journée études: Histoire et Mémoire. La culture de mémoire collective vis-à-vis d’événements traumatisants

1er décembre 2006, Journée d’études organisée par la Fondation Friedrich Ebert Bonn/Paris et le Goethe-Institut Bordeaux

Compte-rendu

Le 1er décembre 2006, une « journée d’étude » intitulée Histoire et Mémoire. La culture de mémoire collective vis-à-vis d’événements traumatisants a eu lieu au Goethe-Institut de Bordeaux. Cette journée d’étude a débuté par un mot d’accueil de la directrice du Goethe-Institut de Bordeaux, Carmen Marcou, suivi de neuf interventions de 20 à 30 minutes. Les orateurs allemands (quatre personnes) et français (cinq personnes) étaient historiens, germanistes et sociologue. Les interventions ont traité un large spectre d’approches et de sujets situés autour de la problématique histoire et mémoire.

Lors de la première intervention, Stephan Martens, professeur de civilisation allemande à l’Université Bordeaux 3, a évoqué Les dimensions du débat sur la mémoire , titre de l’intervention. Il a réalisé un compte-rendu des problématiques et des enjeux de la mémoire et des évolutions de ce débat. Il a abordé quelques remarques sur la mémoire en général, notamment sur la différence entre mémoire et histoire, les vagues et la « sacralisation de la mémoire » et a traité la mémoire d’une perspective française et européenne ajoutant aussi la « mondialisation de la mémoire ».

La deuxième intervention a été consacrée à L’Allemagne et le colonialisme : quelle mémoire ‘ L’intervenant, Peter Steinbach, est professeur d’histoire à l’Université Karlsruhe. Il a évoqué que « la mémoire des colonies allemandes n’a pas d’histoire ». La perte des colonies a été ressentie comme douloureux. Le mythe d’une « colonialisation positive » est mis en question à partir des années 1950, mais la mémoire des colonies reste marginale face à la mémoire de la Shoah.

La troisième intervention de cette unité a été assurée par Hélène Camarade, maître de conférence de civilisation allemande à l’Université Bordeaux 3 et a porté sur La mémoire de la résistance allemande au nazisme . Elle a traité la problématique particulière de la résistance en Allemagne. Même si des recherches abordant des résistances différentes sont entreprises depuis les années 80, la mémoire de la résistance « n’est pas encore une mémoire partagée » en Allemagne aujourd’hui.
La deuxième unité a commencé par une intervention d’Edouard Husson, maître de conférence d’histoire à l’Université Paris 4, intervention intitulée : La France et ses mémoires. Selon l’intervenant, la France n’est pas un cas unique concernant la « concurrence de victimes », la « multiplicité de débats » et l’ « utilisation de la mémoire dans le politique ». Il n’y a « pas d’équilibre dans le travail de mémoire » qui n’est pas
possible sans travail historique.

L’intervention suivante de Bernard Lachaise, professeur d’histoire à l’Université Bordeaux 3, a porté sur Bordeaux et ses mémoires. Il a développé une synopse de deux mémoires : celle de la guerre 40/44 et celle du commerce triangulaire. Pendant que Bordeaux est rattrapé sur sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale par le Procès Papon, la ville envisage aujourd’hui de maintenir la mémoire du commerce triangulaire suivant une tendance récente dans d’autres villes.

Dans la troisième unité, Türkan Karakurt, sociologue et co-directrice de la Friedrich-Ebert-Stiftung, bureau Paris, est intervenue sur Les relations entre l’Allemagne et Israël : la question de la Shoah et de la réconciliation . La culture de mémoire de la Shoah est un « élément intégral de la culture politique d’Israël ». Après un refus total jusqu’au années 50, les relations avec l’Allemagne sont aujourd’hui perçues « sans préjugés ».

La deuxième intervention de cette unité, réalisée par Nicole Pelletier, professeur d’études allemandes à l’Université Bordeaux 3, s’est concentrée sur les Réflexions autour de l »uvre d’Alexander et Margarete Mitscherlich : Le deuil impossible . Elle a évoqué la réception du livre par la société allemande dans les années 60 et la polémique qui en a suivi. Malgré cela, cette approche psychanalyste a permis d’autres approches par la suite.

Dans la dernière unité, Friedhelm Boll, professeur d’histoire Université Kassel, est intervenu sur Les lieux de mémoire allemands, français et anglo-saxons en Normandie . Il a traité des grandes différences des représentations de la guerre par les trois pays et a formulé l’hypothèse que l’objectif pacifiste des représentations allemandes est ressenti « de manière problématique » vis-à-vis des représentations martiales dans d’autres lieux de mémoire.

Dans la dernière intervention de la journée, j’ai traité des Lieux de mémoire d’Oradour-sur-Glane et du Centre Jean Moulin de Bordeaux. De part l’exemple de deux structures muséales, la question posée est : dans quelle situation un musée de la Seconde Guerre mondiale est créé, vis-à-vis de quelle mémoire et quel effort l’établissement entreprend-t-il afin de transmettre cette mémoire.

Tout au long de ces interventions très variées et des débats intervenus à la fin de chaque unité, l’assemblée s’est interrogée sur les différentes représentations de la mémoire et de l’évolution de celle-ci. Comme conclusion peut être retenu qu’il faut encore faire des efforts pour trouver un juste milieu pour la mémoire des événements traumatisants du XXème siècle, juste milieu que nous n’avons pas encore trouvé aujourd’hui.

Henning Meyer

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *