11 juin 2008 Journée d’étude « La Vérité dans tous ses états »

9h : Christophe Bouneau, directeur de la MSHA

9h10 : Sylvie Guillaume, vice-présidente du conseil scientifique
9h20 : Présentation de l’activité du groupe
9h30 : Florence Buttay, introduction

Matin

Présidence de séance : Jean-Paul Jourdan, directeur de l’UFR d’Histoire

Une vérité scientifique ? La méthode historique en question

9h45 : Nicolas Champ, La construction historiographique d’une erreur. Mgr Thomas responsable des émeutes anticléricales de 1868.

« Un des aspects les plus importants de l’histoire de son action dans son diocèse. » C’est par cette formule qu’une récente notice biographique caractérise la visite pastorale accomplie par l’évêque de la Rochelle et Saintes, Mgr Thomas, au printemps 1868. Au début des années 1990, un historien précisait qu’en effet la « tournée diocésaine » de l’évêque « entraînait des troubles grandissants : lieux de culte saccagés, maires menacés et gendarmes roués de coups pour avoir essayé de s’interposer ». Ces émeutes qui agitèrent les Charentes, la Dordogne et la Gironde sont aujourd’hui jugées exemplaires à la fois de la forte présence d’un bonapartisme rural et des rumeurs récurrentes de la restauration de la dîme. Elles trouveraient donc l’une de leurs raisons dans la visite pastorale de Mgr Thomas.
Cette communication va tenter de rendre compte des processus spécifiquement historiographiques qui ont conduit à accentuer les responsabilités de Mgr Thomas. Dans cette perspective, sera réexaminée la production historique relatant cet événement pour montrer que l’action décisive de Mgr Thomas n’a été en réalité « inventée » et découverte que récemment. Nous procéderons en particulier à une relecture critique de la principale source étayant cette version des faits, les Mémoires d’un grand notable bonapartiste, le baron Eugène Eschassériaux. Enfin, nous chercherons à montrer de quelle manière cette écriture de l’événement est justifiée et justifie une perception de l’histoire de la Saintonge majorant l’irréligiosité des populations.

10h10 : Delphine Dussert, « L’historien et le magnétophone » ou le problème des sources dans l’éude du dialogue interreligieux. Peut-on parler d’une histoire « objective » ?

La quête de la vérité en histoire est une préoccupation tyrannique pour le chercheur, bien que celui-ci soit tout à fait conscient de son caractère insaisissable. Cette aporie se retrouve initialement à travers la méthode qu’il emploie, dans le croisement et la diversification de ses sources. Le souci d’objectivité scientifique est particulièrement aigu dans l’étude de certains champs d’histoire religieuse à l’époque contemporaine, devant lesquels l’historien est confronté à des choix déontologiques cruciaux. C’est par exemple le cas pour l’étude du dialogue interreligieux en France dans la deuxième moitié du XXe siècle. Le jeu des relations entre communautés juives, chrétiennes et musulmanes, implique à la fois des institutions, des particuliers, des associations. Ce thème touche par ailleurs des pans de l’histoire sociale et culturelle quant aux relations entre immigrés musulmans et croyants essentiellement catholiques et protestants. L’envergure d’un tel sujet nécessite par conséquent le recours à des archives écrites, de différentes natures : correspondances, documents officiels, statuts d’associations, revues émanant des groupes de dialogue, articles de presse…
Bien que les sources écrites bénéficient toujours de la prédilection des historiens, il serait dommage d’omettre l’inclusion de témoignages oraux, d’autant que des acteurs du rapprochement interreligieux sont encore en vie, sinon actifs. Si l’utilisation de la source orale nécessite une méthodologie rigoureuse, ce n’est pas le plus délicat dans la démarche de l’historien qui se lance dans l’étude croisée des religions.
Outre la question immédiate de localisation des sources, le monopole des documents par les confessions chrétiennes constitue une problématique essentielle dans le traitement du sujet. En effet, comment traiter du dialogue interreligieux de manière équitable et représentative, à moins que celui-ci ne soit qu’une invention chrétienne ? A travers un état des lieux des archives confessionnelles, privées et publiques, nous allons tenter de cerner les nécessaires adaptations auxquelles doit se soumettre le chercheur afin de sortir d’une histoire religieuse christiano-centrée. Des efforts de classement et de numérisation ont été fournis dans certains domaines, par exemple pour l’histoire de l’immigration, mais beaucoup de fonds restent inaccessibles, et pas seulement pour des raisons de délais légaux de consultation. Il est donc nécessaire d’ouvrir des pistes de réflexion sur l’avenir des histoires religieuses en France.
10h35 : discussion

10h50 : pause

Dire la vérité, rendre la justice

11h05 : Sébastien Durand, Le « syndrome » de l’épuration manquée à Bordeaux : construction et fragilités d’une mésinformation.

La question de l’épuration à Bordeaux, de sa rapidité, de son efficacité, occupe une place à part dans l’historiographie bordelaise de la Seconde Guerre mondiale et de la Libération. Certains auteurs, la plupart d’anciens Résistants, ont souligné les sabotages, voire l’absence d’un processus épuratoire. Dès 1983, en pleine instruction de l’affaire Papon, Michel Slitinsky, influencé par les discours et les écrits du général de Larminat (Chroniques irrévérencieuses, 1962), n’hésite pas à parler dans L’Affaire Papon d’une « non-épuration », qui aurait profité certes aux corps de l’administration (préfecture et police), mais aussi à des secteurs compromis par la collaboration économique (négoce de vins, BTP). En 1989, Michel Bergès, universitaire bordelais, conforte les positions prises par Michel Slitinsky (colloque Gaullisme et antigaullisme en Aquitaine). Deux années plus tard, dans une lecture psychanalytique de la collaboration et de la Libération à Bordeaux, Maurice-David Matisson, un des premiers plaignants de l’affaire Papon, accuse le commissaire de la République (CRR), Gaston Cusin, d’avoir facilité inconsciemment ce qu’il appelle « le syndrome de l’épuration manquée de Bordeaux », en privilégiant la continuité de l’Etat sur la vacuité qu’aurait engendré une épuration dans les règles (Psychanalyse de la collaboration. Le syndrome de Bordeaux : 1940/1945).
De tels écrits forment de formidables « porte-voix » de la Mémoire résistante et de l’idée selon laquelle l’épuration (sous toutes ses formes) n’aurait pas ou quasiment pas existé. Par la suite, plusieurs auteurs, qu’ils soient journalistes, historiens et/ou Résistants, parleront d’une « épuration introuvable » (René Terrisse, Bordeaux 1940-1944), d’« une épuration en douceur » (Bernard Violet, Le Dossier Papon) ou encore d’une « épuration manquée » (Jean-Jacques Gandini, Le Procès Papon). La Mémoire ouvrière et syndicaliste, qui recoupe en partie la sphère mémorielle résistante, véhicule également de telles idées. Les membres de l’Institut CGT d’histoire sociale d’Aquitaine, établi à la Bourse du Travail, s’appuyant sur le vécu à la Libération des ouvriers bordelais (essentiellement les métallos) n’hésitent pas à parler de la « non-épuration des entreprises ».
L’affaire semble donc entendue : l’épuration bordelaise a bel et bien failli. Les archives de l’épuration consultées en révèlent les lenteurs et les pesanteurs : inflation du nombre de commissions chargées de la répression, lourdeur de la procédure, imprécisions de la réglementation, respect du secret professionnel, pression sociale et politique émanant tant de l’opinion, de la Résistance (Comité départemental de la Libération) que des autorités officielles (CRR). Cependant, en s’appuyant sur des archives inédites et sur l’exemple précis de l’épuration économique, sous sa forme judiciaire (cour de justice, chambre civique, tribunal militaire), professionnelle (comité régional interprofessionnel d’épuration) et fiscale (comité de confiscation des profits illicites), nous serons amenés à nuancer l’idée persistance d’une épuration « manquée ».

11h30 : Odile Giradin-Thibeaud, L’épuration administrative au sein de la Marine de 1943 à 1976: entre quête de vérité et tentative de réhabilitation.

L’affirmation selon laquelle l’épuration au sein de la Marine a frappé « haut, fort et vite » traverse les discours portés tant par l’Institution que par les Officiers Généraux concernés. La présente communication s’attachera à montrer que si la Marine a bien cherché à établir la vérité en particulier en instituant une commission d’épuration qui fut chargée de reconstituer les faits, elle s’est aussi souciée d’énoncer une vérité politique conforme à ce qui était attendu par l’époque. En effet, la reconstitution pour chaque officier général de marine du parcours épuratoire sanction-amnistie montre que le processus s’est totalement délité dans le temps, et qu’un pourcentage infime des officiers généraux a été sanctionné. L’antienne du discours sur  la sévérité de l’épuration a permis à la Marine de faire valoir sa capacité à sanctionner et à redonner de la cohésion à un corps social marqué par les événements lui permettant ainsi de retrouver une légitimité fort compromise par son rôle dans l’Etat français. Sa réhabilitation ainsi obtenue, dès 1948 elle revient sur les décisions de sanctions administratives prises par le pouvoir politique et non par elle, oeuvrant ainsi discrètement à la réhabilitation de « ses » marins.

11h55 : discussion

Après-midi :

Présidence de séance : Laurent Coste, professeur d’histoire moderne

Vérité et contre-vérités : les usages politiques de la vérité

14h : Céline Piot, La tentative de coup d’Etat de Paul Déroulède en 1899 : vérités et contre-vérités.

En France, dix ans après la crise boulangiste, certains opposants au régime en place ne désarment pas et nourrissent l’espoir d’abattre la République parlementaire. C’est le cas de Paul Déroulède qui tente un coup d’État en 1899, en profitant de l’agitation liée à l’affaire Dreyfus. Mais l’idée du complot remonte en 1897 et la conspiration est préparée dès l’automne 1898, lorsque Déroulède remet sur pied la Ligue des Patriotes.
Si la teinte bonapartiste et la touche romantique de ce complot manquent d’originalité, Déroulède innove dans la pratique de la conspiration en utilisant simultanément le secret et la publicité pour arriver à ses fins : il dévoile une partie de ses projets. Ainsi, l’originalité provient non pas de la coexistence d’un côté occulte et d’un côté affiché, mais de cette volonté ouverte de renverser le régime par la force. S’agit-il d’imprudence ? De provocation ? Est-ce la marque de l’assurance de ne pas être poursuivi ? Dans tous les cas, la vérité est instrumentalisée. Des rumeurs et des campagnes de presse autour des projets, réels ou supposés, de coup d’État se développent.
Profitant de la mort du président de la République Félix Faure, la tentative a lieu le 23 février 1899. Mal organisée, mal exécutée, elle est un fiasco.
Le procès qui s’en suit utilise aussi vérités et contre vérités : est-il celui d’un coup d’État manqué ou l’occasion de trouver un moyen légal de mettre fin au désordre politique latent depuis la fin des années 1880 ?
Comment cette tentative de coup d’État révèle-t-elle également l’existence de diverses rumeurs et contre rumeurs (complot jésuite répondant à complot judéo-maçonnique). Le complot devient alors une composante des crises politiques de la fin du XIXe siècle.
Si ce danger est bien réel en 1899, comment les Français sont-ils touchés par cette pratique de la conspiration ? L’exemple de trois départements plutôt ruraux (Gers, Landes, Lot-et-Garonne) peut-il permettre d’apporter une réponse.

14h25 : Isabelle Clavel, Les professions de foi des candidats aux élections législatives (1958- 1962) : un discours de vérité digne de foi ?

Les professions de foi des candidats aux élections législatives que l’on connaît aussi sous le nom de Barodet, de celui qui, en 1881, fit la proposition de rassembler les professions de foi et programmes électoraux des députés, constituent une source bien connue des historiens du politique. Définie comme une simple circulaire précisant les choix et les engagements des candidats aux élections, il n’est pourtant pas inutile d’insister sur l’usage de cette locution « profession de foi ». Elle contient en elle à la fois cette résonnance religieuse ou plutôt cette idée de croyance, mais en réfère aussi au sens premier du mot foi, celui du latin fides (et par extension foedus), qui y introduit l’idée de sincérité et de confiance. Comment dès lors la profession de foi peut-elle être autre chose qu’une promesse de dire le vrai ou du moins de vouloir dire le vrai pour les candidats aux législatives ? La locution elle-même prescrit de se livrer sincèrement à un discours de vérité, d’abord pour le candidat lui-même car l’on ne peut définitivement se mentir à soi-même lorsque ce sont ses propres croyances qui sont engagées, puis pour les lecteurs-électeurs de celui-ci, dont il reçoit mandat de représentation.
Notre étude porte sur les élections législatives de 1958 et de 1962, appartenant toutes deux à ce que l’on peut nommer « l’ère du soupçon ». On s’interrogera particulièrement sur les modalités du dire-vrai dans les professions de foi. Comment les candidats socialistes proclament-ils le pacte de confiance entre eux et leurs électeurs et par quels moyens et mise en scène tentent-ils d’inspirer confiance ? Dans cette période troublée, la promesse de vérité se traduit justement par la portion congrue qu’occupent les promesses électorales.

14h50 : discussion

15h05 : pause

Vérités fabriquées, Vérité marchande

15h20 : Jean-François Viaud, Recettes miraculeuses et informations éclairées. Crédibilité des messages médicaux dans la presse de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la presse s’enrichit de nouveaux périodiques spécialisés dans les annonces, comme à Bordeaux, en 1758, l’hebdomadaire Annonces, Affiches et Avis divers, remplacé en 1784 par un quotidien, le Journal de Guienne. Les annonces vantant l’efficacité d’un remède, déjà présentes en petit nombre dans la presse depuis la fin du XVIIe siècle, s’y multiplient, donnant un bon aperçu de l’argumentation employée par les charlatans pour faire croire à l’efficacité de leur produit. Leur discours grandiloquent, leur outrance de bonimenteur de foire, l’exposition des vertus mirifiques du remède, sont typiques du discours charlatanesque et semblent exhaler un relent d’escroquerie immédiatement identifiable aujourd’hui.
Parallèlement, cette presse d’annonces donne aussi des informations émanant de la médecine officielle. En effet, ses rédacteurs n’ont pas pour seul objectif d’« encourager le commerce », ils veulent aussi aider l’humanité souffrante et contribuer à diffuser le message des Lumières. Les annonces des charlatans voisinent donc avec les interventions de médecins qui combattent les premiers avec virulence, et tiennent, évidemment, des propos radicalement différents. Peut-on, toutefois, résumer l’ambiguïté qui en résulte par une opposition frontale entre un discours qui serait éclairé et philanthropique, et des annonces à finalité uniquement lucrative, sans crédibilité, et dont le succès ne tiendrait qu’à l’obscurantisme persistant de certains ? En fait, un troisième type de messages médicaux vient brouiller le manichéisme apparent de cette confrontation ; car la presse publie aussi des recettes, offertes gratuitement, parfois très simples, issues du plus pur empirisme, des « secrets » transmis de génération en génération, et dont l’efficacité paraît aussi peu vraisemblable que celle promise par les annonces commerciales.
Pour mieux comprendre cette disparité des informations médicales, il faut se situer dans le contexte d’une période où la croyance au progrès suscite de nombreux espoirs, mais où la médecine stagne, sans avancée thérapeutique décisive. Pour cette raison, l’avis des médecins officiels ne paraît sans doute à beaucoup guère plus crédible que les propositions empiriques. D’ailleurs, certains livres de raison sont remplis de recettes de remèdes d’une simplicité étonnante, et on y trouve même parfois l’argumentation publicitaire recopiée telle quelle, sans un soupçon de critique. Quelques attitudes individuelles témoignent de l’impact fort des messages lus dans la presse, et du recours aux offres des charlatans.
C’est surtout aujourd’hui, avec le recul, que nous apparaissent l’aspect charlatanesque de la plupart des « publicités », et le caractère dérisoire de toutes ces formules de remèdes, proposées dans les situations parfois les plus désespérées. Leur crédibilité a probablement été plus grande que ce que l’on peut imaginer, et même les savants acquis à l’idéologie des Lumières ont bien conscience qu’en matière de traitements, presque tout est encore à découvrir. Il est donc nécessaire de collecter le savoir, de connaître tous les remèdes employés, quelle que soit leur origine, et de continuer à les expérimenter. La presse dans son ensemble, et particulièrement les journaux d’annonces, sont un outil pour recueillir ces informations, qu’il serait sans doute réducteur de diviser en deux catégories totalement clivées.

15h45 : Cédric Guillaume, La vérité est-elle monnayable ? Le traitement de la vérité dans les films Dysney.

16h 10 : discussion

Vérité intime

16h30 : Hélène Jacquemin-Cormy, L' »amitié vraie » chez Saint François de Sales.
L’amitié est-elle souhaitable ? A cette question centrale, la tradition chrétienne a opposé un discours très partagé, en l’envisageant tantôt comme un bien, tantôt comme un danger… Le problème vient naturellement de la définition que l’on donne à l’amitié, ou peut-être plutôt aux amitiés, car ces contradictions tendent à prouver qu’il existe plusieurs « types » d’amitié. Le but de cet exposé sera donc de dégager l’originalité de François de Sales, évêque de Genève de 1602 à 1622, en nous demandant comment la recherche de l’essence de la « vraie amitié » lui permet-elle de dépasser le débat traditionnel.
Le premier apport du théologien a consisté à conceptualiser progressivement la différence qu’il voyait entre une vraie et une fausse amitié. Sa conception première, contenue dans l’Introduction à la vie dévote (1609), s’inscrit globalement dans le discours dominant, puisqu’elle oppose surtout une bonne et une mauvaise amitié et voit l’ami comme un obstacle plus que comme un adjuvant dans la marche vers le salut. Avec le Traité de l’amour de Dieu (1616), François de Sales définit l’amitié vraie comme un « amour de bienveillance » « mutuel » et « avec correspondance », déniant le nom d’amitié à tout ce qui n’entre pas dans ce cadre – c’est la fin des fausses amitiés  –. Les formes variées que prennent les amitiés vraies ne correspondent qu’à des différences de degré (l’ami est plus ou moins préféré aux autres) et non de nature.
Après avoir reconnu la bonté de l’amitié vraie, c’est-à-dire de la seule méritant ce nom, François de Sales affirme logiquement, mais, sinon de façon originale, du moins avec plus de force qu’auparavant, qu’elle est souhaitable à plusieurs titres. En premier lieu, l’amitié terrestre est un atout pour le croyant dans sa quête du salut, qu’il s’agisse d’un laïc qui peut s’appuyer sur un « ami spirituel » comme un directeur de conscience, ou d’un clerc qui est appelé à aimer d’« amitié cordiale » tous ses frères. Par ailleurs, cette amitié terrestre est une préfiguration de l’amitié céleste. Elle montre à l’homme son essence divine et lui fait saisir l’amour que Dieu lui porte et l’amitié qu’il lui propose de partager. Pour mener une vie dévote, il suffit de rester toujours l’ami de Dieu.
Si cette amitié est à cultiver, elle n’est pas pour autant un idéal impossible à accomplir : elle s’incarne dans des usages. François de Sales insiste sur l’importance de ces actes, dans un souci constant de mettre son discours théorique au service de la pratique. Faisant le portrait de l’ami idéal, il dessine à grands traits la figure de l’ami dévot, conseiller spirituel et confident éclairé, mais lui reconnaît aussi, quoique plus timidement, des qualités présentes surtout chez les auteurs laïcs, relevant de l’échange de services voire du plaisir. Toutefois, l’évêque de Genève ne dénie pas l’imperfection et la fragilité intrinsèque de l’amitié humaine, qui doit inciter les hommes à se montrer vigilants, à savoir reconnaître les fausses amitiés pour s’en détacher le cas échéant.

16h55 : discussion

17h10 : Conclusions par Bernard Lachaise, professeur d’histoire contemporaine

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *