20 janvier 2011

Présentation par Timothée Duverger de l’ouvrage de Vincent Duclert: L’avenir de l’histoire, Armand Colin éditions, août 2010

On retrouvera cette présentation sur le blog de Timothée Duverger

http://ziguerie.over-blog.com/article-l-avenir-de-l-histoire-denis-duclert-compte-rendu-de-lecture-65427483.html

Synthèse du débat qui a suivi

L’EHESS où sont Vincent Duclert et Pierre Rosanvallon = école spécifique de l’engagement.

Sur le rôle de l’historien dans la cité:

–        contradiction entre la demande sociale croissante et les moyens donnés;

–        revendication d’un statut de scientifique mais difficultés à être reconnu comme tel…

–        problème: à quoi sert l’histoire? Elle n’a par ailleurs pas nécessairement à être utile dans le présent, mais pourra servir dans l’avenir.

–        crainte: ancrer l’historien dans le présent ne biaise-t-il pas sa recherche scientifique? N’est-ce pas une boîte de Pandore?

–        décrire un pouvoir mobilise des opinions, quelque soit l’époque traitée (antique, médiévale, moderne ou contemporaine);

–        problèmes soulevés par l’historien-citoyen: le temps de parole qui lui est accordé dans les médias est très courts (= piège), il est en situation de soumission par respect vis-à-vis des politiques (ce qui se voit dans l’usage des grands témoins), il court le risque d’être coincé dans les comités scientifiques d’instituts proches de partis politiques.

 

Sur l’histoire du temps présent:

–        problème de la demande d’archives, notamment pour les périodes contemporaines avec les demandes de dérogation;

–        l’histoire mémorielle tend à reconstruire l’histoire;

–        la formation historique actuelle habilite-t-elle à bien comprendre le monde contemporain? Une formation en sociologie, économie, sciences politiques dès la licence ne serait-elle pas plus utile qu’une formation historique sur des périodes lointaines? L’histoire culturelle a ces ouvertures, avec ses dérives…

 

Sur l’histoire politique:

–        l’histoire politique a tendance à être trop étroite, un peu scientiste;

–        la sociologie, le courant porté par P Rosanvallon apportent une ouverture, un renouveau salutaire;

–        problème de la conceptualisation face à l’étude des faits: quel équilibre? S’ouvrir aux autres sciences sociales ne doit pas conduire à perdre son identité;

–        il faut introduire plus de complexité dans la biographie, mieux cerner les psychologies en les mettant en relation avec les contextes, pour éviter la « momification » des personnages dans leurs mythes. Mais un problème est soulevé: mieux expliquer, n’est-ce pas excuser? C’est un risque à prendre!

 

Actualités scientifiques

L’activité scientifique:

–        bon déroulé de la journée sur les écoles de formation le 24 novembre, dont une publication est prévue;

–        colloque « Socialisme et capitalisme » organisé à Paris par la Fondation Jean Jaurès les 14 et 15 janvier;

–        séminaire au centre d’histoire de l’IEP de Paris, coorganisé par Sylvie Guillaume et Jean-François Sirinelli: « Les marges en politique », dont la prochaine séance sur le centrisme se tiendra le 1er février en présence de François Bayrou;

–        publication des journées des élections de 1871 en décembre 2011 dans le revue Parlements;

–        Céline Piot organise un colloque en mai à Neyrac: 2 journées sur les Midis, plutôt axées sur la IIIème République, interdisciplinaires.

–        Séminaire de Jean Garrigues au CHPP de Paris: Les finances et le monde politique.

Il est conseillé aux doctorants de créer/actualiser leurs fiches sur le site du CEMMC (voir avec Corinne Marache, Stéphane Minvielle, Caroline Le Mao).

Le prochain séminaire se tiendra le 10 mars à 17h30 et portera sur le livre de « La fabrique de l’histoire »: à quoi sert l’histoire?, présenté par Delphine Boissarie, pour poursuivre cette réflexion.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *