une valeur rituelle. Et quand cette pratique est abandonnée, elle est souvent regrettée : la monarchie française n’a ainsi jamais renié son caractère électif original. Enfin, une des dernières leçons de ce colloque,  point de départ pour d’autres réflexions, est que l’Eglise n’est pas le modèle de l’élection pour la période moderne.

Quelques informations de manifestations :

–    colloque sur « l’Etat et l’éducation 1808-2008″ organisé par l’université Paris IV-Sorbonne, l’université Charles de Gaulle-Lille 3 et le Service de l’Histoire de l’Education (INRP-ENS) les 11-13 mars 2008 à la Sorbonne (Appel à communications).

–    Journée d’études sur « les campagnes électorales de 1848 à nos jours », organisée par le CHPP au Sénat, le 29 mars 2007 ( programme : www.parlements.org )

–    séminaire mensuel de l’IHTP sur le renouvellement de l’Histoire des partis politiques ( informations sur le site de l’IHTP : www.ihtp.cnrs.fr ; rubrique : activités/séminaires )

–    Colloque annuel de la FHSO à Arcachon les 12 et 13 mai 2007 sur le thème de la fête en Aquitaine (un appel à communications )

 

Réflexion :

Florence Buttay nous parle de  l’ouvrage de Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne ( Presses Universitaires de Rennes, 2006 ). L’auteur est diplômé de l’Institut Universitaire de Florence, et, après trois années au CNRS, a rejoint l’Université de Bordeaux III. Dans son livre, S.Landi discute la conception classique de l’opinion publique proposée par Habermas. Pour cela, il s’appuie d’une part  sur le cas toscan à l’époque de la fin de la République et du début de la monarchie et, d’autre part, sur les discours politiques que l’auteur analyse dans les deux premières parties. Il montre alors qu’au XVIéme siècle, le discours politique intègre l’idée d’une opinion populaire car le gouvernement comprend qu’il doit désormais compter avec cette expression du peuple. On assiste donc à une prise de conscience de la nécessité de gouverner ces opinions d’où la renaissance de la censure, institution de la république romaine, et « nouvelle science des princes » selon l’expression de l’auteur. La troisième partie du livre est consacrée à l’étude de la pratique de cette censure qui institutionnalise la délation et provoque la rupture des solidarités horizontales. Il s’agit d’une censure mixte provenant à la fois du pouvoir civil et du pouvoir religieux. Mais l’interdit religieux décline au XVIIIème siècle qui voit la naissance de l’opinion publique. Celle-ci correspond au jugement d’une opinion éclairée qui s’oppose à celle du peuple, assimilée aux superstitions.

Sandro Landi nous apporte ensuite quelques précisions sur l’esprit qui a présidé à la rédaction de son ouvrage. Celui-ci est tiré de son HDR intitulée « La sagesse du nombre » mais l’éditeur a refusé de reprendre ce titre. Il voulait montrer l’antériorité de la catégorie d »opinion. Selon lui, l’utilisation de l’histoire du livre permet moins bien d’approcher ce concept que l’histoire du discours politique. Pour Habermas, l’opinion publique est rationnel et autonome. Sandro Landi estime que son étude contredit ce paradigme. En effet, la censure participe à la formation de l’espace public ; elle n’est pas une répression mais un mécanisme de formation. D’après lui, Habermas est donc resté prisonnier du modèle de propagande imposé au XVIIIème siècle.

(Dés que le site du groupe sera en ligne, nous diffuserons sur celui-ci les textes des communications avec, éventuellement, une bibliographie complémentaire.)

Recherche :

Les communications et les discussions qui suivirent furent très denses. Aussi, après un rapide tour de table des éventuelles propositions de communications pour la journée d’études du 30 mai, il a été décidé que la prochaine réunion serait entièrement consacrée à la préparation de cette journée. La date en est fixée au jeudi 15 mars à 18H. Une autre réunion sera organisée au début du mois de mai.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *