10 mars 2011

Présentation par Delphine Boissarie du livre-anniversaire de La Fabrique de l’Histoire. Emmanuel Laurentin, A quoi sert l’histoire aujourd’hui, Bayard, octobre 2010

Suite et élargissement de nos discussions du jeudi 20 janvier, inaugurées par le compte-rendu de l’ouvrage de Vincent Duclert, L’avenir de l’histoire, paru en 2010 chez Armand Colin, et présenté par Timothée Duverger.

Nous avions achevé par un échange autour du rôle social de l’historien, de son statut de citoyen, et les difficultés de dosage entre engagement et distanciation. On pourra résumer nos interrogations du 20 janvier par un vulgaire : « A quoi sert l’historien ? ». Je dis « vulgaire » à dessein, puisque nos échanges d’aujourd’hui nous amènerons à parler de vulgarisation, car si nous sommes « jeunes chercheur », nous sommes aussi, pour la plupart, enseignants. Transmission et diffusion de nos travaux et de la méthode historique en général restent un des aboutissements de notre travail d’historiens. Enfin, nous pourrons discuter ici de ces fameux « aboutissements » puisqu’il s’agit aujourd’hui de se pencher à nouveau sur ce à quoi l’histoire sert.

Aussi,  pour rester sur ces thématiques d’utilité de l’histoire, de diffusion et de vulgarisation de l’Histoire, nous avons choisi de présenter pour ce séminaire un petit livre sorti il y a 4 mois, en novembre 2010, aux éditions Bayard. Le titre « A quoi sert l’Histoire aujourd’hui ? » est une question qu’Emmanuel Laurentin, animateur de l’émission radiophonique La Fabrique de l’Histoire, sur France Culture, a posé chaque vendredi à différents historiens français du 4 septembre 2009 au 16 juillet 2010. 43 historiens au total se prêtent au jeu pour une réponse en 4 minutes : quelques exemples : Christophe Charle, Jean-Noël Jeanneney, Isabelle Heullant-Donnat, Jacques Le Goff, Annette Wieworka, etc. Le but de cette publication est aussi de marquer l’anniversaire de l’émission, qui fêtait ses 10 ans l’an dernier, et qui depuis 1999 propose aux auditeurs de France Culture, du lundi au vendredi, 1 heure d’Histoire, de 9h05 à 10h.

Première remarque: d’un point de vue méthodologique, le livre intéresse l’historien car il donne une variété de points de vue sur un même objet (ici l’Histoire) et d’autre part, la construction des 43 réponses révèle aussi l’usage par les historiens français de méthodes similaires, des références à un même socle (Bloch, Febvre, etc) ce qui « rassure » quant à la solidité de la formation initiale dispensée dans nos universités.

Cependant, deuxième remarque, le panel des historiens sollicités manque de variété : 30 historiens parmi les 43 interrogés, sont des contemporanéistes ou assimilés (un sociologue, une historienne de l’art, 2 modernistes contemporanisants), 7 sont des médiévistes (Emmanuel Laurentin lui-même étant médiéviste de formation), 1 représentant seulement de l’histoire ancienne (Claire Sotinel), et 5-7 sont modernistes. On pourra regretter cette présence écrasante des contemporanéistes, qui n’est en fait que le reflet du monde des historiens français actuel, dans lequel l’Histoire contemporaine est surreprésentée. Pourquoi y-a-t’il une telle surreprésentation du contemporain ?

Nous allons tenter de dégager les grands traits des réponses que ces 43 historiens apportent à la question « A quoi sert l’Histoire aujourd’hui ? ». Malgré la variété de ton et de perspective des réponses, il y a plus ou moins consensus pour définir ce à quoi l’Histoire ne doit pas/ plus servir (ce=ceux). Pour le reste, la variété est de mise pour définir ce à quoi l’Histoire sert aujourd’hui, et ouvre des digressions attendues, sur ce que l’Histoire et l’historien doivent être, sur leur forme, but, place idéale.

Enfin, dans un contexte que les historiens ressentent eux-mêmes comme une crise ; témoins les réactions suscitées par la réforme actuelle des programmes d’Histoire au lycée, et l’effacement relatif face aux disciplines plus en vogue que sont la sociologie et la géopolitique, un certain pessimisme imprègne les réponses, voire un peu de fatalisme. L’avenir de  l’Histoire, discipline reine du XX° siècle, est là aussi discuté. Face aux concurrences des autres sciences humaines, l’ancienne reine n’est décidément pas partageuse.

 

I)                    Méfiance et frissons: ce à quoi l’Histoire ne doit pas (plus) servir. L’Histoire « serve » (Febvre)

A)     Le roman national

-Jean Noël Jeanneney (IEP Paris) tirade à la Cyrano : l’Histoire est patriotique, comme Gabriel Monod : «  l’histoire travaille, d’une manière secrète et sûre, à la grandeur de la patrie. », premier des exercices civiques : présence de JN. Jeanneney au Haut comité des célébrations nationales depuis son installation en 1999, aux côtés de Maurice Agulhon, Pierre Nora, Pascal Ory et autres personnalités des disciplines littéraires, artistiques, techniques.

-Jean Clément Martin (Paris I, émérite, Révolution fr) reformule la question en un « A qui sert l’Histoire aujourd’hui ? » : 4-5 groupes : les porte-drapeaux (Lavisse), les porte parole militants des minorités opprimées, les négationnistes et falsificateurs, les érudits, et ceux qui tissent, comme lui, la partie morale du lien social et étudient les interactions passé-présent.

D’une manière générale, l’Histoire type III République est dénigrée.

 

B)      Dénonciation des fréquents usages politiques du passé,

-Raphaëlle Branche souligne le cas de l’histoire algérienne

-Sophie Coeuré (MCF ENS, URSS) celui de la Russie: inauguration à Moscou en 2009 d’une « commission auprès de la Présidence pour empêcher les tentatives de falsifications de l’histoire portant atteinte aux intérêts de la Russie », tout en introduisant Soljenitsyne ds les manuels scolaires.

Histoire malléable et fragile, objet de tiraillements dont l’historien est l’objet, problème de l’engagement politique de l’historien de ce point de vue.

 

C)      La Mémoire en question, tiraillements (lois mémorielles)

-Judith Lyon-Caen (MCF EHESS, usages socx littr) on est passé de la construction d’une identité nationale sur un puissant discours des origines, à l’histoire critique, mais malgré tout le danger réside aujourd’hui dans la politique mémorielle omniprésente (commémorations, programmes scolaires, projet du Musée de l’Histoire de France)

– A ce titre, Guy Môquet est évoqué par Arlette Farge (EHESS, XVIII) « on ne jette pas Guy Môquet en pleine classe d’histoire sans lui donner un contexte historique »

-Patrick Garcia accuse les politiques de retailler l’Histoire à leur gré, car elle est le lieu privilégié des interprétations. Dans le paysage médiatique, une voix vaut une voix et celle de l’expert se perd. (ex pour 2005 et le rôle positif de la France Outre-mer)

-L’enjeu de la mémoire pour les hommes politiques (exemple procès Chirac aujourd’hui : laisser l’image d’un Président qui finit sur le banc des accusés, affaire Boulin autre problème, Mairie de Paris au placard, laisser une mémoire propre ?)

 

II)                  Diversité des points de vue sur ce à quoi elle sert aujourd’hui

A)     A rien, une réponse séduisante.

-Pascal Ory Paris I, Patrick Garcia « l’histoire pour l’histoire », comme il y a l’art pour l’art.

-Régine Robin (émérite, sociologue) :  à tout, justement (instrumentalisation et hégémonie), on trouve le meilleur et le pire chez les historiens.

-A manger ! (Prochasson)

-Claire Lemercier (CNRS, IHMC, XIX) : l’utilité n’a rien de sale, veut la voir comme une activité nécessaire.

 

B)       Divertissement

-Sophie Coeuré(MCF ENS, URSS) : divertissement, plaisir de la connaissance et de la découverte

-Judith Lyon-Caen : curiosité à satisfaire

-Jean Noël Jeanneney : superficiel (Fersen et Marie Antoinette ont-ils vécu leur passion jusqu’au bout ?), mieux que les romans car la réalité dépasse la fiction.

-Passion répond Etienne François (spécialiste histoire européenne, allemande)

Le roman familial ou alors carrément l’inconnu des archives (plaisir de la résurrection, tribut au ancêtres)

Parc Astérix joue aussi sur histoire et jeu (homo ludens qu’évoque Maryline Crivello (Uni Provence)

Fuir le présent

 

C)      Démythifier

-Claire Lemercier (CNRS XIX) Déconstruire clichés et mythes : les « c’était mieux avant », et discours du type Eric Zemmour

-Balayer les idées reçues Danièle Voldman (CNRS, sociétés urbaines contemporaines) : du type : entre 1940 et 1944, Pétain jouait double jeu pour protéger la France, La torture n’a pas été utilisée pas l’armée française en Algérie

L’histoire dérange !

III)                La maison commune : Pratique de l’Histoire et attitude de l’historien : l’Histoire comme école de la vie, et de l’Homme

A)     La maison commune

-Références communes : Augustin Thierry, Michelet, Lavisse, Monod, Bloch (Papa, à quoi ça sert l’histoire), Febvre (« histoire serve »), Braudel, Certeau, les Annales, voir de ce point de vue l’essai bibliographique d’Annette Wievorka (CNRS, Shoah)

-Christophe Prochasson (dr études EHESS) : assimile l’historiographie à un bar nommé « Chez Fernand », où les historiens un peu saoûls argumentent (François René et Numa Denis s’écharpent, etc…) en abusant de Claquesin, boisson virtuelle (les archives ?) qu’ils sont seuls à consommer.

 

B)      Les débats actuels

Cf : Sirinelli, Cauchy, Gauvard, Les historiens français à l’œuvre, 1995-2000, PUF, août 2010. Introduction de JF Sirinelli évoque une maison commune : formation intellectuelle homogène. But du livre, faire suite à François Bedarida, L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, MSH, 1995. 2 parties : bilan par périodes, et bilan par thèmes. Pas vocation à l’exhaustivité, mais photo de famille approximative. Roger Chartier (Collège de France) se colle à l’histoire moderne et Philippe Poirrier (Bourgogne) à la contemporaine. Roger Chartier se base sur la Bibliographie annuelle de l’histoire de France pour établir son bilan, donc vision partielle (études d’historiens français sur d’autres aires géographiques pas prises en compte, arrêt en 1958) mais pas inintéressante. Poirrier fait un point sur les grands débats en cours (communisme, culture de guerre, colonisation) et la valorisation de la recherche.

 

C)      L’historien idéal et ses valeurs (liberté, humilité, exigence, sens critique, administration de la preuve, poncifs) l’Histoire comme philosophie, « spiritualité laïque ».

Son travail : « fouiller les morts » Claire Zalc (histoire de l’immigration au XX° siècle) « unir l’étude des morts au temps des vivants ».  Bloch, retrouver les hommes sans visage :

Arlette Farge, « l’historien est un passeur, il aime la vie », le nostalgique et le désabusé n’est historien que pour le pire. L’historien guérit : Dénouer les souffrances : Annette Becker (Nanterre, Culture de guerre)

Sait qu’il n’y a pas de leçons de l’histoire. Patrick Garcia (MCF Cergy, IHTP) parle de « religion de l’histoire », péché en serait l’anachronisme (Patrick Boucheron, MCF Paris I, Moyen Age)

Défend l’esprit critique et la liberté, travaille sans travailler car il est passionné. Histoire traque des vérités partielles.

 

IV)               L’Histoire en crise ? Réponse à des questions existentielles

A)     Age d’or ?

Il y aurait eu un âge d’or de l’Histoire, qu’Emmanuel Laurentin dans sa préface, situe aux années 1960-70, avec l’alliance puissante des historiens et des médias, en particulier la télévision. Effort de vulgarisation se serait-il essoufflé ?

Succès et intérêt des fictions mise à part, et du genre en vogue de la bibliographie télévisée (cf Pierre Mendès France et l’affaire du Massilia, hier soir 9 mars sur France 2)

L’histoire est-elle moins présente à la télévision « qu’avant » ?

1956-57 Enigmes de l’Histoire/ A chacun sa vérité (Lorenzi, Castelot, Decaux) sur 1ere chaine RTF

1957-1966 La caméra explore le temps RTF 1 puis ORTF

1969-1981 Alain Decaux raconte ORTF 1 puis Antenne 2

Aujourd’hui : les mercredis de l’Histoire sur Arte, Secrets d’Histoire (Bern) et fictions sur France 2, Des racines et des ailes sur France 3 (plus orienté Patrimoine)

Et à la Radio ?

1951-1963 La Tribune de l’Histoire (Decaux, Castelot, Colin Simard) sur Paris Inter

1963 idem sur France 2 RTF, jusqu’à 1997 sur France Inter, hebdo le mercredi à 20h30

Depuis 1966, Les Lundis de l’Histoire (Le Goff, Perrot, Chartier) France Culture 15h-16h (prochain sur Renaissance italienne)

1996-1999 : Jours du siècle (Patrice Gélinet) France Inter, du lundi au vendredi 13h30

1999-2011 : 2000 ans d’Histoire (Patrice Gélinet) France Inter

Remplacé par la Marche de l’Histoire (Jean Lebrun) France Inter

Concordance des temps depuis 1999 (Jeanneney) France Culture samedi 10-11h

Et La fabrique de l’Histoire depuis 1999 (Laurentin) lundi-vendredi 9-10h France culture

Sans parler de plusieurs magazines Historia (1909), l’Histoire(1978) etc.. (magazines de généalogie…)

Edition de près de 15 000 nouveaux titres chaque année,

Et Cinéma !

 

Les efforts de vulgarisation et de diffusion de la recherche en Histoire sont donc nombreux. Alors, où est la crise ?

 

B)      Une Histoire pas rentable ? (les titres vendeurs, la persistance des clichés)

-JL Mayaud (p Lyon, ruralité) « Les temps sont durs pour les historiens sérieux. »

-Fabrice d’Almeida (Paris II, Médias et propagande) : dit qu’il a souvent eu l’occasion de répondre à cette question : mais ainsi posée : « l’histoire sert à avoir un poste, nigaud », ou bien « expliquez moi, je veux savoir où passent mes impôts »

L’Histoire n’est pas rentable, mieux, alors qu’elle est censée déconstruire les mythes, ceux-ci persistent et laissent l’historien en échec.

-Emmanuel Droit résume : 3 points : éclatement de la discipline dans 1970’s avec essoufflement de l’école des Annales. Lien plus en plus ténu entre historiens et leur lectorat, performance du Montaillou lointaine (Emmanuel Leroy Ladurie 1975), attractivité déclinante de la filière historique.

-Histoire pas rentable car ne fait pas son travail : les clichés restent, par exemple. C’est une activité de Sisyphe, car en cherchant à répondre à des questionnements du présent, elle atteint rapidement et en permanence l’obsolescence.

 

C)      L’avenir de l’Histoire

-Enseignement, vulgarisation (avenir de l’histoire à l’école, archives en crise)

Wievorka termine sur un glaçant « A quoi servait l’Histoire ? », un côté Fukuyama même très dépressif chez Gabriel Martinez Gros : on conserve tout on ne sait plus trancher : donc c’est la crise. Il faut savoir conserver et détruire.

En crise avec l’Etat ?

-Julien Vincent (MCF Besançon, GB XIX) souligne l’aspect politique de la question et la relie aux grèves de 2009 des enseignants chercheurs des universités françaises, dénonce l’accusation de non-contribution à la croissance des sciences humaines. On devrait orienter les étudiants vers des filières plus appliquées (crise depuis 1968).

JL Mayaud accuse les « fossoyeurs pressés de l’université et des Humanités » qui désigne-t-il ?

Les politiques seraient-ils nos ennemis désignés ?

CCL : Comment lire ce livre ? En soi, le livre n’apporte pas de réponse définitive, et comme beaucoup de choses en Histoire, tout est affaire d’interprétation et de subjectivité. Il est un modèle de ce qu’un historien est capable de développer comme raisonnement face à un problème donné. Il reste agréable à lire, comme un outil de réflexion personnelle. On pourra choisir de le feuilleter comme une série de vignettes de bande dessinée, car il reste divertissement intellectuel, ou comme une série d’évangiles courts, si l’on suit le raisonnement de Christine Bard qui assimile la pratique de l’Histoire à une spiritualité laïque. Il nous donne à réfléchir sur notre métier et montre quels sont les questionnements qui sont aujourd’hui à l’œuvre dans notre discipline : Refus de l’instrumentalisation, sentiment de crise, qui contrastent avec le dynamisme et la richesse des sciences historiques françaises. Au fond, la question posée agace « A quoi sert l’Histoire ? », et chaque science humaine est pourtant confrontée à cette interrogation quasi-absurde. Ainsi on notera en 2006 la parution d’un ouvrage intitulé « A quoi sert l’Histoire de l’Art », « A quoi sert la littérature ? »… La question lancinante énerve car elle renvoie à notre utilité individuelle, et au-delà au sens de la vie même. Sans pédantisme aucun, vous me permettrez de relier cette lecture à un poème de John Donne, cité en préambule du roman d’Hemingway sur la Guerre d’Espagne « Pour qui sonne le glas ». Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi », John Donne (1572-1631) – Devotions upon Emergent Occasions (1624).

Voilà sans doute une des missions de notre métier, lutte contre l’oubli et la déformation.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *