Dynamiques de l’Etat moderne 2 : Tendances récentes de l’histoire de l’Etat en Angleterre (XVIIe-XIXe)

19 novembre 2007, Lecture dirigée par François-Joseph Ruggiu.

Le dossier proposé à la lecture comprend deux articles dont le regroupement est destiné à faire jouer les échelles :
–    une réflexion sur les entités politiques qui formaient l’Europe moderne : J.H. Elliott, « A Europe of Composite Monarchies », Past and Present, 137, Nov. 1992, p. 48-71.
–    un travail sur l’Etat central dans l’Angleterre du XVIIe siècle : M. Braddick, « Réflexions sur l’Etat en Angleterre (XVIe-XVIIe siècles) », Histoire, Economie et Société, n°1, 2005, p. 29-50.

« A Europe of Composite Monarchies »
–    il a été rédigé par John Huxtable Elliott, né en 1930 ; Regius Professor of Modern History, Oxford, 1990-1997 ; il est à l’origine un spécialiste d’histoire politique de l’Espagne au XVIIe siècle ; il a travaillé sur la grande révolte des Catalans dans les années 1640 ; puis il a écrit une biographie du favori de Philippe IV, le comte d’Olivares ; enfin, il a glissé vers l’étude de l’empire espagnol et vient de faire paraître une somme Empires of the Atlantic World: Britain and Spain in America 1492-1830, Yale University Press, 2006.
–    la réflexion de John Elliott porte sur l’évolution de l’organisation politique des Etats en Europe occidentale depuis le Moyen Age ; il a longtemps été tenu pour acquis que l’état-nation était la forme vers laquelle ont tendu naturellement toutes les communautés occidentales ; l’état-nation : la coïncidence d’un territoire, d’une nation, et de l’exercice d’un pouvoir souverain à travers un appareil d’état centralisé ; un des plus grands succès de la collection « Foundations of modern Britain » est le livre de A. G. R. Smith, The Emergence of a Nation State: The Commonwealth of England 1529-1660, London ; New York : Longman, 1997 ; la France et l’Angleterre ou, dans une moindre mesure, la Castille auraient été seulement les précurseurs, dès le Moyen Age, d’un mouvement plus large qui a commencé à concerner l’ensemble des pays européens à partir de l’époque moderne et plus encore du XIXe siècle ; les empires auraient donc été voués à l’échec.
–    pour aller à l’encontre de cette conception de l’histoire des états, J. H. Elliott s’appuie sur les travaux de H. G. Koenigsberger, né en 1918, spécialiste de la seconde moitié du  XVIe siècle (il a travaillé sur la Ligue ; il a travaillé sur les Pays-Bas en particuliers sur les Etats-Généraux des Provinces-Unies : Monarchies, states generals and parliaments : the Netherlands in the fifteenth and sixteenth centuries, Cambridge University Press, 2001 ; The Government of Sicily under Philip II of Spain, a study in the practice of empire London, Staples press, 1951) ainsi que sur un volume collectif : Conquest and coalescence : the shaping of the state in early modern Europe, ed. by Mark Greengrass (un spécialiste de la France), London, E. Arnold, 1991

–    Il met l’accent sur trois faits ;
o    dans l’Europe du XVIe siècle, les états composites qui réunissaient plusieurs entités politiques distinctes, ayant des institutions, des systèmes juridiques et des langues différentes, sous la souveraineté d’un même prince étaient en réalité bien plus nombreuses que les états-nations ;
•    c’est vrai d’un bout à l’autre de l’Europe : il rappelle l’union de Lublin qui crée l’état polono-lithuanien en 1569 ; l’union entre le Portugal et l’Espagne en 1580.
•    il pouvait même y avoir des états composites sans continuité territoriale : les Pays-Bas espagnols ; l’union de Kalmar : 1397 jusqu’en 1523 unit la Suède, le Danemark et la Norvège ainsi que l’Islande et même le Groenland.
o    l’idée impériale continue à exister, sous la forme du Saint-Empire romain germanique mais aussi par le fait qu’une partie des projets politiques du XVIe siècle comme l’extension de la souveraineté anglaise sur les îles Britanniques, en particulier sous Henri VIII, demeure inscrite dans le vocabulaire impérial.
o    au XVIe siècle, il n’était pas évident que le modèle de l’état-nation devienne le modèle dominant non seulement de l’époque moderne mais aussi de l’époque contemporaine.

Avant d’aller plus loin dans l’analyse, il est intéressant de noter qu’au moment où J. H. Elliott écrit son papier, l’histoire de l’Angleterre a connu une mutation importante mais dont il ne rend absolument pas compte car il n’est pas un spécialiste de l’Angleterre. Dans les années 1980, est apparu le mouvement de la British History qui conteste la vision traditionnelle de l’histoire des îles Britanniques comme un récit de l’expansion de la domination anglaise et de la soumission du Pays de Galles, de l’Ecosse et de l’Irlande à l’état centralisé localisé à Westminster. Un article important en ce sens a été celui de John Pocock dès les années 1970, ‘The Atlantic Archipelago and the War of the Three Kingdoms” dans Brendan Bradshaw and John Morrill (eds.), The British problem, c. 1534-1707 :State formation in the Atlantic archipelago, Basingstoke ; London : Macmillan, 1996. L’idée était de prendre mieux en compte les interactions entre les trois royaumes et de comprendre comme le Royaume-Uni de Grande-Bretagne (1707) et d’Irlande (1801) avait été constitué comme une forme d’état supranational (Tony Claydon and Ian McBride (eds.), Protestantism and National Identity: Britain and Ireland, c. 1650–c.1850 (Cambridge University Press, 1998) ; Glenn Burgess (ed.), The New British History: Founding a Modern State, 1603–1715 (London: I.B. Tauris, 1999) ; S.J. Connolly (ed.)Kingdoms United: Great Britain and Ireland since 1500 (Dublin: the Four Courts Press, 1999) ; Conquest and union : fashioning a British state, 1485-1725, ed. by Steven G. Ellis and Sarah Barber, London, New York, Longman, 1995)

J. H. Elliott donne des éléments de réflexion sur ces états composites :
–    les vecteurs de la formation de ces états : soit par conquête ; soit par union aeque principaliter (souvent dans le cas d’une succession héréditaire ; renvoie d’ailleurs au concept développé par Lucien Bély de « société des princes »)
–    le rôle des élites dans le fonctionnement des états composites : l’union ne peut être garantie par le déploiement de troupes car pratiquement aucun état de l’Europe moderne n’a les moyens de tenir militairement une province réellement rebelle (voir les Provinces-Unies) ; il passe par l’adhésion des élites par le biais du patronage (il donne l’exemple de l’ordre de la Toison d’Or pour les Habsbourg) ou par le biais des institutions (l’instauration à Dublin d’un Parlement ; d’un appareil d’état qui mime les conseils et les organes de Westminster).
–    l’idée que la contestation des monarchies composites est survenue à partir de la première moitié du XVIIe siècle : nouvelle génération de rulers élevés dans une nouvelle idéologie politique (« Lipsian teachings about the ordered and disciplined state » ; les principes de la monarchie absolue)  : Richelieu, Olivares, Buckingham (J. Elliott a fait une biographie comparée de Richelieu et d’Olivares ; il a aussi dirigé The world of the favourite, avec L. W. B. Brockliss, New Haven, London, Yale University Press, 1999) ; désir d’aller vers un état plus unitaire : uniformité de religion, de lois et de système fiscal.

Michael Braddick, « Réflexions sur l’Etat… » – un article dans un numéro d’Histoire, Economie et Société, 2005… tout le numéro porte sur l’Etat en fait une autre génération ; il est né en 1962 ; il est professeur à l’Université de Sheffield
–    il est à l’origine un spécialiste des finances de la monarchie anglaise : Parliamentary taxation in seventeenth-century England: local administration and response, Royal Historical Society Studies in History, 70, 1994 ; The nerves of state: taxation and the financing of the English state, 1558-1714, Manchester University Press, 1996.

L’article que nous avons en main a été écrit dans la foulée de son principal livre State formation in early modern England, c.1550-1700, Cambridge University Press, 2000, qui lui-même dérivait d’un papier antérieur : ‘State formation and social change in early modern England: a problem stated and approaches suggested’, Social History, 16, 1 (1991), pp. 1-17. Il est intéressant de constater qu’un article sur l’état a été écrit dans une revue d’histoire sociale.

Quelques mots du contexte qui est double :
–    les questions sur la naissance de l’état-nation anglais que nous avons abordée plus haut : un état précocement centralisé : dès le Moyen Age ; les derniers fragments de territoire sur lesquels leking’s writ n’était pas accepté immédiatement disparaissent au XVIe siècle : le Palatinat de Durham par exemple…
–    la question de l’ampleur de l’ampleur de l’appareil d’état en Angleterre. Jusque dans les années 1980, les historiens avaient vécu dans l’idée que l’appareil d’état anglais était ancien mais qu’il avait au fond toujours été léger : la vieille vision des libéraux du XIXe siècle : l’état anglais avait su éviter l’inflation bureaucratique qui avait caractérisé à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle les états continentaux en particulier la France de Louis XIV ; l’état militaro-fiscal, caractéristique de l’Etat moderne que nous avons étudié lors de la dernière séance, ne se serait jamais implanté en Angleterre : pas d’armée permanente ou très réduite : au XVIIIe siècle, en temps de paix, peut-être 12000 à 20000 hommes pour l’essentiel cantonnés en Irlande ; pas de forces de l’ordre appointé par le gouvernement ; pas d’officiers de justice et de finances au sens français du terme, des administrateurs propriétaires de leurs charges et de ce fait intimement liés au destin de la Couronne ; l’état central, celui de Westminster, se réduit à la Chancellerie, les grandes cours de justice, et les départements fiscaux : Echiquier essentiellement. Tout cela fonctionnait bien jusqu’à ce que John Brewer ne vienne perturber ce tableau : il est né en 1947 ; il est professeur à l’Université de Chicago ; il est à l’origine spécialiste d’histoire politique : Party Ideology and Popular Politics at the Accession of George III, (Cambridge University Press, 1976). Dans son principal ouvrage, qui est récent The sinews of power [Texte imprimé] : war, money and the English state, 1688-1783, London, New York, Routledge, 1994, il démonte le mythe de l’état léger : il montre la croissance majeure :
o    de l’appareil fiscal : note 3 de l’article : Patrick O’Brien a montré que le prélèvement fiscal en Angleterre était supérieur à celui réalisé en France mais il ne s’agit pas de la fiscalité directe comme en France (la taille, la capitation) mais de la fiscalité indirecte qui est beaucoup moins perçue par les contribuables ; J. Brewer examine les conditions de l’implantation dans le pays d’une administration centralisée, très moderne : l’Excise dont les fonctionnaires encaissent une sorte de TVA ; il étudie aussi le Navy Board : qui gère la Royal Navy. Il en déduit que l’état anglais connaît à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, pour répondre aux nécessités du conflit franco-anglais qui court de 1688 à 1815, la même croissance (« the rise of the state » ; le processus appelée : la construction de l’état – the state building et l’idée volontariste contenue dans le mot construction est ici fondamentale) que ses homologues européens mais par d’autres moyens. On retrouve néanmoins le schéma classique : nécessité de faire la guerre, levées de taxes pour lever des troupes, création de nouvelles institutions bureaucratiques pour assurer le fonctionnement de l’ensemble. C’est ce que rappelle Michael Braddick dans la première partie de son texte.
o    Lui-même se situe dans une autre perspective :
•    Il part des définitions classiques de l’Etat : par exemple celle de Michael Mann dans The sources of social power. A history of power from the Beginning to AD 1760, 1986 : l’état est un ensemble d’institutions centralisées et différenciées, jouissant du monopole de la violence légitime, sur un territoire donné ; trois éléments : la définition wéberienne : le monopole de la violence légitime ; la notion de territorialisation ; la notion de centralisation qui amène la plupart des spécialistes de l’état à travailler sur l’état central localisé en un point du territoire : Westminster, Paris/Versailles etc. ; les autres institutions étatiques sont alors prises dans un rapport entre le centre et la périphérie…
•    ce que rejette M. Braddick, c’est l’assimilation de l’état et du centre ; pour lui, le raisonnement précédent est circulaire : il est naturel que l’état décrit par les historiens se résume à ses fonctions militaires et fiscales puisqu’ils ne regardent que les institutions centrales qui sont vouées à la gestion de l’armée et de l’impôt. Il faut élargir le regard selon lui et comprendre que les institutions locales sont parties prenantes de l’état. Cela a trois conséquences majeures
•    Première conséquence : une nouvelle définition de l’état : l’état est un réseau d’agents qui agissent dans des institutions coordonnées depuis un centre mais qui n’y sont pas tous localisées
•    Deuxième conséquence qui fait essentiellement l’objet de l’article étudié ici : une nouvelle relation entre les élites locales et l’état ; plusieurs idées ici
•    les élites locales ne sont ni les adversaires de l’état (comme dans la vieille version de la crise de l’aristocratie face à la croissance de l’état royal) ni dominées par l’état et ravalées au rang d’exécutantes ; elles sont au contraire partie prenante de l’état ;
•    elles exercent à travers les charges locales (local officeholders : le lord lieutenant, le sheriff, les juges de paix, mais aussi à un échelon plus bas le constable ; les overseers of the poors), qui sont bénévoles en Angleterre, et fonctionne souvent sur le mode de la commission, un pouvoir politique inscrit dans un territoire et coordonnés par le centre
•    un pouvoir qui se distingue des autres types de pouvoir qu’elles peuvent donc exercer : le pouvoir de seigneur et le pouvoir de père ; les charges renforcent donc la mainmise des élites locales sur leur territoire (c’est la raison pour laquelle il n’y a pas de résistance très nette à la croissance de la fiscalité étatique comme le souligne Braddick) ; d’un autre côté la volonté de l’état central – et du monarque  – ne peut être appliquée qu’à travers le filtre des local officeholders. La relation entre les élites locales et la monarchie est donc inscrite dans une relation de dépendance mutuelle qui s’exprime à travers les institutions mêmes de l’état. (pourvu qu’on le considère dans son ensemble et pas seulement du point de vue du centre). La notion de négociation est au cœur des analyses de Braddick :Negotiating power in early modern society: Order, hierarchy and subordination in Britain and Ireland, co-edited with John Walter, Cambridge University Press, 2001
•    Troisième conséquence ; une nouvelle vision des compétences et des centres d’intérêt de l’état : la guerre et la fiscalité bien sûr mais aussi la régulation sociale – à travers en particulier la prise en charge des pauvres.

Florence Buttay

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *