10 mars 2011

Présentation par Delphine Boissarie du livre-anniversaire de La Fabrique de l’Histoire. Emmanuel Laurentin, A quoi sert l’histoire aujourd’hui, Bayard, octobre 2010

Suite et élargissement de nos discussions du jeudi 20 janvier, inaugurées par le compte-rendu de l’ouvrage de Vincent Duclert, L’avenir de l’histoire, paru en 2010 chez Armand Colin, et présenté par Timothée Duverger.

Nous avions achevé par un échange autour du rôle social de l’historien, de son statut de citoyen, et les difficultés de dosage entre engagement et distanciation. On pourra résumer nos interrogations du 20 janvier par un vulgaire : « A quoi sert l’historien ? ». Je dis « vulgaire » à dessein, puisque nos échanges d’aujourd’hui nous amènerons à parler de vulgarisation, car si nous sommes « jeunes chercheur », nous sommes aussi, pour la plupart, enseignants. Transmission et diffusion de nos travaux et de la méthode historique en général restent un des aboutissements de notre travail d’historiens. Enfin, nous pourrons discuter ici de ces fameux « aboutissements » puisqu’il s’agit aujourd’hui de se pencher à nouveau sur ce à quoi l’histoire sert.

Aussi,  pour rester sur ces thématiques d’utilité de l’histoire, de diffusion et de vulgarisation de l’Histoire, nous avons choisi de présenter pour ce séminaire un petit livre sorti il y a 4 mois, en novembre 2010, aux éditions Bayard. Le titre « A quoi sert l’Histoire aujourd’hui ? » est une question qu’Emmanuel Laurentin, animateur de l’émission radiophonique La Fabrique de l’Histoire, sur France Culture, a posé chaque vendredi à différents historiens français du 4 septembre 2009 au 16 juillet 2010. 43 historiens au total se prêtent au jeu pour une réponse en 4 minutes : quelques exemples : Christophe Charle, Jean-Noël Jeanneney, Isabelle Heullant-Donnat, Jacques Le Goff, Annette Wieworka, etc. Le but de cette publication est aussi de marquer l’anniversaire de l’émission, qui fêtait ses 10 ans l’an dernier, et qui depuis 1999 propose aux auditeurs de France Culture, du lundi au vendredi, 1 heure d’Histoire, de 9h05 à 10h.

Première remarque: d’un point de vue méthodologique, le livre intéresse l’historien car il donne une variété de points de vue sur un même objet (ici l’Histoire) et d’autre part, la construction des 43 réponses révèle aussi l’usage par les historiens français de méthodes similaires, des références à un même socle (Bloch, Febvre, etc) ce qui « rassure » quant à la solidité de la formation initiale dispensée dans nos universités.

Cependant, deuxième remarque, le panel des historiens sollicités manque de variété : 30 historiens parmi les 43 interrogés, sont des contemporanéistes ou assimilés (un sociologue, une historienne de l’art, 2 modernistes contemporanisants), 7 sont des médiévistes (Emmanuel Laurentin lui-même étant médiéviste de formation), 1 représentant seulement de l’histoire ancienne (Claire Sotinel), et 5-7 sont modernistes. On pourra regretter cette présence écrasante des contemporanéistes, qui n’est en fait que le reflet du monde des historiens français actuel, dans lequel l’Histoire contemporaine est surreprésentée. Pourquoi y-a-t’il une telle surreprésentation du contemporain ?

Nous allons tenter de dégager les grands traits des réponses que ces 43 historiens apportent à la question « A quoi sert l’Histoire aujourd’hui ? ». Malgré la variété de ton et de perspective des réponses, il y a plus ou moins consensus pour définir ce à quoi l’Histoire ne doit pas/ plus servir (ce=ceux). Pour le reste, la variété est de mise pour définir ce à quoi l’Histoire sert aujourd’hui, et ouvre des digressions attendues, sur ce que l’Histoire et l’historien doivent être, sur leur forme, but, place idéale.

Enfin, dans un contexte que les historiens ressentent eux-mêmes comme une crise ; témoins les réactions suscitées par la réforme actuelle des programmes d’Histoire au lycée, et l’effacement relatif face aux disciplines plus en vogue que sont la sociologie et la géopolitique, un certain pessimisme imprègne les réponses, voire un peu de fatalisme. L’avenir de  l’Histoire, discipline reine du XX° siècle, est là aussi discuté. Face aux concurrences des autres sciences humaines, l’ancienne reine n’est décidément pas partageuse.

 

I)                    Méfiance et frissons: ce à quoi l’Histoire ne doit pas (plus) servir. L’Histoire « serve » (Febvre)

A)     Le roman national

-Jean Noël Jeanneney (IEP Paris) tirade à la Cyrano : l’Histoire est patriotique, comme Gabriel Monod : «  l’histoire travaille, d’une manière secrète et sûre, à la grandeur de la patrie. », premier des exercices civiques : présence de JN. Jeanneney au Haut comité des célébrations nationales depuis son installation en 1999, aux côtés de Maurice Agulhon, Pierre Nora, Pascal Ory et autres personnalités des disciplines littéraires, artistiques, techniques.

-Jean Clément Martin (Paris I, émérite, Révolution fr) reformule la question en un « A qui sert l’Histoire aujourd’hui ? » : 4-5 groupes : les porte-drapeaux (Lavisse), les porte parole militants des minorités opprimées, les négationnistes et falsificateurs, les érudits, et ceux qui tissent, comme lui, la partie morale du lien social et étudient les interactions passé-présent.

D’une manière générale, l’Histoire type III République est dénigrée.

 

B)      Dénonciation des fréquents usages politiques du passé,

-Raphaëlle Branche souligne le cas de l’histoire algérienne

-Sophie Coeuré (MCF ENS, URSS) celui de la Russie: inauguration à Moscou en 2009 d’une « commission auprès de la Présidence pour empêcher les tentatives de falsifications de l’histoire portant atteinte aux intérêts de la Russie », tout en introduisant Soljenitsyne ds les manuels scolaires.

Histoire malléable et fragile, objet de tiraillements dont l’historien est l’objet, problème de l’engagement politique de l’historien de ce point de vue.

 

C)      La Mémoire en question, tiraillements (lois mémorielles)

-Judith Lyon-Caen (MCF EHESS, usages socx littr) on est passé de la construction d’une identité nationale sur un puissant discours des origines, à l’histoire critique, mais malgré tout le danger réside aujourd’hui dans la politique mémorielle omniprésente (commémorations, programmes scolaires, projet du Musée de l’Histoire de France)

– A ce titre, Guy Môquet est évoqué par Arlette Farge (EHESS, XVIII) « on ne jette pas Guy Môquet en pleine classe d’histoire sans lui donner un contexte historique »

-Patrick Garcia accuse les politiques de retailler l’Histoire à leur gré, car elle est le lieu privilégié des interprétations. Dans le paysage médiatique, une voix vaut une voix et celle de l’expert se perd. (ex pour 2005 et le rôle positif de la France Outre-mer)

-L’enjeu de la mémoire pour les hommes politiques (exemple procès Chirac aujourd’hui : laisser l’image d’un Président qui finit sur le banc des accusés, affaire Boulin autre problème, Mairie de Paris au placard, laisser une mémoire propre ?)

 

II)                  Diversité des points de vue sur ce à quoi elle sert aujourd’hui

A)     A rien, une réponse séduisante.

-Pascal Ory Paris I, Patrick Garcia « l’histoire pour l’histoire », comme il y a l’art pour l’art.

-Régine Robin (émérite, sociologue) :  à tout, justement (instrumentalisation et hégémonie), on trouve le meilleur et le pire chez les historiens.

-A manger ! (Prochasson)

-Claire Lemercier (CNRS, IHMC, XIX) : l’utilité n’a rien de sale, veut la voir comme une activité nécessaire.

 

B)       Divertissement

-Sophie Coeuré(MCF ENS, URSS) : divertissement, plaisir de la connaissance et de la découverte

-Judith Lyon-Caen : curiosité à satisfaire

-Jean Noël Jeanneney : superficiel (Fersen et Marie Antoinette ont-ils vécu leur passion jusqu’au bout ?), mieux que les romans car la réalité dépasse la fiction.

-Passion répond Etienne François (spécialiste histoire européenne, allemande)

Le roman familial ou alors carrément l’inconnu des archives (plaisir de la résurrection, tribut au ancêtres)

Parc Astérix joue aussi sur histoire et jeu (homo ludens qu’évoque Maryline Crivello (Uni Provence)

Fuir le présent

 

C)      Démythifier

-Claire Lemercier (CNRS XIX) Déconstruire clichés et mythes : les « c’était mieux avant », et discours du type Eric Zemmour

-Balayer les idées reçues Danièle Voldman (CNRS, sociétés urbaines contemporaines) : du type : entre 1940 et 1944, Pétain jouait double jeu pour protéger la France, La torture n’a pas été utilisée pas l’armée française en Algérie

L’histoire dérange !

III)                La maison commune : Pratique de l’Histoire et attitude de l’historien : l’Histoire comme école de la vie, et de l’Homme

A)     La maison commune

-Références communes : Augustin Thierry, Michelet, Lavisse, Monod, Bloch (Papa, à quoi ça sert l’histoire), Febvre (« histoire serve »), Braudel, Certeau, les Annales, voir de ce point de vue l’essai bibliographique d’Annette Wievorka (CNRS, Shoah)

-Christophe Prochasson (dr études EHESS) : assimile l’historiographie à un bar nommé « Chez Fernand », où les historiens un peu saoûls argumentent (François René et Numa Denis s’écharpent, etc…) en abusant de Claquesin, boisson virtuelle (les archives ?) qu’ils sont seuls à consommer.

 

B)      Les débats actuels

Cf : Sirinelli, Cauchy, Gauvard, Les historiens français à l’œuvre, 1995-2000, PUF, août 2010. Introduction de JF Sirinelli évoque une maison commune : formation intellectuelle homogène. But du livre, faire suite à François Bedarida, L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, MSH, 1995. 2 parties : bilan par périodes, et bilan par thèmes. Pas vocation à l’exhaustivité, mais photo de famille approximative. Roger Chartier (Collège de France) se colle à l’histoire moderne et Philippe Poirrier (Bourgogne) à la contemporaine. Roger Chartier se base sur la Bibliographie annuelle de l’histoire de France pour établir son bilan, donc vision partielle (études d’historiens français sur d’autres aires géographiques pas prises en compte, arrêt en 1958) mais pas inintéressante. Poirrier fait un point sur les grands débats en cours (communisme, culture de guerre, colonisation) et la valorisation de la recherche.

 

C)      L’historien idéal et ses valeurs (liberté, humilité, exigence, sens critique, administration de la preuve, poncifs) l’Histoire comme philosophie, « spiritualité laïque ».

Son travail : « fouiller les morts » Claire Zalc (histoire de l’immigration au XX° siècle) « unir l’étude des morts au temps des vivants ».  Bloch, retrouver les hommes sans visage :

Arlette Farge, « l’historien est un passeur, il aime la vie », le nostalgique et le désabusé n’est historien que pour le pire. L’historien guérit : Dénouer les souffrances : Annette Becker (Nanterre, Culture de guerre)

Sait qu’il n’y a pas de leçons de l’histoire. Patrick Garcia (MCF Cergy, IHTP) parle de « religion de l’histoire », péché en serait l’anachronisme (Patrick Boucheron, MCF Paris I, Moyen Age)

Défend l’esprit critique et la liberté, travaille sans travailler car il est passionné. Histoire traque des vérités partielles.

 

IV)               L’Histoire en crise ? Réponse à des questions existentielles

A)     Age d’or ?

Il y aurait eu un âge d’or de l’Histoire, qu’Emmanuel Laurentin dans sa préface, situe aux années 1960-70, avec l’alliance puissante des historiens et des médias, en particulier la télévision. Effort de vulgarisation se serait-il essoufflé ?

Succès et intérêt des fictions mise à part, et du genre en vogue de la bibliographie télévisée (cf Pierre Mendès France et l’affaire du Massilia, hier soir 9 mars sur France 2)

L’histoire est-elle moins présente à la télévision « qu’avant » ?

1956-57 Enigmes de l’Histoire/ A chacun sa vérité (Lorenzi, Castelot, Decaux) sur 1ere chaine RTF

1957-1966 La caméra explore le temps RTF 1 puis ORTF

1969-1981 Alain Decaux raconte ORTF 1 puis Antenne 2

Aujourd’hui : les mercredis de l’Histoire sur Arte, Secrets d’Histoire (Bern) et fictions sur France 2, Des racines et des ailes sur France 3 (plus orienté Patrimoine)

Et à la Radio ?

1951-1963 La Tribune de l’Histoire (Decaux, Castelot, Colin Simard) sur Paris Inter

1963 idem sur France 2 RTF, jusqu’à 1997 sur France Inter, hebdo le mercredi à 20h30

Depuis 1966, Les Lundis de l’Histoire (Le Goff, Perrot, Chartier) France Culture 15h-16h (prochain sur Renaissance italienne)

1996-1999 : Jours du siècle (Patrice Gélinet) France Inter, du lundi au vendredi 13h30

1999-2011 : 2000 ans d’Histoire (Patrice Gélinet) France Inter

Remplacé par la Marche de l’Histoire (Jean Lebrun) France Inter

Concordance des temps depuis 1999 (Jeanneney) France Culture samedi 10-11h

Et La fabrique de l’Histoire depuis 1999 (Laurentin) lundi-vendredi 9-10h France culture

Sans parler de plusieurs magazines Historia (1909), l’Histoire(1978) etc.. (magazines de généalogie…)

Edition de près de 15 000 nouveaux titres chaque année,

Et Cinéma !

 

Les efforts de vulgarisation et de diffusion de la recherche en Histoire sont donc nombreux. Alors, où est la crise ?

 

B)      Une Histoire pas rentable ? (les titres vendeurs, la persistance des clichés)

-JL Mayaud (p Lyon, ruralité) « Les temps sont durs pour les historiens sérieux. »

-Fabrice d’Almeida (Paris II, Médias et propagande) : dit qu’il a souvent eu l’occasion de répondre à cette question : mais ainsi posée : « l’histoire sert à avoir un poste, nigaud », ou bien « expliquez moi, je veux savoir où passent mes impôts »

L’Histoire n’est pas rentable, mieux, alors qu’elle est censée déconstruire les mythes, ceux-ci persistent et laissent l’historien en échec.

-Emmanuel Droit résume : 3 points : éclatement de la discipline dans 1970’s avec essoufflement de l’école des Annales. Lien plus en plus ténu entre historiens et leur lectorat, performance du Montaillou lointaine (Emmanuel Leroy Ladurie 1975), attractivité déclinante de la filière historique.

-Histoire pas rentable car ne fait pas son travail : les clichés restent, par exemple. C’est une activité de Sisyphe, car en cherchant à répondre à des questionnements du présent, elle atteint rapidement et en permanence l’obsolescence.

 

C)      L’avenir de l’Histoire

-Enseignement, vulgarisation (avenir de l’histoire à l’école, archives en crise)

Wievorka termine sur un glaçant « A quoi servait l’Histoire ? », un côté Fukuyama même très dépressif chez Gabriel Martinez Gros : on conserve tout on ne sait plus trancher : donc c’est la crise. Il faut savoir conserver et détruire.

En crise avec l’Etat ?

-Julien Vincent (MCF Besançon, GB XIX) souligne l’aspect politique de la question et la relie aux grèves de 2009 des enseignants chercheurs des universités françaises, dénonce l’accusation de non-contribution à la croissance des sciences humaines. On devrait orienter les étudiants vers des filières plus appliquées (crise depuis 1968).

JL Mayaud accuse les « fossoyeurs pressés de l’université et des Humanités » qui désigne-t-il ?

Les politiques seraient-ils nos ennemis désignés ?

CCL : Comment lire ce livre ? En soi, le livre n’apporte pas de réponse définitive, et comme beaucoup de choses en Histoire, tout est affaire d’interprétation et de subjectivité. Il est un modèle de ce qu’un historien est capable de développer comme raisonnement face à un problème donné. Il reste agréable à lire, comme un outil de réflexion personnelle. On pourra choisir de le feuilleter comme une série de vignettes de bande dessinée, car il reste divertissement intellectuel, ou comme une série d’évangiles courts, si l’on suit le raisonnement de Christine Bard qui assimile la pratique de l’Histoire à une spiritualité laïque. Il nous donne à réfléchir sur notre métier et montre quels sont les questionnements qui sont aujourd’hui à l’œuvre dans notre discipline : Refus de l’instrumentalisation, sentiment de crise, qui contrastent avec le dynamisme et la richesse des sciences historiques françaises. Au fond, la question posée agace « A quoi sert l’Histoire ? », et chaque science humaine est pourtant confrontée à cette interrogation quasi-absurde. Ainsi on notera en 2006 la parution d’un ouvrage intitulé « A quoi sert l’Histoire de l’Art », « A quoi sert la littérature ? »… La question lancinante énerve car elle renvoie à notre utilité individuelle, et au-delà au sens de la vie même. Sans pédantisme aucun, vous me permettrez de relier cette lecture à un poème de John Donne, cité en préambule du roman d’Hemingway sur la Guerre d’Espagne « Pour qui sonne le glas ». Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi », John Donne (1572-1631) – Devotions upon Emergent Occasions (1624).

Voilà sans doute une des missions de notre métier, lutte contre l’oubli et la déformation.

 

20 janvier 2011

Présentation par Timothée Duverger de l’ouvrage de Vincent Duclert: L’avenir de l’histoire, Armand Colin éditions, août 2010

On retrouvera cette présentation sur le blog de Timothée Duverger

http://ziguerie.over-blog.com/article-l-avenir-de-l-histoire-denis-duclert-compte-rendu-de-lecture-65427483.html

Synthèse du débat qui a suivi

L’EHESS où sont Vincent Duclert et Pierre Rosanvallon = école spécifique de l’engagement.

Sur le rôle de l’historien dans la cité:

–        contradiction entre la demande sociale croissante et les moyens donnés;

–        revendication d’un statut de scientifique mais difficultés à être reconnu comme tel…

–        problème: à quoi sert l’histoire? Elle n’a par ailleurs pas nécessairement à être utile dans le présent, mais pourra servir dans l’avenir.

–        crainte: ancrer l’historien dans le présent ne biaise-t-il pas sa recherche scientifique? N’est-ce pas une boîte de Pandore?

–        décrire un pouvoir mobilise des opinions, quelque soit l’époque traitée (antique, médiévale, moderne ou contemporaine);

–        problèmes soulevés par l’historien-citoyen: le temps de parole qui lui est accordé dans les médias est très courts (= piège), il est en situation de soumission par respect vis-à-vis des politiques (ce qui se voit dans l’usage des grands témoins), il court le risque d’être coincé dans les comités scientifiques d’instituts proches de partis politiques.

 

Sur l’histoire du temps présent:

–        problème de la demande d’archives, notamment pour les périodes contemporaines avec les demandes de dérogation;

–        l’histoire mémorielle tend à reconstruire l’histoire;

–        la formation historique actuelle habilite-t-elle à bien comprendre le monde contemporain? Une formation en sociologie, économie, sciences politiques dès la licence ne serait-elle pas plus utile qu’une formation historique sur des périodes lointaines? L’histoire culturelle a ces ouvertures, avec ses dérives…

 

Sur l’histoire politique:

–        l’histoire politique a tendance à être trop étroite, un peu scientiste;

–        la sociologie, le courant porté par P Rosanvallon apportent une ouverture, un renouveau salutaire;

–        problème de la conceptualisation face à l’étude des faits: quel équilibre? S’ouvrir aux autres sciences sociales ne doit pas conduire à perdre son identité;

–        il faut introduire plus de complexité dans la biographie, mieux cerner les psychologies en les mettant en relation avec les contextes, pour éviter la « momification » des personnages dans leurs mythes. Mais un problème est soulevé: mieux expliquer, n’est-ce pas excuser? C’est un risque à prendre!

 

Actualités scientifiques

L’activité scientifique:

–        bon déroulé de la journée sur les écoles de formation le 24 novembre, dont une publication est prévue;

–        colloque « Socialisme et capitalisme » organisé à Paris par la Fondation Jean Jaurès les 14 et 15 janvier;

–        séminaire au centre d’histoire de l’IEP de Paris, coorganisé par Sylvie Guillaume et Jean-François Sirinelli: « Les marges en politique », dont la prochaine séance sur le centrisme se tiendra le 1er février en présence de François Bayrou;

–        publication des journées des élections de 1871 en décembre 2011 dans le revue Parlements;

–        Céline Piot organise un colloque en mai à Neyrac: 2 journées sur les Midis, plutôt axées sur la IIIème République, interdisciplinaires.

–        Séminaire de Jean Garrigues au CHPP de Paris: Les finances et le monde politique.

Il est conseillé aux doctorants de créer/actualiser leurs fiches sur le site du CEMMC (voir avec Corinne Marache, Stéphane Minvielle, Caroline Le Mao).

Le prochain séminaire se tiendra le 10 mars à 17h30 et portera sur le livre de « La fabrique de l’histoire »: à quoi sert l’histoire?, présenté par Delphine Boissarie, pour poursuivre cette réflexion.

 

9 décembre 2009

— Calendrier des activités du groupe pour cette année universitaire 2009-2010 (reprise du séminaire suspendu l’an dernier) – Présentation d’une journée d’études sur la gestion des réseaux sociaux par informatique (proposition de Delphine Dussert-Galina) ;

— Organisation de notre journée d’étude consacrée, comme prévu, aux « Ecoles de formation de l’Ancien Régime à nos jours » (nous bénéficions pour cette opération d’un financement spécifique) ;

— Point sur la publication de La vérité dans tous ses états et questions diverses.

18 décembre 2007

Dans la perspective de la publication des actes de la journée d’étude consacrée au « Mensonge en politique » tenue à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine le mercredi 30 mai 2007, une présentation serait envisagée dans le salon Mollat à Bordeaux ainsi qu’une présentation critique de l’ouvrage par S.Laurent et S.Pacteau de Luze.

De même, une présentation pourrait être faite dans la rubrique « Actualités » de la revue Histoire politique de Sciences po Paris par S.Laurent. Son accord de principe a été donné.

Il est rappelé à l’assistance la démarche commune adoptée à la dernière séance pour l’axe de recherche et de travail de l’Equipe en 2008 et 2009. Le mercredi 11 juin 2008 se tiendra la journée d’étude de l’Equipe sur le thème du « Vrai et du Faux », probablement à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Afin de terminer ce cycle d ereflexion entamé en 2006-2007, il est aussi envisagé d’organiser un colloque (international ? ) à l’horizon 2009.
P.Simon, en guise d’introduction, fait un compte rendu d’une journée à laquelle il a assisté à l’O.U.R.S (Paris) le 10 décembre dernier, consacrée aux « Socialistes et la trahison ». Un débat s’en suit à propos de l’engagement politique, de la fidélité et du cynisme en politique.

La conclusion de cet échange a permis de souligner l’extrême relativité de la notion de « vérité » et du « vrai » selon les époques. De même, à l’épreuve du temps, l’homme politique joue la crédibilité de son action.

La séance se poursuit avec notre reflexion collective autour d’un livre, d’un thème que l’un des membres se charge de présenter ou d’animer. Un calendrier est ainsi mis en place pour les prochaines séances.

– D.Pinsolle propose de faire le compte rendu d’un ouvrage de scientifiques, A.Sokal et J. Bricmont qui a défrayé la chronique lors de sa sortie en 1996 sur les « Impostures intellectuelles » . Cette séance doit nous aider à recadrer notre réflexion dans un sens épistémologique.
– J.F. Viaud se charge d’une mise au point à propos du dialogue médical en France au XVIIIe siècle.
– P. Simon se pencherait sur la notion de propagande en politique.

La prochaine séance est fixée au 29 janvier 2008.

 

6 novembre 2007

Présents : M.Aubert, M.Boisson, F.Buttay, N.Champ, V.Cadiou, S.Durand, D.Dussert, C.Guillaume, H.Jacquemin, S.Lachaud, D.Pinsolle, C.Rathier, E.Sallée, P.Simon, T.Truel, J.F.Viaud, G.Ziakova,
Excusés : F.Dubasque, O.Girardin,G.Lamarque, F.Perrot,C.Piot,

Nous accueillons deux nouveaux participants :  Hélène Jacquemin, allocatrice-monitrice en histoire moderne et Jean François Viaud, médecin, doctorant en histoire moderne.

1.    Le site du groupe :

–    La table des matières a été réorganisée tout en conservant les rubriques dont nous avions convenues lors de la dernière réunion
–    Les participants qui n’apparaissent pas dans la liste de l’équipe peuvent demander à notre webmaster, Francis Perrot, de les inscrire. Si nécessaire, ils rempliront une fiche CEMMC.
–    Chacun est invité à utiliser le site pour communiquer des informations sur l’actualité historiographique

2.    Publication de la journée d’études sur « le mensonge en politique »

–    Après un état des corrections en cours, il est convenu que les correcteurs établiront une liste des normes de présentation à harmoniser avant d’envoyer les textes à Pierre Simon qui les centralisera. La publication  devrait pouvoir avoir lieu avant la fin de l’année.
–    Nous contacterons Michel Figeac pour envisager la possibilité de présenter la brochure dans les salons  » Mollat ».
–    Le principe d’une présentation à la MSHA est également retenu. Elle prendrait la forme d’une lecture critique, proposée par deux universitaires (Séverine Pacteau et Sébastien Laurent seront contactés ), et qui donnerait lieu à une discussion. Après examen du calendrier du CEMMC, la semaine du 18 au 23 février est celle qui convient le mieux pour organiser cette manifestation.

3.    Actualités

–    Delphine Dussert a participé au colloque « Histoire et actualité de la haine », organisé à Poitiers les 11,12 et 13 octobre dernier ; elle nous en propose un compte-rendu [qui sera] publié sur le site du groupe
–    La prochaine séance du séminaire sur les « dynamiques de l’Etat », organisé par Sandro Landi, Florence Buttay et François-Joseph Ruggiu, aura lieu le lundi 19 novembre à 15h30. La séance inaugurale du mois d’octobre a été, de l’avis de ceux qui ont pu y  assister, particulièrement intéressante et stimulante. Elle fut, entre autres, l’occasion d’une discussion  sur l’historiographie de l’Etat à la période moderne et sur la remise en  cause de la « vulgate » qui nous a été apprise sur ce sujet et que nous enseignons aujourd’hui à nos élèves et étudiants.

4.    Dénomination du groupe

Le groupe ayant manifesté son souhait d’accueillir un nombre croissant de modernistes et d’élargir le champ de ses problématiques, il est proposé de changer sa dénomination qui devient, après accord des participants, : groupe de jeunes chercheurs  » Politique et sociétés ». Cependant, la recherche d’un nom qui permettrait d’identifier le groupe est toujours d’actualité.

5.    Définition de l’axe de recherche

•    Lors de la dernière réunion, la débat avait, en partie, porté sur l’exploitation de la dernière journée d’études. Les animateurs du groupe estiment qu’il ne serait pas pertinent de négliger l’acquis de cette première réflexion, qui a permis, en outre, de donner une certaine audience au groupe. Aussi, ils proposent comme axe de recherche d’élargir la problématique du mensonge autour du thème suivant :  » le vrai et le faux dans les sociétés, de l’époque moderne à aujourd’hui ». Quelques déclinaisons peuvent être envisagées :
–    forme et nature du « vrai et du faux »  ( rumeur,  le bruit  trahison, secret, omission… )
–    le rapport à la vérité ( adhésion/refus, la croyance, la fonction la réception, collective ou individuelle…)
–    comment démêler le vrai du faux : rôle de la justice, de la presse, de l’historien…
–    comment construit-on une vérité ? : la production, la diffusion, la propagande…
Cette énumération n’est naturellement pas exhaustive.
La réflexion devra varier les échelles de temps et d’espace.

•    Lors du débat qui suit cette présentation, les participants se montrent favorables à l’adoption de cette thématique. Néanmoins, une discussion a lieu sur l’intitulé. Certains craignent que la formulation proposée accrédite l’idée que notre intérêt se porte sur la réalité objective, alors que la problématique suggérée est plutôt la place du vrai et du faux dans les sociétés. Finalement, il est décidé de conserver l’intitulé car celui-ci ne préjuge pas des thèmes que nous serons amenés à privilégier en avançant notre réflexion. Alors que chacun envisage comment il compte utiliser ses recherches, quelques idées plus générales sont évoquées :
–    un nécessaire travail sur le vocabulaire
–    des liens à établir avec des chercheurs qui travaillent sur ces questions dans d’autres sciences sociales ou dans le domaine médical.

•    La réunion prochaine, fixée le mardi 18 décembre à 18h, sera consacrée à l’élaboration d’un programme de travail. Chacun doit réfléchir à une bibliographie utile pour nos travaux, et, éventuellement, aux fonds d’archives exploitables. Des réunions plus fréquentes sont envisagées pour le 1er semestre 2008.

•    Le calendrier suivant est proposé :

–    une journée d’études, le mercredi 11 juin, pour faire le point et présenter notre réflexion
–    un colloque en 2009 qui pourrait associer d’autres groupes,  comme celui de Sciences Po Paris.

Nous demanderons l’avis de Sylvie Guillaume, directrice du CEMMC, sur cette question

 

18 septembre 2007

Présents : M.Aubert, N.Champ, V.Cadiou, F.Dubasque, S.Durand, D.Dussert, G.Lamarque F.Perrot, D.Pinsolle, C.Rathier,  P.Simon, T.Truel,

A l’occasion de cette réunion de rentrée, nous accueillons de nouveaux participants :  Mathieu Aubert, Violaine Cadiou, Sébastien Durand et Carole Rathier.

•    Publication de la journée d’études du 30 mai :

Le « comité de lecture »  ( N.Champ, F.Dubasque et C.Piot ) recevra dans les prochains jours les textes des communications pour corrections éventuelles. Les versions définitives devront être prêtes au début du mois de novembre pour envisager une publication à la fin de l’année.

•    Le site :

Grâce au travail estival de Francis Perrot, le site du groupe est désormais en ligne. Notre webmaster nous présente les différentes pages qu’il a préparées. Une discussion s’en suit sur l’organisation des différentes rubriques. Trois points ont retenu l’attention :
–    il sera demandé aux personnes inscrites sur la liste de diffusion du groupe si elles souhaitent apparaître dans la liste des membres que propose le site.
–    Une page  » actualités » pourrait accueillir toutes informations historiographiques ( manifestations, parutions…)
–    Un échange de liens avec les partenaires des membres du groupe doit être envisagé

•    L’élection des représentants des doctorants au conseil scientifique du CEMMC :

La modification des statuts des centres de recherche entraîne l’élection de trois représentants des doctorants au conseil scientifique du CEMMC.
Le groupe, qui n’accueille pas que des doctorants, n’ a pas la prétention de parler au nom de l’ensemble des doctorants du Centre.
Néanmoins, il leur propose de se réunir le mercredi 3 octobre à 15h pour préparer la liste de candidats.

•    L’axe de recherche

Une discussion s’engage sur la définition de l’axe de recherche. Le débat s’articule autour de deux questions :
–    faut-il exploiter la journée du 30 mai ou s’engager dans une nouvelle réflexion ?
–    quel thème pour que les modernistes trouvent pleinement leur place ?
Faute de temps, cette discussion n’aboutit pas à une conclusion ferme et définitive. Plusieurs pistes sont ouvertes, sur lesquelles les membres du groupe sont invités à réfléchir : la réception du mensonge , le vrai et le faux, le mythe, la trahison, la jalousie, l’illusion, le repentir, la parole, le couple.

•    Le calendrier

Les deux prochaines réunions sont fixées :
–    le mardi 6 novembre à 18h
–    le mardi 18 décembre à 18h

•    Florence Buttay participe avec François-Jospeh Ruggiu à la mise en place d’un séminaire, initié par Sandro Landi, et consacré  aux dynamiques de l’Etat de l’époque médiévale à la période contemporaine. Les séances, mensuelles, ont lieu le lundi en fin d’après-midi. Les organisateurs souhaitent créer un lien avec notre groupe. Nous diffuserons sur le site les informations relatives à ce séminaire.

 

21 juin 2007

Présents : N.Champ, H.Chauvin, D.Dussert, F.Perrot, D.Pinsolle, C.Piot, E.Sallée, P.Simon, T.Truel, O.Girardin-Thiebaud.
Excusés : M.Boisson, V.Chatelain-Cadiou, F.Buttay, F.Dubasque, C.Guillaume, G.Lamarque, C.Marache J.Puyaubert, M.Trouvé, G.Ziavoka.

Le groupe accueille deux nouveaux venus : O.Girardin-Thiebaud et Emmanuel Sallée.

Bilan de la journée d’études du 30 mai sur « le mensonge en politique »

Grâce aux soutiens de Christophe Bouneau  qui nous a accueillis à  la MSHA et de Sylvie Guillaume qui nous a apporté l’aide financière de l’IUF, grâce au travail de Marie Boisson et à la participation des professeurs Agostino, Figeac et Mougel,  la journée s’est déroulée dans d’excellentes conditions. Elle a bénéficié d’une assistance qui a largement dépassé le cadre des communicants et présidents de séance. Ses débats ont rencontré des échos très favorables. Ont été particulièrement salués la qualité des communications et l’esprit d’équipe qui animaient les participants. Le bilan est donc très positif et nous encourage à poursuivre sur cette dynamique.

Les versions écrites des communications doivent être transmises le 5 juillet. Elles seront relues par un groupe composé de M.Boisson, N.Champ, F.Dubasque et C.Piot. La publication est prévue pour la fin de l’année 2007. Les modalités de la distribution seront examinées à la rentrée.

Un débat a lieu  sur les modalités d’exploitation de cette journée et l’élaboration de notre programme de recherche. Deux stratégie sont possibles :

– partir du mensonge pour se diriger vers de nouveaux thèmes, comme le mythe, la repentance, la manipulation ou la sincérité

– approfondir notre réflexion sur le mensonge en s’appuyant sur les conclusions de FC Mougel ( jointes à ce compte rendu ) : le thème de la réception du mensonge au centre  des débats de la journée est ici à nouveau évoqué.

Il est proposé aux membres du groupe de réfléchir à la définition d’un axe et d’une problématique de recherche pour la rentrée. La question de l’élargissement du groupe et alors posée, et en particulier, celle de l’association des modernistes. Tous ceux qui sont intéressés par les activités du groupe, mais qui sont gênés par l’adjectif « politique », sont invités à participer à cette réflexion afin d’envisager l’intégration de leurs thèmes de recherche ( l’intitulé du groupe peut très bien évoluer et abandonner la stricte référence à l’histoire politique au profit d’une dénomination plus globale comme « politique et sociétés » )

Calendrier de l’année 2007-2008

Le principe d’une réunion tous les deux mois est reconduit. Un calendrier général est retenu :

–    septembre
–    fin novembre
–    fin janvier
–    fin mars
–    mai-juin

La prochaine journée d’études pourrait avoir lieu en avril, notamment pour permettre aux étudiants de Master d’ y assister : cette question sera examinée en septembre.

Les réunions de l’année prochaine seront organisées en deux temps :

– diffusion de l’information et, éventuellement, comptes-rendus de manifestations

– réflexion autour d’un travail ( publié ou en cours ) dont le thème participe, si possible, à notre problématique de recherche.

Il faudra fixer le jour de la réunion en fonction des disponibilités de chacun. Pour celle de septembre, le mercredi 19 septembre à 17h est proposé ( sous réserves ).

Perspectives

– Les Archives départementales de Dordogne ont manifesté leur souhait de renforcer leur collaboration avec les chercheurs et de créer un lien avec notre groupe. Des contacts similaires semblent possibles à Agen ou à Mont-de-Marsan. Néanmoins, si cette perspective est séduisante, elle est aussi très floue. Nous avons donc retenu le principe d’une rencontre, dont les modalités sont à fixer, afin de mieux comprendre ce qu’attendent de nous les conservateurs départementaux.

– Francois-Charles Mougel et Séverine Pacteau se sont montrés très intéressés par notre journée et sont prêts à solliciter des doctorants de Sciences Po Bordeaux pour les associer à nos travaux.

– François Dubasque, par l’intermédiaire de Christine Manigand, Professeur à l’Université de Poitiers,  est en contact avec Sciences Po Paris et son  groupe de jeunes chercheurs. Une collaboration peut se mettre en place sous la forme, par exemple, d’une participation à notre prochaine journée d’études

– Un atelier informatique se mettra en place, peut-être dés le début du mois de juillet, plus certainement en septembre. Nous allons reprendre contact avec M.Peyronnet qui s’est déclaré prête à nous aider pour travailler sur la cartographie informatique. Des journées peut être également organisées autour de Powerpoint ou Access.

 

15 mars 2007

Présents : M.Boisson, F.Buttay, N.Champ, H.Chauvin, F.Dubasque, G.Lamarque, F.Perrot, D.Pinsolle, J.Puyaubert, , P.Simon, T.Truel, G.Ziavoka
La réunion est consacrée à l’organisation de la journée d’études du 30 mai.

Organisation de la journée

Après discussion, il est décidé que la journée sera divisée en cinq temps :

1. Ouverture
–    accueil par C.Bouneau, directeur de la MSHA
–    introduction par S.Guillaume, directrice du CEMMC
–    présentation du groupe
–    présentation de la problématique de la journée

2. Matinée avec quatre communications de 25 min. chacune et un débat

3. Repas – traiteur sur place, pris en charge pour les communicants et les présidents de séance

4. Après-midi avec la présentation du site du groupe, 6 communications de 25 minutes  et un débat

5. Conclusions

Il a été décidé de proposer les présidences de séances à M.Agostino, pour la matinée, et à M.Figeac, directeur-adjoint du CEMMC pour l’après-midi. F.C.Mougel, professeur à l’IEP de Bordeaux, sera contacté pour préparer les conclusions

Communications :

A partir des différentes propositions, le programme suivant est retenu  (les intitulés correspondent à des thèmes plus ou moins précis et non aux contenus exacts des communications)

  1. C.Piot et T.Truel, Le mensonge dans les crises politiques
  2. F.Perrot, Le général Billot et l’affaire Dreyfus
  3. D.Pinsolle, La rentabilité du mensonge à travers l’exemple du Matin
  4. F.Dubasque, Le mensonge dans les campagnes électorales
  5. J.Puyaubert, Les récits autobiographiques de G.Bonnet
  6. J.J.Gillot, Le discours communiste dans le Périgord des années 1920 aux années 1950
  7. H.Chauvin, L‘exposition « Paris-Moscou 1920-1930 » de 1979
  8. G.Lamarque et P.Simon, François Mitterrand
  9. G.Ziavoka, Le mensonge d’état en République tchèque post-communiste
  10. M.Trouvé, L’affaire Collor au Brésil en 1992 .

Les communicants doivent impérativement proposer le titre exact de leur communication avant le vendredi 30 mars afin de permettre l’élaboration et la diffusion du programme dans les meilleurs délais.

Ils enverront également dans le courant du mois d’avril un résumé d’une dizaine de lignes.

Une nouvelle réunion sera organisée début mai pour faire le point sur la préparation des communications et envisager le format des communications écrites. La date en sera fixée avant les vacances scolaires et universitaires.

 

15 février 2007

Présents : F.Buttay, D.Dussert, N.Champ, H.Chauvin, F.Dubasque, F.Perrot, D.Pinsolle, J.Puyaubert, , P.Simon, T.Truel et Sandro Landi, professeur à l’Université de Bordeaux III

Echanges :

Delphine Dussert présente la conférence de Frédéric Encel sur la géopolitique du Moyen Orient.  Le conférencier est docteur en géopolitique ( il a préparé sa thèse sous la direction d’Yves Lacoste ) et professeur de relations internationales ( prépa ENA et IUT de Rennes ). Auteur de nombreux ouvrages, notamment sur la géopolitique du sionisme ou l’art de la guerre, il est depuis quelques années sollicité par les médias pour jouer le rôle de l’expert sur les questions du Proche et Moyen Orient.

Dans sa conférence, Frédéric Encel décline un état des lieux de la politique internationale au Moyen Orient selon les grandes puissances qui interviennent dans la région : l’Iran, Israël, le Hezbollah et la Syrie, les Etats unis ou l’ONU. Son propos est volontiers provocateur. Il pose ainsi la question de l’existence de l’Iran, qualifie le président iranien d' »halluciné », le gouvernement israélien d' »incompétent » et trouve l’ONU « désespérante ». Personnalité sans aucun doute originale, Frédéric Encel est également très contesté : on lui reproche notamment une vision sécuritaire de ces problèmes et une certaine proximité avec le Likoud.

Cette manifestation, organisée par la communauté juive de Bordeaux, s’est achevée sur un débat autour de la politique étrangère française.

Florence Buttay fait le compte rendu du colloque « élections et pouvoirs politiques au Moyen-Age, XVIe-XVIIe siècles  » organisé par le CREPHE (université Paris XII Val de Marne). La problématique était la pratique et la signification de l’élection avant les Lumières. Des nombreuses et diverses communications, quelques idées peuvent être retenues. D’abord, l’élection est une pratique courante mais qui n’a pas la même signification selon le cadre où elle se pratique. Elle permet la pérennité de l’Eglise, assure la stabilité de l’oligarchie lors de l’élection des échevins ; par contre, l’élection des souverains est associée au désordre. On peut assister à des campagnes électorales, en particulier lors des élections échevinales. Mais il ne s’agit pas de choisir un programme à appliquer. L’élection doit légitimer le meilleur que Dieu choisit à travers le vote des électeurs : elle a donc une valeur rituelle. Et quand cette pratique est abandonnée, elle est souvent regrettée : la monarchie française n’a ainsi jamais renié son caractère électif original. Enfin, une des dernières leçons de ce colloque,  point de départ pour d’autres réflexions, est que l’Eglise n’est pas le modèle de l’élection pour la période moderne.

Quelques informations de manifestations :

–    colloque sur « l’Etat et l’éducation 1808-2008″ organisé par l’université Paris IV-Sorbonne, l’université Charles de Gaulle-Lille 3 et le Service de l’Histoire de l’Education (INRP-ENS) les 11-13 mars 2008 à la Sorbonne (Appel à communications).

–    Journée d’études sur « les campagnes électorales de 1848 à nos jours », organisée par le CHPP au Sénat, le 29 mars 2007 ( programme : www.parlements.org )

–    séminaire mensuel de l’IHTP sur le renouvellement de l’Histoire des partis politiques ( informations sur le site de l’IHTP : www.ihtp.cnrs.fr ; rubrique : activités/séminaires )

–    Colloque annuel de la FHSO à Arcachon les 12 et 13 mai 2007 sur le thème de la fête en Aquitaine (un appel à communications )

 

Réflexion :

Florence Buttay nous parle de  l’ouvrage de Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne ( Presses Universitaires de Rennes, 2006 ). L’auteur est diplômé de l’Institut Universitaire de Florence, et, après trois années au CNRS, a rejoint l’Université de Bordeaux III. Dans son livre, S.Landi discute la conception classique de l’opinion publique proposée par Habermas. Pour cela, il s’appuie d’une part  sur le cas toscan à l’époque de la fin de la République et du début de la monarchie et, d’autre part, sur les discours politiques que l’auteur analyse dans les deux premières parties. Il montre alors qu’au XVIéme siècle, le discours politique intègre l’idée d’une opinion populaire car le gouvernement comprend qu’il doit désormais compter avec cette expression du peuple. On assiste donc à une prise de conscience de la nécessité de gouverner ces opinions d’où la renaissance de la censure, institution de la république romaine, et « nouvelle science des princes » selon l’expression de l’auteur. La troisième partie du livre est consacrée à l’étude de la pratique de cette censure qui institutionnalise la délation et provoque la rupture des solidarités horizontales. Il s’agit d’une censure mixte provenant à la fois du pouvoir civil et du pouvoir religieux. Mais l’interdit religieux décline au XVIIIème siècle qui voit la naissance de l’opinion publique. Celle-ci correspond au jugement d’une opinion éclairée qui s’oppose à celle du peuple, assimilée aux superstitions.

Sandro Landi nous apporte ensuite quelques précisions sur l’esprit qui a présidé à la rédaction de son ouvrage. Celui-ci est tiré de son HDR intitulée « La sagesse du nombre » mais l’éditeur a refusé de reprendre ce titre. Il voulait montrer l’antériorité de la catégorie d »opinion. Selon lui, l’utilisation de l’histoire du livre permet moins bien d’approcher ce concept que l’histoire du discours politique. Pour Habermas, l’opinion publique est rationnel et autonome. Sandro Landi estime que son étude contredit ce paradigme. En effet, la censure participe à la formation de l’espace public ; elle n’est pas une répression mais un mécanisme de formation. D’après lui, Habermas est donc resté prisonnier du modèle de propagande imposé au XVIIIème siècle.

(Dés que le site du groupe sera en ligne, nous diffuserons sur celui-ci les textes des communications avec, éventuellement, une bibliographie complémentaire.)

Recherche :

Les communications et les discussions qui suivirent furent très denses. Aussi, après un rapide tour de table des éventuelles propositions de communications pour la journée d’études du 30 mai, il a été décidé que la prochaine réunion serait entièrement consacrée à la préparation de cette journée. La date en est fixée au jeudi 15 mars à 18H. Une autre réunion sera organisée au début du mois de mai.