23 mai 2011 My Hellsing, « Être duchesse à la cour de Suède – Vie de cour et activité politique »

Par My Hellsing, doctorante en histoire moderne, le 23 mai 2011 à l’Université Bordeaux 3

PLAN

1)      Présentation de mon sujet de thèse

2)      Problématique et historiographie

3)      la recherche historique actuelle en Suède

 

1)

Je suis actuellement doctorante à l’université d’Örebro, en cotutelle avec l’université de Bordeaux. Une thèse en Suède dure 4 ans; je soutiendrai donc en 2013 au plus tôt. J’ai fait un master 2 recherche en 2007-2008 à Bordeaux, le parcours sur les élites européennes.

Je travaille sur une duchesse à la cour de Suède, Charlotte de Sudermanie, belle-sœur du Roi de Suède : plus précisément sur le quotidien et la vie politique à son époque (notamment sa propre activité politique) à travers ses écrits.

La duchesse Charlotte est née princesse allemande en 1759 et mariée à l’âge de 15 ans à son cousin, le duc Charles. Elle rédigea des mémoires en français durant toute sa vie en Suède, de 1775 jusqu’à sa mort en 1818. Elle est devenue reine en 1809. Etant donné qu’elle n’eut pas d’enfant avec son époux, ils adoptèrent Jean-Baptiste Bernadotte, qui est arrivé en Suède en 1810.

Elle est « le duc Saint-Simon de Suède »; si vous permettez cette comparaison. Son écrit reste sans équivalent en Suède. Les historiens consultent toujours ses mémoires afin de connaître tous les événements politiques de l’époque.  Les mémoires étaient secrets de son vivant, et furent connus du public en 1868, 50 ans après sa mort. Ils ont été traduits en suédois.

Malgré la notoriété de son ouvrage, aucun historien jusqu’à aujourd’hui n’a étudié son personnage, quoiqu’elle ait laissé à la postérité des archives très riches. J’étudie donc ses correspondances et mémoires tout en français, à part ses livres de compte qu’elle tenait en suédois. Je ressens un intérêt tout particulier pour les milliers de billets qu’elle échangea avec des amies.

 

Elle était intimement liée à la famille de Fersen, surtout avec la comtesse Sophie, sœur d’Axel de Fersen, dont le père était l’homme politique le plus éminent de l’époque. Il s’opposait au Roi qui souhaitait accroître le pouvoir monarchique. Pendant la diète de 1789, le Roi à fait passer une nouvelle constitution, qui a supprimé le conseil du Roi et les privilèges nobiliaires. Axel de Fersen a essayé de l’empêcher, mais il a été voté par les autres états. Des loyautés partagées entre la famille de son mari et la famille de Fersen, avec qui elle était très attachée par des liens affectifs et amicaux. La famille de Fersen entretenait des liens très proches avec des Français et des étrangers vivant en Suède. Ils ont accueilli l’ambassadeur de France en Suède, le marquis de Pons et sa fille Camille qui ont vécu en Suède de 1783 à 1789. La marquise, fille de l’ambassadeur a fait passer beaucoup d’informations des envoyés français à la duchesse, qui se tenait au courant des rapports diplomatiques de cette façon. C’est une chose connue que les envoyés se concentraient justement sur les femmes à la cour afin d’obtenir des renseignements politiques.

Les recherches que j’ai faites me permettent de révéler une autre facette de cette duchesse Charlotte. Dans ses mémoires elle se veut neutre, observatrice, mais les billets surtout révèlent qu’elle était très active dans la cause de l’aristocratie, contre le Roi, pas anodin.

 

2)

Pourquoi faire cette étude ?

Tout d’abord car il n’existe pas d’études du tout encore sur la cour de Suède à cette époque concernant son fonctionnement et son organisation. Ce qui vaut pour l’historiographie européenne en général, on s’est concentré depuis Norbert Elias et la Société de cour sur la représentation du pouvoir, non sur l’actuel exercice du pouvoir (or, ce n’est pas possible de les séparer complètement).

Grace à la continuité du pouvoir monarchique en suède, il y a une abondance de documents, non accessibles pour la France par exemple. Les menus du Roi, qui était à sa table, son personnel, tous ses dépenses – tout est conservé aux Archives royales (mais moins pour le duc et la duchesse).

J’étudie pour la première fois la cour dans son intégralité, où je prends en compte son personnel, ses amitiés et son rapport au Roi dans la même étude. La duchesse est un prisme qui sert à étudier la carrière des courtisans, le chevauchement des fonctions politiques et personnelles au service de la famille royale.

Une cour: autant un endroit (les châteaux), une société (des valeurs) que les gens qui l’occupent, c’est à dire les courtisans et le personnel.

CAMPBELL ORR, les cours sont polycentriques

Pour prendre un exemple concret, il faut intégrer les domestiques pour prendre en compte les échanges politiques correctement, ce que l’on comprend par les billets, c’est que les domestiques avaient une position clef dans la transmission des informations. Ce qui m’amène aussi à mettre en lumière l’espionnage postal et ses conséquences – le pouvoir du monarque même sur sa propre famille.

Mes sources permettent également d’étudier en détail le cheminement d’une femme à la cour, ses actions politiques et son raisonnement. Sa réaction à la Révolution française, les réformes du Roi de Suède etc. Mettre la politique en lien avec le quotidien à la cour. Quelles valeurs derrière ses actions politiques, s’il y en avaient?

En quelque sorte la place de la femme à la cour, mais je ne souhaite pas isoler les femmes des hommes. Beaucoup d’études ne parlent que de la soumission de la femme, mais ces femmes là c’étaient des femmes avec beaucoup de pouvoir, de statut, de culture…Il y a une ambiguïté même dans le rapport de la duchesse vis à vis de ses propres actes. D’un côté, elle est fière, même orgueilleuse vis à vis de son œuvre. Elle sait que ce qu’elle écrit sera lue et apprécié plus tard. A la fois elle veut cacher sa propre intervention dans la politique. On l’apprend par le biais de billets, et non par les mémoires qui étaient destiné au grand public. Cela implique que c’était mal vu à la cour.

Qu’est-ce que les femmes pouvaient faire réellement ? Une de mes conclusions, c’est que les femmes pouvaient tout faire, pas dans le parlement évidemment mais en pratique, autant que leurs actions ne mettaient pas en cause la compétence des hommes. Si on la critiquait, cela venait de son mari, car elle le faisait paraître faible et incompétent.

 

3)

Un congrès national qui réunit tous les historiens de Suède tous les 3 ans. Le thème de congrès était de discuter le « paradigme national » de la recherche historique; comment atteindre une véritable histoire globale ? Faute des perspectives, connaissances des langues etc.

500 historiens; la plupart contemporanéiste

Chronologie de l’historiographie, moyen âge, moderne, contemporain – quelles conséquences ont ces époques pour la façon dont on conçoit l’histoire, plutôt des thématiques, indépendants des époques ?

Le postmodernisme – peu d’historiographie quantitative ou démographique, les historiens travaillent plutôt sur les concepts, il n’y a pas de vérité absolue, mais comment assurer une discussion sur l’histoire qui se veut intellectuelle si tout est relatif? Il y a plusieurs façons de voir les choses, mais comment transmettre ceux-là aux étudiants ?

Un rebondissement de la biographie, témoignages individuels; oral history.

Histoire militaire qui prend en compte les aspects « civils » de la guerre; une historienne qui compare la propagande française et suédoise envers les paysans au 16e siècle. Les femmes, l’impact sur les villages etc.

Histoire maritime (Bordeaux) et des ports.

L’histoire du genre, mais qui suit le principe d’intersectionalité, qui travaille avec l’ethnicité, la classe et le genre. Depuis une dizaine d’années l’histoire des masculinités s’est établie comme un champ de recherche à part entière.

JF Viaud, « Crédibilité et ambiguïtés des annonces et des messages médicaux dans la presse sous l’Ancien Régime »

par Jean-François Viaud, médecin, doctorant en histoire moderne.

Résumé

La fabrication des remèdes est l’un des rares secteurs à être concurrentiel sous l’Ancien Régime, malgré les diverses dispositions législatives qui ont été prises régulièrement pour limiter l’action des charlatans. Les détenteurs d’un brevet ou d’un privilège ont donc tout intérêt à se faire connaître et à utiliser tous les moyens possibles, en particulier l’information écrite.

Gilles Feyel a montré dans sa thèse, publiée en 2000[1], que la presse a été longue à devenir un « support mixte » qui, à la fois, donne des informations et fasse des annonces (de la « publicité »), alors que c’est pourtant le même, Théophraste Renaudot, qui a créé les deux genres, mais de façon séparée (Le bureau d’adresses en 1630, La Gazette en 1631). Les annonces ne peuvent vraiment se développer que quand est fondée une presse spécialisée, à partir de 1750, avec les périodiques appelés habituellement Affiches, Annonces et Avis divers.

Au cours du XVIIe siècle, la montée en puissance des charlatans a totalement discrédité l’annonce médicale, tant leur argumentation est exagérée et peu crédible de façon manifeste. Les premières publicités médicales paraissent dans la presse vers 1680. Elles diffèrent d’abord de la rhétorique charlatanesque par leur discrétion, mais, peu à peu, elles reprennent les vieilles méthodes éprouvées et cherchent au contraire à frapper le lecteur.

Elles trouvent donc la possibilité de se développer quand naît une presse spécialisée dans les annonces dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. En même temps, celle-ci se veut un moyen d’aider l’humanité souffrante, un organe de bienfaisance, et elle prétend éclairer et diffuser le message des Lumières. Elle offre donc une juxtaposition entre des annonces des charlatans et des interventions de médecins qui combattent ceux-là et tiennent un discours radicalement différent. Gilles Feyel a relevé l’ambiguïté qui en résultait. Toutefois, cette ambiguïté est accentuée par le fait qu’entre les annonces lucratives et les mises en garde des médecins des Lumières, on trouve des recettes et des conseils médicaux, offerts aux lecteurs par pure philanthropie et sans arrière-pensée lucrative, mais issus du plus complet empirisme. Ils relativisent l’opposition des discours, et aident à comprendre que les messages médicaux dans la presse du XVIIIe siècle ne sont pas réunis dans deux blocs qui s’affrontent, mais résultent aussi d’un grand désir de progrès, d’une mise en commun de connaissances très diverses où l’empirisme et le savoir populaire ont toute leur place.

 

 

Le message charlatanesque a pris une ampleur considérable à la fin du XVIIe siècle. Affiches, billets et prospectus de quelques pages relaient la parole du charlatan. Ces papiers reproduisent ce qu’on imagine de sa façon de s’exprimer, ses exagérations, son style ampoulé et grandiloquent. Par exemple, l’élixir de Garrus (un médecin de Montpellier établi à Paris au début du XVIIIe siècle) est présenté ainsi sur une affiche : « Ses principales actions consistent à fortifier la nature, conserver la santé, la maintenir et la rétablir.

« On s’en sert avec succès dans toutes les maladies contagieuses, particulièrement dans les fièvres malignes, la petite vérole, la rougeole, bubons pestilentieux et dysenteries.

« Il guérit toutes sortes de coliques, tous maux d’estomac, l’asthme et apaise les vomissements.

« C’est l’un des plus meilleurs balsamiques, des plus sûrs cordiaux et le stomachique le plus efficace qu’on ait encore trouvé pour toutes les maladies qui attaquent le genre nerveux, comme léthargie, apoplexie, paralysie, et fixe tous les mouvements irréguliers, soit tremblants, palpitants, ou convulsifs, etc.

« Cet élixir à proprement parler est un remède universel, puisqu’il fortifie la nature, purifie le sang, fait faire une parfaite digestion, détruit la chaleur contre nature, rétablit la chaleur naturelle, et sa principale opération est d’aider la nature, et de lui donner la force d’évacuer sans violence.

« C’est un spécifique assuré pour toutes les indigestions, les faiblesses d’estomac, et pour toutes les maladies qui attaquent le cerveau. »[2]

Outre le fait qu’il s’agisse souvent d’une panacée, le remède secret est souvent auréolé d’un peu de légende, ou tout au moins enrobé de mystère. Par exemple une eau qui a soigné une souveraine (certes plus ou moins légendaire, mais on n’ira pas vérifier), comme l’eau de la reine de Hongrie, qui lui a été donnée par un ermite qu’elle a pris pour un ange, et qui, après un usage d’un an, l’a guérie de sa goutte et de son infirmité. Or il ne faut pas oublier qu’en cette fin du XVIIe siècle, le succès de certains médicaments est lié au fait qu’ils ont guéri Louis XIV ou des membres de la cour. L’origine étrangère des panacées est un facteur déterminant (énormément de charlatans qui se disent d’origine italienne).

D’autres arguments sont employés : certificats de guérison certaine, brevets et privilèges vrais ou faux ; recommandations par un personnage illustre… Toutes les annonces insistent aussi particulièrement sur l’aspect désintéressé de la proposition qui est faite : le détenteur du secret ne souhaite que le bien de l’humanité ; s’il fait quelque publicité, c’est parce que son entourage, ou souvent des personnes de haut rang, conscients des bienfaits qu’il peut apporter, le poussent à distribuer son produit. Par exemple, dans les années 1770, le sieur Barthélemy Agirony prétend soigner les maladies vénériennes par le suc des plantes. Il a beaucoup voyagé : « Il n’a épargné ni peines, ni fatigues pour réussir dans son projet ; il a bravé la rigueur des saisons ; il a été chercher les simples dans les pays et les climats qui les produisent ; il a parcouru les campagnes et les montagnes où elles croissent ; il s’est consacré enfin tout entier à la recherche et à la découverte des plantes… »[3] Ce qui pousse la personne qui détient un secret, ce n’est pas le profit, mais uniquement le bien de l’humanité. Monsieur Arnoult, droguiste parisien, propose au début du XVIIIe siècle un sachet dit antiapoplectique, qu’il faut pendre au cou et qui est destiné à poursuivre sa carrière jusqu’au XIXe siècle. Le secret a été donné à son père par un Italien à qui celui-là avait rendu un considérable service, qui l’a guéri de plusieurs attaques d’apoplexie, et en huit jours de sa paralysie. Cet Italien, obligé de repartir dans son pays, lui a confié la recette du remède, à condition de ne jamais la rendre publique. Arnoult croit toutefois raisonnable de manquer une fois à sa parole, et de confier le secret à son fils afin que celui-ci le perpétue.

En réaction à ces excès, quand l’annonce médicale commence à être insérée dans la presse, c’est souvent subrepticement. Des journaux comme Le Mercure Galant ou La Muse historique font passer des messages publicitaires dans leur contenu rédactionnel, indiscernables, à première vue, des récits habituels consacrés à la médecine, car il n’y a aucune rupture dans le ton ni dans la forme. Par exemple, en 1682, le rédacteur du Mercure galant, Donneau de Visé, écrit un article pour vanter le livre à destination populaire de Michel de Saint-Martin : Moyens faciles et éprouvés dont M. de Lorme, premier médecin de trois de nos rois, s’est servi pour vivre près de cent ans. Il commence ainsi, d’une manière presque anodine, parmi d’autres informations : « J’ai une heureuse nouvelle à vous annoncer. Elle doit vous donner de la joie aussi bien qu’à vos amis. Vous avez souvent ouï parler de M. de Lorme, ce grand médecin… » Suit le panégyrique de monsieur de Saint-Martin qui ne veut que le bien de ses semblables, et qui, de façon absolument désintéressée, a fait en sorte de réunir les secrets du médecin dans un livre « d’une si grande utilité qu’en pratiquant les remèdes qu’il enseigne, on peut s’épargner de fort grandes maladies ». Suit alors l’adresse de la librairie où l’ouvrage peut être acheté. Même procédé pour mettre en avant les produits des Capucins du Louvre. Ici l’image vient conforter le texte, une gravure représentant l’officine des frères Aignan et Rousseau : « Je vous ai parlé trop souvent des cures merveilleuses qui ont été faites par les Capucins du Louvre pour ne pas faire voir leur laboratoire (…) Examinez-le dans cette planche, et vous serez convaincu que ce n’est pas sans travailler beaucoup et se donner de grandes fatigues que ces charitables frères ont guéri tant de fièvres et tant d’autres maux pour lesquels on avait cru jusqu’ici que la médecine manquait de remèdes »[4]. En 1705, on trouve dans Le Mercure une autre information qui semble d’abord rapporter le cas d’une étonnante guérison. En fait, on apprend que celle-ci résulte de l’application d’un remède agissant « par sympathie », fourni par un certain baron d’Almérigo, dont sont finalement indiquées l’adresse et les heures de présence à son domicile. Afin de mettre le lecteur en confiance, suivent des considérations pseudo-scientifiques sur le phénomène de la sympathie, qui induit des guérisons qui « ne sont plus aujourd’hui inconnues à personne »[5]. De la même façon, on apprend, en avril 1693, sur le ton habituel de la narration, qu’un marchand de la rue de La Rousselle, à Bordeaux, propose une eau minérale purgative, douée de nombreuses vertus et d’emploi agréable, qui doit être prise en petite quantité, mais souvent[6]. Quant au numéro de mars 1680, il rapporte la mort d’un empirique, monsieur de L’Isle, destiné à être très regretté pour les « admirables secrets qu’il avait pour guérir les plus obstinés et les moins connus aux autres. Et les grandes cures qu’on lui a vu faire ne l’avait pas mis seulement en crédit ici, mais encore par tout le royaume et même dans les pays étrangers. » Heureusement, il a un neveu le sieur Rottier, médecin, qui a hérité de ses secrets. Celui-ci est en Angleterre actuellement « où son oncle l’avait envoyé tenir sa place pour y traiter quelques personnes de qualité », mais il revient avec l’intention de se faire appeler Rottier de L’Isle, s’installera dans la maison de son oncle, dans le cloître de Saint-Germain, où « ceux qui voudront s’en servir le trouveront aisément »[7]. Ce même numéro vante par ailleurs « l’eau d’opéra » du sieur Brunel de Nîmes, ainsi que d’autres produits du même empirique, dont certains sont « fort recherchés par le beau sexe », et qui, tous, « sont très agréables au goût et aident extrêmement à la digestion et à fortifier l’estomac »[8].

Au moment où certains journaux insèrent discrètement des messages publicitaires, peu distincts du reste des informations, d’autres s’ouvrent plus ouvertement. Ainsi, à la fin du XVIIe siècle, des annonces viennent s’insérer au bas des réimpressions provinciales de La Gazette. À cette époque, on assiste manifestement à une grande offensive de la publicité, car on sait que tracts et placards, eux aussi, se multiplient vers 1670-1680[9]. Alors que La Gazette imprimée à Paris refuse l’annonce, ses réimpressions provinciales lui ouvrent progressivement leurs colonnes. Dans La Gazette de Bordeaux, on trouve de la publicité à partir de 1684, et, après 1744, celle-ci est signalée par une main, index pointé, imprimée dans la marge. Les gazettes périphériques entrent elles aussi dans le monde de l’annonce vers 1670-1680, comme La Gazette d’Amsterdam, La Gazette de Leyde[10]

Gilles Feyel a calculé que, dans les réimpressions provinciales de La Gazette entre 1694 et 1751, plus de 40% des messages publicitaires concernent la santé. Dans certains journaux, on trouve de véritables polémiques autour d’un produit : ainsi les Arnoult se battent-ils, dans les Mémoires de Trévoux, avec des distributeurs qui prétendent posséder seuls le secret du sachet antiapoplectique, et qui font passer leurs avis dans La Gazette de Hollande[11]. À Bordeaux, on peut donner l’exemple assez représentatif des avertissements répétés d’Andrian, « célèbre chirurgien de Sedan pour les maladies de l’œil et de la bouche », en fait un opérateur ambulant comme il y en eut tant à cette époque. On suit ses pérégrinations telles qu’elles sont communiquées dans La Gazette de Bordeaux, mais aussi dans celles de La Rochelle et d’Orléans. En tout, l’opérateur fait passer vingt-trois annonces dans ces trois journaux[12]. Celles-ci tentent de convaincre les personnes dont l’état nécessite des soins des yeux ou de la bouche d’aller à la rencontre du chirurgien dans les différentes villes où son passage est mentionné. En avril 1747, il séjourne à l’Hôtel des Ambassadeurs de Bordeaux ; le 4 mai, il part pour aller opérer à Bayonne, en passant par Langon, Bazas, Roquefort, Mont-de-Marsan, Tartas, et Dax. Revenu à Bordeaux, il prévient de son départ pour La Rochelle, puis Paris, mais il compte s’arrêter à Blaye, Saintes, et Rochefort. « Les personnes de ces villes et des environs qui ont besoin de ses secours sont averties de se tenir prêtes incessamment. »[13] À la suite d’un séjour dans la vallée de la Loire, puis à Paris, le voici, l’année suivante, de nouveau à Bordeaux où on l’a demandé « pour opérer à un Négociant de cette ville »[14]. Après ce gage de respectabilité, il avise de son départ pour Lyon via Montauban, Carcassonne et Nîmes[15]. Que les malades désireux de le voir ne tardent pas !

Toutefois, au fur et à mesure que l’annonce est mise plus clairement en évidence dans les journaux, et quand il s’agit de vendre un produit, beaucoup d’annonceurs reprennent les méthodes qui ont fait le succès des charlatans, n’hésitant pas à utiliser l’emphase et l’hyperbole, comme ce qu’on peut lire sur les affiches. On y multiplie les attestations de guérison et les références médicales, ou prestigieuses, comme Arnoult, qui écrit dans le Mercure de France de 1741, qu’il aurait pu délivrer « une liste de plusieurs cures nouvelles opérées par son remède contre l’apoplexie », mais qu’il préfère donner le témoignage du cardinal de Polignac, qui a fait l’éloge du produit à « l’Académie des Belles Lettres » et qui a vanté « les bons effets que ce remède a produit sur plusieurs seigneurs de ses parents et de ses amis, auxquels Son Eminence a fait elle-même présent de ce remède »[16]. Ailleurs, c’est Torrès, un autre charlatan, qui publie une attestation signée de six médecins de la faculté de Paris, certifiant que son mercure guérit assurément tous les ulcères vénériens[17].

Il est plus facile, dans les journaux, de faire croire à son complet désintéressement, et la vente par correspondance permet bien des libertés. Certains proposent la prise en charge de la moitié des frais de port ; d’autres annoncent qu’ils distribuent gratuitement leur produit aux pauvres ; d’aucuns prétendent ne recevoir d’argent qu’après la guérison complète.

On se représente peut-être mal de nos jours l’importance de figurer dans un journal ou dans une revue littéraire ; et de ce fait, « suivant un procédé couramment employé au XVIIIe siècle, la publicité vient conforter la publicité »[18]. « Il suffit en effet d’avoir fait publier un ou deux messages publicitaires dans les journaux pour en tirer quelque certificat d’authenticité qui en vaut bien d’autres. » Par exemple, pour l’élixir de Garrus, on trouve sur des affiches : « Quoique l’on ait déjà annoncé dans différents journaux les vertus, propriétés et effets de cet élixir, on se croit obligé de les détailler ici… Ainsi utilise-t-on parfois la synergie de deux supports publicitaires : la presse et l’affiche ou le prospectus. Un exemple de cette synergie est particulièrement édifiant, car l’annonceur fait d’abord croire au caractère totalement désintéressé de l’offre.

Ainsi, à partir du 29 août 1739, la réimpression rouennaise de La Gazette signale la vente d’une brochure de quatre pages, où est détaillée « la recette de Mlle Jeanne Stephens, pour guérir la pierre et la gravelle, avec la manière de la préparer et de la donner, publiée par ordre du parlement d’Angleterre, à la fin de l’acte qui accorde à cette demoiselle une récompense de 5000 livres sterlings, ce qui compose environ cent quatorze mille livres argent de France. Le prix est de trois sols ». Cette annonce est répétée sur plus de dix numéros, du 29 août au 7 novembre 1739. On peut noter que cette brochure est imprimée aussi à Bordeaux chez les Chappuis en 1739. Le document présente une recette, ou plus exactement trois, indiquant comment fabriquer une poudre, une décoction et des pilules, les deux premières servant à éliminer les pierres présentes, et les dernières étant à prendre en cas de douleurs aiguës ou en prévention. Le mode de fabrication est bien expliqué, et ne présente pas plus de difficultés que celui de la plupart des recettes qu’on trouve dans les livres qui en ont fait leur spécialité, comme le fameux manuel de madame Fouquet. Poudre et pilules sont essentiellement à base de limaçons calcinés, avec d’autres ingrédients qui n’ont rien de très extraordinaire pour l’époque, mais qui nécessitent toutefois d’acheter diverses herbes chez un herboriste. La façon de prendre le traitement est, elle aussi, bien détaillée, et nuancée en fonction de l’état du patient, de son âge, de la répugnance qu’il peut éprouver au moment des premières prises… Rien ne semble empreint de plus de sérieux que cette présentation, s’éloigner autant d’une publicité. Il indique comment fabriquer le remède, comment le prendre, il détaille les précautions, et laisse entendre que la formule en est donnée gratuitement pour le bien de l’humanité.

En réalité, il s’inscrit dans une vaste offensive publicitaire. Les recettes peuvent paraître simples, mais elles ont un gros défaut pour les clients habituels des charlatans, toujours désireux de solutions rapides : le délai entre la fabrication du produit et son action est trop longue. Après avoir calciné, pendant huit heures, des limaçons qu’il faut d’abord s’être procurés, il convient de les laisser à découvert durant deux mois. D’autre part, ces limaçons ne doivent être préparés que de mai à août, « et de tous ces mois, on doit préférer le mois de mai ». Or dans La Gazette de Rouen, l’annonce pour acheter la brochure commence le 29 août, moment à partir duquel les limaçons ne sont plus bons à ramasser. Enfin, le 14 novembre 1739, les lecteurs de La Gazette sont informés du lieu où l’on peut acheter les produits : « Les remèdes de mademoiselle Stephens, ci-devant annoncés pour la pierre et la gravelle, se trouvent entièrement préparés chez le sieur Chandelier, apothicaire à Rouen, rue des Carmes, au coin de la rue de la chaîne »[19]. Il est très plausible qu’à Bordeaux aussi, un distributeur ait eu recours à ce schéma d’information en deux temps.

Les annonces restent toutefois assez rares dans les journaux dans la première moitié du XVIIIe siècle, même si beaucoup se font insistantes, étant répétées sur plusieurs numéros de suite. En fait, elles ne peuvent vraiment se multiplier qu’à partir du moment où naît une presse spécialisée dans les annonces, d’abord à Paris en 1751, puis en province.

 

les grandes villes voient ainsi apparaître des hebdomadaires, généralement appelés Annonces, Affiches et Avis divers, pour la première fois à Bordeaux en 1758, à La Rochelle en 1769, à Poitiers en 1773, à Saintes en 1786, à Périgueux en 1787… Le premier numéro bordelais des Annonces, Affiches et Avis divers sort le premier août 1758. Il est édité par les frères Labottière jusqu’en 1784, date à laquelle il est remplacé par le Journal de Guienne, qui a la particularité d’être un quotidien, premier de ce genre à paraître en province[20]. Annonces, Affiches et Avis divers paraît tous les jeudis et devient bi-hebdomadaire à partir de 1783. Les quatre pages (elles passent à huit les dernières années) offrent au lecteur, moyennant un abonnement de six livres par an à Bordeaux, et de neuf livres en dehors de la ville, diverses rubriques dont la disposition est à peu près identique d’une semaine à l’autre. Le journal commence systématiquement par les annonces particulières, qu’on appellerait aujourd’hui les « petites annonces » : il s’agit des offres de vente (ou, dans certains cas, de location) concernant charges et offices, titres et domaines, propriétés, maisons, marchandises diverses… Après cette rubrique, on trouve, la plupart du temps, les annonces marchandes, autrement dit des annonces publicitaires, contenues sous le titre « Avis ». Ce qui suit est plus variable, et dépend de la quantité d’espace intermédiaire à combler : y figurent des sujets relatifs à l’histoire, à l’agriculture, à l’économie, aux travaux de l’Académie, et aussi à la médecine…

En 1784, les frères Labottière perdent le privilège de la publication à la suite de manœuvres de Gaufreteau, Clozange et Dupont des Jumeaux, qui lancent à la place le Journal de Guienne. Dupont des Jumeaux obtient un privilège pour ce quotidien, dont l’objectif est clairement énoncé par ses auteurs : « Encourager le commerce et répandre les lumières parmi ceux qui l’exercent, tel doit être dans nos provinces maritimes le but des ouvrages périodiques »[21]. Un peu plus tard, le numéro du 11 août 1785 rappelle, par la voix d’un parlementaire : « Vos feuilles ne sont pas uniquement destinées à satisfaire la curiosité du lecteur avide de nouvelles et de littérature, elles sont aussi les organes de la bienfaisance ou de l’humanité souffrante ». Et si le progrès passe manifestement d’abord par le développement du commerce, l’accroissement des richesses, comme semble l’indiquer la première page du quotidien toujours consacrée aux mouvements des navires, les sujets médicaux, qui peuvent apporter quelques lumières sur la prévention des maladies et proposer des traitements, ne sont pas oubliés.

Aussi les médecins prennent-ils la parole, soit avec des sujets théoriques, mais surtout des problèmes pratiques. Ils tentent de faire passer l’idéologie des Lumières, apportent des arguments pour l’inoculation de la variole, mettent en garde contre tout ce qui peut menacer la santé, et, au-delà, l’espèce humaine. Très souvent, les feuilles régionales se copient les unes les autres. Les Affiches de Bordeaux reproduisent volontiers les dissertations du médecin rouennais Claude-Nicolas Le Cat, qui, jusqu’à sa mort, en 1668, collabore et fournit en articles médicaux les Annonces, affiches et avis divers de Haute et Basse Normandie[22]. À Bordeaux, à partir du 16 septembre 1762, est imprimée, répartie sur six semaines consécutives, une dissertation de Le Cat sur les causes de l’apoplexie. On rapporte aussi des comptes-rendus de thèses, de livres nouvellement sortis, de travaux de la Société Royale de Médecine. Par exemple, la feuille du 14 février 1760 analyse l’ouvrage récent du médecin padouan Placentini, qui défend « l’ancienne doctrine concernant la saignée ». Sans prendre parti, le rédacteur conclut : « Cette dissertation demande un examen sérieux de la part des maîtres de l’art : il serait honteux que dans une matière aussi importante, on voulût s’entêter de systèmes et se laisser gouverner par la mode et par les préjugés. Les savantes spéculations et les conjectures hardies doivent se taire ici pour ne laisser parler que l’observation et l’expérience. »

Mais les sujets théoriques sont relativement rares, et la plupart des communications témoignent du désir d’apporter aux populations des conseils pratiques concernant leur santé. Par exemple, attention au danger du fard, que plusieurs médecins dénoncent pour sa toxicité et pour l’obstruction des pores de la peau. En avril 1763, un exposé indique des règles à respecter pour ne pas tomber malade en fonction de sa profession et de sa place dans la société, et se présente comme un avatar des vieux « Régimes de santé ». L’année suivante, on ne s’éloigne pas d’un tel sujet, et on donne, pendant quatre semaines, des conseils d’alimentation pour maintenir la santé de son organisme en fonction de son tempérament[23]. En mai 1785 paraît une mise en garde contre la propension à se dévêtir trop vite : « Quittez tard vos habits d’hiver ! ». Et d’en appeler au témoignage de Sydenham, « qui prétend qu’il meurt plus de monde pour s’être dégarni avant le temps, ou pour s’être imprudemment exposé à la fraîcheur ayant chaud, qu’il n’en périt par la peste, la guerre et la famine ». Suivent plusieurs conseils très détaillés d’un médecin sur la façon de procéder pour éviter les maux de printemps liés aux variations de température. En janvier 1788, c’est la mode qui subit les foudres des médecins, mode qui, exposant la poitrine au froid, « rendra infailliblement pulmonique »[24]. Tous ces conseils semblent, évidemment, ceux de médecins soucieux de la santé de leurs concitoyens. D’autres grands problèmes de santé publique préoccupant les médecins du XVIIIe siècle sont l’objet de communications, comme la façon de rappeler à la vie les noyés et les asphyxiés, des considérations sur la rage, des informations sur les risques d’intoxication mortelle par les champignons ou par les raticides. À Bordeaux, Betbéder rapporte ainsi le cas d’une famille décimée par les champignons. « Animé du zèle que doit montrer pour la santé publique un médecin (…), je me hâte de communiquer au public, par la voie de cette feuille hebdomadaire, un exemple frappant des effets formidables des mauvais cèpes, moins dans l’intention de l’alarmer que pour l’engager à redoubler des soins sur le choix que l’on doit faire de ce genre d’aliments. »[25]

Et pourtant, accompagnant ces articles caractérisés par leur sérieux et leur conformité à la médecine officielle, les annonces de charlatans sont de plus en plus nombreuses, mais aussi des informations qui paraissent relever plus des histoires fantastiques et de l’empirisme, et qui émaillent le contenu rédactionnel. Monsieur de Glossini, médecin, a découvert il y a six ans un traitement contre l’apoplexie. « Ce n’est point un remède chimérique et abusif comme tous ceux qui ont été en usage jusqu’à présent… » Et de citer quelques gouttes d’un élixir dont on suppose qu’elles sont « vite dissipées avant d’être au gosier », ou « un certain sachet qu’on porte sur l’estomac », où il est facile de reconnaître le sachet antiapoplectique d’Arnoult. Pour obtenir ce nouveau produit, « il faut s’adresser à monsieur Carpentras à Montpellier, qui en a la distribution »[26]. Quant à monsieur Nadeau, rue de la Fusterie, il « a découvert des remèdes propres à guérir l’épilepsie, maladie regardée jusqu’à présent comme incurable. Ses spécifiques sont propres à tous les tempéraments, et ne contiennent rien qui puisse altérer la plus faible constitution. Il est pourvu de certificats qui attestent une multitude de guérisons opérées par sa méthode ; il offre de les communiquer aux malades qui voudront réclamer ses secours. On peut venir chez lui ou lui écrire… »[27] Parfois, le message publicitaire s’allonge et se pare d’un discours pseudo-scientifique : un certain comte de Moncade signe tout un article sur la guérison du cancer, où il vante, en définitive une « panacée martiale » de sa composition, qui non seulement guérit cette cruelle maladie, mais, comme des observations répétées le lui ont montré, est utile dans toutes les affections chroniques les plus rebelles. Après un premier avis assez bref le 4 juin 1761, le sieur Varin, qui distribue la poudre de Santinelli, active sur « les maladies les plus opiniâtres et invétérées, et un des meilleurs purgatifs pour les maladies vénériennes », cite Hoffman le 2 juillet, « auteur très réputé », puis, à force de considérations physiologiques sur ses effets, finit par laisser entendre qu’il s’agit d’un remède presque universel. La même publicité est reproduite le 27 août, mais elle s’allonge au point d’occuper plus d’une colonne du journal : l’auteur fait appel aux témoignages de médecins, puis insiste pour qu’on aille voir, dans le faubourg Saint-Seurin, une nommée Cadette, de quatre ou cinq ans, dont les écrouelles ont été considérablement diminuées par un mois et demi d’utilisation de cette poudre, et dont on espère la guérison définitive. Le 3 septembre, le discours est le même, mais on ajoute de nouvelles vertus au traitement, qui purifie le sang et fait sortir petite vérole et rougeole[28].

Les annonces répétées de semaine en semaine ne sont pas rares, avec parfois des variations que les circonstances exigent. En 1772, une certaine dame Petit de Villeneuve s’impose dans l’espace publicitaire des Affiches, informant de ses talents dans onze numéros du journal. Elle a le secret d’une pommade pour faire disparaître les loupes, sans utiliser d’instrument tranchant ni provoquer de douleur, et elle possède aussi un élixir « pour rétablir les poitrines les plus délabrées, excellent pour les coliques néphrétiques, les pertes de sang, et d’un grand soulagement pour la goutte. Elle guérit toutes sortes de dartres vives, ulcères, glandes, tumeurs… ». Trois semaines plus tard est mentionné le succès de l’extirpation faite de la loupe d’une certaine Marie Larres. Trois autres semaines passent, et on apprend la guérison de la fille de service du sieur Malivert d’un mal d’estomac, grâce à l’élixir. En juillet sont publiés des certificats de guérison, puis sont mentionnées de nouvelles opérations. Le 20 août, la dame prévient de son changement d’adresse. Vient alors une série de certificats. Le 22 octobre, le ton monte : « La dame Petit de Villeneuve ne pouvant être à l’abri des mensonges qu’enfante la jalousie, fait aujourd’hui un effort pour les détruire. (…) Ceux qui ont publié que les cures qu’elle avait opérées avaient eu des suites funestes n’ont sûrement pas réfléchi que ce qu’ils avançaient pouvait être facilement détruit par les certificats des personnes qui ont été opérées, tant à Marseille, Avignon, Montpellier, Toulouse, etc., dont nous donnerons ici le nom, le volume que formeraient leurs certificats ne pouvant être inséré dans une feuille périodique. » Suivent effectivement des noms. « Ceux qui auront encore des doutes sont priés de se transporter chez ladite dame qui se fera un plaisir de leur produire [les certificats]. » Puis elle annonce qu’elle part à Toulouse (ce qui vaut peut-être mieux pour elle), où elle serait demandée par les capitouls, et elle « prévient les personnes incommodées de quelques loupes qu’elles n’ont point de temps à perdre, son départ étant fixé à la fin du mois prochain ». Mais qu’on se rassure : le 5 novembre, elle fait savoir qu’ayant eu de nouvelles interventions à faire, cela retarde son départ de quelques jours. Le 10 décembre, elle donne son adresse à Toulouse pour ceux qui voudraient lui écrire, et prétend loger chez monsieur le marquis de Caylus, baron des États de Languedoc[29].

Une question se pose donc : comment les rédacteurs, mus par la volonté de « répandre les lumières », de susciter du progrès, de soulager « l’humanité souffrante », pouvaient-ils accepter que n’importe quel charlatan vante ses mérites dans leurs colonnes ? Faut-il n’y voir qu’une raison mercantile ? Dans de rares cas, il arrive que soient publiés un démenti ou une contradiction. Fin 1759, un dénommé Dupuy, installé à Bordeaux depuis un an, vante un sel efficace dans toutes sortes de maladies, et prétend bénéficier de la protection du maréchal de Richelieu et du témoignage favorable du médecin Grégoire. En janvier 1760, le journal prévient : « On se trouve obligé de prévenir le public que ce fut par surprise que le sieur Dupuy a fait insérer dans la feuille du 27 novembre dernier que la composition de son sel était un remède qu’il ne mettait au grand jour que sous l’approbation et la protection du maréchal de Richelieu ; ce fait s’étant trouvé faux, on ne balance pas de rétracter l’avis… » On comprend pourquoi ! En décembre 1772, un certain Montus, proposant un sirop antivénérien, se targue d’avoir opéré « cinq cures merveilleuses » en présence du médecin Lamothe, et de trois chirurgiens. Mais le journal publie à la suite un certificat de ces quatre personnes qui concluent à l’inefficacité du produit ! La semaine suivante, Montus tente de se justifier en donnant des explications très alambiquées[30]. Mais en règle habituelle, les propositions de toute évidence charlatanesques ne sont pas contredites.

Mais l’ambiguïté réside-t-elle vraiment dans cette juxtaposition, dans cette opposition entre une information médicale inspirée des Lumières et des annonces lucratives de charlatans ? L’opposition paraît au contraire tranchée, comme si de façon manichéenne était opposé le vrai au faux, et comme s’il était évident de trier le bon grain de l’ivraie. Mais cette opposition ne paraît en fait évidente qu’a posteriori, d’autant que un 3ème type d’informations vient brouiller les pistes, et permet d’expliquer l’ambiguïté de toute cette information médicale.

Car de multiples recettes sont proposées, a priori sans aucun objectif marchand, mais seulement dans le but de rendre service à l’humanité. N’importe qui semble pouvoir envoyer un « secret » à l’un de ces journaux provinciaux, qui s’empresse de le publier, et que les autres recopient presque aussitôt. C’est souvent la demande des rédacteurs. Ces recettes sont souvent dans le genre de celles qu’ont publiées des ouvrages comme le Médecin charitable de Philbert Guybert, ou Les recettes choisies de madame Fouquet. La rage fait partie des maladies qui suscitent le plus de ces formules. Le 17 mai 1759, les Affiches de Bordeaux indiquent un traitement contre la morsure des chiens enragés, ajoutant : « C’est du Dauphiné qu’on nous écrit, et l’on nous assure que ce remède a été éprouvé avec un succès constant par plus de deux mille personnes ». La recette est reproduite le 5 juillet et le 13 décembre. Les remèdes sont parfois étonnants de simplicité : du pourpier contre le ver solitaire, de l’huile de lin contre les vers des enfants, de la tisane d’orme pour les rétentions d’urine, du sel mouillé sur la morsure d’un animal enragé, ou dans la bouche d’une personne tombée en apoplexie, du fiel de carpe pour les maux d’estomac, du vinaigre ou des coquilles d’huître calcinées contre la rage, de la guimauve et du sureau pour soigner les fièvres putrides… Il paraît assez évident que plus la multiplicité de ces informations augmente, plus leur crédibilité diminue.

Mais voici bien le témoignage le plus suspect d’inauthenticité, car il introduit une touche d’irrationnel : on note la naissance de quadruplets à Amboise, trois filles et un garçon. Ce dernier « est très méchant », il n’a pas voulu téter, on ne peut l’emmailloter, il a fallu matelasser son berceau. « Il est vrai que son nom, Jean Bélin Darc est l’anagramme de Diable incarné »[31], ajoute le rédacteur de l’entrefilet.

Au XVIIIe siècle, on croit au progrès, mais la médecine paraît bien compliquée, et c’est bien le domaine où les progrès se font attendre. Il y a beaucoup de faux médecins qui vendent de faux remèdes, mais les vrais médecins prescrivent des remèdes qui, très souvent, ne sont pas plus efficaces que les faux. Il est très difficile de discerner le vrai du faux, surtout quand presque rien n’est réellement efficace contre la maladie. Et d’ailleurs, quel médecin (officiel) n’a pas lui-même sa recette un peu secrète, combien écrivent des ouvrages pour mettre en valeur leur pratique et laisser entendre qu’ils ont des secrets thérapeutiques fort utiles ? Beaucoup sont eux-mêmes prescripteurs de ces remèdes secrets, dont la formule a finalement été révélée et que n’importe quel apothicaire peut fabriquer. C’est sans doute déjà dans cet état de fait que commence l’ambiguïté de la presse de Lumières qui juxtapose ainsi plusieurs messages qui nous paraissent aller dans des sens différents.

D’autre part, on croit au progrès, et presque tout, particulièrement ce qui concerne les traitements, est encore à découvrir. Le programme est d’ailleurs clairement annoncé : « L’usage où l’on est d’insérer dans l’Affiche de Bordeaux tout ce qui peut contribuer au bien de l’humanité, nous a déterminé à faire part de quelques observations qui paraîtront sans doute intéressantes à tous ceux qui, confinés dans les campagnes, ne sont pas à portée de recevoir à temps les conseils des médecins dans des maladies souvent fort compliquées. (…) La simplicité des traitements les rend faciles à tous ceux qui voudront s’en servir. »[32] On est parfois obligé de se satisfaire de remèdes très rudimentaires. Et, de ce fait, aucun de ceux qui sont proposés, et même, pourquoi pas, aucun de ceux des charlatans qui font de l’argent sur le dos des malheureux, ne doit être rejeté a priori. Seule l’expérience dira si ce sont des traitements utiles ou non. Cet objectif est clairement indiqué dans les Affiches du Poitou en 1777 : « Il est sans doute beaucoup d’autres recettes contre différents maux communs, également sûres, et dont le secret est conservé dans quelques familles, ou dont la connaissance ne passe pas les bornes d’une ville, d’un quartier, d’un bourg, d’un village. L’intérêt de l’humanité en sollicite la publication… » Pourquoi les curés ne rassembleraient-ils pas « les différentes recettes vulgaires qu’on emploie dans leur paroisse » ? Ensuite, viendrait un deuxième temps, celui de la vérification et du tri par l’expérience et l’avis des médecins de la capitale. Et, globalement, le rédacteur des Affiches du Poitou, Jouyneau-Desloges, se montre très favorable aux empiriques[33].

Alors, parfois, quand la recette paraît « trop belle », on émet un petit doute : « Elle est si simple qu’on ne saurait donner d’instruction plus utile aux gens de la campagne et aux pauvres, si elle est efficace »[34]. Mais pour le savoir, il faut l’essayer, et il est donc intéressant qu’elle soit publiée.

 

Les journaux d’annonces de la deuxième moitié du XVIIIe siècle veulent être utiles et informer. Ils ouvrent d’ailleurs leurs colonnes au débat. Ils veulent être un organe de la diffusion du savoir. Mais le savoir médical est si divers et varié, si incertain aussi, qu’avant de le diffuser, il faut le collecter. C’est ce à quoi ils s’emploient. Certes, le résultat final est étonnant, mêlant toutes sortes d’informations étranges sur des sujets aussi sensibles que la santé, la maladie, la mort. En fait, plutôt qu’une opposition entre les différents types de messages médicaux, on peut leur trouver une certaine complémentarité : ils correspondent à des préoccupations importantes à une époque donnée, et, ainsi, ils suscitent de la communication, qu’il s’agisse de propositions à finalité clairement lucrative, ou de conseils d’apparence gratuite, paraissant trouver leur justification dans un désir d’entraide et des considérations philanthropiques. On peut trouver que la juxtaposition de ces informations et de ces annonces est très ambigu, mais elle ne se résume pas au face à face entre une science qui serait éclairée et des messages obscurantistes, et encore moins entre des informations « vraies » (le vrai a bien du mal à s’établir en médecine, et même aujourd’hui à se définir) et des propositions fausses. Cette juxtaposition est plutôt révélatrice des hésitations et des doutes de médecins et de gens éclairés, qui croient au progrès, ne le voient pas réellement venir, mais pensent qu’il passe par la mise en commun d’un savoir populaire et d’expériences diverses.

 

 

 


[1] G. Feyel, L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, 1387 pages.

[2] Cité par G. Feyel, op. cit., p. 387.

[3] G. Feyel, op. cit., p. 388.

[4] Cité par B. Ulmer, T. Plaichinger, C. Advenier, À votre santé ! Histoire de la publicité pharmaceutique et médicale, Paris, Éditions Syros-Alternatives, 1988, p. 20.

[5] Passages cités par G. Feyel, op. cit., pp. 592-595.

[6] Le Mercure galant, avril 1693, p. 33.

[7] Le Mercure galant, mars 1680, pp. 141-144.

[8] Ibid., pp. 327-329.

[9] G. Feyel, op. cit., p. 311.

[10] Ibid., pp. 554 et 567.

[11] Ibid., pp. 561 et 391.

[12] Ibid., p. 563.

[13] La Gazette, Bordeaux, 8 juillet 1747.

[14] Ibid., 24 août, 7 et 14 septembre 1748.

[15] Ibid., 21 septembre – 9 novembre 1748.

[16] Cité par B. Ulmer, T. Plaichinger, C. Advenier, À votre santé ! Histoire de la publicité pharmaceutique et médicale, Paris, Éditions Syros-Alternatives, 1988, p. 24.

[17] Mercure de France, avril 1754.

[18] G. Feyel, op. cit., p. 387.

[19] G. Feyel, op. cit., pp.555.

[20] R. Granderoute, Catalogue des périodiques anciens (1600-1789) conservés à la bibliothèque municipale de Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, Bordeaux, 1987, p. 8.

[21] Cité par L. Desgraves, Le livre en Aquitaine, XVe-XVIIIe siècles, Biarritz, Atlantica, 1998, p. 99.

[22] G. Feyel, op. cit., p. 1166.

[23] Annonces, Affiches et Avis divers, Bordeaux, 24 avril 1760 ; 7 et 14 avril 1763 ; du 19 janvier au 23 février 1764.

[24] Journal de Guienne, Bordeaux, 24 mai 1785 ; 17 janvier 1788.

[25] Ibid., 13 septembre 1764.

[26] Ibid., 5 juin 1760.

[27] Journal de Guienne, Bordeaux, 5 novembre 1784.

[28] Annonces, Affiches et Avis divers, Bordeaux, 14 février 1771 ; 4 juin, 2 juillet, 27 août et 3 septembre 1761.

[29] Annonces, Affiches et Avis divers, Bordeaux, du 2 avril au 10 décembre 1772.

[30] Ibid., 27 décembre 1759 et 24 janvier 1760 ; 3 et 10 décembre 1772.

[31] Journal de Guienne, Bordeaux, 9 janvier 1785.

[32] Annonces, Affiches et Avis divers, Bordeaux, 22 novembre 1764.

[33] Cité par G. Feyel, L’annonce et la nouvelle, op. cit., p. 1180.

[34] Annonces, Affiches et Avis divers, Bordeaux, 23 juillet 1772.

 

ouvrage: Alan Sokal, Jean Bricmont, « Impostures intellectuelles », Paris, Le Livre de Poche, 1999

Par Dominique Pinsolle

Les sources du relativisme postmoderne

D’après SOKAL (Alan), BRICMONT (Jean), Impostures intellectuelles, Paris, Le Livre de Poche, 1999, 413 p.

 

Alan Sokal est professeur de physique à l’université de New-York.

Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’université de Louvain.

 

Au printemps 1996, la revue américaine Social Text publiait un article d’Alan Sokal intitulé : « Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique. »

Peu après, Sokal révélait qu’il s’agissait d’un canular : son article, étayé par des citations d’intellectuels célèbres, français et américains, n’était qu’une parodie destinée à attaquer l’usage irraisonné et abusif de la terminologie des sciences « dures » dans les sciences humaines. Plus généralement, il s’agissait pour lui de dénoncer le relativisme postmoderne qui ne voit dans l’objectivité qu’une convention sociale.

 

Les auteurs mis en cause dans ce livre sont tous des intellectuels français très connus aux Etats-Unis : Jacques Lacan, Julia Kristeva, Luce Irigaray, Bruno Latour, Jean Baudrillard, Gilles Deleuze, Félix Guattari et Paul Virilio. Sokal et Bricmont estiment que leur jargon scientifique masquent au mieux un manque de rigueur dans leurs théories, au pire un véritable charlatanisme.

 

Au-delà de cette partie du livre, qui a suscité, comme on peut s’en douter, une vaste polémique, un chapitre (« Le relativisme cognitif en philosophie des sciences ») traite plus particulièrement d’épistémologie et aborde la question de la vérité en sciences. C’est uniquement à ce chapitre que nous nous intéresserons ici.

 

 

Le problème de la connaissance et de l’objectivité a occupé les philosophes depuis des siècles. Ce qui intéresse les auteurs est cet ensemble d’idées que l’on peut nommer « relativisme », « qui sont actuellement assez influentes dans certains secteurs des sciences humaines et de la philosophie. »

Ce relativisme est en partie issu d’une lecture de certains ouvrages contemporains de philosophie de sciences tels que La Structure des révolutions scientifiques de Thomas Kuhn (1970) ou Contre la méthode de Paul Feyerabend (1975).

Sokal et Bricmont définissent « grosso modo » le « relativisme » comme « toute philosophie qui prétend que la véracité ou la fausseté d’une affirmation est relative à un individu et/ou à un groupe social ».

 

1. Le solipsisme

 

La question de départ est la suivante : Comment pouvons-nous espérer atteindre une connaissance objective du monde, alors que nous n’avons accès à celui-ci qu’à travers nos sensations. « Comment savons-nous qu’il existe quelque chose en dehors de celles-ci » ?

Nous n’en avons aucune preuve que le solipsisme (le fait de considérer que rien n’existe en dehors de la pensée individuelle) est une théorie fausse, mais l’hypothèse de l’existence d’un monde extérieur à notre conscience est la plus raisonnable (notamment du fait que c’est la manière la plus simple d’expliquer la permanence de nos sensations). Ce n’est pas parce qu’une opinion ne peut pas être réfutée qu’elle est forcément vraie.

 

2. Le scepticisme radical

 

Les adeptes du scepticisme radical, eux, admettent l’existence d’un monde extérieur à notre conscience, mais nient la possibilité d’en acquérir une connaissance fiable, puisqu’il est impossible d’être certain que nos sensations reflètent fidèlement la réalité. C’est, par exemple, la position de David Hume dans son Enquête sur l’entendement humain (1748). Cependant, nous rejetons le scepticisme systématique dans la vie quotidienne parce que la meilleure façon d’expliquer la cohérence de notre expérience reste de supposer que le monde extérieur correspond au moins approximativement à l’image que nous en donnent nos sens.

 

3. La démarche scientifique

 

Une fois le solipsisme et le scepticisme radical mis de côté, la question est de savoir dans quelle mesure nos sens nous trompent ou, au contraire, sont fiables. La seule façon d’y répondre est de comparer les impressions entre elles et de varier certains paramètres de notre expérience quotidienne. C’est la base de la démarche scientifique, qui systématise les méthodes d’induction, de déduction et d’évaluation des données, et qui permet de découvrir des phénomènes jusqu’alors inconnus et qui entrent en contradiction avec le sens commun (par exemple : l’eau nous apparaît comme un fluide continu, alors qu’elle est faite d’atomes). La principale raison qui pousse Sokal et Bricmont à croire à la véracité des résultats scientifiques tient au fait qu’ils expliquent la cohérence de notre expérience, de la simple observation aux expériences faites en laboratoire.

 

Arrivé à ce point de la discussion, la question de la particularité de la science par rapport à d’autres types de discours sur la réalité (comme les religions, les mythes ou les pseudo-sciences comme l’astrologie).

Tout d’abord, il existe certains principes généraux qui remontent au moins au XVIIe siècle : le scientifique se méfie des arguments a priori, de la révélation, des textes sacrés et de l’argument d’autorité.

De plus, la pratique scientifique depuis trois siècles a permis de dégager une série de principes méthodologiques qu’on peut justifier par des arguments rationnels (comme la répétition des expériences, l’utilisation de « témoins », le test de médicaments en « double aveugle », etc.). Cependant, il n’existe pas (du moins à présent) de codification complète de ces principes et de l’ensemble de la rationalité scientifique.

La démarche scientifique est comparable à une enquête policière : ce n’est pas parce qu’il n’existe pas de traité définitif codifiant toutes les enquêtes policières et leur garantissant le succès à 100% qu’il faut considérer que toues les enquêteurs se trompent systématiquement. Il existe en effet un certain nombre de règles acquises par l’expérience (comparer les témoignages, croiser les sources, chercher des preuves physiques, etc.) qui permettent d’aboutir à des conclusions raisonnables.

 

Le rappel de ces arguments élémentaires se justifie dans la mesure où la dérive relativiste trouve son origine dans l’échec partiel de la tentative de certains épistémologues (comme Popper) de formaliser la démarche scientifique.

 

4. Le falsificationnisme poppérien

 

Karl Popper, dans La Logique de la découverte scientifique (1959), cherche un critère de démarcation entre théories scientifiques et non scientifiques. Il pense le trouver dans la falsifiabilité : pour être scientifique, une théorie doit faire des prédictions qui peuvent, en principe, être contredites par des faits. L’astrologie ou la psychanalyse, qui se contentent de prédiction imprécises ou accommodent les résultats empiriques lorsque ceux-ci les contredisent, ne peuvent pas être considérées comme des sciences.

La conséquence de principe est qu’on peut prouver qu’une théorie est fausse (il suffit d’une seule observation fiable la contredisant), mais on ne peut jamais prouver qu’une théorie est totalement vraie (car il faudrait pouvoir tester toutes les prédictions de la théorie, ce qui est généralement impossible).

 

Sokal et Bricmont critiquent le falsificationnisme poppérien en prenant, entre autres, l’exemple de la mécanique newtonienne : le fait que des astronomes aient observé, au milieu du XIXe siècle, que l’orbite de Mercure était légèrement différente de celle prédite par la mécanique newtonienne suffit-il à conclure que cette dernière, qui a pourtant abouti à d’immenses succès (par exemple : prédiction du retour de la comète de Halley en 1759, découverte de Neptune en 1846, etc.) est fausse ?

 

5. L’incommensurabilité des paradigmes de Thomas Kuhn

 

Selon Kuhn, dans la Structure des révolutions scientifiques (1970), le gros de l’activité scientifique, ce qu’il appelle la « science normale », se déroule à l’intérieur de « paradigmes », qui définissent le genre de problèmes à étudier, les critères à utiliser pour évaluer un résultat et les procédures expérimentales considérées comme acceptables. De temps en temps, la science normale entre en crise et on assiste à un changement de paradigme. Par exemple, la naissance de la physique moderne, avec Galilée et Newton, suppose une rupture avec Aristote, et, au vingtième siècle, la théorie de la relativité et la mécanique quantique renversent le paradigme de la mécanique classique.

Cette théorie, jusque-là banale, va plus loin. Pour Kuhn, l’expérience que nous avons du monde est tellement conditionnée par la théorie (qui dépend elle-même du paradigme) qu’il est impossible de comparer des théories concurrentes, et de les départager de rationnellement (par exemple : Newton et Einstein). Après une révolution scientifique, les scientifiques travaillent voient le monde d’une manière tellement différente qu’il leur est impossible de comparer leurs théories avec les théories précédentes. Pour Kuhn, les paradigmes sont incommensurables (on ne peut pas les comparer entre eux).

De plus, les changements de paradigmes ne se font pas forcément de manière rationnelle, et les preuves dont on disposait à l’époque de telle ou telle révolution scientifique sont souvent moins fortes qu’on ne le pense généralement ; à chaque changement de paradigme, des considérations non scientifiques interviennent (comme par exemple, des facteurs religieux dans le cas de l’astronome allemand Kepler, qui confirme que la Terre tourne autour du soleil à la fin du XVIe siècle). L’ambiguïté de l’ouvrage de Kuhn est qu’à certains moments l’auteur semble penser que les révolutions scientifiques sont dues principalement à des facteurs non empiriques, et qu’une fois adoptés, ils conditionnent tellement notre perception du monde qu’ils ne peuvent qu’être confirmés par nos expériences ultérieures ; la force des théories est tellement grande que chaque expérience finit par s’accorder avec elles.

 

6. L’« anarchisme » méthodologique de Feyerabend

 

Paul Feyerabend, quant à lui, critique radicalement les règles que certains philosophes croyaient pouvoir utiliser pour définir la démarche scientifique. Il ne se contente pas  de montrer, au moyen d’exemples historiques, les limites de toute codification générale et universelle de la méthode scientifique. Il va beaucoup plus loi, en affirmant que « la seule règle qui survit, c’est : « Tout est bon » » (Contre la méthode, 1975). Etant donné qu’il n’existe pas de règles connues, indépendantes de tout contexte, qui permettent de vérifier ou de falsifier une théorie, Feyerabend en conclut que la science ne s’élabore pas en suivant une méthode bien définie et qu’il n’y a pas de « rationalité » globale, ce qui lui vaut d’être qualifié d’ « anarchiste » méthodologique.

 

7. Le « programme fort » en sociologie des sciences

 

Durant les années 70, s’est développé un nouveau courant en sociologie des sciences. Alors qu’auparavant, la sociologie des sciences se contentait de cerner le contexte social dans lequel l’activité scientifique se déroule, les chercheurs qui se sont regroupés sous l’enseigne du « programme fort » entendent expliquer en termes sociologiques le contenu des théories.

David Bloor et Barry Barnes, deux des fondateurs du programme fort, redéfinissent radicalement le concept de vérité en considérant que ce qui est qualifié de vrai est généralement ce que l’on préfère croire vrai et que cette croyance est avant tout déterminée socialement, sans que la nature ou la réalité du monde extérieur intervienne forcément. Pourtant, comme le soulignent Bricmont et Sokal, le succès de la mécanique newtonienne entre 1700 et 1750 est certes dû à un grand nombre de facteurs historiques, sociologiques, idéologiques et politiques (qui expliquent notamment pourquoi cette théorie fut acceptée plus vite en Angleterre qu’en France), mais il ne faut pas oublier que ce succès est aussi en partie lié au fait que les planètes et les comètes se déplacent à peu près comme le prédit la théorie de Newton.

De plus, comme le reconnaissent parfois Barnes et Bloor eux-mêmes, « dire que toutes les croyances sont également vraies se heurte au problème des croyances qui se contredisent l’une l’autre », et « dire que toutes les croyances sont également fausses pose le problème du statut des assertions du relativiste lui-même ».

 

 

 

 

ouvrage: Sandro Landi, « Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne », PUR, 2006

Par Florence Buttay

Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir de gouvernement de Machiavel aux Lumières, PUR, 2006, 233 p.

 

Sandro Landi, professeur à l’Université de Bordeaux III, avait codirigé en 2004 pour les Presses Universitaires de Rennes un très beau volume sur Florence et la Toscane. Les différents intervenants y montraient l’histoire d’une construction étatique originale, loin des grands modèles de l’Etat moderne, à considérer dans sa spécificité, c’est-à-dire avec ses dynamiques entre autorités centrales et locales, avec ses fondements contractuels qui laissent subsister des autonomies, qu’il ne faut pas prendre trop vite pour des signes d’échec ou de faiblesse. Dans la Naissance de l’opinion publique, l’Etat florentin est encore au coeur des réflexions de l’auteur qui reprend et prolonge son étude sur le « gouvernement des opinions » (Il Governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscanadel Settecento, Bologne, 2000).

Le livre se compose d’une introduction, de quatre chapitres et d’un épilogue, accompagnés d’une riche bibliographie. Comme dans Florence et la Toscane, S. Landi nous donne ainsi accès à l’historiographie italienne la plus récente. Le livre s’ouvre de façon provocatrice sur la proposition de P. Bourdieu « l’opinion publique n’existe pas ». En effet, l’auteur veut se démarquer des historiens qui ont cherché à tirer parti du travail d’Habermas, à la fois d’un point de vue théorique et d’un point de vue méthodologique. D’un point de vue théorique, S. Landi refuse de voir l’émergence de l’opinion publique comme « un processus linéaire de constitution, face au pouvoir, d’un groupe social et culturel qui constituerait, par la confrontation libre des idées en son sein, une opinion publique, par essence critique à l’égard du pouvoir ». Il doute de la réalité sociale de l’opinion publique. Ou, en tout cas, il estime qu’il ne faut pas négliger que l’opinion publique est d’abord une construction théorique, un concept dont on peut suivre l’apparition et le développement dans le langage politique. C’est pourquoi ce livre n’est pas un essai d’histoire sociale (qui compterait la croissance du nombre de lecteurs ds l’Italie moderne, ou le nombre de livres ou de périodiques traitant de politique parus dans la Péninsule, par exemple…), mais relève de l’histoire du discours politique, au croisement de l’histoire, de la philosophie et de la littérature.

« Opinion publique » apparaît dans le vocabulaire italien en 1768. On pourrait y voir le symptôme du triomphe des Lumières sur le despotisme et l’obscurantisme. En fait, l’association de ces deux termes est tout sauf évidente, presque contradictoire. L’auteur se propose donc de faire l’archéologie de ces mots et de montrer que l’apparition de l’expression et son utilisation dans la sphère politique florentine renvoient à quelque chose de très éloigné du modèle habermassien.

S. Landi étudie les textes de science politique et se livre à un travail d’exégèse des pères de la science politique, en premier lieu de Machiavel, mais il s’intéresse aussi aux textes produits par la pratique politique (documents législatifs et judiciaires). On suit ainsi l’apparition de nouveaux mots clefs du langage politique dans les écrits théoriques, les écrits normatifs ou les libelles, et ce dans le cadre précis de l’Etat médicéen du XVIe au XVIIIe, comparé régulièrement avec les autres Etats de la Péninsule. Les chapitres 1 et 2 analysent les concepts d’opinion et de public dans la science politique depuis la Renaissance, puis les chapitres 3 et 4 étudient les pratiques de gouvernement découlant de ces théories.

Le ch. 1, « Penser le peuple à la Renaissance », montre comment s’ébauche au début du XVIe siècle une réflexion sur le pouvoir de l’opinion collective (appelée opinion universelle, opinion du peuple, ou encore opinion des hommes). Cette opinion devient une catégorie du discours politique et un élément avec lequel doit compter le pouvoir, dans sa représentation et dans son organisation. L’expérience est ici la crise de la République florentine et du modèle communal. L’échec de la république pose le problème du consensus sur lequel l’Etat doit s’appuyer. Consensus de qui et comment le capter ? Dans le discours des hommes d’Etat, le peuple devient l’Autre, voire le Monstre dont la force réside dans l’opinion, instable et menaçante. Machiavel, dont les écrits constitutent le coeur du chapitre, met en lumière le pouvoir de l’imagination populaire. Il pose pour la première fois le paradoxe d’une sagesse du peuple, mais une sagesse radicalement différente de celle des hommes de gouvernement, qui repose sur l’irrationel, le sentiment. Se creuse ou se théorise une incompréhension réciproque entre le Palais et la Place, et par conséquent un nouveau rapport entre gouvernants et gouvernés fondé sur la séparation et l’opacité : les gouvernés deviennent objets de savoir et de surveillance de la part du prince, surtout leurs opinions et imaginations, tandis que l’action du prince doit, elle, rester secrète (les arcana imperii). Gouverner les opinions devient une nécessité. La censure est alors la pratique de gouvernement corollaire nécessaire au nouveau consensus recherché.

Le ch. 2 : « La découverte de la censure », montre la censure comme nouvelle science des princes. L’hypothèse de l’auteur est la suivante : « l’opinion collective a une importance constitutive dans l’Etat en formation, puisque sa présence impose de repenser l’espace de la souveraineté du prince et de mettre en œuvre une nouvelle culture gouvernementale ». Il étudie dans ce chapitre un large éventail d’écrits, produits entre la fin de la république et l’instauration du régime monarchique de Côme Ier en 1537, pour légitimer le régime des Médicis. Le prince se veut désormais avant tout garant et promoteur de la religio, comme lien politique et social. Il tente d’appuyer ce consensus sur un nouveau rapport entre Dieu, le prince et les sujets, mais aussi sur un nouveau rapport entre public et privé et entre vrai et faux. Insistant sur la valeur civile de la religion, des théoriciens, souvent hétérodoxes, comme Lucio Paolo Rosello, insistent sur le rapport privilégié du prince avec le divin, qui se manifeste par « un ésotérisme nécessaire de la science de gouvernement qui sépare définitivement les gouvernants des gouvernés » (p. 69). Ceci bouleverse les frontières entre espace privé et espace public. Le regard du prince doit embrasser tout l’espace public de la ville mais aussi l’intimité des foyers et percer les propos et les pensées des sujets. L’analyse d’écrits utopiques d’Anton Francesco Doni montre que « gouverner consiste à prévenir les dangers qui pèsent sur la communauté plutôt qu’à réprimer les délits, par l’éradication des passions et des « humeurs », c’est-à-dire des opinions individuelles » (p. 86). Le monde rêvé de Doni est celui d’une communauté exprimant à l’unisson une seule opinion droite. C’est pourquoi les limites du vrai et du faux sont à repenser. Toutes les formes de communication orales représentent un danger pour les gouvernants (nouvelles qui circulent, se déforment, rumeurs…). Dans la communication politique, le vrai et le faux ne se distinguent pas. Des choses fausses peuvent acquérir une grande force, et sont donc à considérer aussi sérieusement que le vrai. La force de l’imagination dans la conduite des hommes est reconnue.

Ce consensus renouvelé sur les bases décrites plus haut, est assuré par la censure. Cette vieille institution de la république romaine renaît, mais avec un contenu très différent, et dirigée surtout vers le contrôle de l’expression des opinions.

Le ch. 3, « la censure entre normes et pratiques de gouvernement », montre la mise en pratique de ces théories par le nouveau prince qu’est Côme Ier pour légitimer et asseoir son pouvoir. S. Landi fait l’historique du domaine de la censure dans l’Etat toscan, du XVIe au XVIIe siècle. La législation vise un disciplinement de la parole, une dépolitisation et moralisation du discours. Il est surtout montré que la censure du prince ne dérive pas modèle inquisitorial. Le pouvoir civil a l’initiative de ce contrôle. Il insiste cependant sur la mixité de la censure, exercée conjointement par les autorités civile et inquisitoriale, avec une priorité progressive accordée à cette dernière. Le Saint-Office, loin d’être une institution séparée de l’Etat, est profondément enracinée dans la société civile (p. 121). L’historiographie récente de la censure des livres ne cherche plus à faire l’histoire « à rebours de la liberté de la presse » (p. 117). Elle appartient à un effort plus large d’imposition d’une vérité légitime et autorisée dans l’espace publique.

Cependant, au XVIIIe, la perte progressive de prestige du Saint-Office et le déclin de l’interdit religieux égratignent le consensus autour de la censure. Pas pour tout le monde, cependant. ¨Pour les intellectuels et les hommes de gouvernement qui militent contre la censure ecclésiastique des livres, comme Giuseppe Pelli, une distinction doit subsister entre le grand nombre soumis à l’interdit et un petit nombre de personnes éclairées qui doit pouvoir lire librement.

Le chapitre 4 se propose ainsi de discuter « L’invention de l’opinion publique au XVIIIe siècle ». Il s’agit de comprendre pourquoi, après une longue période de discrétion, la légisation civile reprend la main en 1743. Le conseil de Régence publie alors un édit sur la liberté de la presse. Curieux édit qui, après avoir proclamé une liberté nécessaire au développement des sciences et au développement économique, dans le préambule, présente une série de mesures pour renforcer le système de censure de ce qui est « contraire à la religion et aux bonnes mœurs » (p. 139). La liberté et la censure se justifient désormais par l’intérêt du public. Qui est ce nouveau sujet du discours politique ? Muratori dans De la félicité publique , explique que le public est « peuple ou les sujets en tant que destinataires des actions du souverain et récepteurs de son message » (p. 155). Une idéologie de la transparence remplace celle des arcana imperii qui servait au pouvoir à se préserver. Désormais, on exaltateune politique vérité au service du public. Cette volonté de publicité montre que « la politique réformiste de l’Etat Habsbourgeois cherche l’appui d’un interlocuteur non institutionnel et extérieur, un petit nombre de gens cultivés ». Il s’agit de « provoquer une rupture dans le circuit des opinions alimentées par les opposants aux réformes, en imposant une nouvelle source d’autorité », le public (p. 163). En Italie, cette notion n’est ni synonyme de débat ni ne s’impose au prince comme une instance séparée et critique. L’opinion publique se place au contraire nécessairement sous la protection du prince.

L’opinion publique est donc bien un nouvel acteur, mais un acteur inventé par un gouvernement soucieux de créer un consensus autour de son action. L’idéologie de la liberté et de la transparence remplace l’idéologie du secret et des arcana imperii quand cette dernière n’apparaît plus rentable politiquement. La communication politique n’a pas été arrachée au prince par un groupe social éclairé et critique qui constituerait « l’opinion publique ».

L’ouvrage de S. Landi souhaite conduire le lecteur à renverser le regard : de la recherche des origines d’un groupe social constituant peu à peu une force politique, l’opinion, à la reconnaissance, dans le cas florentin, de la nature avant tout discursive de l’opinion, nouveau vocable du discours politique. Reste à savoir si cet interlocuteur fictif du pouvoir, cet acteur inventé, l’opinion, n’a pas fini par être investi par des hommes ou des groupes qui s’y sont identifiés, finissant par lui donner une réalité sociale, avec laquelle le gouvernement devra compter.

 

ouvrage:Yves Deloye, « Les voix de Dieu », Paris, Fayard, 2006

Par Nicolas Champ

Yves Deloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote. xixe-xxe siècle, Paris, Fayard, 2006, (L’espace du politique).

 

Politiste, Yves Deloye a déjà réalisé de remarquables travaux sur l’école de la Troisième République où il avait déjà montré son souci de faire des sciences politiques nullement nourries d’histoire. Ses recherches illustrent parfaitement la démarche d’une  « sociologie historique du politique » sur laquelle il avait réalisé un excellent Repères. Les voix de Dieu est un ouvrage extrêmement ambitieux : il s’agit, d’une certaine manière, de faire le pendant à la classique Histoire de l’anticléricalisme de René Rémond. L’auteur cherche à étudier le cléricalisme, c’est à dire le rôle du clergé non seulement dans les « ingérences électorales » mais de manière plus vaste dans la politisation des Français au cours des xixe-xxe siècles. En réalité, le cœur de l’ouvrage se réduit à l’étude de la période du « discordat », c’est à dire de l’arrivée au pouvoir des républicains à la Séparation des Eglises et de l’Etat. Dans cette perspective, il s’appuie sur un corpus varié et classique de sources : les série F19 et F7 aux Archives nationales sont abondamment utilisées et il n’hésite pas à recourir également aux archives départementales dans les séries M et V. En revanche, il est peut-être regrettable que ni les archives diocésaines ni les archives de congrégations religieuses comme celles des Assomptionnistes dont il utilise pourtant abondamment la presse n’aient pu être exploitées. Il n’en demeure pas moins que, chose encore trop rare chez les spécialistes de science politique, le socle documentaire est particulièrement riche. Le lecteur a cependant quelques difficultés se rendre compte de cette richesse du fait de la décision de l’éditeur de rejeter les – nombreuses – notes de références en fin de volume. Celles-ci couvrant une centaine de pages, non content d’y apporter des références aux sources précises, de précieuses mises au point bibliographiques, Yves Deloye y nuance et précise de nombreux éléments de son argumentation. Leur consultation est donc indispensable.

Les investigations d’Yves Deloye ont permis de mettre à jour une littérature « prétrophile » remarquable et jusqu’alors assez négligée. Outre une lecture attentive des lettres pastorales et mandements de carême, il a découvert un ensemble de traités politiques, de catéchismes électoraux produits par le clergé afin de manipuler le vote. Les analyses qu’il livre à ce sujet sont extrêmement neuves et riches.

Il analyse à nouveaux frais la question de la domination cléricale et ne la montre comme quelque chose qui s’impose ex-nihilo mais qui se construit progressivement et en permanence : au travers du cas du clergé, Y. Deloye offre une illustration de la thèse weberienne selon laquelle le pouvoir s’établit au cours d’une relation et ne va pas de soi, que le pouvoir n’est pas un donné mais un construit.  L’expression de « déférence cléricale » utilisée par l’auteur est à ce titre heureuse. Y. Deloye souligne, après d’autres auteurs, la politisation des pratiques religieuses tels qu’elles s’observent sous la Troisième République : processions, pèlerinages et prières publiques, notamment lors des élections législatives. A ce titre, le lecteur peut s’étonner de l’absence de références à quelques ouvrages publiés ces dernières années et qui avaient constitué des jalons assez solides sur la politisation de ces manifestations religieuses : ainsi du colloque organisé par Paul d’Hollander, L’Eglise dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au xixe siècle [1], le mémoire d’habilitation à diriger des recherches de ce dernier[2] ou de la récente synthèse de Jérôme Grévy[3].

Y. Deloye insiste beaucoup sur la lecture religieuse, sur l’appropriation religieuse de savoirs-faire politiques. Il analyse dans cette perspective toute la nébuleuse de mouvements catholiques de la fin du xixe siècle et essaie de peser de manière nuancée leur rôle dans la politisation des Français : l’auteur donne de bons aperçus sur le rôle du clergé dans la diffusion de l’usage des tracts et affiches électoraux.

Incontestablement, Y. Deloye offre un excellent tableau du projet d’emprise religieuse sur la société française perceptible dans le phénomène électoral. Toutefois, il est peut-être possible de trouver cette lecture religieuse, pour ainsi dire « théologique », des devoirs électoraux des catholiques un peu excessive. Effectivement, la presse catholique interprète pour partie les devoirs électoraux comme des devoirs auxquels les électeurs devraient rendre compte à Dieu. Toutefois, est-ce là l’essentiel des arguments utilisés par cette dite presse lors des élections ? Elle recourt également à des arguments bien plus matériels : critique de la corruption des républicains, de leur mauvaise gestion, de leur immoralité… L’analyse sacralisée des élections n’est pas la seule perceptible dans les journaux de la Bonne Presse ; ces journaux participent aussi d’une polémique électorale très classique et, dans le fond comme dans la forme, peu originale. Des études monographiques sur quelques périodiques permettraient certainement d’affiner les analyses d’Y. Deloye. La lecture de ces brochures et de la presse cléricale remplit-elle également la fonction prescriptive que lui prête l’auteur ? Y. Deloye s’appuie beaucoup sur les Semaines religieuses. C’est effectivement une source intéressante pour connaître le point de vue du clergé diocésain mais il nous semble sur ce point que le diagnostic de Michel Lagrée – « bulletins confidentiels voués à un public captif, celui des presbytères » (cité p. 326) – montre la réalité de diffusion de ces feuilles dont le tirage, hebdomadaire, est très nettement inférieur à celui des titres de la Bonne Presse et au premier chef de la Croix quotidienne.

Au final, le « Tableau de la France cléricale » ici dessiné paraît majorer quelque peu la puissance de la « déférence cléricale ». Comme exemple, la Bretagne, il est vrai particulièrement travaillée par les historiens, apparaît régulièrement sous la plume de l’auteur. Mais la Bretagne est-elle représentative de la France ? Le « catholicisme bleu » ou les « catholiques selon le suffrage universel » sont une des données peut-être trop négligées par l’auteur. Inversement, il aurait été intéressant d’en savoir un peu plus sur certaines terres, à l’instar de la Bourgogne analysée naguère par Pierre Lévêque qui dénotent un « conservatisme sans cléricalisme[4] ». Du fait de l’abondance de la documentation, les élections de 1885 constituent un moment particulièrement scruté par Y. Deloye pour cerner « l’espace du cléricalisme ». Toutefois, si nous considérons l’ensemble des suspensions de traitement du bas clergé consécutives à des ingérences électorales et même s’il est certain que tous les prêtres actifs dans une quelconque propagande électorale n’ont pas fait l’objet de cette mesure radicale du fait de l’insuffisance des preuves portées à leur charge, il convient de remarquer que le nombre de ces suspensions reste relativement faible. Il y a 326 suppressions de traitement du clergé, ce qui, eu égard au nombre de prêtres de France, est infime.

Il n’en demeure pas moins que le travail d’Yves Deloye offre des pistes de recherche particulièrement stimulantes sur la politisation des Français au travers du prisme clérical. A cet égard, il serait intéressant d’appliquer les hypothèses de l’auteur à d’autres périodes et à d’autres scrutins que ceux ici envisagés. L’auteur en effet considère principalement les élections législatives ; aborder le niveau municipal, dans une approche micro-historique, pourrait s’avérer fructueux. La Monarchie de Juillet, du fait de la croissance numérique du clergé alors observable et de la loi sur les élections municipales de 1831 dont l’importance a été naguère soulignée par André-Jean Tudesq offre un champ privilégié d’études qu’Yves Deloye n’aborde qu’au détour d’une note (p. 296). Les recherches récentes de François Ploux ont bien montré qu’émergeaient alors le parti du curé et le parti du maire[5].

 


[1] D’Hollander Paul (dir.), L’Eglise dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au xixe siècle, Limoges, PULIM, 2001.

[2] D’Hollander Paul, La Bannière et la rue. Les processions dans le Centre-Ouest au xixe siècle (1830-1914), Limoges, PULIM, 2003, (Histoire).

[3] Grévy Jérôme, Le cléricalisme ? Voilà l’ennemi ! Un siècle de guerre de religion en France, Paris, Armand Colin, 2005, (Les enjeux de l’histoire).

[4] Lévêque Pierre, « Conservatisme sans cléricalisme : l’évolution politique du Châtillonais aux xixe et xxe siècles », dans La Terre et la Cité. Mélanges offerts en l’honneur de Philippe Vigier (textes rassemblés par Alain Faure, Alain Plessis et Jean-Claude Farcy), Paris, Créaphis, 1994, p. 329-342.

[5] Outre sa thèse, voir Ploux François, « Luttes de factions à la campagne. L’exemple du Lot au xixe siècle », Histoire et Sociétés rurales, 2004, n. 22, p. 103-134.

 

colloque: Le phénomène ligueur dans la France de la IIIe République: approches transversales

11-12 mars 2008, colloque Université de Metz

Ce colloque, organisé par Olivier Dard et Nathalie Sévilla, avait pour but de comprendre les conditions d’émergence et les moments d’apogée des ligues – en général liés aux périodes de crise, de repérer leurs évolutions de la fin du XIXe siècle aux années 1930 et de se questionner sur leur postérité en privilégiant une lecture transversale.

 

Quelques éléments de définition ont d’abord été rappelés. Les ligues sont des associations créées dans le but de parvenir à imposer un point de vue circonscrit autour d’un thème unique. Contrairement aux partis politiques, elles ne proposent donc pas de projet global de société justifiant la conquête du pouvoir et refusent de participer aux élections. Toutefois, les ligues de gauche font en général office, à côté des partis, d’organes de réflexion ou de diffusion de thèmes de propagande, tandis que les ligues de droite peuvent constituer de véritables forces politiques s’attaquant au pouvoir ou aux institutions. C’est pourquoi leur culture politique est fondée sur l’affrontement, la violence et l’action directe. Les ligues ont par ailleurs un caractère éphémère. Elles disparaissent lorsque l’objectif est atteint ou lorsqu’il n’est plus d’actualité.

 

Les communications étaient organisées autour de trois grandes thématiques.

 

–          Les modes d’organisation interne

Les exemples de la Ligue des femmes françaises entre 1901 et 1914 et de la Ligue des droits de l’homme, développés respectivement par Bruno Dumons[1], et Emmanuel Naquet[2], puis l’analyse du fonctionnement de la plus ancienne section locale d’Action française – celle de Poitiers fondée en 1903 par le marquis Marie de Roux[3] – ont mis en évidence des structures très hiérarchisées et peu démocratiques. Ils ont également révélé les difficultés financières inhérentes à ce type d’organisation.

 

–          Les champs d’intervention et les modes d’action

Les communications ont permis de différencier deux types de ligue. Les ligues-mouvements de rassemblement comprennent notamment la Ligue de l’enseignement, étudiée par Jean-Paul Martin[4] et Nathalie Sévilla[5]. Celle-ci veut incarner le parti républicain au début de la IIIe République. La Ligue pour l’organisation de la SDN, présentée par François Dubasque[6], appartient au deuxième groupe : celui des ligues-groupes de pression. À son apogée, au début des années 1920, elle ne compte guère plus de 3 500 adhérents. Elle agit en fait essentiellement par le biais de son comité directeur qui réunit des élites politiques et intellectuelles de gauche. Pour mener leur action, les ligues empruntent les canaux classiques de la propagande : tracts, meetings, agitation de rue. Olivier Dard[7] a ainsi rappelé que la Ligue d’Action française avait été créée à l’origine pour assurer la distribution du journal L’Action française. Toutefois, elle oriente rapidement une part de son activité vers la jeunesse et rencontre un véritable succès d’audience dans les facultés de droit au sein desquelles elle recrute de nombreux Camelots du Roi.

Les liens avec les partis politiques ont été abondamment évoqués. Anne-Laure Anizan[8] a montré comment la Ligue de la République, fondée en 1921, est d’abord apparue comme un satellite du Parti radical-socialiste, puis, en regroupant différentes sensibilités de gauche, préfigure finalement le Cartel des gauches. De son côté, Mathias Bernard[9] a mis en exergue les points de contacts entre ligues nationalistes et partis de la droite modérée : les premières servent de mouvements de jeunesse et constituent dès lors un vivier de cadres pour les seconds. Les passages de la Ligue de la Patrie française à l’Action libérale populaire au début du siècle, des Croix-de-Feu au RPF sous la IVe République[10], témoignent de cette fonction de socialisation politique. D’autres ligues, comme les Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger, assurent le service d’ordre lors des meetings électoraux de la Fédération républicaine dans l’entre-deux-guerres.

 

–          Institutionnalisation, pérennisation des ligues, et limites

Il s’agissait, dans ce dernier thème, de comprendre les difficultés rencontrées par les ligues à s’inscrire dans la durée. Emmanuel Debono[11] s’est ainsi attaché à décrire les rapports complexes qu’entretient la LICA avec les pouvoirs publics à la fin des années 1930. Jean Philippet[12], pour sa part, a étudié les oscillations des Jeunesses patriotes entre contestation et intégration au régime parlementaire en fonction de la majorité au pouvoir. Seul véritable exemple de réussite en la matière : après le décret de dissolution des ligues de 1936, la pérennisation et l’institutionnalisation des Croix-de-Feu passent par leur transformation en parti politique (le Parti social français)[13]. A l’inverse, l’Action française qui ne parvient pas à s’adapter à la situation nouvelle est en déclin durant la même période (Gilles Morin et Aude Chamouard).

 

 

Olivier Dard a souligné en conclusion l’intérêt d’une approche transversale du phénomène ligueur. Cette méthode a permis de dégager l’originalité de la forme ligueuse qui combine héritage et modernité organisationnelle. La porosité de la frontière entre ligue et parti a été soulignée à plusieurs reprises : sous la IIIe République, les ligues remplissent des fonctions ultérieurement assumées par les partis tels le service d’ordre ou la propagande. Elles sont par ailleurs des « lieux de connexion périphérique », espaces de débats et de rencontre, à la fois laboratoires d’idées et écoles de formation politique. Au final, un colloque très riche qui a donné lieu à des débats animés et à de véritables échanges. Une publication aux Presses universitaires de Metz est prévue à l’automne prochain.

 


[1] B. Dumons, Les dames de la Ligue des femmes françaises, 1901-1914, Paris, éd. du Cerf, 2006.

[2] E. Naquet, La Ligue des droits de l’homme : une association en politique (1898-1940), thèse de doctorat, sous dir. S. Berstein, IEP de Paris, 2005.

[3] Communication de Gwenaëlle Jamesse, doctorante à l’université de Poitiers, qui prépare une thèse sur le marquis de Roux, sous la direction de Christine Manigand.

[4] J.-P. Martin, La Ligue de l’enseignement et la République des origines à 1914, thèse de doctorat, sous dir. J.-M. Mayeur, IEP de Paris, 1992.

[5] N. Sévilla, La Ligue de l’enseignement-Confédération générale des œuvres laïques, 1919-1939, thèse de doctorat, sous dir. J.-F. Sirinelli, IEP de Paris, 2004.

[6] F. Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944). Argent et réseaux au service d’une nouvelle république, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

[7] O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, PUF, 2002.

[8] A.-L. Anizan, Paul Painlevé (1863-1933), un scientifique en politique, thèse de doctorat, sous dir. S. Berstein, IEP de Paris, 2006.

[9] M. Bernard, La guerre des droites : droite et extrême droite en France de l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, O. Jacob, 2007.

[10] Voir J.-P. Thomas, Droite et rassemblement du PSF au RPF, 1936-1953 : hommes, réseaux, cultures. Rupture et continuité d’une histoire politique, Thèse de doctorat, sous dir. S. Berstein, IEP de Paris, 2002.

[11] E. Debono, doctorant à l’IEP de Paris, est l’auteur d’un mémoire de DEA intitulé Militer contre l’antisémitisme en France dans les années 1930 : l’exemple de la Ligue internationale contre l’antisémitisme, 1927-1940, sous dir. S. Berstein, 2000.

[12] J. Philippet, Le temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes (1919-1944), thèse de doctorat, sous dir. R. Girardet, IEP de Paris, 2000.

[13] Voir A. Kéchichian, Les Croix-de-feu à l’âge des fascismes : travail, famille, patrie, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

 

séminaire: Les socialistes et la trahison, Sylvain Boulouque

10 décembre 2007, séminaire de l’OURS

Sylvain Boulouque intervenait dans le cadre du séminaire que l’OURS organise depuis plusieurs années  autour de l’histoire et de l’actualité du mouvement socialiste[1].

L’intervenant est  Ater à l’Université de Reims où il prépare une thèse sur la CGTU de 1921 à 1936. Mais il est également connu pour ses travaux sur les anarchistes[2] et il a organisé en 2005, en compagnie de Pascal Girard, un colloque sur la trahison dont les actes viennent d’être publiés[3]. Sylvain Boulouque utilise ici les communications proposées dans ce colloque pour aborder la question des socialistes et la trahison, laquelle est devenue un sujet d’actualité en raison des ralliements de membres du Parti Socialiste (et, en particulier, celui d’Eric Besson) à la nouvelle majorité présidentielle issue du 6 mai dernier,

 

Sylvain Boulouque commence par essayer de définir ce qu’est un traître. Il distingue le niveau de l’individu ou de la famille, et celui de la  collectivité que le traître abandonne. D’une façon générale, la traîtrise se définit par l’abandon et la rupture avec des liens de fidélité. Mais il faut souligner le caractère relatif de la traîtrise comme le notait  Clémenceau qui rappelait  que le traître n’est qu’un converti pour ceux qui l’accueillent.

 

Concernant les socialistes, Sylvain Boulouque propose un découpage chronologique :

 

  • avant 1914, la  trahison appartient plutôt à la rhétorique d’une partie de la droite qui met en cause ceux qui trahissent la nation : les francs maçons, les métèques, les juifs…A gauche, on va parler d’opportunisme pour désigner les glissements vers le centre-droit ou la droite. L’extrême gauche peut accuser certains de traîtrise mais à titre individuel. Au sein du mouvement socialiste, le sentiment de concurrence révolutionnaire prévaut à celui de trahison. Cependant,  l’expression est utilisée lors de l’affaire Millerand, à l’encontre de ceux qui ont soutenu ou approuvé son entrée au gouvernement.
  • La révolution bolchevique constitue un tournant. A partir de 1920, la trahison désigne le comportement de ceux qui ont refusé de rejoindre la IIIème Internationale. L’accusation est individuelle ( Léon Blum devient l’incarnation du traître ) ou collective ( avec l’apparition de l’expression « sociaux traîtres » ). Avec le Front Populaire, ce type de discours reste limité aux débats internes.
  • Avec la 2nde Guerre mondiale, la trahison change de sens au sein du mouvement socialiste. Ce n’est plus l’engagement qui définit la traîtrise mais l’attitude durant la guerre et en particulier le vote du 10 juillet 1940 qui est au coeur des règlements de compte de la Libération et des éliminations politiques.
  • Après la guerre, la trahison n’est plus seulement une accusation lancée par les communistes pour stigmatiser les socialistes mais est utilisée dans les débats internes de la SFIO, le paroxysme étant atteint avec la guerre d’Algérie. C’est, en effet,  le moment où les socialistes sont associés de plus en plus souvent aux responsabilités : l’exercice du  pouvoir amène des  compromis, parfois perçus ou qualifiés de compromissions,avec des abandons donc, aux yeux de certains, des trahisons. C’est toute la problématique du rapport au pouvoir des socialistes[4] avec cette idée sous jacente que les socialistes au pouvoir ne peuvent que trahir[5].
  • Aujourd’hui, l’extrême gauche a abandonné cette argumentation à l’égard du PS. L’expression de trahison revient avec des cas individuels comme celui d’Eric Besson dont il faudrait en fait analyser les ressorts du comportement avant de porter un jugement définitif

 

Cette communication donne lieu à une discussion qui insiste sur l’intérêt et la richesse de ce thème sur lequel beaucoup reste à dire.

 

Trois idées générales peuvent être retenues :

 

–      La rhétorique de la trahison appartient essentiellement aux partis qui portent une logique d’affrontement

–      la trahison apparaît comme une spécificité au mouvement socialiste et l’expression « sociaux traîtres » fait partie intégrante du vocabulaire d’une partie de la gauche

–      Les socialistes ont toujours un complexe de trahison. Ils supportent une accusation qui n’est pas liée au respect du programme mais aux intentions associées à ce programme.

 


[1] OURS : Office Universitaire de Recherche Socialiste. Ce séminaire animé par Frédéric Cépède, Michel Dreyfus, Gilles Morin et Nicolas Rousselier en est à sa septième année. Le thème de cette année est « l’actualité et les problématiques de la recherche sur le socialisme ». Le programme est consultable sur le site de l’OURS : www.lours.org

[2] Les anarchistes français face aux guerres coloniales: 1945-1962, les ateliers de créations libertaires, 2003

[3] Traîtres et trahisons : guerres, imaginaires sociaux et constructions politiques, Paris, Arlan, 2007

[4] Voir les synthèses d’Alain Bergounioux et de Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir : le Parti socialiste français 1905 -1992, Paris, Fayard, 1992, dont l’édition de 2005 s’intitule L’ambition et le remords, les socialistes français et le pouvoir, 1905-2005

[5] Sylvain Boulouque renvoie aux travaux des sociologues post bordivin ).

 

colloque: Histoire et actualité de la Haine

11, 12 et 13 octobre 2007, Université de Poitiers

Frédéric Chauvaud, Professeur d’histoire contemporaine (GERHICO)[1] responsable de l’axe « Conflictuosité », et Ludovic Gaussot, Maître de conférences en sociologie (SACO), sont les initiateurs de ce colloque international et interdisciplinaire, auxquels se sont associés Jean-Claude Bourdin, Professeur de philosophie (CHRIA), et Pascal Keller, Professeur de psychologie (ERPC).

S’interrogeant sur la nécessité de concevoir la haine comme objet d’histoire, ils ont choisi de varier les intervenants et les thèmes des communications, afin d’ouvrir la haine aux regards de sociologues, d’historiens, de psychiatres, d’historien de l’art… La haine n’avait encore jamais été étudiée pour elle-même mais au travers de ses manifestations (la jalousie, les rivalités, la vengeance). Les travaux menés sur un espace géographique particulier ou sur une forme de haine (collective, individuelle..) ne permettent pas d’envisager la haine sous toutes ses formes, ni au travers de son discours.

 

D’ailleurs, cet événement fait suite à un autre colloque portant sur « Les discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité. Regards croisés »[2], qui s’est déroulé à Reims les 26, 27 et 28 septembre 2007.

 

 

L’ouverture du colloque le jeudi 11 octobre en début d’après-midi débute par une introduction limpide de F. Chauvaud et une tentative de définition de la haine. Selon le Dictionnaire des sciences et des arts rédigé au début du XIXe siècle, la haine n’est « ni un sentiment, ni une émotion, mais une passion, […] le plus haut degré de l’aversion ».

Le phénomène haineux se distingue de la colère : « La colère est une haine ouverte et passagère ; la haine une colère retenue et suivie » écrit Charles Duclos[3] en 1751. La haine peut également avoir comme fin la vengeance. Elle trouble la paix et a besoin de se nourrir. La figure de l’ennemi, intérieur et/ou extérieur, cristallise la haine. Celle-ci peut enfin recouvrer divers visages : haine familiale, interpersonnelle, universelle (par exemple, selon Alexis de Tocqueville, la haine de Paris contre la province).

F. Chauvaud rappelle que l’amour porte en germe la haine, qui s’inscrit dans la mémoire, ne disparaît jamais tout à fait.

 

L’historiographie récente sur la haine se centre sur une « culture de la haine », à l’instar de Peter Gay[4] qui évoque, à travers quelques figures de la bourgeoisie européenne, l’homme agressif du XIXe siècle porté par une sorte d’ivresse morbide.

Ernest Lavisse dans Mes souvenirs décrit le village de son enfance, et dépeint les rivalités de voisinage pouvant engendrer de véritables haines.

J. Maxwell a analysé au début du XXe siècle le crime contre la société sur un plan juridique[5].

 

Ce colloque a réuni des scientifiques (historiens, historiens de l’art, sociologues, psychologues…) de nombreuses universités françaises et étrangères.

La première séance, animée par Jérôme Grévy, se propose comme une entrée en matière sur les figures de la haine, traversant l’histoire de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Comment historiciser la haine ? Comment cesse-t-elle d’être un invariant pour s’incarner dans le temps et l’espace ?

–          Lydie Bodiou, Maître de conférences d’histoire ancienne à l’Université de Poitiers,

commence par étudier « La haine contre-nature au sein de la famille dans la tragédie grecque (Eschyle, Sophocle, Euripide) ». Son propos s’articule autour de trois exemples : la haine des parents, la haine fratricide et la haine passionnelle.

 

–          Myriam Soria-Audebert, Maître de conférences d’histoire médiévale à l’Université

de Poitiers, s’intéresse à « L’épiscopat et l’instrumentalisation de la haine au milieu du Moyen-Age (XI-XIIIe siècle) », c’est-à-dire aux violences perpétrées contre les évêques et à ce qu’elles révèlent des sociétés médiévales. Les évêques avaient tout à fait conscience des sentiments de haine qu’ils provoquaient, que ce soit auprès des princes, des puissants ou même de la population. Ils savaient manipuler les sentiments et exerçaient leur pouvoir disciplinaire et judiciaire (excommunication). Parfois, la colère des puissants est simulée afin de provoquer a contrario un rapprochement avec l’évêque. L’exemple du catharisme permet d’entrevoir une autre face de l’utilisation de la haine par l’Eglise. Cependant, certains évêques refusent d’obéir aux légats pontificaux, ce qui provoque in fine des affrontements entre papes au gouvernement de l’Eglise.

 

–          Hervé Drévillon, Professeur d’histoire moderne à l’Université de Poitiers, aborde

« La bataille comme antidote de la haine ». En effet, l’élaboration de règles dans un affrontement éviterait les haines personnelles ou collectives[6]. A partir de l’œuvre littéraire de François de La Noue[7], la bataille apparaît comme un conflit juste et honorable.

 

–          L’intervention de Gilles Malandain, Maître de conférences d’histoire contemporaine à

l’Université de Poitiers, sur « La haine des Bourbons sous la Restauration » inaugure l’étude de la haine à l’époque contemporaine. Il s’interroge sur les mécanismes haineux, à savoir s’il s’agit d’un sentiment indépassable ou d’un ressentiment conjoncturel. Face aux manifestations violentes à l’égard des Bourbons, une loi est votée, incriminant la haine envers le gouvernement royal. La politisation de la haine populaire revêt également une valeur civique.

 

–          Charles-Alexandre Krauskopf, Doctorant en histoire contemporaine, en analysant

l’exemple provincial (poitevin) de la haine de la Commune à travers la presse, nous permet d’envisager les différentes figures haineuses du communard : alcoolique, impie, aux mœurs dépravées, « ambitieux capable du pire », « fumiste », etc. L’élaboration d’un cadre référentiel négatif par la diabolisation de la Commune constitue un modèle-repoussoir nécessaire dans la construction de l’altérité et la constitution d’une mémoire commune.

 

Vendredi 12 octobre

–          Sophie Victorien, ATER et Doctorante à l’Université de Rouen, nous a proposé une

communication sur « Les établissements privés habilités par l’Education surveillée », en s’interrogeant sur le taux de concentration de haine en ces lieux. Violence et conflits sont omniprésents dans ces établissements et s’expliquent en partie à cause du douloureux passé affectif des pensionnaires, à leurs conditions de vie, etc. Cela provoque la réciprocité d’attitudes négatives et un sentiment palpable de rejet.

–          La communication de la philosophe Isabelle Krier (déplacée à cause de désistements)

se présentait comme une analyse comparative entre Jean Bodin et Michel de Montaigne, en tant que juristes face à la sorcellerie. L’œuvre de J. Bodin, De la démonomanie des sorciers, écrite en 1580, est un argumentaire justifiant l’anathème des personnes (des femmes surtout) pratiquant la sorcellerie. La figure de la femme est en effet au centre de cette étude, car elle incarne la caverne, le « gouffre sans fin », bref le mystère sexuel également lié à celui de l’enfantement. Montaigne, dans ses Essais, accorde un chapitre sur les « boîteuses » dans lequel il tente d’enquêter sur leurs mécanismes de pensée.

 

–          Delphine Dussert, Doctorante en histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux,  s’intéresse aux Espaces de la haine religieuse et aux enjeux mémoriels qui y sont liés.

Elle s’est tout d’abord attachée à définir un espace de la haine religieuse, en tâchant d’établir une distinction avec un espace religieux de la haine et en s’interrogeant sur la pertinence d’établir une typologie de ces espaces. Le glissement entre espace de haine et lieu de mémoire, ainsi que les critères retenus pour ériger un espace d’affrontement et de violence en un lieu de mémoire symbolique a fait l’objet d’une première partie. Mais le risque du surinvestissement symbolique des lieux de mémoire est d’attiser les tensions et de créer de nouveaux lieux de discorde. En prenant l’exemple d’Auschwitz, plusieurs questions essentielles sont abordées : concurrence des mémoires, revendications identitaires, rivalités politiques s’entremêlent autour d’un lieu érigé en espace sacré, au sein duquel cohabitent rites religieux et pratiques profanes. Enfin, l’espace de haine peut devenir source de pacification, dans le sens où il permet le dialogue interreligieux et l’union citoyenne. Le rejet unanime des sacrilèges, comme dans le cas des profanations de cimetières, revêt une symbolique forte et encourage ainsi le dépassement de la haine perpétrée contre une communauté religieuse.

 

–          Benoît Dupin, Enseignant et Doctorant à Sciences Po Bordeaux, a brossé un tableau

historique de la haine en Afrique du Sud, entre survivance, gestion et disqualification. Depuis le régime d’Apartheid, les africains du Sud entretiennent une relation quasi-permanente à la haine : les Anglais ont été le repoussoir de l’identité afrikaner en tant que vainqueurs de la Guerre des Boers (1880-1881 et 1899-1902), puis l’Eglise Réformée hollandaise a développé une théologie revendiquant la supériorité de la race blanche et à partir des années 1960-1970 (massacre de Sharpeville en 1960 par la répression policière de militants noirs, émeutes de Soweto en 1976…) la violence politique redouble. La haine raciale fait ensuite l’objet d’une disqualification systématique avec Nelson Mandela, faisant preuve d’une empathie profonde envers les « prisonniers de la haine ». Une commission « Vérité et Réconciliation » est mise en place, ce qui encourage le travail de justice et de mémoire face à un passé désormais honni. Le « politiquement correct » a permis de faire disparaître les réflexes haineux, mais n’a pas réussi à éradiquer la haine raciale. Le « Freedom front », parti radical de droite, continue de défendre la communauté blanche, en particulier les fermiers, face à ce qu’ils considèrent comme un système anarchique.

 

–          L’anthropologue Alice Verstraeten, Doctorante à l’Université Lyon 2, a clôturé la

matinée en évoquant « la justice argentine condamnant le génocide et aux familles de disparus confrontées aux réitérations de la haine des militaires ». Entre 1976 et 1983, plus de 30 000 personnes, de toutes catégories socio-professionnelles, ont été déportées par le gouvernement argentin car jugées comme des personnalités « subversives » et dangereuses pour le régime. La logique de l’ennemi intérieur justifiait cette épuration, dans laquelle se sont engagés de jeunes gens persuadés de défendre l’Etat. Les prisonniers étaient alors jetés dans des cellules sans numéro, perdant leur identité et par conséquent leur humanité, puis torturés à mort. L’exécution par balles suivi de l’enterrement des corps dans des fosses communes, ou les « vols de la mort » (les prisonniers étaient jetés dans la mer depuis un avion) étaient des pratiques courantes. Les familles de disparus, vivant dans l’angoisse et subissant à leur tour une véritable torture psychologique, ont pour certaines décidé d’agir. En effet, même si le président argentin a récemment reconnu le génocide et mis en place une échelle de gravité des crimes, les anciens bourreaux purgent souvent leur peine à domicile ! Les mères des disparus ont donc choisi la résistance pacifique, en tournant chaque jeudi autour du siège du gouvernement, arborant les photographies de leur mari, fils, père… Des « escratche », dénonciations publiques organisées ou spontanées, visent les génocidaires. Elles naissent dans la rue pour se terminer devant le domicile des militaires, jetant à leur fenêtre des « bombitas » remplies de peinture rouge, symbolisant le sang des victimes, la foule scandant : «  Ni oubli, ni pardon ! ». Ces manifestations jouent un rôle cathartique pour les familles, qui souhaitent pour les bourreaux impunis que « la vie quotidienne devienne leur prison ».

 

 

–          Marc Deleplace, Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université de

Reims, « A propos du serment civique de l’an V, la haine peut-elle être un sentiment républicain ? ». Il s’interroge à plusieurs niveaux, à commencer par le fait que la haine ait pu constituer un fondement de l’ordre républicain, et si elle a joué un rôle de lien social. Plusieurs serments de haine ont été élaborés à l’encontre de la royauté, comme celui de l’An IV. Celui-ci se structure progressivement autour du triptyque Tyrannie/Anarchie/Royauté. Afin d’attirer l’adhésion publique, ce serment de haine est présenté comme positif et garantissant l’ordre social. Or, lors de la poussée néo-jacobine en l’An VII, il est subitement remis en question et disparaîtra pour céder la place à un serment de fidélité à la République.

 

–          Jean-François Tanguy, Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université

de Rennes, a dressé un portrait haut en couleur du polémiste politique Jules Ménard, « infatigable et haineux ». Après avoir dépeint le caractère violent et agressif du personnage, ainsi que sa vie personnelle mouvementée (marié à une jeune femme dont il aura une fille ; ils divorcent rapidement) et professionnelle (il hérite du commerce familial prospère puis devient lui-même un négociant aisé), J.-F. Tanguy insiste plus particulièrement sur la seconde partie de sa vie durant laquelle il cesse toute activité professionnelle pour se consacrer à la polémique. A partir de 1892, il s’engage ainsi dans l’expression pamphlétaire de manière très intensive. Auteur prolifique, il s’insurge contre les institutions, les hommes politiques « corrompus », les juifs, les franc-maçons, etc. Il se qualifie lui-même de « républicain socialiste antisémite » et publie ses écrits à compte d’auteur. Ménard écrit aussi bien pour La Libre parole d’Edouard Drumont, que pour le journal guesdiste L’Ouest socialiste, mais son style reste médiocre et se répète constamment. Antisémite obsessionnel, il n’aura de cesse de dénoncer les dysfonctionnements de la société française, mû par une agressivité et une haine rares.

 

–          Yaël Dagan, Docteur de l’EHESS, a évoqué « La Nouvelle Revue française face à son

ennemi allemand (1914-1925) ». Cette revue littéraire fondée par André Gide en 1908-1909 voit son tirage s’interrompre pendant la Grande Guerre. En 1918, elle est reprise par Jacques Rivière, qui la dirigera jusqu’à sa mort en 1925. Celui-ci, mobilisé et fait prisonnier pendant la guerre, écrit, en 1919, L’Allemand. Souvenirs et réflexions d’un prisonnier de guerre. Il fait part de son sentiment haineux envers ce peuple, et dénonce leur culture de déshumanisation. Puis, J. Rivière opère dans son cheminement personnel un virage à 180°. Il passe en effet de la haine des Allemands à la culpabilité d’avoir pu écrire ce livre. Il devient alors pacifiste convaincu, après s’être construit dans la haine de l’ennemi.

 

–          Solange Vernois, Maître de conférences d’histoire de l’art, a exploré l’aspect

iconographique de la haine à travers la caricature sociale du tournant du siècle (1880-1914).

 

Samedi 13 octobre : Nouvelles figures

 

–          Geoffrey Fleuriaud, Membre du GERHICO, « La haine du voleur dans les années Trente »,

–          Jean-Claude Vimont, Maître de conférences à l’Université de Rouen, « La haine des récidivistes après 1945 »,

–          Eric Kocher-Marboeuf, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Poitiers, « La haine du flic, du cogne, du keuf… Jalons d’une histoire de la haine envers les forces de l’ordre »,

–          Daniel Marcelli, Professeur de psychiatrie exerçant au CHU de Poitiers, « La haine chez l’adolescent » : Intéressant !

–          Julien Bernard, Doctorant en sociologie à l’Université de Poitiers, « Les croque-morts » : intrus et bourreaux. Eléments pour une sociologie de la haine »,

–          Blaise-Jacques Nkene, Université de Yaoundé, « Ibos (peuple du sud-est du Nigéria) de la diaspora. Indélébiles stigmates de la guerre du Biafra »

 

Absents : Fernand Numbi Kanyepa, « Genèse et évolution de la haine ethnique au Katanga (1991-1993) ».

 


[1] GERHICO signifie Groupe d’études et de recherches du Centre Ouest atlantique.

[2] « Les discours de la haine », Colloque, Calenda, publié le 27 juin 2007.

[3] Duclos Charles, Considérations sur les mœurs de ce siècle, Paris, H. Champion, 2000, chap. XIV, p. 218.

[4] Gay Peter, Lenôtre Jean-Pierre, La culture de la haine, Paris, Plon, 1998.

[5] J. Maxwell, Le crime et la société, Paris, Flammarion, 1909.

[6] Ce parti-pris n’est pas sans rappeler l’article d’Hervé Guineret, « La science de la guerre comme antidote au massacre », Le massacre, objet d’histoire, Paris, Gallimard, 2005, p. 223-

[7] François de La Noue (1531-1591), surnommé « Bras de fer », fût un chef militaire huguenot connu pour avoir rédigé ses Mémoires dans lesquelles il décrit les guerres de religion.

 

Dynamiques de l’Etat moderne 4: La rhétorique des images

11 février 2008, Notes de lecture par Florence Buttay-Jutier, Université Bordeaux III

 

1-Notre point de départ : l’ATP de J.-Ph. Genet et la place de l’histoire des « représentations » du pouvoir :

L’État moderne, genèse : bilans et perspectives : actes du colloque de Paris les 19-20 septembre 1989, Paris, 1990.

 

– Jean-Philippe Genet, « L’État moderne : un modèle opératoire ? », p. 261-281

 

Dans cet article, qui était la lecture proposée lors de notre première séance, J.-Ph. Genet insistait sur le fait que son propos était celui d’une « genèse » (p. 11), dont il importait de rechercher les origines religieuses et intellectuelles. L’État est « affaire d’intellect, donc. Mais non point seulement. Affaire de coeur et de symbolique au moins autant, sinon plus (…) L’État moderne est discernable à partir du moment où on y croit, parce que l’on sait en lire les signes. Lire, oui, parce qu’il s’agit bien d’un discours politique qui passe par l’écriture, mais sentir aussi, parce qu’il s’agit aussi d’entrer dans une symbolique qui renvoie immanquablement au sacré, et de recevoir les représentations véhiculées par les images et les cérémonials ». Ces quelques mots posent plusieurs points qu’on souhaiterait discuter ici : la position passive de récepteurs, le public, d’un discours fait ailleurs, consciemment, par un groupe dominant cherchant à imposer une vision (=rapport centre/périphérie posé par le modèle de l’État moderne). Un autre point essentiel se retrouve dans la conclusion de l’article, où l’auteur, qui trouve finalement étrange qu’il y ait eu si peu de résistance à la croissance de l’État, insiste sur l’idée que les productions culturelles ont été nécessaires pour le faire accepter : l’État devrait donc gagner sa légitimité et en convaincre des sujets a priori réticents. J.-Ph. Genet pose ainsi l’importance de la propagande d’État.

La part dans l’ATP des équipes concernées par des recherches sur « les discours, les signes, les symboles » est d’ailleurs remarquable (8 sur 23 des dossiers thématiques) : pour J.-Ph. Genet, le fait « que près de la moitié des projets concernent les aspects culturels et prosopographiques du problème est de soi révélateur et montre bien sur quels points aujourd’hui se font les avancées dans les recherches sur l’État moderne » (p. 12). Le propos de l’équipe de G. Sabatier retiendra ici notre attention.

 

 

G. Sabatier, « Rappresentare il principe. Figurer l’État. Les programmes iconographiques d’État en France et en Italie du XVe au XVIIe siècle », p. 247-258.

 

L’équipe se proposait une étude comparée des « programmes iconographiques d’État » France/Italie XVe-XVIIe. Il s’agissait d’« observer la mutation radicale dans la théorie et la représentation de l’État du Moyen Âge aux temps modernes » : une « révolution des apparences ». Comment a-t-on rendu « visible cette abstraction, l’État (par la représentation du prince ou par la figure, allégorique, mythologique ou héroïque ?). Comment représenter le prince en suggérant ses deux corps kantorowicziens ? ». La conclusion qui se dégage des travaux de l’équipe est bien que  : « les programmes iconographiques considérés énoncent une nouvelle formulation de l’État ».

 

Pourtant les décors analysés sont aussi différents que le défilé allégorique des Médicis en 1539 et les plafonds de Versailles. Mais tous sont reconduits à l’émergence de l’État moderne et à la marche à l’absolutisme. Tous ces programmes se rejoindraient autour de trois significations :

– Établir une nouvelle définition de l’État, comme espace national incarné dans le prince (Louis XIV comme les Médicis) et comme « entité historico-géographique à laquelle s’assimile la personne du prince ».

– Assimiler prince/État (éviction des ancêtres, des habitants réels au profit d’allégories, de symboles puis de paysages et enfin de cartes, au Vatican en 1580, à Florence en 1589 = là aussi une évolution identique du discours serait repérable pour le pape comme pour les grands ducs).

– Établir un rapport d’extériorité État/société civile : tous ces programmes montrent un face à face prince/sujets et prince/dominium, un rapport de domination univoque, exprimée par le « regard de propriétaire éminent » du prince ( = le « regard panoptique des cartes »). L’État est un objet de tension public/privé, gérée par le recours au secret.

Enfin, on assiste à une crise de la représentation à la fin du XVIIe siècle qui serait révélatrice d’une crise de l’État monarchique, grosse des remises en cause du siècle suivant.

 

Pour G. Sabatier, il ne s’agit pas de « chercher dans l’image une illustration des théories, pratiques et conduites élaborées ailleurs », et il défend l’« efficacité propre de l’image » ; mais finalement on retrouve fidèlement tous les ingrédients de la définition de l’État moderne élaborée par J.-Ph. Genet et d’autres, et l’image n’a l’air que de confirmer ou au mieux, d’anticiper (« la fiction picturale toute gratuite réalise par anticipation ce que réalisera ensuite le politique ») le modèle. On distingue peu la France des États italiens, alors que le pouvoir s’exerce différemment et ne puise pas aux mêmes sources de légitimité à Paris, à Rome ou à Venise. Partout on observerait entre le XVIe et le XVIIe siècle le passage à la propagande (mot clef de sa démarche), nécessaire à l’imposition de l’État moderne. La crise de la fin XVIIe siècle et du XVIIIe siècle serait une crise de communication politique, caractérisée par l’émergence de nouvelles valeurs de transparence qui est « le caractère même d’une communication démocratique », crise révèlant et anticipant la crise de l’État (« le démentèlement de l’empire du prince sur les signes »). Ce passage m’a intriguée parce que S. Landi a récemment montré que la transparence est un langage qui se manipule aussi bien que le secret dans la Florence du XVIIIe siècle… (Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne : sagesse du peuple et savoir de gouvernement de Machiavel aux Lumières, Rennes, 2006)

 

Avant de reprendre le débat sur ces différents points, il faut comprendre la généalogie de ces recherches. Dans son introduction, G. Sabatier présente ces recherches iconographiques comme complètement nouvelles dans le champ de l’histoire. S’il parle des cérémonialistes (Kantorowicz et ses suiveurs), il a l’air de penser que l’étude des images est un champ vierge. En fait, elle est née de l’émergence de l’histoire des « représentations »[1] au croisement entre mots et images.

 

 

 

 

 

 

Les sources : les images

 

L’école de Warburg

 

Aby Warburg (1866-1929), héritier de riches banquiers juifs de Hambourg, abandonne la direction de l’affaire à son cadet pour se consacrer à l’étude (1893, thèse sur Botticelli). Mais il n’a pas eu un parcours classique d’historien de l’art et il est étranger à la notion de style, de formulae (comme le rappelle E. Gombrich, Aby Warburg, An intellectual Biography, Londres, 1970, p. 307-315). Anthropologue aussi des Indiens Pueblo, il est l’ « inventeur » de la discipline iconographique, qui n’est pas une fin en soi mais qui s’inscrit dans un projet de Kulturwissenschaft. Il s’agit pour lui d’un problème de psychologie historique. Il s’est en particulier intéressé au legs de l’Antiquité à la civilisation européenne. Mais ce qu’il appelle « la survivance du paganisme » ne relève pas de l’histoire religieuse ou sociale. En effet, le paganisme, pour Warburg, est un état psychologique, l’état d’abandon aux impulsions de frenzy et de peur.

Warburg ne s’intéresse donc pas à la dimension proprement politique de l’iconographie, même s’il étudie des programmes que Sabatier qualifierait « d’État ». (ex : les fresques à sujet astrologique du palais Schifanoia de Ferrare, les « tapisseries Valois » destinées à Catherine de Médicis, qu’il rapproche des descriptions écrites des fêtes de Bayonne en 1565. Il est d’ailleurs le premier à s’intéresser à ces fêtes publiques et à la lecture des décors).

Warburg a montré le lien essentiel entre rhétorique et images à l’époque moderne. Mais il ne rompt pas avec les historiens du Zeitgeist et s’intéresse à un « esprit du temps » auquel les individualités de l’artiste et du commanditaire se confrontent. Il ne s’intéresse pas à la construction politique en tant que telle, qui ne lui apparaît que comme une oeuvre d’art (Burckhardt), ou plutôt une oeuvre de culture parmi d’autres.

 

Les disciples de Warburg se retrouvent autour de sa bibliothèque et de l’Institut, transférées de Hambourg à Londres dans les années Trente. Erwin Panofsky, historien de l’art viennois, a rencontré Warburg en 1912. Il s’intéresse à un problème iconographique majeur laissé en suspens par Warburg, celui du rôle du Moyen Âge. Warburg pensait les formes de la Renaissance en opposition pure avec la tradition, reprenant les formes antiques en « enjambant » mille ans d’histoire et de pratiques artistiques et littéraires. Panofsky va montrer les racines médiévales de l’iconograpahie renaissante dans la Renaissance et ses avant-courriers dans l’art occidental, 1960[2]. Il est beaucoup plus connu en France que son maître (grâce à des traductions plus précoces) alors qu’il n’est pas toujours aussi intéressant, notamment parce qu’il systématise les recherches de Warburg pour dégager les lois d’un travail scientifique sur les images. Dans ses Essais d’iconologie (1939, trad. fr. 1969), il définit 3 étapes : l’identification ; l’interprétation iconographique des motifs ; l’interprétation iconologique des contenus, vérifiés par le recours aux textes[3]. Daniel Arasse a beaucoup fait pour la diffusion de Panofsky en France, lui qui l’appelle « ce grand rénovateur de l’histoire de l’art contemporain » tout en critiquant la primauté qu’il accorde au texte qui « seul fonde la signification, entraînant un déploiement d’érudition livresque alors que l’image est peu analysée par elle-même »[4].

Tandis qu’il faut retenir ce reproche, qui ne cessera d’être fait à tous ceux qui s’aventureront sur les terres de l’iconographie, remarquons que Panofsky a une lecture aussi peu politique que Warburg des « programmes d’État » : voir son livre sur la Galerie François Ier de Fontainebleau (Étude iconographique de la galerie François Ier à Fontainebleau, Saint-Pierre-de-Salerne, 1992). Il y déploie une recherche méticuleuse et un peu vaine de tous les faits de la vie publique et privée de François Ier qui justifieraient chacune des représentations (adultère, trahisons domestiques…). Il conclut : « L’ensemble de la décoration de la galerie constituerait, si l’on ose dire, un reportage en direct, et non la réalisation d’un projet bien établi, et l’on n’en saurait mieux décrire le programme que dans les termes utilisés par Nicolas le Breton pour résumer l’oraison funèbre que prononça l’évêque Pierre du Chastel en l’honneur de François Ier : ‘sous le manteau de la fable’ comme dirait Ronsard, il ‘présente les entreprises, les faits d’armes, les défaites, les victoires, les infortunes, les succès, la magnanimité, le bon jugement, la justice, la bienveillance, la libéralité, et toutes les autres vertus que ce roi démontra dans la paix comme dans la guerre, dans la vie comme dans la mort’ » (p. 67 : on voit ici comment il procède, par accumulation de références textuelles).

 

—> Pourquoi ce désintérêt pour le politique ?

On peut supposer :

– l’influence du psychologisme de Warburg

– peut-être surtout le questionnement primordial sur l’Art avec un grand A (Warburg est le premier à étudier aussi et parallèlement des images de qualité différentes. Mais les plus médiocres restent subordonnées aux oeuvres d’art, qui sont le sujet des études). A cet égard, rappelons les réflexions d’un autre warburgien : Edgar Wind (Art et anarchie, Paris, 1988 ; 1963 pour la première édition) qui affirmait que le grand art est anarchiste, c’est-à-dire en dehors du monde quotidien et de la réalité journalière. Le prince, le diplomate, mécènes de la Renaissance, cherchent à mobiliser toutes ses facultés dans la contemplation d’un tableau (intellectuelles ou non) et communient ainsi avec l’artiste dans sa recherche : selon Wind, il n’y a rien là qui puisse être lié à l’exercice du pouvoir. Le grand art est d’ailleurs celui, plus libre, des périodes de désordre politique, d’anarchie. Il voit un lien entre la désintégration politique de la Grèce et l’apogée de l’art grec. « Dans la Renaissance italienne, là encore, la plus fantastique libération d’énergies artistiques est allée de pair avec la désintégration politique » (p. 32).

 

L’Ecole du Warburg Institute va produire et produit encore des personnalités exceptionnelles, certaines plus intéressées par le contenu politique, comme Frances Yates (professeur au Warburg à partir de 1956). Elle reprend par exemple le travail de Warburg sur les Tapisseries Valois et montre qu’elles ont été faites pour soutenir l’aventure du duc d’Anjou en Flandres. Elle conclut de ce contenu politique que les tapisseries ont dû constituer un « diplomatic gift », selon elle envoyé en France par Orange pour soutenir le dernier fils de Henri II qui incarne alors le parti « politique » contre Charles IX et les massacres de la Saint-Barthélémy. Yates est remarquable par la précision et la vraisemblance de ses hypothèses. Elle ne parle pas de propagande et reste très près de la destination effective ou probable des oeuvres. Voir aussi son travail sur la thématique impériale (Astrée. Le symbolisme impérial au XVIe siècle, Paris, 1989 [Londres, 1975]). Cependant, on voit dans ce dernier ouvrage que si elle ne va pas plus loin sur le terrain politique, c’est parce qu’elle est surtout en quête de la reconstitution d’une civiltà letteraria. L’iconographie impériale d’Elisabeth Ière doit mieux faire comprendre Shakespeare. Images et textes littéraires vont de pair et dessinent un univers culturel ; l’interrogation sur le rôle social et politique des textes et des images n’est pas centrale.

 

En France, l’iconographie a beaucoup de mal à imposer sa légitimité (Essais Florentins de Warburg traduits en 1990…). Les historiens de l’art restent largement Wolfliniens et attributionistes, malgré Pierre Francastel (1900-1970). En revanche, chez les historiens sensibilisés à l’histoire des représentations (Bloch, Febvre) les travaux des cérémonialistes, qui reposent sur les mots et les gestes, mais à partir surtout de sources textuelles, rencontrent dans les années 80 un écho important.

 

Les sources : les mots

 

Les cérémonialistes, emmenés par Ralph E. Giesey, ont puisé leur inspiration dans l’oeuvre d’Ernst Kantorowicz (1895-1963).

Intellectuel juif allemand, au parcours atypique : jeune bachelier, il suit un stage commercial avant d’être un combattant de la Grande Guerre. Il suit ensuite des cours pour anciens combattants à la faculté de Munich. Il entre dans le cercle du poète Stefan George (La propagation du Beau) —> Problème essentiel de l’individu. Surtout érudition extraordinaire ! 1927 : Frédéric II, son premier livre. Se pose le problème du triomphe de l’hitlérisme (Kantorowicz quitte l’Allemagne pour les États-Unis dans les années Trente) = fascination pour le charisme des chefs. A. Boureau rapproche cette interrogation de Marc Bloch, Les Rois thaumaturges : se propose aussi l’étude des composantes du pouvoir royal, dans cet ordre symolique qui, seul, peut rendre compte du charisme. « Là où Bloch interrogeait, du côté des représentations populaires, la ‘religion royale’, les guérisons miraculeuses… Kantorowicz étudiait l’édifice monarchique auprès des techniciens du prestige souverain : maîtres des cérémonies et liturgistes, puis juristes, déjà fort présents dans l’entourage de Frédéric II ». Les Deux corps (1957, trad. fr. 1989) « explique la naissance de l’État au début de l’âge moderne par une construction médiévale assez improbable qui ordonne l’idée d’une continuité souveraine de l’institution politique autour de la figure concrète d’un monarque doté de deux corps : l’un, naturel, souffre et meurt, l’autre, immortel, se transmet surnaturellement au successeur »[5].

Mais Kantorowicz, ami de Panofsky, est aussi un formidable analyste d’images ; il collabore dès 39 au Journal of Warburg and Courtauld Institute (études des portes de Sainte-Sabine à Rome, de la quinité de Winchester[6]).

 

Cependant, la postérité immense dans l’interprétation du cérémonial (Ralph E. Giesey Le Roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, 1987 [Genève, 1960]) ne reprend pas cet intérêt pour les images : au moment de l’ATP de Genet il y a un foisonnement de publications anglo-saxonnes autour des cérémonies (citons Lawrence Bryant, The King and the City in the parisian royal entry ceremony  : politics, ritual and art in the Renaissance, Paris et Genève, 1986) comme le remarque Sabatier. Louis Marin, Le portrait du roi, 1981, n’est pas cité, curieusement. Il y a eu aussi Jean Jacquot et ses trois volumes sur les Fêtes de la Renaissance entre 1956 et 1975. Notons que Sabatier n’a pas de formation d’historien de l’art, qu’il est tard venu aux images, comme A. Boureau (aucune image dans Le Simple corps du roi). Le propos de G. Sabatier et de son équipe est de lier fortement théorie politique – essentiellement dégagée des rituels – et images produites par ou autour du pouvoir

 

 

 

 

De la démonstration de Sabatier se dégagent trois problèmes étroitement liés entre eux :

– la légitimité de la « lecture » de l’image : problème du rapport avec les sources textuelles et problème de déchiffrement.

– comment étaient regardées ces images : qui voit quoi ? Problème d’accessibilité aux décors dont il parle, problème de visibilité et de lisibilité.

– pourquoi étaient-elles produites ? Problème de la « propagande »

 

 

 

 

2-Les lectures proposées éclairent le développement de ces problématiques autour de la figuration de l’État

 

Kurt Johannesson, « Le portrait du prince comme genre rhétorique », Iconographie, propagande et légitimation, dir. A. Ellenius, Paris, PUF, 2001

 

Le premier article proposé est dans la suite de l’ATP : programme de la Fondation Européenne de la Science, dirigé par W. Blockmans et J. Ph. Genet, Iconograpie, Propagande et légitimation.

Kurt Johannesson est né en 1935, professeur de littérature à l’Université d’Uppsala (Suède). Travaux en particulier sur le Gesta danorum de Saxo Grammaticus.

« Le portrait du prince comme genre rhétorique » veut transformer notre regard sur les portraits de souverain de la Renaissance en montrant qu’ils étaient conçus comme des exempla rhétoriques, à l’usage (didactique) des souverains eux-mêmes et de leur cour. Donc ils ne sont pas une héroïsation, témoignant de l’incarnation de l’État dans le Roi, et donc amphigourique. Ils ne représentent pas non plus tout à fait la fonction royale, ils représentent un idéal d’humanité commun que le prince se doit de respecter et de faire respecter.

K. Johannesson commence par définir la politique comme « l’ensemble des rapports entre l’État et les citoyens ». Rapports abstraits qu’il faut rendre palpables : donc la politique est l’art de la symbolisation. On pourrait penser qu’il va parler des images des rapports des citoyens entre eux, des rapports gouvernants/gouvernés. Très vite en fait on revient, à travers le postulat que l’État = l’union des hommes, à l’idée, moins originale, de représenter l’État et  non les pratiques politiques.

Plusieurs types de symboles de l’État :

– les métaphores d’État qui cherchent à créer un sentiment d’appartenance et à justifier l’ordre social et la répartition des pouvoirs.

– les personnifications. Tel sera son sujet : « En examinant le nom, l’apparence physique, les vêtements et les autres attributs du personnage [qui incarne l’État], nous pouvons comprendre la nature et les ambitions de l’État » (p. 18). Les hommes politiques sont donc des symboles ; notamment à l’époque moderne ce sont des symboles qui fonctionnent comme des exemples au sens rhétorique.

K. Johannesson propose trois parties : 1/ il revient sur la théorie antique des exemples autour du mot fameux de Claudien : « Le monde se règle sur le modèle des rois » (tout l’article tourne autour de cette phrase) 2/ il rappelle la place de cette idée dans l’éducation et l’instruction des princes et hommes de gouvernement 3/ il invite à regarder leurs portraits comme des exempla : appui sur ceux de Gustave Vasa.

1/Rhétorique = « art d’instruire ou de persuader les hommes qu’une chose est vraie ou « semblable à la vérité ». Elle procède par arguments et preuves. a/ par des raisonnements logiques. b/ par des récits exemplaires faisant appel à l’expérience quotidienne, à l’histoire ou au sens commun = les exempla, qui permettent d’expliquer des réalités qui seraient trop difficiles à saisir par un raisonnement logique et qui ont valeur de preuves. Johannesson rappelle le rôle de l’exemplum dans l’éducation, lié à l’idée que les vertus sont des choses concrètes qui s’acquièrent (l’enfant est une tabula rasa). Apprentissage des règles moins efficaces que les exemples, qui sont, profondément, des images (cf phrase de Sénèque « les hommes se fient à leurs yeux plus qu’à leurs oreilles. Instruire par les règles et les préceptes est donc une entreprise de longue haleine, instruire par les exemples, une méthode courte et efficace »). Exemplum et image sont de nature très voisine. A mon avis on néglige le fait que dans programme libéral, images construites en tête, dans le discours, ou dessinées sur une feuille = la même chose.

Les exemples dans les grandes familles sont domestiques, ils sont un « capital social » selon la définition de Bourdieu. Passe au rôle des exempla dans l’éducation des princes de l’Antiquité, dont les traités sont repris et cités à la Renaissance, d’où

2/ L’éducation des princes. Des exemples de livres d’éducation, du prince au Courtisan et ses dérivés, un peu partout en Europe, il ressort que, pour assurer cette fonction éducative, le prince doit être visible. Cette visibilité -calculée- est un instrument de bon gouvernement. Cite Bodin et d’autres : « l’idée du roi comme exemple moral était bien connue dans toutes les cours européennes au Moyen Âge et à la Renaissance. Elle servait à définir les devoirs et les obligations mutuelles entre individus et entre groupes » (p. 30) (cette notion de devoirs mutuels nous éloigne de la vision d’une image royale « absolue » imposée de manière univoque à des sujets individualisés, du haut en bas d’une pyramide). En effet, les courtisans (au sens large : « conseillers, secrétaires, magistrats, prêtres…vivant à la cour ») étaient « sous le poids de la même obligation » : ils devaient non seulement être instruits par l’exemple du prince, mais l’instruire à leur tour par le bon gouvernement d’eux-mêmes. Etiquette = processus d’instruction continue : « chaque cour est aussi une école, une salle de classe » (p. 31)[7].

3/ La troisième partie est moins convaincante, cependant. Elle examine les portraits de la Renaissance en essayant d’aller au-delà des deux aspects sous lesquels ces portraits ont été envisagés

– soit par rapport à la notion d’individu, qui émergerait à la Renaissance, comme l’État moderne (d’ailleurs un des volumes de la Fondation européenne pour la Science y est consacré)

– soit par rapport à la notion de représentation. Faire une copie ressemblante de la personne physique ou de la fonction sociale. Ds le cas du prince, à cette dernière fonction pourrait s’ajouter celle de rendre présent l’État à travers le portrait du prince (cf Louis Marin).
Johannesson s’intéresse à la fonction de représentation d’un rôle social. Il s’interroge alors sur le public, destinataire des portraits princiers. Visibilité limitée aux membres de la cour et il s’interroge utilement : comment se regardait-on les uns les autres à la cour ? Ce regard était formé par les principes de la rhétorique.

Là, l’article se propose de considérer l’influence des principes de la rhétorique sur le portrait mais il devient d’un coup moins convaincant. Il échoue à nous montrer par quels moyens picturaux l’image cherche à appliquer les principes rhétoriques ; il échoue à lire image. Lecture du portrait de Gustave Vasa bien pauvre ! Auteur dit que « chaque détail devait être interprété comme le signe d’une qualité intellectuelle ou d’une habitude morale spécifique » mais ne détaille rien du tout (p. 43-45).

Pour finir, K. Johannesson critique les deux grilles de lecture habituelles du portrait : a/ l’individu (qui, il a raison, n’existe pas à la Renaissance). Pas de culture de la différence, mais de la comparaison et de l’imitation. b/ la notion de « représentation » qui rend moins compte des buts et usages du portrait que la notion d’exemple. Pour lui et il a raison de le souligner, pas de différence de nature entre image du discours (exemple à imaginer) et image peinte ou sculptée (exemple à voir).

 

L’approche de K. Johannesson est intéressante parce qu’elle invite à déplacer le regard : le portrait n’est pas envisagé comme simplement célébratif de la personne ou de la fonction. Si célébration il y a, elle passe par une appropriation par les spectateurs. Les spectateurs ne sont pas conviés à admirer le prince et y croire. Ils doivent l’imiter et eux-mêmes l’instruire : introduit un autre rapport : pas la pure distance et extériorité de la société civile proclamée par l’équipe de G. Sabatier. Au contraire, le prince doit être expression d’un idéal de la société civile, idéal qui fait consensus autour de valeurs et vertus. Il est un modèle formateur, qui doit aussi se conformer à sa propre image, comme ses sujets. Le portrait à la cour s’impose autant au roi qu’aux courtisans. Emerge alors la figure d’un prince plutôt primus inter pares. Il invite à relire la pompe et la célébration exagérée des princes dans les demeures royales.

La politique entendue comme processus d’instruction est intéressant : il repose sur la croyance en l’efficacité de la représentation (ou de la monstration, pourrait-on dire, puisque Johannesson oppose représentation et exemple). C’est ce qui a été étudié aussi à propos de la politique de fêtes de cour de Catherine de Médicis : la mise en scène de l’harmonie par la danse, la musique, doit contribuer à faire réaliser cette harmonie dans le corps social. Non pas par contrainte psychologique sur les spectateurs/acteurs, mais par la valeur propre de la représentation.

Curieusement, K. Johannesson ne renonce pas à l’idée de propagande alors qu’il vient de nous montrer des relations bien plus complexes entre prince/image/courtisans ; idée de propagande qui colle mal avec cette relation de réciprocité, de construction commune au prince et aux élites d’un discours et d’une image qui célèbrent des idéaux communs.

 

La place de la rhétorique dans l’éducation libérale des élites et le rapport entre mots et images qu’elle induit sont indéniables. Les travaux de Mary Carruthers par exemple ont montré l’importance de ces recettes banales de l’art de la mémoire (5e partie de la rhétorique) dans la structuration de l’expérience visuelle : certains lieux sont observés et peuplés mentalement d’allégories et d’exemples faciles et frappants. C’est justement un type de représentation « mémorielle » qui est en débat dans l’article suivant :

 

Patrick Boucheron, « Le Bon Gouvernement. Peinture et politique à Sienne », Annales, LX, n°6 (nov.-déc. 2005), p. 1136-1199.

 

Autour de l’allégorie dite du Bon gouvernement peinte par Ambrogio Lorenzetti au palais communal de Sienne en 1338. Depuis longtemps proclamée première peinture politique et fondatrice d’une tradition de représentation du pouvoir. Objet de multiples lectures, et surtout d’un débat récent (2000-2005) à partir des écrits de Quention Skinner.

Quentin Skinner, historien, plutôt marqué à gauche, cherche à reconstituer une alternative à l’émergence de la pensée libérale dans la Renaissance : une autre histoire des idées politiques qui mette en valeur l’importance de l’idée républicaine chez les penseurs des XVe-XVIe siècles. Depuis longtemps au coeur de vifs débats, notamment avec Jean-Philippe Genet. Dès sa parution en anglais, Autour de L’Artiste en philosophe politique. Ambrogio Lorenzetti et le Bon Gouvernement, 2003, traduit en français 2005, avait donné lieu à des répliques d’historiens du politique et de l’art.

Patrick Boucheron, spécialiste d’histoire urbaine de l’Italie des XIVe-XVe siècles à Paris I (thèse 1998 Le pouvoir de bâtir : urbanisme et politique édilitaire à Milan, EFR), n’est un spécialiste ni de l’histoire politique ou des idées, ni des images : son article vaut donc pour le résumé de la querelle dans laquelle il prend parti en se fondant sur les ouvrages de chercheurs, surtout italiens, qui ont travaillé récemment le sujet ou qui ont répondu à Skinner.

Il critique finalement deux choses :

l’approche socio-politique aux dépens de l’analyse picturale (toujours les « moyens propres » de l’image)

la méconnaissance du contexte bien particulier de la fin du Moyen Âge italien (rôle du médiéviste scandalisé par les surinterprétations aventureuses du moderniste !)

Il part de l’importance de la contextualisation de l’image : Les institutions de la République siennoise sont résistantes : l’exécutif (les Neuf) continue d’être choisi parmi un groupe sociologiquement ouvert ; mais la République est victime de tensions internes et de menaces externes (la victoire des seigneurs dans des cités voisines). Donc il faut se battre pour défendre la Commune, donc il faut communiquer. P. Boucheron revendique le thème de la propagande, malgré les critiques, parce qu’il s’agit d’une opération consciente et concertée du pouvoir à destination d’un public qu’il faut convaincre (« exigence de diffusion au plus grand nombre d’un message politique d’autojustification » p. 1141). —> Il soutient que ces fresques étaient très visibles, conscient qu’il n’y a pas de propagande s’il n’y a pas visibilité.

Le contexte, c’est aussi celui d’une peinture savante et d’un peintre savant. Des poètes se sont sans doute joints à la conception du décor = « intermédiaires culturels faisant le lien entre la volonté politique des commanditaires et l’expression picturale d’Ambrogio ». La présentation des acteurs divisés en trois rôles distincts (commanditaires, poètes et peintre) n’est peut-être pas tout à fait pertinente dans la mesure où tous ces acteurs nous sont en même temps présentés comme appartenant au même milieu, liés en tout cas par la participation commune à la vie politique (on voit le peintre élu à un des conseils de la Commune et intervenant dans les débats).

Les fresque de cette salle, enfin, ne doivent pas être isolées du reste de la décoration du palais, avec laquelle elles résonnent. Cependant, elle s’en distingue par le recours à l’allégorie politique : « Le recours à l’allégorie politique constitue l’innovation la plus saisissante du programme pictural siennois » (p. 1149). Je ne suis pas sûre qu’il n’y ait aucune tradition picturale ici, « rien à reconnaître, tout à imaginer » (p. 1149), parce que ce genre d’allégories trouvent des échos dans les manuscrits (d’ailleurs plus loin il cite lui-même l’illustration des statuts de la ville (p. 1171)) et dans les discours : l’allégorie politique emprunte ici directement à l’allégorie morale, largement diffusée dans l’éducation des clercs et des laïcs et présente aussi dans la prédication. L’origine et les usages religieux de ces allégories se révèle aussi dans le fait que Giotto peut peindre des allégories semblables dans le palais du Podestat comme dans la chapelle Scrovegni. Il remarque que ce sont des images mémorielles, mais n’insiste pas, alors qu’on est précisément ici dans le domaine de l’exemplum, et que les exempla, « capital social » on l’a vu, sont un trésor de la mémoire.

C’est pourquoi l’opposition entre représentation allégorique et représentation « réaliste » (« l’allégorie politique, qui s’oppose immanquablement à la catégorie du réalisme figuratif »), qui fonde son analyse et bien d’autres, ne réussit pas à convaincre. Elle peut se résoudre si l’on considère les principes de composition de la rhétorique qui articule des lieux communs auxquels sont subordonnés des mots, des expressions, des exemples. On a donc des images mnésiques[8] appuyées par des exemples qui rendent concrets et jouent comme preuves : récits bibliques ou héroïques, ici scènes de la vie quotidienne… Une représentation convaincante = une meilleure preuve, mais le « réalisme » est un moyen sans être un but. P. Boucheron le remarque d’ailleurs : Sienne n’est pas dépeinte de manière si réaliste que ça parce que cela affaiblirait « un message moral et politique » qui « prétend avoir valeur universelle ». Sienne est l’« exemplum d’un sermon » (p. 1187).

Pour la même raison les fresques ne sont sans doute pas narratives : on a affaire à un lieu mémoriel, qui présente comme une série de boîtes chacune garnie d’un exemplum. L’impression d’étrangeté est largement soumise à nos habitudes différentes de regarder. L’auteur souligne à juste titre que l’« ordre politique se fonde en rhétorique » et que l’« art de gouverner est d’abord un art de bien parler ». Donc il faudrait étudier cette salle comme un lieu commun, dans tous les sens du terme.

 

Finissons par dire un mot de la querelle Skinner/Rubinstein. Toute la fresque est un discours autour du thème biblique « diligite iustitiam qui iudicatis terram » (premiers versets du Livre de la Sagesse), dont les renvois peuvent être multiples. D’où, je trouve, la stérilité de la querelle Aristote – saint Thomas. Il est sûrement vain de chercher un unique texte source. En revanche le renvoi à une série de lieux communs me semble plus frappant. Le but en effet semble assez proche de celui des portraits de K. Johannesson : fonction pédagogique pour les magistrats eux-mêmes (inscription courant sous les fresques « Tournez les yeux pour admirer, vous qui exercez le pouvoir… » (p. 1155)) et pour tous ceux qui participent à la vie de la Commune. Est-ce « propagandiste » ? On ne sollicite pas l’adhésion à un programme politique, on affirme des valeurs communes, on proclame l’adhésion de la Commune à des lieux communs = lieu de consensus, des principes sur lesquels tout le monde est déjà d’accord. La valeur de la peinture c’est le caractère achevé, parfaitement présenté, de ce qu’on sait déjà et qu’on veut reconnaître. D’ailleurs les mêmes thèmes et les mêmes moyens sont employés par Giotto pour les Visconti à Milan : tout le monde se réclame des mêmes vertus et des mêmes valeurs ; il n’y a pas de programme alternatif.

 

P. Boucheron reprend ici la notion de propagande, se démarquant d’un article important de Paul Veyne paru quelques années plus tôt.

 

Paul Veyne, « Lisibilité des images, propagande et apparat monarchique dans l’Empire romain », Revue historique, CCCIV (2002)/1, p. 3-30.

Paul Veyne, né en 1930, historien de l’Antiquité, a publié en particulier Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique (1970). Admirateur de Foucault, il fait précéder Comment on écrit l’Histoire ? (1971) d’un « Foucault révolutionne l’histoire ». Depuis il est l’auteur en 1983 des Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Plus récemment en 2007, d’un essai sur le triomphe du christianisme : Quand notre monde est devenu chrétien.

Cet article revient authentiquement à s’interroger sur le regard de chair porté dans un contexte historique donné, sur une image, il essaie de poser un rapport entre pouvoir/image/spectateur complètement différent. Veyne réagit justement au volume Iconographie, propagande et légitimation de la collection « Origines de l’État moderne » et notamment à l’emploi généralisé du terme de propagande pour qualifier la fonction des images de l’Antiquité à nos jours, qu’elles soient effigie monétaire, décor d’église médiévale, ou plafond versaillais.

Il interroge la pertinence de ce terme par rapport à un fait facilement repérable : la faible lisibilité (mais même la faible visibilité de la plupart de ces images censées faire de la propagande, soit parce qu’elles sont enfermées dans des lieux peu accessibles, soit parce qu’elles sont à des endroits mal éclairés, ou mal placées pour être vues). Cette situation est « plutôt la règle que l’exception ». Or, « propagande » ne sied pas à des images invisibles ou mal visibles. P. Veyne ne veut pas dire qu’elles n’ont pas de contenu politique mais que ce contenu n’est pas forcément un message à faire passer. Volonté de proclamer sans nécessairement chercher à imposer un contenu doctrinal (qui suppose non seulement que les spectateurs ne sont pas convaincus, mais aussi qu’il faille les convaincre de la validité d’un programme par rapport à un autre, qu’il faut leur adhésion pour régner, ce qui est une idée démocratique (p. 20).

Propagande est donc un mot qui n’explique rien parce qu’il appartient à une autre réalité historique, dans laquelle l’adhésion des masses à un discours imposé est nécessaire pour gouverner. Il propose donc de parler d’apparat : ce qui ne veut pas dire que cet apparat n’a pas d’effet psychologique, mais il produit un « effet global », non une information à faire passer. « Ce qui est recherché n’est pas la persuasion, mais l’exhibition du pouvoir et de ses bienfaits » (p. 5). Il insiste sur l’importance de l’« effet d’ensemble » pour la majorité des regardants. Mais il ne souligne pas assez (en note, n. 10 : « les dalles seraient vues par toute une foule, observées par beaucoup et lues par bien peu ») qu’il y a une cascade de spectateurs plus ou moins curieux et aptes à saisir les détails : le public des détails est l’élite ayant une éducation libérale, participant au pouvoir, dont le consensus est nécessaire (p. 14).

P. Veyne remet de manière très convaincante en cause l’idée que l’art (grand ou pas) n’est pas toujours afffaire de communication, mais aussi d’expression, notion clef de l’article. Même s’il utilise lui-aussi le vocabulaire des sciences de la communication pour insister sur le pragmatique des images (= conditions d’énonciation) par rapport à la sémiotique (contenu, « message »). Cela dit sans nier la force des images, mais cette force vient moins du contenu d’un message dit et reçu que de la relation établie entre énonciateur et auditeur. Il prend ainsi l’exemple du décor de l’église (p.11). Pour les fidèles, « les mosaïques ou fresques de leur église n’étaient guère que la toile de fond d’un théâtre sacré sur lequel se déroulaient de dramatiques cérémonies liturgiques qui contenaient plus de sens que le décor lui-même ». Non pas que ces peintures, sculptures ou tapisseries ne contiennent pas des iconographies complexes et des références aux textes. Mais elles forment, pour le plus grand nombre, un murmure qui est efficace par lui-même, parce qu’il est là. D’abord, comme le dit l’auteur, l’oeuvre ne s’adresse pas toujours au regard humain, mais s’érige « à la face du ciel » ; ensuite, la perfection du travail invisible ou entrevu fait partie du déploiement inutile, gratuit, luxueux, de l’apparat.

L’auteur a donc sans doute raison de remettre en cause l’exclusivité de la fonction pédagogique (qu’il confond trop, nous y reviendrons, avec l’idée de propagande) : cependant plus loin il reconnaît une forme moins directe de pédagogie (p. 21 : « le pouvoir prouvait par le fait, ‘pragmatiquement’, qu’il occupait l’espace public (…) La vision populaire recevait une leçon, car elle savait distinguer les catégories du monumental (…) Images et monuments supposent une collectivité (…) ce sont des objets sociaux ». On retrouve l’idée d’une image relationnelle aux « significations confuses, mais qui n’en sont pas moins collectives, catégorielles et hiérarchisées ». « Elles suggéraient plutôt ce qui était consensuel, ou qui devait l’être » (p. 20).

 

—> On ne dit que ce dont tout le monde est convaincu : il n’y a pas pas de programme politique, pas d’alternatives ; on ne dit que ce sur quoi tout le monde est d’accord : le langage politique est alors profondément un langage de la banalité, du lieu commun.

On peut regretter justement la charge de Veyne contre la prétendue rhétorique des images (qu’il entend comme art de persuader équivalent à « propagande », alors qu’on a vu que la rhétorique ne fait pas « le siège des consciences », mais établit une relation entre celui qui dit et celui qui entend ou voit autour d’un sens commun, de notions de miroir et d’imitation). D’ailleurs, p. 25, Veyne reconnaît implicitement qu’il y a une rhétorique, même de la non visibilité et de l’indifférence au spectateur dans un monument comme la colonne Trajane.

P. Veyne ne souligne peut-être pas assez la différence de nature et d’objectifs des images produites, en fonction de leur visibilité, de leur lisibilité etc. Il n’y a pas de mot (pas plus propagande qu’un autre) qui s’applique à toutes les images produites (d’autant que les producteurs sont très divers, eux aussi). Par ailleurs je ne crois pas non plus à « l’art pour l’art », auquel il se résout à en appeler (p. ….). Les images visibles sont plus ou moins lisibles selon les catégories de spectateurs, les effets « en gros » de l’apparat s’adressent à la masse, l’iconographie à l’élite participante voire commanditaire. Mais les images visibles ou invisibles possèdent aussi une efficacité en elles-mêmes, du fait qu’elles existent. Croyance, en tout cas à la Renaissance, en l’efficacité de la représentation parfaite en elle-même, comme l’harmonie mise en scène dans les fêtes de Catherine de Médicis, qui en effet expriment plus qu’elles ne communiquent et se veulent efficaces à faire advenir l’harmonie dans le monde par leur perfection même.

 

 

On mesure les difficultés à interpréter les images. G. Sabatier et son équipe veulent écouter le langage politique propre des images mais ils le soumettent à une vision préétablie de l’État. A l’heure où l’on conteste les principes – souvent caricaturés – de cette vision, définis, entre autres, par J. Ph. Genet, comment lire des images, dont, souvent, l’origine n’est pas très correctement analysée ? J’ai rencontré cette question dans Fortuna. Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance. La Fortune, allégorie liée au thème impérial, ne renvoyait pas à l’« absolutisme », auquel on ramène toujours toute la symbolique impériale. Il fallait tenir compte de cette voix discordante. Il est certain qu’il y a une rhétorique des images et que leur langage a quelque chose à voir avec le discours, mais l’entendre implique un travail sur l’usage de l’image, qui n’est pas toujours facile à saisir. Aussi dans le dernier travail paru de la série Genèse de l’État moderne, (héritière de l’ATP, issue des travaux de l’UMR 8589, Paris I), Rome et l’État moderne (Rome, 2007), J. Ph. Genet avoue son découragement devant les nombreuses défections des participants au dernier thème du colloque de 2002 : « les structures symboliques ». C’est sans doute là, dit-il, où « la comparaison est la plus vaine et la plus difficile ». Pourtant les questions posées étaient très intéressantes : comment le modèle romain informe la représentation de l’État ? Quel est ce modèle ? Les mêmes images aux deux périodes ont-elles les mêmes contenus ? Mais l’échec du thème proposé est révélateur de ce qu’on s’est peu intéressé jusqu’à présent à la généalogie des images du pouvoir, se contentant de l’équation : antique = profane = laïc = moderne = absolutisme, opposée à l’équation : sans origine antique = sacrée = Eglise = médiévale = vision contractuellle, participative.

 

 

Les participants au débat commencent par remarquer à quel point nous restons marqués par l’héritage de positions datant de la fin du XIXe et du début XXe siècles. La question de la propagande fait l’objet ensuite d’un vif échange. F. J. Ruggiu est en désaccord profond avec Veyne : pour lui tout pouvoir, depuis toujours, a besoin d’adhésion, et la recherche. On voit dans l’Angleterre du XVIIe siècle que des mesures voulues par le pouvoir royal ont été inapplicables parce qu’elles manquaient d’adhésion. Il a toujours fallu compter avec une opinion publique. S. Landi refuse de considérer qu’il y a toujours eu une opinion publique. Il y a toujours un public, mais pas l’opinion publique qui apparaît à un moment historique précis.

 


[1] C. Ginzburg, « Représentation: le mot, l’idée, la chose », Annales 46:6 (nov-déc 1991), p. 1219-1234.

 

[2] Voir E. Gombrich, op. cit., p. 309.

[3] Voir D. Arasse, dans le colloque de l’ATP Culture et idéologie dans la Genèse de l’Etat moderne, 1985.

[4] Ibid. Il faut constituer l’image comme un document valide par lui-même et être attentif à ses moyens propres= retrouver la « pensée figurative » de Francastel.

[5] A. Boureau, Histoires d’un historien : Kantorowicz, Paris, 1990.

[6] E. Kantorowicz, « ‘The King’s Advent’ and the Enigmatic Panels in the Doors of Santa Sabina », The Art Bulletin, 26, 1944, p. 201-237. Article fondamental – mais rarement lu – pour la compréhension des rites de l’entrée royale.

[7] On reconnaît l’héritage de N. Elias dans l’idée que « le gouvernement et la politique sont largement conçus comme un processus permanent d’instruction ou d’éducation ».

[8] M. Carruthers dans Le livre de la mémoire. La mémoire dans la culture médiévale, Paris, 2002 [Cambridge, 1990], p. 199, 218-219 : il faut distinguer, dans le procédé mnémonique décrit par les artes memoriae, les imagines verborum des imagines rerum qui permettent, non pas de retenir des phrases de discours, mais de « se rappeler divers éléments de sa bibliothèque mentale » et fonctionnent alors comme objet de méditation. Depuis la Rhétorique à Herennius de Cicéron, les traités sur la mémoire insistent sur « ce principe fondamental de la formation des images mnésiques voulant que l’inhabituel soit plus mémorable que le routinier ». L’ars memorativa de Thomas Bradwardine (mort en 1349) rappelle quant à lui que les idées purement abstraites « seront rattachées à une image comme en font les peintres » ou « comme on en voit habituellement dans les églises ».

 

Dynamiques de l’Etat moderne 3: Dans l’historiographie italienne contemporaine

10 décembre 2007, Proposé par Sandro Landi

Considérations préliminaires

I. Comment l’historiographie italienne et non italienne a pensé les formes d’Etat qui s’imposent dans la péninsule italienne à l’Epoque moderne (XIVe-XIXe)

II. Comment l’historiographie italienne a élaboré de nouveaux modèles interprétatifs de l’Etat moderne

– d’un point de vue de la production éditoriale cette réflexion a donné lieu à deux types d’ouvrages : 1) ouvrages consacrés aux anciens Etats italiens en italien, en français ou en anglais 2) ouvrages en italien sur l’Etat moderne (juristes et historiens du droit) : cf. BIBLIOGRAPHIE

I. Histoire des anciens Etats italiens dans l’historiographie contemporaine (antérieure à 1990)

II. Paradigmes italiens de l’Etat moderne dans l’historiographie italienne postmoderne (postérieure à 1990)

– Questions de lexique

Italie moderne comme mosaïque d’Etats (cf. Carte) ; diversité de régimes politiques (républiques, monarchies)

– Comment peut-on nommer ces formations politiques, une question traditionnelle et récurrente ?

a. L’usage historiographique de la formule « Etat moderne », quoique encore très fréquente est devenu problématique. A partir de quelle époque peut-on parler d’Etat moderne :

b. de toute évidence la chronologie de ces formations politiques ne correspond pas aux scansions chronologiques de l’histoire politique ; en gros, l’historien de la péninsule italienne est confronté à des formations politiques qui s’imposent fin XIIIe-début XIVe et qui perdurent (mise à part l’expérience napoléonienne) jusqu’à l’unification de la péninsule en 1860.

c. donc, ces Etats modernes existent déjà au bas moyen-âge et continuent d’exister à l’époque contemporaine. Face à cette longue durée, les historiens de ces formations ont privilégié d’autres définitions :

– Etat régional : utilisé à partir des années 1950-60 pour désigner les unités politiques qui résultent de l’expansion territoriale de la ville-état et qui fusionnent au XIXe siècle dans l’Etat national

– Anciens Etats italiens : plus neutre, exprime la pluralité des expériences constitutionnelles des formations politiques d’ancien régime hors de toute vision téléologique (années 1980 Antichi stati italiani : enseignement universitaire autonome dans les facultés d’Histoire)

– Etat territorial : expression qui désigne le degré zéro de l’expérience étatique : Etat comme gouvernement d’un territoire (les anciens Etats sont essent. des Etats territoriaux)

– Par commodité j’utilise la formule « Etat moderne » comme  synonyme d’Ancien Etat italien

I. Histoire des anciens Etats italiens dans l’historiographie contemporaine

– Quelles sont les caractéristiques de la réflexion italienne sur l’Etat moderne ?

1 – La réflexion italienne sur l’Etat moderne est ancienne

Prince (De principatibus, 1513-1519) ; dans sa première partie (I-XIV), tentative de modélisation d’une série d’expériences étatiques. Il ne s’agit pas ici d’analyser la tentative de systématisation machiavélienne mais simpl. de constater (l’étrange) pertinence historiographique de ces analyses à propos de catégories interprétatives utilisées par l’historiographie postmoderne

Chap. III (des monarchies mixtes) Etats qui rassemblent des pays « différents de langue, de coutumes et d’institutions » telle que la France de Louis XII (qui n’est du tout perçue par Machiavel comme un Etat unitaire) ; « composite monarchies » Koenigsberger, 1975 ; James Grubb, sur la terre ferme vénitienne (1988) ; Elliot 1992.

Chap. XI (des monarchies ecclésiastiques) ; M. voit avec lucidité émerger avec Alexandre VI et Jules II (1492-1513) un paradigme d’Etat nouveau en même temps spirituel et temporel et qui n’hésite pas à faire un usage des armes spirituelles (excommunications, interdictions) dans le but de renforcer la souveraineté du pape sur son territoire et dans la sphère internationale (paradigme repris par P. Prodi, 1982).

2 – Pendant longtemps, l’historiographie italienne sur l’Etat moderne a été conditionnée par la nature et l’histoire de l’Etat unitaire :

a. Affirmation tardive de l’Etat unitaire (1860), ce qui a favorisé une lecture de l’histoire antérieure (XVIe-XIXe) dominé par le leitmotiv de la « décadence »

– A l’origine du paradigme de la décadence on trouve  le philosophe libéral Benedetto Croce (« décadence » comme clé de lecture de l’histoire de l’Italie dans l’Histoire du Royaume de Naples, 1925 et dans l’Histoire de l’âge baroque, 1929) ;

– la contre-réforme marque la victoire de l’Eglise catholique sur protestants en Italie mais aussi, en même temps, le début d’une période d’éclipse de l’autorité laïque des Etats italiens face au pouvoir envahissant de Rome.

– La décadence (politique, économique, culturel) est également le résultat de la perte d’indépendance des Etats italiens vis-à-vis de l’Espagne, qui après la paix de Cateau-Cambresis (1559) devient la puissance hégémonique dans la péninsule italienne.

– pendant longtemps le paradigme de la décadence a empêché ou découragé les recherches d’histoire institutionnelle sur les formations politiques modernes (tradition d’histoire des idées : c’est dans le débat des idées qu’il faut rechercher les origines de la renaissance italienne)

– Seule exception, Federico Chabod, à partir des années 1930, en faisant usage du paradigme wébérien, a montré que certains éléments de modernisation des Etats italiens étaient présents dans l’administration espagnole du duché de Milan (Storia di Milano nell’epoca di Carlo V, 1961). C. Reste un cas isolé.

b. fragilité manifeste de l’Etat libéral en 1922

– historiographie d’inspiration marxiste de l’après guerre (influencée par la publication des Quaderni del carcere d’Antonio Gramsci): recherche des origines historiques de la faiblesse de l’Etat libéral et de la bourgeoisie italienne.

– Paradigme du « retard » italien ou de « l’évolution manquée ». Recherche de l’anomalie constitutive de la faiblesse de l’Etat libéral. Comparaison forcée avec la France (révolution politique) et l’Angleterre (révolution économique).

– Tradition historiographique marquée par les recherches d’histoire économique. Peu d’intérêt pour la dimension institutionnelle de la politique. (Sereni, Villani, Zangheri)

c. Contentieux Etat-Eglise ; défaut de légitimité de l’Etat libéral (l’Eglise reconnaît tardivement l’Etat libéral, 1929)

– une large partie de l’historiographie italienne du XXe siècle est mobilisée autour du débat sur la présence et l’influence exercée par l’Eglise italienne dans la société italienne. Ton virulent de ce débat : cléricalisme et anticléricalisme.

– L’historiographie libérale recherche dans l’Etat moderne (XVIe-XIXe) les origines du principe de laïcité qui s’est affirmé pleinement avec le Rirsogimento.

– Marginalité des historiens catholiques  (minoritaires dans l’université italienne) ; pourtant c’est notamment chez des historiens issus de la tradition catholique qu’il faut rechercher les origines d’une attitude intellectuelle novatrice à l’égard de l’Etat moderne.

3 – La réflexion italienne sur l’Etat moderne est plurielle

– Absence d’une tradition centralisatrice dans les études universitaires a favorisé la multiplication d’écoles historiographiques

– « porosité » de l’historiographie italienne à l’égard d’autres traditions historiographiques a favorisé depuis les années 1970 un nombre inégalé de traductions et rendu possible la mise en place de nouveaux paradigmes interprétatifs

– Attention vers d’autres historiographies mais aussi vers d’autres expériences étatiques ; en dépit de l’influence certaine de l’historiographie française (Annales, projet Storia d’Italia Einaudi), le modèle français d’Etat moderne ne constitue pas une source de réflexion pour les historiens italiens qui commencent à travailler sur les formations étatiques italiennes d’ancien régime

– influence du modèle allemand : proximité entre l’expérience italienne et l’expérience allemande (fragmentation politique ; pluralité des centres de décision) ; rôle médiateur de l’Istituto Storico Italo-Germanico de Trente (maison d’édition bolonaise il Mulino).

–  Animé par des historiens issus de la tradition catholique et longtemps dirigé par Paolo Prodi, l’Istituto est à l’origine d’un nombre important de traductions d’historiens allemands

– Otto Brunner (1968) historien autrichien représentant de laverfassungsgeschichte (histoire constitutionnelle) Etat : « toute forme de coexistence ordonnée dans l’unité politique » ; donc Etat comme pluralité de pouvoirs sur un territoire (tous dotés d’une souveraineté résiduelle et spécifique) qu’un pacte lie à un seigneur ou à une ville dominante (verfassungs= forme spécifique de ce compromis institutionnel)

– O. Hintze (1980) ; G. Oestreich (1980), problématique du disciplinement social et de la confessionalisation rôle déterminant des confessions et des institutions religieuses, après le concile de Trente, dans la formations de cultures politiques (et de cultures étatiques) spécifiques dans chaque aire politique européenne.

– Autre élément importante de transfert et de médiation de modèles d’Etat : les historiens anglo-américains travaillant sur les anciens Etats italiens (Venise, Florence) : insuffisance d’une histoire de l’Etat conçue comme histoire d’institutions publiques ; attention portée à la dimension hybride du pouvoir (privé-public) : clientélisme, patronage, corruption, comme constitutive du lien politique

– Etape essentielle dans le processus de redéfinition de l’Etat moderne en Italie (plus généralement sur l’Etat moderne): le colloque de Chicago de 1993 qui a réuni historiens italiens et historiens anglo-saxons dont les actes ont été publiés en 1994 (Origini dello Stato)

II. Paradigmes italiens de l’Etat moderne dans l’historiographie italienne postmoderne (postérieure à 1990)

Deux prémisses :

– rejet presque généralisé de l’Etat dans son acception forte (souveraineté pleine et indivisible du prince ; capacité du pouvoir central de s’irradier dans les corps et les communautés qui composent la périphérie de l’Etat)

– rejet de l’idée que l’Etat représente le sujet privilégié de la modernité et de la modernisation

– cela étant dit on est confrontés à une pluralité d’approches théoriques de l’Etat moderne

Différents paradigmes de l’Etat :

1. Anciens Etats italiens comme laboratoire de la modernité politique.

–  L’idée que « l’Italie est le laboratoire de ce que dans les siècles suivants est développé par les grandes monarchies européennes [dans le domaine de la conception de la souveraineté, de la diplomatie, de la fiscalité] » Prodi, Prodi, « E’ ora possibile l’anatomia dello stato moderno ? », Origini dello Stato.

– Approche développée notamment par P. Prodi dans l’étude de l’Etat pontifical (1982)

– P Prodi (1932), Professeur à Trento (où il dirige l’Istituto storico-italo germanico) et ensuite à Bologne. Très proche de l’historiographie constitutionnelle allemande ; son œuvre majeure reste l’étude du serment comme élément constitutif – dans la longue durée – de la culture politique de l’Occident (1992).

– La pratique du serment – de plus en généralisée au moyen-âge pour définir toute une série de relations d’ordre public et privé – est à l’origine du dualisme entre la sphère temporelle et la sphère spirituelle et donc constitutive de la modernité occidentale.

– Prodi met le christianisme (celui qui émerge après la réforme grégorienne) au cœur de la modernité occidentale

– Même démarche paradoxale dans la recherche sur l’Etat pontifical (trad. considéré comme un résidu archaïque par l’historiographie libérale)

– Sans rentrer dans les détails de l’article (2006), quelques considérations sur ce paradigme d’Etat :

a. Caractère « monstrueux » bicéphale de la monarchie pontificale à partir de la fin du XVe siècle, qui fait de plus en plus usage des armes spirituelles – interdit et excommunication – pour consolider le pouvoir du pape en tant que prince italien

b. Etat ecclésiastique comme “réponse originale” au défi de la Réforme mais aussi comme solution originale au problème de la modernisation des Etats

– En quoi consiste l’originalité de la réponse politique de l’Eglise : avoir montré la voie d’un développement possible de l’autorité étatique dans la concentration, dans les même mains, du pouvoir spirituel et temporel (cf. ensuite l’Angleterre) ; en ce sens l’Etat pontifical est le premier exemple « d’Eglise territoriale ». Plenitudo potestatis = absolutisme

c. Etat pontifical comme laboratoire (paradoxal) de la modernité politique : deux directions 1. naissance d’une administration centralisé et moderne (pénitencerie, rote, dataire) ; 2. Développement des nonciatures permanente et naissance de la diplomatie moderne.

d. Le paradigme wébérien reste la référence de Prodi, même si Prodi en fait un usage paradoxal et « révisionniste »

2. Modernité sans l’Etat moderne

– Le courant micro-historique : les historiens génois qui travaillent dans le sillage de Edoardo Grendi comme Osvaldo Raggio ; la micro-analyse des relations de pouvoir que Giovanni Levi développe dans un livre de 1985 (1989)

– changement de l’échelle d’observation des phénomènes sociaux :

– présence diffuse du politique dans les relations qui appartiennent à la sphère privée

– critique réduction du politique à la dimension administrative et institutionnelle

– attention spécifique pour les pratiques, les langages, les formes d’agrégation sociale qui constituent l’essence même du politique au-delà de toute perspective étatique

– d’où la critique que les micro-historiens restent somme toute prisonnier d’une image obsolète d’Etat

3. Le paradigme juridique-institutionnel

– Elaboré au cours des années 1990 par l’école d’histoire du droit de l’Université de Florence (M. Fioravanti, Luca Mannori)

– c’est notamment le modèle pris en compte dans Florence et la Toscane (2004), pour décrire les dynamiques de l’Etat toscan du XIVe au XIXe siècle

– le caractère composite des formations politiques : dans sa définition la plus élémentaire l’Etat qui précède le moderne Etat de droit est un système de gouvernement territorial. C’est sur ce territoire que l’Etat exerce son Imperium, c’est-à-dire le pouvoir de dire la justice, d’imposer des tributs, de lever une armée. Ce territoire, même s’il est conçu de façon unitaire, implique la présence d’un certain nombre de sujets – au double sens de soumis à une autorité supérieure et de titulaires de droits et de privilèges – tels que les villes dominées, les communautés rurales, les institutions ecclésiastiques, les corporations, les confréries.

– le caractère pluraliste du droit : la multiplicité des « périphéries » institutionnelles de l’Etat correspond à une pluralité de juridictions qui lui sont antérieures et qui gardent leur spécificité. La vocation de cet Etat consiste à contenir, à ordonner, à réguler ces différents droits, rarement à les abroger : pendant longtemps, l’existence d’un droit commun n’a pas impliqué celle d’un droit unique. La superposition entre le droit du Prince (ou de la ville dominante) et les multiples formes de droits statutaires des cités sujettes constitue le cadre habituel dans lequel évoluaient les juristes savants comme les simples sujets.

– le caractère contractuel du gouvernement : loin d’être des parties qui composent un tout réglé selon le principe de la souveraineté unique, les différents sujets participent au gouvernement du territoire selon une logique d’autonomie et de collaboration. Gouverner est essentiellement dire la loi, jurisdictio, à savoir médiation et réparation de conflits locaux par les représentants du pouvoir central. L’idéal du bon gouvernement et du bien commun se situe au juste milieu entre la tendance à la centralisation du pouvoir et le respect des privilèges personnels et collectifs.

 

L’Etat moderne dans l’historiographie italienne contemporaine par Sandro Landi

 

Repères bibliographiques
BOUTIER, J., LANDI, S., ROUCHON, O. (éds), Florence et la Toscane XIVe-XIXe siècles. Dynamiques d’un Etat italien, Rennes, 2004

BRUNNER, O., Per una nuova storia costituzionale e sociale, Milan, 1968

BRUNNER, O., Terra e potere. Strutture pre-statuali e pre-moderne nella storia costituzionale dell’Austria medievale, Milan, 1983

CHABOD, F., Storia di Milano nell’epoca di Carlo V, Turin, 1961

CHITTOLINI, G., MOLHO, A., SCHIERA, P., Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994

CONNELL, W. J., ZORZI, A. (éds), Florentine Tuscany. Structures and Practices of Power, Cambridge, Cambridge University Press, 2000

FASANO GUARINI, E., « Etat moderne et anciens Etats italiens », in  Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-1998, p. 15-41

FASANO GUARINI, E. (éd.), Potere e società negli stati regionali italiani del ‘500 e ‘600, Bologne, Il Mulino, 1995

M. FIORAVANTI (éd.), Lo Stato moderno in Europa. Istituzioni e diritto, Rome-Bari, 2002

GRENDI, E., Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di Antico Regime, Turin, 1993

GRUBB, J., Firstborn of Venice. Vicenza in the Early Renaissance State, Baltimore-Londres, 1988

HINTZE, O., Stato e società, Bologne, 1980

LEVI, G., Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, 1989

MANNORI, L., Il Sovrano tutore. Pluralismo istituzionale e accentramento amministrativo nel principato dei Medici (secc. XVI-XVIII), Milan, 1994

MANNORI, L., “Lo Stato di Firenze e i suoi storici” in Società e Storia,1997, p. 401-415

OESTREICH, G., Filosofia e costituzione dello Stato moderno, Naples, 1989

PRODI, P., Christianisme et monde moderne. Cinquante ans de recherches, Paris, 2007

PRODI, P. (éd.), Disciplina dell’anima, disciplina del corpo e disciplina della società tra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994

PRODI, P., Il sacramento del potere. Il giuramento politico nella storia costituzionale dell’Occidente, Bologne, 1992

PRODI, P., Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime: la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982

RAGGIO, O., Faide e parentele. Lo Stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, 1990

TREXLER, R., Public Life in Renaissance Florence, New York, 1980

 

Dynamiques de l’Etat moderne 2 : Tendances récentes de l’histoire de l’Etat en Angleterre (XVIIe-XIXe)

19 novembre 2007, Lecture dirigée par François-Joseph Ruggiu.

Le dossier proposé à la lecture comprend deux articles dont le regroupement est destiné à faire jouer les échelles :
–    une réflexion sur les entités politiques qui formaient l’Europe moderne : J.H. Elliott, « A Europe of Composite Monarchies », Past and Present, 137, Nov. 1992, p. 48-71.
–    un travail sur l’Etat central dans l’Angleterre du XVIIe siècle : M. Braddick, « Réflexions sur l’Etat en Angleterre (XVIe-XVIIe siècles) », Histoire, Economie et Société, n°1, 2005, p. 29-50.

« A Europe of Composite Monarchies »
–    il a été rédigé par John Huxtable Elliott, né en 1930 ; Regius Professor of Modern History, Oxford, 1990-1997 ; il est à l’origine un spécialiste d’histoire politique de l’Espagne au XVIIe siècle ; il a travaillé sur la grande révolte des Catalans dans les années 1640 ; puis il a écrit une biographie du favori de Philippe IV, le comte d’Olivares ; enfin, il a glissé vers l’étude de l’empire espagnol et vient de faire paraître une somme Empires of the Atlantic World: Britain and Spain in America 1492-1830, Yale University Press, 2006.
–    la réflexion de John Elliott porte sur l’évolution de l’organisation politique des Etats en Europe occidentale depuis le Moyen Age ; il a longtemps été tenu pour acquis que l’état-nation était la forme vers laquelle ont tendu naturellement toutes les communautés occidentales ; l’état-nation : la coïncidence d’un territoire, d’une nation, et de l’exercice d’un pouvoir souverain à travers un appareil d’état centralisé ; un des plus grands succès de la collection « Foundations of modern Britain » est le livre de A. G. R. Smith, The Emergence of a Nation State: The Commonwealth of England 1529-1660, London ; New York : Longman, 1997 ; la France et l’Angleterre ou, dans une moindre mesure, la Castille auraient été seulement les précurseurs, dès le Moyen Age, d’un mouvement plus large qui a commencé à concerner l’ensemble des pays européens à partir de l’époque moderne et plus encore du XIXe siècle ; les empires auraient donc été voués à l’échec.
–    pour aller à l’encontre de cette conception de l’histoire des états, J. H. Elliott s’appuie sur les travaux de H. G. Koenigsberger, né en 1918, spécialiste de la seconde moitié du  XVIe siècle (il a travaillé sur la Ligue ; il a travaillé sur les Pays-Bas en particuliers sur les Etats-Généraux des Provinces-Unies : Monarchies, states generals and parliaments : the Netherlands in the fifteenth and sixteenth centuries, Cambridge University Press, 2001 ; The Government of Sicily under Philip II of Spain, a study in the practice of empire London, Staples press, 1951) ainsi que sur un volume collectif : Conquest and coalescence : the shaping of the state in early modern Europe, ed. by Mark Greengrass (un spécialiste de la France), London, E. Arnold, 1991

–    Il met l’accent sur trois faits ;
o    dans l’Europe du XVIe siècle, les états composites qui réunissaient plusieurs entités politiques distinctes, ayant des institutions, des systèmes juridiques et des langues différentes, sous la souveraineté d’un même prince étaient en réalité bien plus nombreuses que les états-nations ;
•    c’est vrai d’un bout à l’autre de l’Europe : il rappelle l’union de Lublin qui crée l’état polono-lithuanien en 1569 ; l’union entre le Portugal et l’Espagne en 1580.
•    il pouvait même y avoir des états composites sans continuité territoriale : les Pays-Bas espagnols ; l’union de Kalmar : 1397 jusqu’en 1523 unit la Suède, le Danemark et la Norvège ainsi que l’Islande et même le Groenland.
o    l’idée impériale continue à exister, sous la forme du Saint-Empire romain germanique mais aussi par le fait qu’une partie des projets politiques du XVIe siècle comme l’extension de la souveraineté anglaise sur les îles Britanniques, en particulier sous Henri VIII, demeure inscrite dans le vocabulaire impérial.
o    au XVIe siècle, il n’était pas évident que le modèle de l’état-nation devienne le modèle dominant non seulement de l’époque moderne mais aussi de l’époque contemporaine.

Avant d’aller plus loin dans l’analyse, il est intéressant de noter qu’au moment où J. H. Elliott écrit son papier, l’histoire de l’Angleterre a connu une mutation importante mais dont il ne rend absolument pas compte car il n’est pas un spécialiste de l’Angleterre. Dans les années 1980, est apparu le mouvement de la British History qui conteste la vision traditionnelle de l’histoire des îles Britanniques comme un récit de l’expansion de la domination anglaise et de la soumission du Pays de Galles, de l’Ecosse et de l’Irlande à l’état centralisé localisé à Westminster. Un article important en ce sens a été celui de John Pocock dès les années 1970, ‘The Atlantic Archipelago and the War of the Three Kingdoms” dans Brendan Bradshaw and John Morrill (eds.), The British problem, c. 1534-1707 :State formation in the Atlantic archipelago, Basingstoke ; London : Macmillan, 1996. L’idée était de prendre mieux en compte les interactions entre les trois royaumes et de comprendre comme le Royaume-Uni de Grande-Bretagne (1707) et d’Irlande (1801) avait été constitué comme une forme d’état supranational (Tony Claydon and Ian McBride (eds.), Protestantism and National Identity: Britain and Ireland, c. 1650–c.1850 (Cambridge University Press, 1998) ; Glenn Burgess (ed.), The New British History: Founding a Modern State, 1603–1715 (London: I.B. Tauris, 1999) ; S.J. Connolly (ed.)Kingdoms United: Great Britain and Ireland since 1500 (Dublin: the Four Courts Press, 1999) ; Conquest and union : fashioning a British state, 1485-1725, ed. by Steven G. Ellis and Sarah Barber, London, New York, Longman, 1995)

J. H. Elliott donne des éléments de réflexion sur ces états composites :
–    les vecteurs de la formation de ces états : soit par conquête ; soit par union aeque principaliter (souvent dans le cas d’une succession héréditaire ; renvoie d’ailleurs au concept développé par Lucien Bély de « société des princes »)
–    le rôle des élites dans le fonctionnement des états composites : l’union ne peut être garantie par le déploiement de troupes car pratiquement aucun état de l’Europe moderne n’a les moyens de tenir militairement une province réellement rebelle (voir les Provinces-Unies) ; il passe par l’adhésion des élites par le biais du patronage (il donne l’exemple de l’ordre de la Toison d’Or pour les Habsbourg) ou par le biais des institutions (l’instauration à Dublin d’un Parlement ; d’un appareil d’état qui mime les conseils et les organes de Westminster).
–    l’idée que la contestation des monarchies composites est survenue à partir de la première moitié du XVIIe siècle : nouvelle génération de rulers élevés dans une nouvelle idéologie politique (« Lipsian teachings about the ordered and disciplined state » ; les principes de la monarchie absolue)  : Richelieu, Olivares, Buckingham (J. Elliott a fait une biographie comparée de Richelieu et d’Olivares ; il a aussi dirigé The world of the favourite, avec L. W. B. Brockliss, New Haven, London, Yale University Press, 1999) ; désir d’aller vers un état plus unitaire : uniformité de religion, de lois et de système fiscal.

Michael Braddick, « Réflexions sur l’Etat… » – un article dans un numéro d’Histoire, Economie et Société, 2005… tout le numéro porte sur l’Etat en fait une autre génération ; il est né en 1962 ; il est professeur à l’Université de Sheffield
–    il est à l’origine un spécialiste des finances de la monarchie anglaise : Parliamentary taxation in seventeenth-century England: local administration and response, Royal Historical Society Studies in History, 70, 1994 ; The nerves of state: taxation and the financing of the English state, 1558-1714, Manchester University Press, 1996.

L’article que nous avons en main a été écrit dans la foulée de son principal livre State formation in early modern England, c.1550-1700, Cambridge University Press, 2000, qui lui-même dérivait d’un papier antérieur : ‘State formation and social change in early modern England: a problem stated and approaches suggested’, Social History, 16, 1 (1991), pp. 1-17. Il est intéressant de constater qu’un article sur l’état a été écrit dans une revue d’histoire sociale.

Quelques mots du contexte qui est double :
–    les questions sur la naissance de l’état-nation anglais que nous avons abordée plus haut : un état précocement centralisé : dès le Moyen Age ; les derniers fragments de territoire sur lesquels leking’s writ n’était pas accepté immédiatement disparaissent au XVIe siècle : le Palatinat de Durham par exemple…
–    la question de l’ampleur de l’ampleur de l’appareil d’état en Angleterre. Jusque dans les années 1980, les historiens avaient vécu dans l’idée que l’appareil d’état anglais était ancien mais qu’il avait au fond toujours été léger : la vieille vision des libéraux du XIXe siècle : l’état anglais avait su éviter l’inflation bureaucratique qui avait caractérisé à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle les états continentaux en particulier la France de Louis XIV ; l’état militaro-fiscal, caractéristique de l’Etat moderne que nous avons étudié lors de la dernière séance, ne se serait jamais implanté en Angleterre : pas d’armée permanente ou très réduite : au XVIIIe siècle, en temps de paix, peut-être 12000 à 20000 hommes pour l’essentiel cantonnés en Irlande ; pas de forces de l’ordre appointé par le gouvernement ; pas d’officiers de justice et de finances au sens français du terme, des administrateurs propriétaires de leurs charges et de ce fait intimement liés au destin de la Couronne ; l’état central, celui de Westminster, se réduit à la Chancellerie, les grandes cours de justice, et les départements fiscaux : Echiquier essentiellement. Tout cela fonctionnait bien jusqu’à ce que John Brewer ne vienne perturber ce tableau : il est né en 1947 ; il est professeur à l’Université de Chicago ; il est à l’origine spécialiste d’histoire politique : Party Ideology and Popular Politics at the Accession of George III, (Cambridge University Press, 1976). Dans son principal ouvrage, qui est récent The sinews of power [Texte imprimé] : war, money and the English state, 1688-1783, London, New York, Routledge, 1994, il démonte le mythe de l’état léger : il montre la croissance majeure :
o    de l’appareil fiscal : note 3 de l’article : Patrick O’Brien a montré que le prélèvement fiscal en Angleterre était supérieur à celui réalisé en France mais il ne s’agit pas de la fiscalité directe comme en France (la taille, la capitation) mais de la fiscalité indirecte qui est beaucoup moins perçue par les contribuables ; J. Brewer examine les conditions de l’implantation dans le pays d’une administration centralisée, très moderne : l’Excise dont les fonctionnaires encaissent une sorte de TVA ; il étudie aussi le Navy Board : qui gère la Royal Navy. Il en déduit que l’état anglais connaît à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, pour répondre aux nécessités du conflit franco-anglais qui court de 1688 à 1815, la même croissance (« the rise of the state » ; le processus appelée : la construction de l’état – the state building et l’idée volontariste contenue dans le mot construction est ici fondamentale) que ses homologues européens mais par d’autres moyens. On retrouve néanmoins le schéma classique : nécessité de faire la guerre, levées de taxes pour lever des troupes, création de nouvelles institutions bureaucratiques pour assurer le fonctionnement de l’ensemble. C’est ce que rappelle Michael Braddick dans la première partie de son texte.
o    Lui-même se situe dans une autre perspective :
•    Il part des définitions classiques de l’Etat : par exemple celle de Michael Mann dans The sources of social power. A history of power from the Beginning to AD 1760, 1986 : l’état est un ensemble d’institutions centralisées et différenciées, jouissant du monopole de la violence légitime, sur un territoire donné ; trois éléments : la définition wéberienne : le monopole de la violence légitime ; la notion de territorialisation ; la notion de centralisation qui amène la plupart des spécialistes de l’état à travailler sur l’état central localisé en un point du territoire : Westminster, Paris/Versailles etc. ; les autres institutions étatiques sont alors prises dans un rapport entre le centre et la périphérie…
•    ce que rejette M. Braddick, c’est l’assimilation de l’état et du centre ; pour lui, le raisonnement précédent est circulaire : il est naturel que l’état décrit par les historiens se résume à ses fonctions militaires et fiscales puisqu’ils ne regardent que les institutions centrales qui sont vouées à la gestion de l’armée et de l’impôt. Il faut élargir le regard selon lui et comprendre que les institutions locales sont parties prenantes de l’état. Cela a trois conséquences majeures
•    Première conséquence : une nouvelle définition de l’état : l’état est un réseau d’agents qui agissent dans des institutions coordonnées depuis un centre mais qui n’y sont pas tous localisées
•    Deuxième conséquence qui fait essentiellement l’objet de l’article étudié ici : une nouvelle relation entre les élites locales et l’état ; plusieurs idées ici
•    les élites locales ne sont ni les adversaires de l’état (comme dans la vieille version de la crise de l’aristocratie face à la croissance de l’état royal) ni dominées par l’état et ravalées au rang d’exécutantes ; elles sont au contraire partie prenante de l’état ;
•    elles exercent à travers les charges locales (local officeholders : le lord lieutenant, le sheriff, les juges de paix, mais aussi à un échelon plus bas le constable ; les overseers of the poors), qui sont bénévoles en Angleterre, et fonctionne souvent sur le mode de la commission, un pouvoir politique inscrit dans un territoire et coordonnés par le centre
•    un pouvoir qui se distingue des autres types de pouvoir qu’elles peuvent donc exercer : le pouvoir de seigneur et le pouvoir de père ; les charges renforcent donc la mainmise des élites locales sur leur territoire (c’est la raison pour laquelle il n’y a pas de résistance très nette à la croissance de la fiscalité étatique comme le souligne Braddick) ; d’un autre côté la volonté de l’état central – et du monarque  – ne peut être appliquée qu’à travers le filtre des local officeholders. La relation entre les élites locales et la monarchie est donc inscrite dans une relation de dépendance mutuelle qui s’exprime à travers les institutions mêmes de l’état. (pourvu qu’on le considère dans son ensemble et pas seulement du point de vue du centre). La notion de négociation est au cœur des analyses de Braddick :Negotiating power in early modern society: Order, hierarchy and subordination in Britain and Ireland, co-edited with John Walter, Cambridge University Press, 2001
•    Troisième conséquence ; une nouvelle vision des compétences et des centres d’intérêt de l’état : la guerre et la fiscalité bien sûr mais aussi la régulation sociale – à travers en particulier la prise en charge des pauvres.

Florence Buttay

 

Dynamiques de l’Etat moderne 1 : La genèse de l’Etat moderne, 20 ans après

15 octobre 2007

Autour du programme de Jean-Philippe Genet. Séminaire organisé par Sandro Landi (UMR 5222 – Europe, Européanité, Européanisation) avec la collaboration de François-Joseph Ruggiu et de Florence Buttay (CEMMC).
1. La séance a été ouverte par Sandro Landi qui a présenté l’UMR 5222 « Europe, européanité, européanisation », composée de chercheurs qui travaillent sur les dynamiques de la construction européenne à l’époque contemporaine. Au sein de ce groupe est apparue la nécessité d’élargir la réflexion sur les formes d’étatisation de l’Europe à des périodes antérieures. La collaboration d’historiens modernistes du CEMMC (F.-J. Ruggiu et F. Buttay) est donc la bienvenue.

A l’origine de cette initiative, Sandro Landi repère un certain nombre d’exigences méthodologiques :
-observer le phénomène d’étatisation de la société européenne dans le temps long (Moyen-Âge-époque contemporaine). Observer les formations politiques d’Ancien Régime en tenant compte des vicissitudes des formations étatiques de l’Europe post-moderne. Un peu partout en Europe occidentale la forme étatique qui s’est affirmée entre XIXe et XXe siècles (« État-Nation », paradigme weberien : rationalité bureaucratique, uniformisation normative, centralisation administrative, séparation sphère privée/sphère publique) est soumise à révision ou contestation (autonomismes, résurgences de transferts de compétences de l’État central aux régions etc.
-d’où l’insuffisance de l’image traditionnelle de l’État, image formée d’abord par des juristes et des sociologues au cours des XIXe-XXe, à rendre compte de cette complexité du présent.
Le modèle d’État qu’ils ont défini est-il encore opératoire ?
Comment penser les formations politiques de l’époque moderne à la lumière de la crise actuelle de l’État Nation ?

Or, l’historiographie européenne des années 80 et 90 se caractérise par une double attitude :
-rechercher dans les formations politiques d’Ancien Régime la rationalité politique qui s’est affirmée pleinement dans certaines aires géopolitiques à l’époque contemporaine.
-étudier ces mêmes formations en raison du caractère original irréductible de leur rationalité politique, non comme les débuts chancelants de l’État Nation mais comme des organisations étatiques qui méritent d’être étudiées en tant que telle, au-delà de toute perspective téléologique.

C’est pourquoi les organisateurs ont privilégié les interventions sur la période « early modern » (fin du Moyen Âge et début de l’époque moderne). Ils partagent aussi la conviction que le concept d’État moderne est problématique et différemment perçu par les historiographies nationales ; on débutera donc par une série d’interventions à caractère historiographiques (F. J. Ruggiu, S. Landi, F. Godicheau). On a tenu à inclure dans la réflexion sur les dynamiques de l’État moderne des aires géographiques qui, notamment en France, ont joué un rôle marginal dans l’histoire comparée des formations politiques (anciens États italiens en particulier). Enfin les organisateurs sont convaincus que l’histoire de l’État ne peut se réduire à sa dimension institutionnelle et publique, mais doit prendre en compte les discours et les constructions symboliques qui tendent à élaborer un consensus.

La méthode de travail : des lectures sont proposées par le ou les intervenants et distribuées aux participants un mois avant la séance (pour les lectures proposées pour la séance du 19 novembre, écrire à F. Buttay : florence.buttay@u-bordeaux3.fr). Il s’agit d’offrir à tous le même socle de réflexion, qui sera présenté par l’intervenant et débattu entre tous les participants.

2. François-Joseph Ruggiu présente l’inscription du projet de J. Ph. Genet dans l’historiographie française des années 80-90. L’entreprise de J. Ph. Genet apparaît comme très originale et mal comprise. La place de l’histoire politique était mince au temps où triomphait encore les Annales. On peut le mesurer en regardant la faible part de l’histoire politique parmi les ouvrages recensés dans la revue durant la décennie précédant le projet de J. Ph. Genet.

-Pour le Moyen Âge, on trouvait des historiens de la monarchie, autour de B. Guenée. En 1971, il définit l’État (l’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États) comme un territoire et une population obéissant à un gouvernement. Il y a donc État dès qu’il y a une structure politique. Par ailleurs, pour lui, l’État moderne signifie simplement État de la période moderne (XVIIe-XVIIIe). Les XIVe et XVe siècles sont une période de transition, qui voit s’affirmer la puissance princière et de l’action princière naît la monarchie princière, puis la monarchie absolue, enfin l’État weberien.

-Pour la période moderne, l’histoire politique est surtout institutionnelle, autour de Roland Mousnier et de Michel Antoine (voir le titre éloquent de l’ouvrage de ce dernier : Le coeur de l’État : surintendance, contrôle général et intendances des finances, 1552-1791, Paris, 2003) dépeint une monarchie administrative qui impose son pouvoir verticalement en direction des provinces. On dessine une progression vers un idéal politique, celui de la monarchie absolue de Louis XIV, apogée, perfection adulée ou détestée.

Face à cette historiographie française schématiquement esquissée,les Anglo-saxons proposent dans les années 80-90 des réinterprétations. On retiendra les travaux de Sh. Kettering (Patrons, brokers, and clients in seventeenth-century France, New York et Oxford, 1986) qui décrit le gouvernement de la France comme « des couches de clientèles qui remontent vers le roi » et estime que la centralisation et la bureaucratisation de la France ont été des processus longs, difficiles et tout sauf inévitables. W. Beik, en 1985 (Absolutism and society in seventeenth-century France[Texte imprimé] : state power and provincial aristocracy in Languedoc, Cambridge et New York, 1988) montre, à travers l’exemple du Languedoc, que les volontés du roi ne s’imposent pas verticalement, mais font l’objet de constantes négociations. On pourrait évoquer l’école cérémonialiste, héritière d’E. Kantorowicz avec R. E. Giesey, ou encore le Richelieu de J. Bergin, en 1991, loin de l’image traditionnelle (Cardinal Richelieu: power and the pursuit of wealth, New Haven-London, 1985).
Il y a donc, dans les années 1980, une tension entre une historiographie novatrice anglo-saxonne et un historiographie française relativement conservatrice.
F. J. Ruggiu évoque alors le bilan dressé par J. Ph. Genet dans « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1997, n° 118.
-L’État moderne est une « forme d’organisation sociale qui garantit sa sécurité et celle de ses membres » ; la fiscalité y est acceptée pour garantir la pérennité de l’organisation. Il suppose donc un dialogue avec une société politique (J. Ph. Genet se montre bien là historien de l’Angleterre, où existe très tôt une « nation politique »). Ce dialogue prend différentes formes (institutions représentatives ; dialogue de personne à personne ; rituels…). En ce sens L’État de Louis XIV est moins moderne au fond que celui de Charles V. La guerre est le moteur de la construction de l’État, la guerre comme occasion de prélèvement mais aussi de redistribution (soldes, charges à pourvoir…). L’État est donc une ressource pour de nombreuses catégories de personnes.
J. Ph. Genet a vite été conscient que l’usage de l’adjectif « moderne » est problématique. Il a beaucoup dérangé les historiens allemands, qui voyaient l’Empire allemand rejeté dans l’archaïsme, et les historiens belges et italiens, qui voyaient retiré à la ville son rôle moteur.
A bien le lire on s’aperçoit que les deux seuls « États modernes » selon la définition de J. Ph. Genet sont la France et l’Angleterre. Comme ils seront peut-être les deux seuls États Nation. Il s’agit d’une structure socio-politique minoritaire aux XVe-XVIIIe siècles, en concurrence avec d’autres structures (ville, république, ligues, Église, Empire, monarchie composite…). Enfin, pour J. Ph. Genet, l’État moderne n’est pas une forme stable, elle a évolué notamment vers l’État absolutiste ou fasciste.
Face aux problèmes soulevés par l’ambiguïté du terme d’ « État moderne », J. Ph. Genet y renonce dans son HDR (malgré le titre, choisi sans doute selon des exigences éditoriales : La genèse de l’État moderne [Texte imprimé] : culture et société politique en Angleterre, Paris, 2003), lui préférant celui de « féodalisme d’État ».

3. F. Buttay rappelle les différents programmes au sein du projet de recherche sur l’État moderne.
-l’Action Thématique Programmée organisée en 1985 pour 4 ans mais dont le financement n’a été assuré que pendant deux ans. Elle a donné lieu à 8 tables rondes (voir L’Etat moderne, genèse : bilans et perspectives : actes du colloque tenu… à Paris les 19-20 septembre 1989, Paris, 1990). Et une trentaine d’équipes ont répondu à l’appel.
-A ce projet s’est adjoint le programme « The Origins of the Modern State », financé par la Fondation européenne pour la Science entre 1988 et 1992, dirigé par Wim Blockmans, Jean-Philippe Genet et Christoph Muhlberg. 7 thèmes ont été retenus et ont fait l’objet d’une publication :
*La guerre et la compétition entre les États (Ph. Contamine)
*Le système économique et financier de l’État (R. Bonney)
*Les instruments légaux du pouvoir (A. Padoa Schioppa)
*Classes dirigeantes et agents de l’État (W. Reinhard)
*Représentation, résistance et sens de la communauté (P. Blickle)
*L’individu dans la théorie politique et pratique (J. Coleman)
*Iconographie, propagande et légitimation (A. Ellenius)

Frappent l’ambition des programmes et le nombre des publications. Deux remarques peuvent être faites. Sur le travail des équipes de l’ATP a manifestement pesé l’interruption de financement, notamment pour les projets de bases de données (inventaire des manuscrits des oeuvres politiques médiévales, par exemple -équipe 26-, ou indexation de la Gallia Regia -équipe 29). L’époque médiévale, la France, l’Angleterre et l’Espagne ont été particulièrement défrichées.

Il apparaît cependant que le projet du CNRS comme le projet européen n’ont pas tout à fait réussi à atteindre l’objectif comparatiste, « dépasser le caractère national des historiographies de l’État », comme se le proposait le programme du Fonds européen pour la science. Dans les volumes publiés par ce dernier, en particulier, les études nationales sont juxtaposées, esquissant des histoires parallèles, plus que comparées

Par ailleurs, depuis vingt ans, dans le sillage de ces très ambitieux projets, le modèle de l’« État moderne » a été réévalué, contesté, en particulier par les études sur les relations entre pouvoir central et élites locales. Les études de cas se sont multipliées, avec des résultats souvent remarquables. Par exemple, l’article de Rafe Blaufarb dans les Annales de 2005 (« Vers une histoire de l’exemption fiscale nobiliaire. La Provence des années 1530 à 1789 », Annales HSS, nov.-déc. 2005, n°6, p. 1203-1228) est exemplaire de ce qu’on peut faire aujourd’hui à partir d’un thème central des recherches autour de la genèse de l’État moderne : la fiscalité. L’« État moderne » est censé se construire par une fiscalité imposée du centre à la périphérie, surmontant les résistances. J.-Ph. Genet s’interrogeait en particulier sur les raisons de la relative faiblesse de ces résistances. Parmi d’autres (notamment M. Braddick dont nous discuterons lors du prochain séminaire), R. Blaufarb répond en explorant « les interactions complexes entre la loi, les institutions, l’économie et la culture dans la formation des identités sociales ». Cependant, doit-on renoncer aux comparaisons et aux modèles ? Peut-on sortir de la collection de micro-histoires ? C’est par exemple l’interrogation de Gérard Delille à l’issue de la journée d’études sur « Pouvoir local et factions (XVe-XIXe siècles) » tenue à l’IUF de Florence (MEFRIM, 116, 2004, n°2, p. 499-506). « Nombreuses sont les études, remarque-t-il, qui depuis vingt ans ont renouvelé la connaissance de l’organisation sociale (réseaux, parenté, alliances…), économique, juridique aussi (division en « estats », ceti…) de ces petits seigneurs de villages ou de petites villes et de leurs relations avec le ou les pouvoirs centraux. Tout cela la plupart du temps dans le cadre limité d’une région ou d’une communauté. Les ouvrages qui tentent une comparaison de situations et de comportements entre groupes appartenant à des systèmes géopolitiques différents ou, plus encore, au niveau européen, restent rares et l’exigence primaire d’une définition de critères de comparaison fiables est encore loin d’être satisfaisante. […] Nous ne disposons d’aucun cadre théorique, méthodologique ou problématique ».
C’est un des enjeux de ce séminaire que de réfléchir à la nécessité et à la possibilité, vingt ans après l’invention de l’« État moderne » de J.-Ph. Genet, de nouveaux modèles.

4. Ainsi introduit, le débat s’engage autour des écrits de J. Ph. Genet qui nous ont été proposés.
Sandro Landi insiste sur le fait que l’entreprise de J.-Ph. Genet s’inscrit dans une tendance à la construction de paradigmes de l’État qui, historiquement, a pendant longtemps précédé et orienté la recherche historique.
-La recherche historique sur l’État moderne entre XIXe et XXe siècles s’est fondée sur la production d’images visant à confirmer les caractères considérés paradigmatiques de ce même État. Historiquement la théorie de l’État moderne a précédé et justifié l’historiographie de l’État moderne.
-Le paradigme de l’État moderne est d’origine weberienne (Économie et Société, 1922). Weber voit l’histoire de l’État comme l’histoire de l’institutionnalisation et de la rationalisation progressive du pouvoir ; l’État moderne est celui qui exerce le monopole de la fonction administrative (monopole de la violence, de la fiscalité) à travers le critère de l’impersonnalité juridique et de la séparation pleine de la sphère publique/privée.

Les travaux de J. Ph. Genet soulèvent une double question : 1/quel type de modèle est le modèle défini par J. Ph. Genet ? 2/Le modèle de J. Ph. Genet est-il opératoire ?
-J. Ph. Genet présente son modèle comme « un modèle empirique », « déduit d’une forme historique observée ». La fiscalité et la guerre jouent un rôle central. C’est la guerre qui détermine l’exigence d’une fiscalité publique ; c’est la fiscalité publique qui engendre un processus d’institutionnalisation du pouvoir. Dans l’article des Actes de la Recherche en Sciences Sociales, J. Ph. Genet ajoute que l’importance de la guerre réside aussi dans le fait que l’État moderne contient un germe de violence qui réapparaît dans l’Europe contemporaine. De ce point de vue, et dans un deuxième temps (celui des Actes), on a affaire à un modèle weberien corrigé, reposant non seulement sur le monopole de la violence et la bureaucratisation, mais aussi sur l’acceptation de la fiscalité publique par tous les sujets. Par ailleurs, l’État moderne de J. Ph. Genet est un modèle d’État fort, caractérisé par une souveraineté unitaire, une autorité princière capable de se propager sur les structures de l’État et sur la société politique. C’est, troisièmement, un modèle téléologique : il n’établit aucune distance anthropologique entre ce modèle d’État et l’État nation du XIXe siècle ; il postule un développement continu de ce modèle dans l’époque moderne (état absolutiste…). Enfin, c’est un modèle (partiellement) comparatiste : en effet, la thèse du lien direct entre féodalisme et état moderne exclut du domaine du comparable des expériences étatiques différentes (cités-états italiennes ou flamandes, états territoriaux).
-Ce modèle est-il par conséquent opératoire ? Il ne l’est pas dans les aires géopolitiques qu’il exclut préalablement de la construction du modèle. L’aire italienne est, depuis les années 80, au centre du travail d’historiens italiens, anglais et américains qui travaillent sur la notion d’État moderne dans une perspective post-weberienne (et qui ont construit un autre modèle…). Par exemple, lire A. De Benedictis,Politica, governo e istituzioni nell’Europa moderna, Bologne, 2005. L’une des limites de ce modèle à la compréhension des formations politiques modernes est la distinction nette qu’il opère entre privé et public : seul ce qui est public est État. Cette distinction implique l’exclusion de figures et de pratiques non formalisées mais fondamentalement politiques : clientélismes, corruption, pratiques illégales, mais aussi, tout simplement, la dimension de négociation. Il convient de considérer le privé (parentèle, factions) comme une dimension essentielle de la politique moderne ; elle ne constitue pas une dérive pathologique mais contribue à renforcer la cohérence des institutions et le consensus des acteurs. S. Landi considère comme peu opératoire, par conséquent, la notion d’État titulaire d’une souveraineté unique et indivisible : le souverain (prince ou république) opère par une médiation constante entre une série d’acteurs (corps, communautés, villes) qui gardent dans l’État un certain nombre de privilèges et de droits (gouverner, c’est dire la loi, le droit est antérieur au pouvoir, qui a fonction d’arbitrage, qui opère à travers des réseaux de pactes).

F.-J. Ruggiu n’est pas sûr que le modèle de J. Ph. Genet soit véritablement téléologique, en tout cas pas dans ses dernières formulations (Actes et HDR). F. Buttay remarque une contradiction entre un modèle qui ne se veut pas théorique mais empirique et qui postule cependant que l’État est un bien (voir article dans Genèse de l’État moderne, p. 279). L’ambiguïté du terme de « moderne » (époque moderne ou conforme au progrès de l’histoire ?), que regrettera J. Ph. Genet, n’est peut-être pas accidentelle, mais révèle une difficulté à se détacher d’une problématique qui voit l’État dans l’Europe occidentale comme un bien (donnant plus de liberté et de prospérité), donc un paradigme dont les autres formes dévient ou dégénèrent. S. Landi insiste sur le lien avec l’actualité dans la réflexion sur l’État. Aujourd’hui où, en tout cas en Italie, l’État nation est mort et l’État (re)devient une instance de négociation entre particuliers, on peut penser autrement, comme des modèles positifs, d’autres constructions étatiques comme les États italiens. F. Buttay et H. Cormy suggèrent cependant qu’il faut se garder d’échanger une téléologie contre une autre. La discussion s’engage alors sur la notion de période de transition, de gestation. On sélectionne dans les réalités repérées des éléments qu’on estime promis à un bel avenir et on rejette le reste dans le Moyen Age (matrice ou poubelle de l’histoire moderne ?). Quelle période n’est pas une période de transition, en dehors d’un présent pétrifié ? Mais la plupart des intervenants estiment qu’un raisonnement historique ne se comprend que par rapport au présent de l’historien et qu’il est vain de croire possible une réflexion détachée des enjeux du présent.

F.-J. Ruggiu conclut en soulignant la fécondité des projets patronnés par J. Ph. Genet ; si les résultats des différentes équipes n’ont pas été toujours à la hauteur de l’ambition initiale, on voit combien toutes les pistes ouvertes alors restent les chantiers les plus actuels de la recherche en histoire institutionnelle, sociale et culturelle de l’État.

Florence Buttay

 

Publications des membres de l’Equipe

  1. François DubasqueJean Hennessy (1874-1944), argent et réseaux au service d’une nouvelle république, préface de  Bernard Lachaise, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection Histoire, 2008.
  2. Jacques PuyaubertGeorges Bonnet (1889-1973), les combats d’un pacifiste, préface de Sylvie Guillaume, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection Histoire, 2007.

 

journée études: Histoire et Mémoire. La culture de mémoire collective vis-à-vis d’événements traumatisants

1er décembre 2006, Journée d’études organisée par la Fondation Friedrich Ebert Bonn/Paris et le Goethe-Institut Bordeaux

Compte-rendu

Le 1er décembre 2006, une « journée d’étude » intitulée Histoire et Mémoire. La culture de mémoire collective vis-à-vis d’événements traumatisants a eu lieu au Goethe-Institut de Bordeaux. Cette journée d’étude a débuté par un mot d’accueil de la directrice du Goethe-Institut de Bordeaux, Carmen Marcou, suivi de neuf interventions de 20 à 30 minutes. Les orateurs allemands (quatre personnes) et français (cinq personnes) étaient historiens, germanistes et sociologue. Les interventions ont traité un large spectre d’approches et de sujets situés autour de la problématique histoire et mémoire.

Lors de la première intervention, Stephan Martens, professeur de civilisation allemande à l’Université Bordeaux 3, a évoqué Les dimensions du débat sur la mémoire , titre de l’intervention. Il a réalisé un compte-rendu des problématiques et des enjeux de la mémoire et des évolutions de ce débat. Il a abordé quelques remarques sur la mémoire en général, notamment sur la différence entre mémoire et histoire, les vagues et la « sacralisation de la mémoire » et a traité la mémoire d’une perspective française et européenne ajoutant aussi la « mondialisation de la mémoire ».

La deuxième intervention a été consacrée à L’Allemagne et le colonialisme : quelle mémoire ‘ L’intervenant, Peter Steinbach, est professeur d’histoire à l’Université Karlsruhe. Il a évoqué que « la mémoire des colonies allemandes n’a pas d’histoire ». La perte des colonies a été ressentie comme douloureux. Le mythe d’une « colonialisation positive » est mis en question à partir des années 1950, mais la mémoire des colonies reste marginale face à la mémoire de la Shoah.

La troisième intervention de cette unité a été assurée par Hélène Camarade, maître de conférence de civilisation allemande à l’Université Bordeaux 3 et a porté sur La mémoire de la résistance allemande au nazisme . Elle a traité la problématique particulière de la résistance en Allemagne. Même si des recherches abordant des résistances différentes sont entreprises depuis les années 80, la mémoire de la résistance « n’est pas encore une mémoire partagée » en Allemagne aujourd’hui.
La deuxième unité a commencé par une intervention d’Edouard Husson, maître de conférence d’histoire à l’Université Paris 4, intervention intitulée : La France et ses mémoires. Selon l’intervenant, la France n’est pas un cas unique concernant la « concurrence de victimes », la « multiplicité de débats » et l’ « utilisation de la mémoire dans le politique ». Il n’y a « pas d’équilibre dans le travail de mémoire » qui n’est pas
possible sans travail historique.

L’intervention suivante de Bernard Lachaise, professeur d’histoire à l’Université Bordeaux 3, a porté sur Bordeaux et ses mémoires. Il a développé une synopse de deux mémoires : celle de la guerre 40/44 et celle du commerce triangulaire. Pendant que Bordeaux est rattrapé sur sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale par le Procès Papon, la ville envisage aujourd’hui de maintenir la mémoire du commerce triangulaire suivant une tendance récente dans d’autres villes.

Dans la troisième unité, Türkan Karakurt, sociologue et co-directrice de la Friedrich-Ebert-Stiftung, bureau Paris, est intervenue sur Les relations entre l’Allemagne et Israël : la question de la Shoah et de la réconciliation . La culture de mémoire de la Shoah est un « élément intégral de la culture politique d’Israël ». Après un refus total jusqu’au années 50, les relations avec l’Allemagne sont aujourd’hui perçues « sans préjugés ».

La deuxième intervention de cette unité, réalisée par Nicole Pelletier, professeur d’études allemandes à l’Université Bordeaux 3, s’est concentrée sur les Réflexions autour de l »uvre d’Alexander et Margarete Mitscherlich : Le deuil impossible . Elle a évoqué la réception du livre par la société allemande dans les années 60 et la polémique qui en a suivi. Malgré cela, cette approche psychanalyste a permis d’autres approches par la suite.

Dans la dernière unité, Friedhelm Boll, professeur d’histoire Université Kassel, est intervenu sur Les lieux de mémoire allemands, français et anglo-saxons en Normandie . Il a traité des grandes différences des représentations de la guerre par les trois pays et a formulé l’hypothèse que l’objectif pacifiste des représentations allemandes est ressenti « de manière problématique » vis-à-vis des représentations martiales dans d’autres lieux de mémoire.

Dans la dernière intervention de la journée, j’ai traité des Lieux de mémoire d’Oradour-sur-Glane et du Centre Jean Moulin de Bordeaux. De part l’exemple de deux structures muséales, la question posée est : dans quelle situation un musée de la Seconde Guerre mondiale est créé, vis-à-vis de quelle mémoire et quel effort l’établissement entreprend-t-il afin de transmettre cette mémoire.

Tout au long de ces interventions très variées et des débats intervenus à la fin de chaque unité, l’assemblée s’est interrogée sur les différentes représentations de la mémoire et de l’évolution de celle-ci. Comme conclusion peut être retenu qu’il faut encore faire des efforts pour trouver un juste milieu pour la mémoire des événements traumatisants du XXème siècle, juste milieu que nous n’avons pas encore trouvé aujourd’hui.

Henning Meyer