Dynamiques de l’Etat moderne 3: Dans l’historiographie italienne contemporaine

10 décembre 2007, Proposé par Sandro Landi

Considérations préliminaires

I. Comment l’historiographie italienne et non italienne a pensé les formes d’Etat qui s’imposent dans la péninsule italienne à l’Epoque moderne (XIVe-XIXe)

II. Comment l’historiographie italienne a élaboré de nouveaux modèles interprétatifs de l’Etat moderne

– d’un point de vue de la production éditoriale cette réflexion a donné lieu à deux types d’ouvrages : 1) ouvrages consacrés aux anciens Etats italiens en italien, en français ou en anglais 2) ouvrages en italien sur l’Etat moderne (juristes et historiens du droit) : cf. BIBLIOGRAPHIE

I. Histoire des anciens Etats italiens dans l’historiographie contemporaine (antérieure à 1990)

II. Paradigmes italiens de l’Etat moderne dans l’historiographie italienne postmoderne (postérieure à 1990)

– Questions de lexique

Italie moderne comme mosaïque d’Etats (cf. Carte) ; diversité de régimes politiques (républiques, monarchies)

– Comment peut-on nommer ces formations politiques, une question traditionnelle et récurrente ?

a. L’usage historiographique de la formule « Etat moderne », quoique encore très fréquente est devenu problématique. A partir de quelle époque peut-on parler d’Etat moderne :

b. de toute évidence la chronologie de ces formations politiques ne correspond pas aux scansions chronologiques de l’histoire politique ; en gros, l’historien de la péninsule italienne est confronté à des formations politiques qui s’imposent fin XIIIe-début XIVe et qui perdurent (mise à part l’expérience napoléonienne) jusqu’à l’unification de la péninsule en 1860.

c. donc, ces Etats modernes existent déjà au bas moyen-âge et continuent d’exister à l’époque contemporaine. Face à cette longue durée, les historiens de ces formations ont privilégié d’autres définitions :

– Etat régional : utilisé à partir des années 1950-60 pour désigner les unités politiques qui résultent de l’expansion territoriale de la ville-état et qui fusionnent au XIXe siècle dans l’Etat national

– Anciens Etats italiens : plus neutre, exprime la pluralité des expériences constitutionnelles des formations politiques d’ancien régime hors de toute vision téléologique (années 1980 Antichi stati italiani : enseignement universitaire autonome dans les facultés d’Histoire)

– Etat territorial : expression qui désigne le degré zéro de l’expérience étatique : Etat comme gouvernement d’un territoire (les anciens Etats sont essent. des Etats territoriaux)

– Par commodité j’utilise la formule « Etat moderne » comme  synonyme d’Ancien Etat italien

I. Histoire des anciens Etats italiens dans l’historiographie contemporaine

– Quelles sont les caractéristiques de la réflexion italienne sur l’Etat moderne ?

1 – La réflexion italienne sur l’Etat moderne est ancienne

Prince (De principatibus, 1513-1519) ; dans sa première partie (I-XIV), tentative de modélisation d’une série d’expériences étatiques. Il ne s’agit pas ici d’analyser la tentative de systématisation machiavélienne mais simpl. de constater (l’étrange) pertinence historiographique de ces analyses à propos de catégories interprétatives utilisées par l’historiographie postmoderne

Chap. III (des monarchies mixtes) Etats qui rassemblent des pays « différents de langue, de coutumes et d’institutions » telle que la France de Louis XII (qui n’est du tout perçue par Machiavel comme un Etat unitaire) ; « composite monarchies » Koenigsberger, 1975 ; James Grubb, sur la terre ferme vénitienne (1988) ; Elliot 1992.

Chap. XI (des monarchies ecclésiastiques) ; M. voit avec lucidité émerger avec Alexandre VI et Jules II (1492-1513) un paradigme d’Etat nouveau en même temps spirituel et temporel et qui n’hésite pas à faire un usage des armes spirituelles (excommunications, interdictions) dans le but de renforcer la souveraineté du pape sur son territoire et dans la sphère internationale (paradigme repris par P. Prodi, 1982).

2 – Pendant longtemps, l’historiographie italienne sur l’Etat moderne a été conditionnée par la nature et l’histoire de l’Etat unitaire :

a. Affirmation tardive de l’Etat unitaire (1860), ce qui a favorisé une lecture de l’histoire antérieure (XVIe-XIXe) dominé par le leitmotiv de la « décadence »

– A l’origine du paradigme de la décadence on trouve  le philosophe libéral Benedetto Croce (« décadence » comme clé de lecture de l’histoire de l’Italie dans l’Histoire du Royaume de Naples, 1925 et dans l’Histoire de l’âge baroque, 1929) ;

– la contre-réforme marque la victoire de l’Eglise catholique sur protestants en Italie mais aussi, en même temps, le début d’une période d’éclipse de l’autorité laïque des Etats italiens face au pouvoir envahissant de Rome.

– La décadence (politique, économique, culturel) est également le résultat de la perte d’indépendance des Etats italiens vis-à-vis de l’Espagne, qui après la paix de Cateau-Cambresis (1559) devient la puissance hégémonique dans la péninsule italienne.

– pendant longtemps le paradigme de la décadence a empêché ou découragé les recherches d’histoire institutionnelle sur les formations politiques modernes (tradition d’histoire des idées : c’est dans le débat des idées qu’il faut rechercher les origines de la renaissance italienne)

– Seule exception, Federico Chabod, à partir des années 1930, en faisant usage du paradigme wébérien, a montré que certains éléments de modernisation des Etats italiens étaient présents dans l’administration espagnole du duché de Milan (Storia di Milano nell’epoca di Carlo V, 1961). C. Reste un cas isolé.

b. fragilité manifeste de l’Etat libéral en 1922

– historiographie d’inspiration marxiste de l’après guerre (influencée par la publication des Quaderni del carcere d’Antonio Gramsci): recherche des origines historiques de la faiblesse de l’Etat libéral et de la bourgeoisie italienne.

– Paradigme du « retard » italien ou de « l’évolution manquée ». Recherche de l’anomalie constitutive de la faiblesse de l’Etat libéral. Comparaison forcée avec la France (révolution politique) et l’Angleterre (révolution économique).

– Tradition historiographique marquée par les recherches d’histoire économique. Peu d’intérêt pour la dimension institutionnelle de la politique. (Sereni, Villani, Zangheri)

c. Contentieux Etat-Eglise ; défaut de légitimité de l’Etat libéral (l’Eglise reconnaît tardivement l’Etat libéral, 1929)

– une large partie de l’historiographie italienne du XXe siècle est mobilisée autour du débat sur la présence et l’influence exercée par l’Eglise italienne dans la société italienne. Ton virulent de ce débat : cléricalisme et anticléricalisme.

– L’historiographie libérale recherche dans l’Etat moderne (XVIe-XIXe) les origines du principe de laïcité qui s’est affirmé pleinement avec le Rirsogimento.

– Marginalité des historiens catholiques  (minoritaires dans l’université italienne) ; pourtant c’est notamment chez des historiens issus de la tradition catholique qu’il faut rechercher les origines d’une attitude intellectuelle novatrice à l’égard de l’Etat moderne.

3 – La réflexion italienne sur l’Etat moderne est plurielle

– Absence d’une tradition centralisatrice dans les études universitaires a favorisé la multiplication d’écoles historiographiques

– « porosité » de l’historiographie italienne à l’égard d’autres traditions historiographiques a favorisé depuis les années 1970 un nombre inégalé de traductions et rendu possible la mise en place de nouveaux paradigmes interprétatifs

– Attention vers d’autres historiographies mais aussi vers d’autres expériences étatiques ; en dépit de l’influence certaine de l’historiographie française (Annales, projet Storia d’Italia Einaudi), le modèle français d’Etat moderne ne constitue pas une source de réflexion pour les historiens italiens qui commencent à travailler sur les formations étatiques italiennes d’ancien régime

– influence du modèle allemand : proximité entre l’expérience italienne et l’expérience allemande (fragmentation politique ; pluralité des centres de décision) ; rôle médiateur de l’Istituto Storico Italo-Germanico de Trente (maison d’édition bolonaise il Mulino).

–  Animé par des historiens issus de la tradition catholique et longtemps dirigé par Paolo Prodi, l’Istituto est à l’origine d’un nombre important de traductions d’historiens allemands

– Otto Brunner (1968) historien autrichien représentant de laverfassungsgeschichte (histoire constitutionnelle) Etat : « toute forme de coexistence ordonnée dans l’unité politique » ; donc Etat comme pluralité de pouvoirs sur un territoire (tous dotés d’une souveraineté résiduelle et spécifique) qu’un pacte lie à un seigneur ou à une ville dominante (verfassungs= forme spécifique de ce compromis institutionnel)

– O. Hintze (1980) ; G. Oestreich (1980), problématique du disciplinement social et de la confessionalisation rôle déterminant des confessions et des institutions religieuses, après le concile de Trente, dans la formations de cultures politiques (et de cultures étatiques) spécifiques dans chaque aire politique européenne.

– Autre élément importante de transfert et de médiation de modèles d’Etat : les historiens anglo-américains travaillant sur les anciens Etats italiens (Venise, Florence) : insuffisance d’une histoire de l’Etat conçue comme histoire d’institutions publiques ; attention portée à la dimension hybride du pouvoir (privé-public) : clientélisme, patronage, corruption, comme constitutive du lien politique

– Etape essentielle dans le processus de redéfinition de l’Etat moderne en Italie (plus généralement sur l’Etat moderne): le colloque de Chicago de 1993 qui a réuni historiens italiens et historiens anglo-saxons dont les actes ont été publiés en 1994 (Origini dello Stato)

II. Paradigmes italiens de l’Etat moderne dans l’historiographie italienne postmoderne (postérieure à 1990)

Deux prémisses :

– rejet presque généralisé de l’Etat dans son acception forte (souveraineté pleine et indivisible du prince ; capacité du pouvoir central de s’irradier dans les corps et les communautés qui composent la périphérie de l’Etat)

– rejet de l’idée que l’Etat représente le sujet privilégié de la modernité et de la modernisation

– cela étant dit on est confrontés à une pluralité d’approches théoriques de l’Etat moderne

Différents paradigmes de l’Etat :

1. Anciens Etats italiens comme laboratoire de la modernité politique.

–  L’idée que « l’Italie est le laboratoire de ce que dans les siècles suivants est développé par les grandes monarchies européennes [dans le domaine de la conception de la souveraineté, de la diplomatie, de la fiscalité] » Prodi, Prodi, « E’ ora possibile l’anatomia dello stato moderno ? », Origini dello Stato.

– Approche développée notamment par P. Prodi dans l’étude de l’Etat pontifical (1982)

– P Prodi (1932), Professeur à Trento (où il dirige l’Istituto storico-italo germanico) et ensuite à Bologne. Très proche de l’historiographie constitutionnelle allemande ; son œuvre majeure reste l’étude du serment comme élément constitutif – dans la longue durée – de la culture politique de l’Occident (1992).

– La pratique du serment – de plus en généralisée au moyen-âge pour définir toute une série de relations d’ordre public et privé – est à l’origine du dualisme entre la sphère temporelle et la sphère spirituelle et donc constitutive de la modernité occidentale.

– Prodi met le christianisme (celui qui émerge après la réforme grégorienne) au cœur de la modernité occidentale

– Même démarche paradoxale dans la recherche sur l’Etat pontifical (trad. considéré comme un résidu archaïque par l’historiographie libérale)

– Sans rentrer dans les détails de l’article (2006), quelques considérations sur ce paradigme d’Etat :

a. Caractère « monstrueux » bicéphale de la monarchie pontificale à partir de la fin du XVe siècle, qui fait de plus en plus usage des armes spirituelles – interdit et excommunication – pour consolider le pouvoir du pape en tant que prince italien

b. Etat ecclésiastique comme “réponse originale” au défi de la Réforme mais aussi comme solution originale au problème de la modernisation des Etats

– En quoi consiste l’originalité de la réponse politique de l’Eglise : avoir montré la voie d’un développement possible de l’autorité étatique dans la concentration, dans les même mains, du pouvoir spirituel et temporel (cf. ensuite l’Angleterre) ; en ce sens l’Etat pontifical est le premier exemple « d’Eglise territoriale ». Plenitudo potestatis = absolutisme

c. Etat pontifical comme laboratoire (paradoxal) de la modernité politique : deux directions 1. naissance d’une administration centralisé et moderne (pénitencerie, rote, dataire) ; 2. Développement des nonciatures permanente et naissance de la diplomatie moderne.

d. Le paradigme wébérien reste la référence de Prodi, même si Prodi en fait un usage paradoxal et « révisionniste »

2. Modernité sans l’Etat moderne

– Le courant micro-historique : les historiens génois qui travaillent dans le sillage de Edoardo Grendi comme Osvaldo Raggio ; la micro-analyse des relations de pouvoir que Giovanni Levi développe dans un livre de 1985 (1989)

– changement de l’échelle d’observation des phénomènes sociaux :

– présence diffuse du politique dans les relations qui appartiennent à la sphère privée

– critique réduction du politique à la dimension administrative et institutionnelle

– attention spécifique pour les pratiques, les langages, les formes d’agrégation sociale qui constituent l’essence même du politique au-delà de toute perspective étatique

– d’où la critique que les micro-historiens restent somme toute prisonnier d’une image obsolète d’Etat

3. Le paradigme juridique-institutionnel

– Elaboré au cours des années 1990 par l’école d’histoire du droit de l’Université de Florence (M. Fioravanti, Luca Mannori)

– c’est notamment le modèle pris en compte dans Florence et la Toscane (2004), pour décrire les dynamiques de l’Etat toscan du XIVe au XIXe siècle

– le caractère composite des formations politiques : dans sa définition la plus élémentaire l’Etat qui précède le moderne Etat de droit est un système de gouvernement territorial. C’est sur ce territoire que l’Etat exerce son Imperium, c’est-à-dire le pouvoir de dire la justice, d’imposer des tributs, de lever une armée. Ce territoire, même s’il est conçu de façon unitaire, implique la présence d’un certain nombre de sujets – au double sens de soumis à une autorité supérieure et de titulaires de droits et de privilèges – tels que les villes dominées, les communautés rurales, les institutions ecclésiastiques, les corporations, les confréries.

– le caractère pluraliste du droit : la multiplicité des « périphéries » institutionnelles de l’Etat correspond à une pluralité de juridictions qui lui sont antérieures et qui gardent leur spécificité. La vocation de cet Etat consiste à contenir, à ordonner, à réguler ces différents droits, rarement à les abroger : pendant longtemps, l’existence d’un droit commun n’a pas impliqué celle d’un droit unique. La superposition entre le droit du Prince (ou de la ville dominante) et les multiples formes de droits statutaires des cités sujettes constitue le cadre habituel dans lequel évoluaient les juristes savants comme les simples sujets.

– le caractère contractuel du gouvernement : loin d’être des parties qui composent un tout réglé selon le principe de la souveraineté unique, les différents sujets participent au gouvernement du territoire selon une logique d’autonomie et de collaboration. Gouverner est essentiellement dire la loi, jurisdictio, à savoir médiation et réparation de conflits locaux par les représentants du pouvoir central. L’idéal du bon gouvernement et du bien commun se situe au juste milieu entre la tendance à la centralisation du pouvoir et le respect des privilèges personnels et collectifs.

 

L’Etat moderne dans l’historiographie italienne contemporaine par Sandro Landi

 

Repères bibliographiques
BOUTIER, J., LANDI, S., ROUCHON, O. (éds), Florence et la Toscane XIVe-XIXe siècles. Dynamiques d’un Etat italien, Rennes, 2004

BRUNNER, O., Per una nuova storia costituzionale e sociale, Milan, 1968

BRUNNER, O., Terra e potere. Strutture pre-statuali e pre-moderne nella storia costituzionale dell’Austria medievale, Milan, 1983

CHABOD, F., Storia di Milano nell’epoca di Carlo V, Turin, 1961

CHITTOLINI, G., MOLHO, A., SCHIERA, P., Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994

CONNELL, W. J., ZORZI, A. (éds), Florentine Tuscany. Structures and Practices of Power, Cambridge, Cambridge University Press, 2000

FASANO GUARINI, E., « Etat moderne et anciens Etats italiens », in  Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-1998, p. 15-41

FASANO GUARINI, E. (éd.), Potere e società negli stati regionali italiani del ‘500 e ‘600, Bologne, Il Mulino, 1995

M. FIORAVANTI (éd.), Lo Stato moderno in Europa. Istituzioni e diritto, Rome-Bari, 2002

GRENDI, E., Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di Antico Regime, Turin, 1993

GRUBB, J., Firstborn of Venice. Vicenza in the Early Renaissance State, Baltimore-Londres, 1988

HINTZE, O., Stato e società, Bologne, 1980

LEVI, G., Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, 1989

MANNORI, L., Il Sovrano tutore. Pluralismo istituzionale e accentramento amministrativo nel principato dei Medici (secc. XVI-XVIII), Milan, 1994

MANNORI, L., “Lo Stato di Firenze e i suoi storici” in Società e Storia,1997, p. 401-415

OESTREICH, G., Filosofia e costituzione dello Stato moderno, Naples, 1989

PRODI, P., Christianisme et monde moderne. Cinquante ans de recherches, Paris, 2007

PRODI, P. (éd.), Disciplina dell’anima, disciplina del corpo e disciplina della società tra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994

PRODI, P., Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, 1992

PRODI, P., Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime: la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982

RAGGIO, O., Faide e parentele. Lo Stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, 1990

TREXLER, R., Public Life in Renaissance Florence, New York, 1980

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *