conférence: F.Encel, la géopolitique du Moyen-Orient

13 décembre 2006, notes proposées par Delphine Dussert

Frédéric ENCEL…

Docteur en géopolitique, Directeur de recherche à l’Institut français de géopolitique, Professeur de relations internationales (ESG), et Consultant en risques-pays (travaux confidentiels car réalisés pour le compte du ministère de la Défense ou au profit d’entreprises et d’institutions privées). Enseigne aussi à la Prép-ENA de l’IEP de Rennes. Son maître en géopolitique est Yves LACOSTE (dir. de la collection « Perspectives géopolitiques »).

Auteur prolifique, spécialiste de la géopolitique d’Israël et du Moyen-Orient, de l’islamisme. Personnage médiatique, il a également été confronté à des polémiques concernant son parti pris vis-à-vis de la cause israélienne.

Bibliographie

La thèse de doctorat de Frédéric Encel s’intitule Géopolitique de Jérusalem Représentations, stratégies et perspectives autour d’une cité sanctifiée , sous la direction d’Yves Lacoste, Université de Paris 8-Saint-Denis, 1997, 655 p.

ENCEL F., Géopolitique du sionisme, Stratégies d’Israël , Paris, A. Colin, 2006.

ENCEL F., Comprendre le Proche-Orient, une nécessité pour la République , Bréal, 2005.

ENCEL F., THUAL François, Géopolitique d’Israël, Dictionnaire pour sortir des fantasmes , Paris, Seuil, 2004.

ENCEL F., Géopolitique de l’Apocalypse. La démocratie à l’épreuve de l’islamisme , Paris, Flammarion, 2002.

ENCEL F., L’art de la guerre par l’exemple, Paris, Flammarion, 2000.

La conférence organisée par le CRIF Aquitaine s’est déroulée à l’Athénée municipal. Le public était en grande partie composé de la communauté juive bordelaise. F. Encel a exposé ses idées de manière très enthousiaste, tout en faisant preuve de cynisme et d’humour. Il fût même parfois très provocateur.

Le but premier de cette conférence est de dresser un état des lieux de la politique internationale au Moyen-Orient. Or, dans les relations internationales, il n’y a pas d’absolu : la force prime le droit, et ce malgré l’existence d’outils pondérateurs comme l’Organisation des Nations Unies (ONU), souvent inefficaces.

L’intervenant articule son argumentaire en fonction des principaux acteurs, Etats ou force internationale, présents au Moyen-Orient.

I-    LE NEGATIONNISME IRANIEN

L’Iran existe-t-il ? F. Encel pose d’emblée cette question provocatrice, en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un régime fanatique dogmatique , se référant à la preuve absolue, à  la différence du régime fanatique pragmatique , comme celui de l’Iran sous l’ayatollah Khomeiny.

F. Encel poursuit son discours provocateur : Ahmadinejad est-il un clone ? En effet, ce régime serait une aberration qui cherche à délégitimer une mémoire et une histoire, contre le sionisme israélien.

II-     ISRAËL

Selon F. Encel, le gouvernement actuellement en place est le pire qui ait jamais existé depuis la création de l’Etat en 1948 (trafic d’influence, corruption, etc). Le Président Moshé KATSAV est impliqué dans des affaires de viol et de harcèlement sur plusieurs collaboratrices, ce qui pourrait lui coûter jusqu’à seize ans de prison !

Nous assistons à une conjonction d’incompétences et d’affaires, qui plus est dans un contexte international difficile.

Le parti d’Ehud Olmert (Kadima, centriste) remporte les élections le 28 mars 2006 et celui-ci devient Premier ministre. Le ministère de l’Armée est alors confié à Amir Peretz (incompétent). Le gouvernement israélien n’est pas confié à des généraux.

Lorsqu’Ariel Sharon occupait la fonction de Premier Ministre, un général d’aviation (Shaoul MOFAZ du Likoud) était à la tête de l’Armée, et s’imposait face à l’Iran, qui ne devait pas aller trop loin. (Depuis 1967, prisme déformant : pour/contre Israël et les neutres.)

Puis F. Encel revient sur la guerre au Liban .

Le Hezbollah (en arabe « Parti de Dieu », fondé en juin 1982 : mouvement politique chiite libanais possédant une branche armée qui est à son origine et qui fut créée en réaction à l’invasion israélienne au Liban en 1982 en s’appuyant sur un financement iranien et syrien) frappe fort durant l’été 2006, à commencer par la frappe d’une base militaire le 12 juillet.

La Ligue Arabe, essentiellement sunnite, créée en 1945, s’est réunie à propos d’Israël / Syrie et sur la questions des alawites, branche du chiisme, présente essentiellement en Turquie.

Le Hezbollah serait donc le bras armé de l’Iran, dans sa volonté expansionniste. Ce processus vise au monopole de la violence légitime afin d’asseoir la souveraineté d’un Etat.

Enfin, E. OLMERT a exprimé des buts de guerre irréalisables : les deux soldats retenus en otage ont pris une valeur incroyable. L’enjeu fût de les récupérer, sans quoi Israël n’aurait cessé de frapper.

III-    LE HEZBOLLAH ET  LES RAPPORTS ENTRE L’ISLAM ET L’OCCIDENT

Le chef du Hezbollah est actuellement Hassan NASRALLAH. F. Encel s’interroge sur ce qu’il a gagné.

L’Occident, pétri de racisme, joue à se faire peur avec les 300 millions de personnes de culture arabe. Or, il existe dans le monde environ 1,2 milliards de musulmans qui sont, du même coup, tous réduits à la même chose. L’islam est pluriel, par conséquent peut-on réellement parler de masse arabe ‘

Le Hezbollah veut instrumentaliser la frustration humaine et sociale au Liban. Depuis mai 2000, c’est-à-dire le retrait d’Israël du Sud Liban, le Hezbollah continue à entretenir un conflit de très basse intensité avec l’envoi de quelques katouchas (roquettes). Ils parviennent plus ou moins à  une entente, mais avec un regain de prestige à chaque envoi de katoucha.

Le 12 juillet, le Hezbollah obéit aux Iraniens, et va finalement perdre plus de la moitié de ses soldats. Quant aux Syriens, malgré quelques tentatives pour impressionner Israël, ils sont restés inactifs.

IV-    LES ETATS-UNIS : LA GUERRE EN IRAK

F. Encel s’interroge sur la possibilité d’un renversement actuel de la politique américaine.

Le rapport Becker-Hamilton, au sujet de la présence américaine en Irak, est purement consultatif, et n’a donc pas force de loi. Le Sénat, instrument des Affaires étrangères, va changer. Les deux nouveaux sénateurs démocrates sont bellicistes.

Donald RUMSFELD a été le premier à dire publiquement que les Américains étaient en Irak depuis trop longtemps.

Pour l’Iran, il faut entre de 4 et 8 ans, voire 5 à 10 ans selon les estimations, pour acquérir la force nucléaire. Cela constitue un risque géostratégique, ajouté à la perte de trois alliés pour l’Iran : l’Arabie Saoudite, la Turquie et le Pakistan.

En ce qui concerne l’Arabie Saoudite, elle est liée aux Etats-Unis depuis la signature des accords de Quincy, en 1945, entre Roosevelt et le chef saoudien. C’est pourquoi elle craint la bombe iranienne et la menace de prolifération des armes nucléaires.

V-    L’IRAN

L’Iran est le 3e producteur de gaz naturel, et le 3e producteur de pétrole au monde. L’Etat n’est plus aux mains des mollahs fanatiques pragmatiques, et pourtant les homosexuels sont tués, les femmes lapidées’ Mais le pétrole est toujours une richesse.

Ahmadinejad, au pouvoir depuis un an et demi, est un fasciste sincère. Il possède ce que Weber qualifiait d’ « éthique de conviction », contrairement à l’« éthique de responsabilité ». Il se permet même d’écrire à G. Bush et A. Merkel, ce qui selon F. Encel, prouve qu’il est fou.

Afin de démontrer l’aspect fanatique d’Ahmadinejad, l’intervenant prend quelques exemples, comme lorsque l’an dernier, V. Poutine, seul soutien de l’Iran à l’ONU, lui propose de lui vendre du nucléaire civil en échange de l’enrichissement de l’uranium iranien en Russie. Ahmadinejad présente alors une fin de non-recevoir à Poutine, ce qui apparaît comme un suicide économique pour F. Encel, qui conclue sur ce point que l’équipe gouvernementale iranienne est dangereuse et proliférante. Selon lui, il faut sanctionner l’Iran et mettre en place une force de coercition américaine ou israélienne afin de maintenir une certaine morale en politique.

VI-    LE DOSSIER ISRAELO-PALESTINIEN

Mahmoud Abbas, le numéro deux du Fatah, élu en janvier 2005, a tenu tête au Hamas et a toujours condamné les attentats contre les civils. M. Abbas est passé à l’éthique de responsabilité en renonçant à la Grande Palestine.

E. Olmert a un plan de convergence Sharon/Olmert et va vers une non-guerre.

Cependant la situation reste fragile, comme le 14 février lorsqu’à cause de travaux menés par le gouvernement israélien dans le cadre de fouilles archéologiques (pose de poutres de soutènement pour une rampe menant à la porte des Maghrébins, un des accès à l’esplanade des Mosquées, le 3e lieu saint de l’islam), des incidents violents ont éclaté. En effet, selon le « Waqf », l’organisme chargé de la protection des biens religieux musulmans, les travaux menaçaient les fondations de l’esplanade. Face à la levée de boucliers dans le monde musulman, les travaux pour cette rampe ont été suspendus par les autorités israéliennes mais pas les fouilles.

F. Encel reste convaincu que la Russie joue un rôle dans le conflit  et que seule l’armée russe peut éviter les attentats.

VII-     L’ONU

Son action est assez désespérant, surtout par rapport au Rwanda. La paix au Proche-Orient ne remplit pas les cinq critères nécessaires à la paix franco-allemande, dont l’anéantissement militaire, la présence d’un arbitre « épouvantail commun », les frontières, la sécularisation des deux sociétés.

La paix est possible mais de manière « froide », comme entre Israël et l’Egypte.

Questions du public :

–    Quelle est la politique étrangère française à l’égard d’Israël ?

Le volume d’échanges et la nature des produits échangés depuis 2003 a augmenté. On assiste à un regain des relations commerciales et technologiques (Projet Galiléo). Le niveau de coopération est très élevé, les relations sont bonnes et vont encore s’améliorer.

Il faut toutefois noter le clivage existant entre S. Royal et N. Sarkozy sur les affaires étrangères.

–    Qu’en est-il du rapprochement entre l’Union Européenne et Israël ?

H. Védrine a tenté de suspendre l’accord de libre-échange. Mais actuellement, un basculement est en train de se produire car le Quai d’Orsay ne pèse plus assez avec l’entrée des pays d’Europe de l’Est (Hongrie, Lituanie, Lettonie’) qui sont très attentistes. Par ailleurs, P. Douste-Blazy a commis une grave erreur en disant que « l’Iran jouait un rôle stabilisateur dans la région ». C’est aussi la fin de l’ère Berlusconi, qui était pro-israélien.

F. Encel conclue en insistant sur le fait qu’il ne faut « ni amalgame, ni complaisance ». Le CEVIPOF a mené une enquête sur les trois religions : 85% des chrétiens ne vont pas à l’église et + 80% des musulmans ne vont pas à la mosquée.

D’après les Renseignements Généraux, il existe 200 points chauds en France, de salafistes qui pratiquent le prosélytisme agressif, comme l’imam de Vénitieux.

Il s’agit d’un choc des valeurs et non des civilisations !

Conclusion personnelle :

Cette conférence menée tambour battant aurait certainement gagné en intérêt si F. Encel avait eu un contradicteur. Le débat aurait permis de nuancer certains points de vue très « personnels ».

Personnalité extrêmement dynamique, F. Encel a aussi ses détracteurs qui lui reprochent ses réseaux politiques. Des accusations portent tout d’abord sur ses affinités politiques : il serait le chantre d’Ariel Sharon, le porte-parole du gouvernement israélien en France et même un agent du Mossad ! Par ailleurs, il jouerait sur ses titres académiques pour attester de sa scientificité. Son site internet (http://www.fredericencel.org/) lui permet de contrebalancer cette vision, en se présentant comme un défenseur des valeurs républicaines, de la laïcité et de l’égalité de la femme, et un combattant des totalitarismes, du fascisme et de l’islamisme radical.

Ce qui ressort de cette conférence est certes une complexité inhérente à la politique et à la diplomatie internationale, mais F. Encel sait rendre intelligible et passionnante la situation actuelle au Moyen-Orient, sans omettre de resituer les principales étapes historiques.

Delphine Dussert

 

24 novembre 2010 Journée d’études « Les écoles de formation »

en partenariat avec le Musée des Beaux Arts de la Ville de Bordeaux

Les écoles de formation aux époques moderne et contemporaine,quels enjeux ?

Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, 24 novembre 2010

9h : Accueil par Guillaume Ambroise, directeur du musée des Beaux-Arts

9h10 : Ouverture par Michel Figeac, directeur du CEMMC

9h20 : introduction de la journée par François Dubasque

Matinée

présidence de Michel Figeac

La formation, un projet de société ?

9h30 : M. FIGEAC, Mcf IUFM Aquitaine, « Penser les écoles de formation aux XVIIIe-XIXesiècles »

.9h50 : O. GIRARDIN-THIBEAUD, doctorante, « Les chantiers de jeunesse Marine 1941-1944 : projet qualifiant, ou projet sociétal ».

Former des élites sous l’Ancien Régime

10h10 : A. TISSOT, doctorant, « La politique de réforme des monastères et la formation desabbesses bénédictines au XVIIe siècle ».

10h30 : Pause

présidence de Dominique Picco

10h50 : J.-F. VIAUD, doctorant, « les écoles de formation médicales au XVIIIe siècle ».

11h10 : M. FAVREAU, conservateur en chef musée des Beaux-Arts de Bordeaux, « L’étudedu nu à l’Académie royale de peinture et de sculpture aux XVIIe-XVIIIe siècles ».

11h30 : discussion

12h : déjeuner

Après-midi

Présidence de Marc Agostino

Former des professionnels

13h45 : T. SAUZEAU, Mcf univ. Poitiers, « Prendre la mer, une culture et un métier à partager (1750-1850) ».

14h05 : N. CHAMP, docteur en histoire, « Former des instituteurs, former des chrétiens :l’école normale protestante de Courbevoie et sa « correspondance fraternelle » (années1850) ».

14h25 : J.-H. JEZEQUEL, Mcf IUFM Aquitaine, « La fabrique du Pontin, une école deformation en situation coloniale ».

14h45 : discussion

15h : Pause

présidence de Bernard Lachaise

Former des militants

15h15 : P. SIMON, doctorant, « Le parti politique est-il une école de formation ? »

15h35 : I. CLAVEL, doctorante, « Les forces d’action sociale et les mouvements d’actioncatholique : école de formation des cadres du MRP ».

15h55 : G. LAMARQUE, ingénieur de recherches univ. Paris 8, « la place de la mémoiredans la formation au PC et au FN ».

16h15 : discussion

16h30 : Conclusions par Christine BOUNEAU

17h : visite de l’exposition Nus académiques (M. Favreau, commissaire del’exposition)

11 juin 2008 Journée d’étude « La Vérité dans tous ses états »

9h : Christophe Bouneau, directeur de la MSHA

9h10 : Sylvie Guillaume, vice-présidente du conseil scientifique
9h20 : Présentation de l’activité du groupe
9h30 : Florence Buttay, introduction

Matin

Présidence de séance : Jean-Paul Jourdan, directeur de l’UFR d’Histoire

Une vérité scientifique ? La méthode historique en question

9h45 : Nicolas Champ, La construction historiographique d’une erreur. Mgr Thomas responsable des émeutes anticléricales de 1868.

« Un des aspects les plus importants de l’histoire de son action dans son diocèse. » C’est par cette formule qu’une récente notice biographique caractérise la visite pastorale accomplie par l’évêque de la Rochelle et Saintes, Mgr Thomas, au printemps 1868. Au début des années 1990, un historien précisait qu’en effet la « tournée diocésaine » de l’évêque « entraînait des troubles grandissants : lieux de culte saccagés, maires menacés et gendarmes roués de coups pour avoir essayé de s’interposer ». Ces émeutes qui agitèrent les Charentes, la Dordogne et la Gironde sont aujourd’hui jugées exemplaires à la fois de la forte présence d’un bonapartisme rural et des rumeurs récurrentes de la restauration de la dîme. Elles trouveraient donc l’une de leurs raisons dans la visite pastorale de Mgr Thomas.
Cette communication va tenter de rendre compte des processus spécifiquement historiographiques qui ont conduit à accentuer les responsabilités de Mgr Thomas. Dans cette perspective, sera réexaminée la production historique relatant cet événement pour montrer que l’action décisive de Mgr Thomas n’a été en réalité « inventée » et découverte que récemment. Nous procéderons en particulier à une relecture critique de la principale source étayant cette version des faits, les Mémoires d’un grand notable bonapartiste, le baron Eugène Eschassériaux. Enfin, nous chercherons à montrer de quelle manière cette écriture de l’événement est justifiée et justifie une perception de l’histoire de la Saintonge majorant l’irréligiosité des populations.

10h10 : Delphine Dussert, « L’historien et le magnétophone » ou le problème des sources dans l’éude du dialogue interreligieux. Peut-on parler d’une histoire « objective » ?

La quête de la vérité en histoire est une préoccupation tyrannique pour le chercheur, bien que celui-ci soit tout à fait conscient de son caractère insaisissable. Cette aporie se retrouve initialement à travers la méthode qu’il emploie, dans le croisement et la diversification de ses sources. Le souci d’objectivité scientifique est particulièrement aigu dans l’étude de certains champs d’histoire religieuse à l’époque contemporaine, devant lesquels l’historien est confronté à des choix déontologiques cruciaux. C’est par exemple le cas pour l’étude du dialogue interreligieux en France dans la deuxième moitié du XXe siècle. Le jeu des relations entre communautés juives, chrétiennes et musulmanes, implique à la fois des institutions, des particuliers, des associations. Ce thème touche par ailleurs des pans de l’histoire sociale et culturelle quant aux relations entre immigrés musulmans et croyants essentiellement catholiques et protestants. L’envergure d’un tel sujet nécessite par conséquent le recours à des archives écrites, de différentes natures : correspondances, documents officiels, statuts d’associations, revues émanant des groupes de dialogue, articles de presse…
Bien que les sources écrites bénéficient toujours de la prédilection des historiens, il serait dommage d’omettre l’inclusion de témoignages oraux, d’autant que des acteurs du rapprochement interreligieux sont encore en vie, sinon actifs. Si l’utilisation de la source orale nécessite une méthodologie rigoureuse, ce n’est pas le plus délicat dans la démarche de l’historien qui se lance dans l’étude croisée des religions.
Outre la question immédiate de localisation des sources, le monopole des documents par les confessions chrétiennes constitue une problématique essentielle dans le traitement du sujet. En effet, comment traiter du dialogue interreligieux de manière équitable et représentative, à moins que celui-ci ne soit qu’une invention chrétienne ? A travers un état des lieux des archives confessionnelles, privées et publiques, nous allons tenter de cerner les nécessaires adaptations auxquelles doit se soumettre le chercheur afin de sortir d’une histoire religieuse christiano-centrée. Des efforts de classement et de numérisation ont été fournis dans certains domaines, par exemple pour l’histoire de l’immigration, mais beaucoup de fonds restent inaccessibles, et pas seulement pour des raisons de délais légaux de consultation. Il est donc nécessaire d’ouvrir des pistes de réflexion sur l’avenir des histoires religieuses en France.
10h35 : discussion

10h50 : pause

Dire la vérité, rendre la justice

11h05 : Sébastien Durand, Le « syndrome » de l’épuration manquée à Bordeaux : construction et fragilités d’une mésinformation.

La question de l’épuration à Bordeaux, de sa rapidité, de son efficacité, occupe une place à part dans l’historiographie bordelaise de la Seconde Guerre mondiale et de la Libération. Certains auteurs, la plupart d’anciens Résistants, ont souligné les sabotages, voire l’absence d’un processus épuratoire. Dès 1983, en pleine instruction de l’affaire Papon, Michel Slitinsky, influencé par les discours et les écrits du général de Larminat (Chroniques irrévérencieuses, 1962), n’hésite pas à parler dans L’Affaire Papon d’une « non-épuration », qui aurait profité certes aux corps de l’administration (préfecture et police), mais aussi à des secteurs compromis par la collaboration économique (négoce de vins, BTP). En 1989, Michel Bergès, universitaire bordelais, conforte les positions prises par Michel Slitinsky (colloque Gaullisme et antigaullisme en Aquitaine). Deux années plus tard, dans une lecture psychanalytique de la collaboration et de la Libération à Bordeaux, Maurice-David Matisson, un des premiers plaignants de l’affaire Papon, accuse le commissaire de la République (CRR), Gaston Cusin, d’avoir facilité inconsciemment ce qu’il appelle « le syndrome de l’épuration manquée de Bordeaux », en privilégiant la continuité de l’Etat sur la vacuité qu’aurait engendré une épuration dans les règles (Psychanalyse de la collaboration. Le syndrome de Bordeaux : 1940/1945).
De tels écrits forment de formidables « porte-voix » de la Mémoire résistante et de l’idée selon laquelle l’épuration (sous toutes ses formes) n’aurait pas ou quasiment pas existé. Par la suite, plusieurs auteurs, qu’ils soient journalistes, historiens et/ou Résistants, parleront d’une « épuration introuvable » (René Terrisse, Bordeaux 1940-1944), d’« une épuration en douceur » (Bernard Violet, Le Dossier Papon) ou encore d’une « épuration manquée » (Jean-Jacques Gandini, Le Procès Papon). La Mémoire ouvrière et syndicaliste, qui recoupe en partie la sphère mémorielle résistante, véhicule également de telles idées. Les membres de l’Institut CGT d’histoire sociale d’Aquitaine, établi à la Bourse du Travail, s’appuyant sur le vécu à la Libération des ouvriers bordelais (essentiellement les métallos) n’hésitent pas à parler de la « non-épuration des entreprises ».
L’affaire semble donc entendue : l’épuration bordelaise a bel et bien failli. Les archives de l’épuration consultées en révèlent les lenteurs et les pesanteurs : inflation du nombre de commissions chargées de la répression, lourdeur de la procédure, imprécisions de la réglementation, respect du secret professionnel, pression sociale et politique émanant tant de l’opinion, de la Résistance (Comité départemental de la Libération) que des autorités officielles (CRR). Cependant, en s’appuyant sur des archives inédites et sur l’exemple précis de l’épuration économique, sous sa forme judiciaire (cour de justice, chambre civique, tribunal militaire), professionnelle (comité régional interprofessionnel d’épuration) et fiscale (comité de confiscation des profits illicites), nous serons amenés à nuancer l’idée persistance d’une épuration « manquée ».

11h30 : Odile Giradin-Thibeaud, L’épuration administrative au sein de la Marine de 1943 à 1976: entre quête de vérité et tentative de réhabilitation.

L’affirmation selon laquelle l’épuration au sein de la Marine a frappé « haut, fort et vite » traverse les discours portés tant par l’Institution que par les Officiers Généraux concernés. La présente communication s’attachera à montrer que si la Marine a bien cherché à établir la vérité en particulier en instituant une commission d’épuration qui fut chargée de reconstituer les faits, elle s’est aussi souciée d’énoncer une vérité politique conforme à ce qui était attendu par l’époque. En effet, la reconstitution pour chaque officier général de marine du parcours épuratoire sanction-amnistie montre que le processus s’est totalement délité dans le temps, et qu’un pourcentage infime des officiers généraux a été sanctionné. L’antienne du discours sur  la sévérité de l’épuration a permis à la Marine de faire valoir sa capacité à sanctionner et à redonner de la cohésion à un corps social marqué par les événements lui permettant ainsi de retrouver une légitimité fort compromise par son rôle dans l’Etat français. Sa réhabilitation ainsi obtenue, dès 1948 elle revient sur les décisions de sanctions administratives prises par le pouvoir politique et non par elle, oeuvrant ainsi discrètement à la réhabilitation de « ses » marins.

11h55 : discussion

Après-midi :

Présidence de séance : Laurent Coste, professeur d’histoire moderne

Vérité et contre-vérités : les usages politiques de la vérité

14h : Céline Piot, La tentative de coup d’Etat de Paul Déroulède en 1899 : vérités et contre-vérités.

En France, dix ans après la crise boulangiste, certains opposants au régime en place ne désarment pas et nourrissent l’espoir d’abattre la République parlementaire. C’est le cas de Paul Déroulède qui tente un coup d’État en 1899, en profitant de l’agitation liée à l’affaire Dreyfus. Mais l’idée du complot remonte en 1897 et la conspiration est préparée dès l’automne 1898, lorsque Déroulède remet sur pied la Ligue des Patriotes.
Si la teinte bonapartiste et la touche romantique de ce complot manquent d’originalité, Déroulède innove dans la pratique de la conspiration en utilisant simultanément le secret et la publicité pour arriver à ses fins : il dévoile une partie de ses projets. Ainsi, l’originalité provient non pas de la coexistence d’un côté occulte et d’un côté affiché, mais de cette volonté ouverte de renverser le régime par la force. S’agit-il d’imprudence ? De provocation ? Est-ce la marque de l’assurance de ne pas être poursuivi ? Dans tous les cas, la vérité est instrumentalisée. Des rumeurs et des campagnes de presse autour des projets, réels ou supposés, de coup d’État se développent.
Profitant de la mort du président de la République Félix Faure, la tentative a lieu le 23 février 1899. Mal organisée, mal exécutée, elle est un fiasco.
Le procès qui s’en suit utilise aussi vérités et contre vérités : est-il celui d’un coup d’État manqué ou l’occasion de trouver un moyen légal de mettre fin au désordre politique latent depuis la fin des années 1880 ?
Comment cette tentative de coup d’État révèle-t-elle également l’existence de diverses rumeurs et contre rumeurs (complot jésuite répondant à complot judéo-maçonnique). Le complot devient alors une composante des crises politiques de la fin du XIXe siècle.
Si ce danger est bien réel en 1899, comment les Français sont-ils touchés par cette pratique de la conspiration ? L’exemple de trois départements plutôt ruraux (Gers, Landes, Lot-et-Garonne) peut-il permettre d’apporter une réponse.

14h25 : Isabelle Clavel, Les professions de foi des candidats aux élections législatives (1958- 1962) : un discours de vérité digne de foi ?

Les professions de foi des candidats aux élections législatives que l’on connaît aussi sous le nom de Barodet, de celui qui, en 1881, fit la proposition de rassembler les professions de foi et programmes électoraux des députés, constituent une source bien connue des historiens du politique. Définie comme une simple circulaire précisant les choix et les engagements des candidats aux élections, il n’est pourtant pas inutile d’insister sur l’usage de cette locution « profession de foi ». Elle contient en elle à la fois cette résonnance religieuse ou plutôt cette idée de croyance, mais en réfère aussi au sens premier du mot foi, celui du latin fides (et par extension foedus), qui y introduit l’idée de sincérité et de confiance. Comment dès lors la profession de foi peut-elle être autre chose qu’une promesse de dire le vrai ou du moins de vouloir dire le vrai pour les candidats aux législatives ? La locution elle-même prescrit de se livrer sincèrement à un discours de vérité, d’abord pour le candidat lui-même car l’on ne peut définitivement se mentir à soi-même lorsque ce sont ses propres croyances qui sont engagées, puis pour les lecteurs-électeurs de celui-ci, dont il reçoit mandat de représentation.
Notre étude porte sur les élections législatives de 1958 et de 1962, appartenant toutes deux à ce que l’on peut nommer « l’ère du soupçon ». On s’interrogera particulièrement sur les modalités du dire-vrai dans les professions de foi. Comment les candidats socialistes proclament-ils le pacte de confiance entre eux et leurs électeurs et par quels moyens et mise en scène tentent-ils d’inspirer confiance ? Dans cette période troublée, la promesse de vérité se traduit justement par la portion congrue qu’occupent les promesses électorales.

14h50 : discussion

15h05 : pause

Vérités fabriquées, Vérité marchande

15h20 : Jean-François Viaud, Recettes miraculeuses et informations éclairées. Crédibilité des messages médicaux dans la presse de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la presse s’enrichit de nouveaux périodiques spécialisés dans les annonces, comme à Bordeaux, en 1758, l’hebdomadaire Annonces, Affiches et Avis divers, remplacé en 1784 par un quotidien, le Journal de Guienne. Les annonces vantant l’efficacité d’un remède, déjà présentes en petit nombre dans la presse depuis la fin du XVIIe siècle, s’y multiplient, donnant un bon aperçu de l’argumentation employée par les charlatans pour faire croire à l’efficacité de leur produit. Leur discours grandiloquent, leur outrance de bonimenteur de foire, l’exposition des vertus mirifiques du remède, sont typiques du discours charlatanesque et semblent exhaler un relent d’escroquerie immédiatement identifiable aujourd’hui.
Parallèlement, cette presse d’annonces donne aussi des informations émanant de la médecine officielle. En effet, ses rédacteurs n’ont pas pour seul objectif d’« encourager le commerce », ils veulent aussi aider l’humanité souffrante et contribuer à diffuser le message des Lumières. Les annonces des charlatans voisinent donc avec les interventions de médecins qui combattent les premiers avec virulence, et tiennent, évidemment, des propos radicalement différents. Peut-on, toutefois, résumer l’ambiguïté qui en résulte par une opposition frontale entre un discours qui serait éclairé et philanthropique, et des annonces à finalité uniquement lucrative, sans crédibilité, et dont le succès ne tiendrait qu’à l’obscurantisme persistant de certains ? En fait, un troisième type de messages médicaux vient brouiller le manichéisme apparent de cette confrontation ; car la presse publie aussi des recettes, offertes gratuitement, parfois très simples, issues du plus pur empirisme, des « secrets » transmis de génération en génération, et dont l’efficacité paraît aussi peu vraisemblable que celle promise par les annonces commerciales.
Pour mieux comprendre cette disparité des informations médicales, il faut se situer dans le contexte d’une période où la croyance au progrès suscite de nombreux espoirs, mais où la médecine stagne, sans avancée thérapeutique décisive. Pour cette raison, l’avis des médecins officiels ne paraît sans doute à beaucoup guère plus crédible que les propositions empiriques. D’ailleurs, certains livres de raison sont remplis de recettes de remèdes d’une simplicité étonnante, et on y trouve même parfois l’argumentation publicitaire recopiée telle quelle, sans un soupçon de critique. Quelques attitudes individuelles témoignent de l’impact fort des messages lus dans la presse, et du recours aux offres des charlatans.
C’est surtout aujourd’hui, avec le recul, que nous apparaissent l’aspect charlatanesque de la plupart des « publicités », et le caractère dérisoire de toutes ces formules de remèdes, proposées dans les situations parfois les plus désespérées. Leur crédibilité a probablement été plus grande que ce que l’on peut imaginer, et même les savants acquis à l’idéologie des Lumières ont bien conscience qu’en matière de traitements, presque tout est encore à découvrir. Il est donc nécessaire de collecter le savoir, de connaître tous les remèdes employés, quelle que soit leur origine, et de continuer à les expérimenter. La presse dans son ensemble, et particulièrement les journaux d’annonces, sont un outil pour recueillir ces informations, qu’il serait sans doute réducteur de diviser en deux catégories totalement clivées.

15h45 : Cédric Guillaume, La vérité est-elle monnayable ? Le traitement de la vérité dans les films Dysney.

16h 10 : discussion

Vérité intime

16h30 : Hélène Jacquemin-Cormy, L' »amitié vraie » chez Saint François de Sales.
L’amitié est-elle souhaitable ? A cette question centrale, la tradition chrétienne a opposé un discours très partagé, en l’envisageant tantôt comme un bien, tantôt comme un danger… Le problème vient naturellement de la définition que l’on donne à l’amitié, ou peut-être plutôt aux amitiés, car ces contradictions tendent à prouver qu’il existe plusieurs « types » d’amitié. Le but de cet exposé sera donc de dégager l’originalité de François de Sales, évêque de Genève de 1602 à 1622, en nous demandant comment la recherche de l’essence de la « vraie amitié » lui permet-elle de dépasser le débat traditionnel.
Le premier apport du théologien a consisté à conceptualiser progressivement la différence qu’il voyait entre une vraie et une fausse amitié. Sa conception première, contenue dans l’Introduction à la vie dévote (1609), s’inscrit globalement dans le discours dominant, puisqu’elle oppose surtout une bonne et une mauvaise amitié et voit l’ami comme un obstacle plus que comme un adjuvant dans la marche vers le salut. Avec le Traité de l’amour de Dieu (1616), François de Sales définit l’amitié vraie comme un « amour de bienveillance » « mutuel » et « avec correspondance », déniant le nom d’amitié à tout ce qui n’entre pas dans ce cadre – c’est la fin des fausses amitiés  –. Les formes variées que prennent les amitiés vraies ne correspondent qu’à des différences de degré (l’ami est plus ou moins préféré aux autres) et non de nature.
Après avoir reconnu la bonté de l’amitié vraie, c’est-à-dire de la seule méritant ce nom, François de Sales affirme logiquement, mais, sinon de façon originale, du moins avec plus de force qu’auparavant, qu’elle est souhaitable à plusieurs titres. En premier lieu, l’amitié terrestre est un atout pour le croyant dans sa quête du salut, qu’il s’agisse d’un laïc qui peut s’appuyer sur un « ami spirituel » comme un directeur de conscience, ou d’un clerc qui est appelé à aimer d’« amitié cordiale » tous ses frères. Par ailleurs, cette amitié terrestre est une préfiguration de l’amitié céleste. Elle montre à l’homme son essence divine et lui fait saisir l’amour que Dieu lui porte et l’amitié qu’il lui propose de partager. Pour mener une vie dévote, il suffit de rester toujours l’ami de Dieu.
Si cette amitié est à cultiver, elle n’est pas pour autant un idéal impossible à accomplir : elle s’incarne dans des usages. François de Sales insiste sur l’importance de ces actes, dans un souci constant de mettre son discours théorique au service de la pratique. Faisant le portrait de l’ami idéal, il dessine à grands traits la figure de l’ami dévot, conseiller spirituel et confident éclairé, mais lui reconnaît aussi, quoique plus timidement, des qualités présentes surtout chez les auteurs laïcs, relevant de l’échange de services voire du plaisir. Toutefois, l’évêque de Genève ne dénie pas l’imperfection et la fragilité intrinsèque de l’amitié humaine, qui doit inciter les hommes à se montrer vigilants, à savoir reconnaître les fausses amitiés pour s’en détacher le cas échéant.

16h55 : discussion

17h10 : Conclusions par Bernard Lachaise, professeur d’histoire contemporaine

 

10 mars 2011

Présentation par Delphine Boissarie du livre-anniversaire de La Fabrique de l’Histoire. Emmanuel Laurentin, A quoi sert l’histoire aujourd’hui, Bayard, octobre 2010

Suite et élargissement de nos discussions du jeudi 20 janvier, inaugurées par le compte-rendu de l’ouvrage de Vincent Duclert, L’avenir de l’histoire, paru en 2010 chez Armand Colin, et présenté par Timothée Duverger.

Nous avions achevé par un échange autour du rôle social de l’historien, de son statut de citoyen, et les difficultés de dosage entre engagement et distanciation. On pourra résumer nos interrogations du 20 janvier par un vulgaire : « A quoi sert l’historien ? ». Je dis « vulgaire » à dessein, puisque nos échanges d’aujourd’hui nous amènerons à parler de vulgarisation, car si nous sommes « jeunes chercheur », nous sommes aussi, pour la plupart, enseignants. Transmission et diffusion de nos travaux et de la méthode historique en général restent un des aboutissements de notre travail d’historiens. Enfin, nous pourrons discuter ici de ces fameux « aboutissements » puisqu’il s’agit aujourd’hui de se pencher à nouveau sur ce à quoi l’histoire sert.

Aussi,  pour rester sur ces thématiques d’utilité de l’histoire, de diffusion et de vulgarisation de l’Histoire, nous avons choisi de présenter pour ce séminaire un petit livre sorti il y a 4 mois, en novembre 2010, aux éditions Bayard. Le titre « A quoi sert l’Histoire aujourd’hui ? » est une question qu’Emmanuel Laurentin, animateur de l’émission radiophonique La Fabrique de l’Histoire, sur France Culture, a posé chaque vendredi à différents historiens français du 4 septembre 2009 au 16 juillet 2010. 43 historiens au total se prêtent au jeu pour une réponse en 4 minutes : quelques exemples : Christophe Charle, Jean-Noël Jeanneney, Isabelle Heullant-Donnat, Jacques Le Goff, Annette Wieworka, etc. Le but de cette publication est aussi de marquer l’anniversaire de l’émission, qui fêtait ses 10 ans l’an dernier, et qui depuis 1999 propose aux auditeurs de France Culture, du lundi au vendredi, 1 heure d’Histoire, de 9h05 à 10h.

Première remarque: d’un point de vue méthodologique, le livre intéresse l’historien car il donne une variété de points de vue sur un même objet (ici l’Histoire) et d’autre part, la construction des 43 réponses révèle aussi l’usage par les historiens français de méthodes similaires, des références à un même socle (Bloch, Febvre, etc) ce qui « rassure » quant à la solidité de la formation initiale dispensée dans nos universités.

Cependant, deuxième remarque, le panel des historiens sollicités manque de variété : 30 historiens parmi les 43 interrogés, sont des contemporanéistes ou assimilés (un sociologue, une historienne de l’art, 2 modernistes contemporanisants), 7 sont des médiévistes (Emmanuel Laurentin lui-même étant médiéviste de formation), 1 représentant seulement de l’histoire ancienne (Claire Sotinel), et 5-7 sont modernistes. On pourra regretter cette présence écrasante des contemporanéistes, qui n’est en fait que le reflet du monde des historiens français actuel, dans lequel l’Histoire contemporaine est surreprésentée. Pourquoi y-a-t’il une telle surreprésentation du contemporain ?

Nous allons tenter de dégager les grands traits des réponses que ces 43 historiens apportent à la question « A quoi sert l’Histoire aujourd’hui ? ». Malgré la variété de ton et de perspective des réponses, il y a plus ou moins consensus pour définir ce à quoi l’Histoire ne doit pas/ plus servir (ce=ceux). Pour le reste, la variété est de mise pour définir ce à quoi l’Histoire sert aujourd’hui, et ouvre des digressions attendues, sur ce que l’Histoire et l’historien doivent être, sur leur forme, but, place idéale.

Enfin, dans un contexte que les historiens ressentent eux-mêmes comme une crise ; témoins les réactions suscitées par la réforme actuelle des programmes d’Histoire au lycée, et l’effacement relatif face aux disciplines plus en vogue que sont la sociologie et la géopolitique, un certain pessimisme imprègne les réponses, voire un peu de fatalisme. L’avenir de  l’Histoire, discipline reine du XX° siècle, est là aussi discuté. Face aux concurrences des autres sciences humaines, l’ancienne reine n’est décidément pas partageuse.

 

I)                    Méfiance et frissons: ce à quoi l’Histoire ne doit pas (plus) servir. L’Histoire « serve » (Febvre)

A)     Le roman national

-Jean Noël Jeanneney (IEP Paris) tirade à la Cyrano : l’Histoire est patriotique, comme Gabriel Monod : «  l’histoire travaille, d’une manière secrète et sûre, à la grandeur de la patrie. », premier des exercices civiques : présence de JN. Jeanneney au Haut comité des célébrations nationales depuis son installation en 1999, aux côtés de Maurice Agulhon, Pierre Nora, Pascal Ory et autres personnalités des disciplines littéraires, artistiques, techniques.

-Jean Clément Martin (Paris I, émérite, Révolution fr) reformule la question en un « A qui sert l’Histoire aujourd’hui ? » : 4-5 groupes : les porte-drapeaux (Lavisse), les porte parole militants des minorités opprimées, les négationnistes et falsificateurs, les érudits, et ceux qui tissent, comme lui, la partie morale du lien social et étudient les interactions passé-présent.

D’une manière générale, l’Histoire type III République est dénigrée.

 

B)      Dénonciation des fréquents usages politiques du passé,

-Raphaëlle Branche souligne le cas de l’histoire algérienne

-Sophie Coeuré (MCF ENS, URSS) celui de la Russie: inauguration à Moscou en 2009 d’une « commission auprès de la Présidence pour empêcher les tentatives de falsifications de l’histoire portant atteinte aux intérêts de la Russie », tout en introduisant Soljenitsyne ds les manuels scolaires.

Histoire malléable et fragile, objet de tiraillements dont l’historien est l’objet, problème de l’engagement politique de l’historien de ce point de vue.

 

C)      La Mémoire en question, tiraillements (lois mémorielles)

-Judith Lyon-Caen (MCF EHESS, usages socx littr) on est passé de la construction d’une identité nationale sur un puissant discours des origines, à l’histoire critique, mais malgré tout le danger réside aujourd’hui dans la politique mémorielle omniprésente (commémorations, programmes scolaires, projet du Musée de l’Histoire de France)

– A ce titre, Guy Môquet est évoqué par Arlette Farge (EHESS, XVIII) « on ne jette pas Guy Môquet en pleine classe d’histoire sans lui donner un contexte historique »

-Patrick Garcia accuse les politiques de retailler l’Histoire à leur gré, car elle est le lieu privilégié des interprétations. Dans le paysage médiatique, une voix vaut une voix et celle de l’expert se perd. (ex pour 2005 et le rôle positif de la France Outre-mer)

-L’enjeu de la mémoire pour les hommes politiques (exemple procès Chirac aujourd’hui : laisser l’image d’un Président qui finit sur le banc des accusés, affaire Boulin autre problème, Mairie de Paris au placard, laisser une mémoire propre ?)

 

II)                  Diversité des points de vue sur ce à quoi elle sert aujourd’hui

A)     A rien, une réponse séduisante.

-Pascal Ory Paris I, Patrick Garcia « l’histoire pour l’histoire », comme il y a l’art pour l’art.

-Régine Robin (émérite, sociologue) :  à tout, justement (instrumentalisation et hégémonie), on trouve le meilleur et le pire chez les historiens.

-A manger ! (Prochasson)

-Claire Lemercier (CNRS, IHMC, XIX) : l’utilité n’a rien de sale, veut la voir comme une activité nécessaire.

 

B)       Divertissement

-Sophie Coeuré(MCF ENS, URSS) : divertissement, plaisir de la connaissance et de la découverte

-Judith Lyon-Caen : curiosité à satisfaire

-Jean Noël Jeanneney : superficiel (Fersen et Marie Antoinette ont-ils vécu leur passion jusqu’au bout ?), mieux que les romans car la réalité dépasse la fiction.

-Passion répond Etienne François (spécialiste histoire européenne, allemande)

Le roman familial ou alors carrément l’inconnu des archives (plaisir de la résurrection, tribut au ancêtres)

Parc Astérix joue aussi sur histoire et jeu (homo ludens qu’évoque Maryline Crivello (Uni Provence)

Fuir le présent

 

C)      Démythifier

-Claire Lemercier (CNRS XIX) Déconstruire clichés et mythes : les « c’était mieux avant », et discours du type Eric Zemmour

-Balayer les idées reçues Danièle Voldman (CNRS, sociétés urbaines contemporaines) : du type : entre 1940 et 1944, Pétain jouait double jeu pour protéger la France, La torture n’a pas été utilisée pas l’armée française en Algérie

L’histoire dérange !

III)                La maison commune : Pratique de l’Histoire et attitude de l’historien : l’Histoire comme école de la vie, et de l’Homme

A)     La maison commune

-Références communes : Augustin Thierry, Michelet, Lavisse, Monod, Bloch (Papa, à quoi ça sert l’histoire), Febvre (« histoire serve »), Braudel, Certeau, les Annales, voir de ce point de vue l’essai bibliographique d’Annette Wievorka (CNRS, Shoah)

-Christophe Prochasson (dr études EHESS) : assimile l’historiographie à un bar nommé « Chez Fernand », où les historiens un peu saoûls argumentent (François René et Numa Denis s’écharpent, etc…) en abusant de Claquesin, boisson virtuelle (les archives ?) qu’ils sont seuls à consommer.

 

B)      Les débats actuels

Cf : Sirinelli, Cauchy, Gauvard, Les historiens français à l’œuvre, 1995-2000, PUF, août 2010. Introduction de JF Sirinelli évoque une maison commune : formation intellectuelle homogène. But du livre, faire suite à François Bedarida, L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, MSH, 1995. 2 parties : bilan par périodes, et bilan par thèmes. Pas vocation à l’exhaustivité, mais photo de famille approximative. Roger Chartier (Collège de France) se colle à l’histoire moderne et Philippe Poirrier (Bourgogne) à la contemporaine. Roger Chartier se base sur la Bibliographie annuelle de l’histoire de France pour établir son bilan, donc vision partielle (études d’historiens français sur d’autres aires géographiques pas prises en compte, arrêt en 1958) mais pas inintéressante. Poirrier fait un point sur les grands débats en cours (communisme, culture de guerre, colonisation) et la valorisation de la recherche.

 

C)      L’historien idéal et ses valeurs (liberté, humilité, exigence, sens critique, administration de la preuve, poncifs) l’Histoire comme philosophie, « spiritualité laïque ».

Son travail : « fouiller les morts » Claire Zalc (histoire de l’immigration au XX° siècle) « unir l’étude des morts au temps des vivants ».  Bloch, retrouver les hommes sans visage :

Arlette Farge, « l’historien est un passeur, il aime la vie », le nostalgique et le désabusé n’est historien que pour le pire. L’historien guérit : Dénouer les souffrances : Annette Becker (Nanterre, Culture de guerre)

Sait qu’il n’y a pas de leçons de l’histoire. Patrick Garcia (MCF Cergy, IHTP) parle de « religion de l’histoire », péché en serait l’anachronisme (Patrick Boucheron, MCF Paris I, Moyen Age)

Défend l’esprit critique et la liberté, travaille sans travailler car il est passionné. Histoire traque des vérités partielles.

 

IV)               L’Histoire en crise ? Réponse à des questions existentielles

A)     Age d’or ?

Il y aurait eu un âge d’or de l’Histoire, qu’Emmanuel Laurentin dans sa préface, situe aux années 1960-70, avec l’alliance puissante des historiens et des médias, en particulier la télévision. Effort de vulgarisation se serait-il essoufflé ?

Succès et intérêt des fictions mise à part, et du genre en vogue de la bibliographie télévisée (cf Pierre Mendès France et l’affaire du Massilia, hier soir 9 mars sur France 2)

L’histoire est-elle moins présente à la télévision « qu’avant » ?

1956-57 Enigmes de l’Histoire/ A chacun sa vérité (Lorenzi, Castelot, Decaux) sur 1ere chaine RTF

1957-1966 La caméra explore le temps RTF 1 puis ORTF

1969-1981 Alain Decaux raconte ORTF 1 puis Antenne 2

Aujourd’hui : les mercredis de l’Histoire sur Arte, Secrets d’Histoire (Bern) et fictions sur France 2, Des racines et des ailes sur France 3 (plus orienté Patrimoine)

Et à la Radio ?

1951-1963 La Tribune de l’Histoire (Decaux, Castelot, Colin Simard) sur Paris Inter

1963 idem sur France 2 RTF, jusqu’à 1997 sur France Inter, hebdo le mercredi à 20h30

Depuis 1966, Les Lundis de l’Histoire (Le Goff, Perrot, Chartier) France Culture 15h-16h (prochain sur Renaissance italienne)

1996-1999 : Jours du siècle (Patrice Gélinet) France Inter, du lundi au vendredi 13h30

1999-2011 : 2000 ans d’Histoire (Patrice Gélinet) France Inter

Remplacé par la Marche de l’Histoire (Jean Lebrun) France Inter

Concordance des temps depuis 1999 (Jeanneney) France Culture samedi 10-11h

Et La fabrique de l’Histoire depuis 1999 (Laurentin) lundi-vendredi 9-10h France culture

Sans parler de plusieurs magazines Historia (1909), l’Histoire(1978) etc.. (magazines de généalogie…)

Edition de près de 15 000 nouveaux titres chaque année,

Et Cinéma !

 

Les efforts de vulgarisation et de diffusion de la recherche en Histoire sont donc nombreux. Alors, où est la crise ?

 

B)      Une Histoire pas rentable ? (les titres vendeurs, la persistance des clichés)

-JL Mayaud (p Lyon, ruralité) « Les temps sont durs pour les historiens sérieux. »

-Fabrice d’Almeida (Paris II, Médias et propagande) : dit qu’il a souvent eu l’occasion de répondre à cette question : mais ainsi posée : « l’histoire sert à avoir un poste, nigaud », ou bien « expliquez moi, je veux savoir où passent mes impôts »

L’Histoire n’est pas rentable, mieux, alors qu’elle est censée déconstruire les mythes, ceux-ci persistent et laissent l’historien en échec.

-Emmanuel Droit résume : 3 points : éclatement de la discipline dans 1970’s avec essoufflement de l’école des Annales. Lien plus en plus ténu entre historiens et leur lectorat, performance du Montaillou lointaine (Emmanuel Leroy Ladurie 1975), attractivité déclinante de la filière historique.

-Histoire pas rentable car ne fait pas son travail : les clichés restent, par exemple. C’est une activité de Sisyphe, car en cherchant à répondre à des questionnements du présent, elle atteint rapidement et en permanence l’obsolescence.

 

C)      L’avenir de l’Histoire

-Enseignement, vulgarisation (avenir de l’histoire à l’école, archives en crise)

Wievorka termine sur un glaçant « A quoi servait l’Histoire ? », un côté Fukuyama même très dépressif chez Gabriel Martinez Gros : on conserve tout on ne sait plus trancher : donc c’est la crise. Il faut savoir conserver et détruire.

En crise avec l’Etat ?

-Julien Vincent (MCF Besançon, GB XIX) souligne l’aspect politique de la question et la relie aux grèves de 2009 des enseignants chercheurs des universités françaises, dénonce l’accusation de non-contribution à la croissance des sciences humaines. On devrait orienter les étudiants vers des filières plus appliquées (crise depuis 1968).

JL Mayaud accuse les « fossoyeurs pressés de l’université et des Humanités » qui désigne-t-il ?

Les politiques seraient-ils nos ennemis désignés ?

CCL : Comment lire ce livre ? En soi, le livre n’apporte pas de réponse définitive, et comme beaucoup de choses en Histoire, tout est affaire d’interprétation et de subjectivité. Il est un modèle de ce qu’un historien est capable de développer comme raisonnement face à un problème donné. Il reste agréable à lire, comme un outil de réflexion personnelle. On pourra choisir de le feuilleter comme une série de vignettes de bande dessinée, car il reste divertissement intellectuel, ou comme une série d’évangiles courts, si l’on suit le raisonnement de Christine Bard qui assimile la pratique de l’Histoire à une spiritualité laïque. Il nous donne à réfléchir sur notre métier et montre quels sont les questionnements qui sont aujourd’hui à l’œuvre dans notre discipline : Refus de l’instrumentalisation, sentiment de crise, qui contrastent avec le dynamisme et la richesse des sciences historiques françaises. Au fond, la question posée agace « A quoi sert l’Histoire ? », et chaque science humaine est pourtant confrontée à cette interrogation quasi-absurde. Ainsi on notera en 2006 la parution d’un ouvrage intitulé « A quoi sert l’Histoire de l’Art », « A quoi sert la littérature ? »… La question lancinante énerve car elle renvoie à notre utilité individuelle, et au-delà au sens de la vie même. Sans pédantisme aucun, vous me permettrez de relier cette lecture à un poème de John Donne, cité en préambule du roman d’Hemingway sur la Guerre d’Espagne « Pour qui sonne le glas ». Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi », John Donne (1572-1631) – Devotions upon Emergent Occasions (1624).

Voilà sans doute une des missions de notre métier, lutte contre l’oubli et la déformation.

 

20 janvier 2011

Présentation par Timothée Duverger de l’ouvrage de Vincent Duclert: L’avenir de l’histoire, Armand Colin éditions, août 2010

On retrouvera cette présentation sur le blog de Timothée Duverger

http://ziguerie.over-blog.com/article-l-avenir-de-l-histoire-denis-duclert-compte-rendu-de-lecture-65427483.html

Synthèse du débat qui a suivi

L’EHESS où sont Vincent Duclert et Pierre Rosanvallon = école spécifique de l’engagement.

Sur le rôle de l’historien dans la cité:

–        contradiction entre la demande sociale croissante et les moyens donnés;

–        revendication d’un statut de scientifique mais difficultés à être reconnu comme tel…

–        problème: à quoi sert l’histoire? Elle n’a par ailleurs pas nécessairement à être utile dans le présent, mais pourra servir dans l’avenir.

–        crainte: ancrer l’historien dans le présent ne biaise-t-il pas sa recherche scientifique? N’est-ce pas une boîte de Pandore?

–        décrire un pouvoir mobilise des opinions, quelque soit l’époque traitée (antique, médiévale, moderne ou contemporaine);

–        problèmes soulevés par l’historien-citoyen: le temps de parole qui lui est accordé dans les médias est très courts (= piège), il est en situation de soumission par respect vis-à-vis des politiques (ce qui se voit dans l’usage des grands témoins), il court le risque d’être coincé dans les comités scientifiques d’instituts proches de partis politiques.

 

Sur l’histoire du temps présent:

–        problème de la demande d’archives, notamment pour les périodes contemporaines avec les demandes de dérogation;

–        l’histoire mémorielle tend à reconstruire l’histoire;

–        la formation historique actuelle habilite-t-elle à bien comprendre le monde contemporain? Une formation en sociologie, économie, sciences politiques dès la licence ne serait-elle pas plus utile qu’une formation historique sur des périodes lointaines? L’histoire culturelle a ces ouvertures, avec ses dérives…

 

Sur l’histoire politique:

–        l’histoire politique a tendance à être trop étroite, un peu scientiste;

–        la sociologie, le courant porté par P Rosanvallon apportent une ouverture, un renouveau salutaire;

–        problème de la conceptualisation face à l’étude des faits: quel équilibre? S’ouvrir aux autres sciences sociales ne doit pas conduire à perdre son identité;

–        il faut introduire plus de complexité dans la biographie, mieux cerner les psychologies en les mettant en relation avec les contextes, pour éviter la « momification » des personnages dans leurs mythes. Mais un problème est soulevé: mieux expliquer, n’est-ce pas excuser? C’est un risque à prendre!

 

Actualités scientifiques

L’activité scientifique:

–        bon déroulé de la journée sur les écoles de formation le 24 novembre, dont une publication est prévue;

–        colloque « Socialisme et capitalisme » organisé à Paris par la Fondation Jean Jaurès les 14 et 15 janvier;

–        séminaire au centre d’histoire de l’IEP de Paris, coorganisé par Sylvie Guillaume et Jean-François Sirinelli: « Les marges en politique », dont la prochaine séance sur le centrisme se tiendra le 1er février en présence de François Bayrou;

–        publication des journées des élections de 1871 en décembre 2011 dans le revue Parlements;

–        Céline Piot organise un colloque en mai à Neyrac: 2 journées sur les Midis, plutôt axées sur la IIIème République, interdisciplinaires.

–        Séminaire de Jean Garrigues au CHPP de Paris: Les finances et le monde politique.

Il est conseillé aux doctorants de créer/actualiser leurs fiches sur le site du CEMMC (voir avec Corinne Marache, Stéphane Minvielle, Caroline Le Mao).

Le prochain séminaire se tiendra le 10 mars à 17h30 et portera sur le livre de « La fabrique de l’histoire »: à quoi sert l’histoire?, présenté par Delphine Boissarie, pour poursuivre cette réflexion.

 

9 décembre 2009

— Calendrier des activités du groupe pour cette année universitaire 2009-2010 (reprise du séminaire suspendu l’an dernier) – Présentation d’une journée d’études sur la gestion des réseaux sociaux par informatique (proposition de Delphine Dussert-Galina) ;

— Organisation de notre journée d’étude consacrée, comme prévu, aux « Ecoles de formation de l’Ancien Régime à nos jours » (nous bénéficions pour cette opération d’un financement spécifique) ;

— Point sur la publication de La vérité dans tous ses états et questions diverses.

18 décembre 2007

Dans la perspective de la publication des actes de la journée d’étude consacrée au « Mensonge en politique » tenue à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine le mercredi 30 mai 2007, une présentation serait envisagée dans le salon Mollat à Bordeaux ainsi qu’une présentation critique de l’ouvrage par S.Laurent et S.Pacteau de Luze.

De même, une présentation pourrait être faite dans la rubrique « Actualités » de la revue Histoire politique de Sciences po Paris par S.Laurent. Son accord de principe a été donné.

Il est rappelé à l’assistance la démarche commune adoptée à la dernière séance pour l’axe de recherche et de travail de l’Equipe en 2008 et 2009. Le mercredi 11 juin 2008 se tiendra la journée d’étude de l’Equipe sur le thème du « Vrai et du Faux », probablement à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Afin de terminer ce cycle d ereflexion entamé en 2006-2007, il est aussi envisagé d’organiser un colloque (international ? ) à l’horizon 2009.
P.Simon, en guise d’introduction, fait un compte rendu d’une journée à laquelle il a assisté à l’O.U.R.S (Paris) le 10 décembre dernier, consacrée aux « Socialistes et la trahison ». Un débat s’en suit à propos de l’engagement politique, de la fidélité et du cynisme en politique.

La conclusion de cet échange a permis de souligner l’extrême relativité de la notion de « vérité » et du « vrai » selon les époques. De même, à l’épreuve du temps, l’homme politique joue la crédibilité de son action.

La séance se poursuit avec notre reflexion collective autour d’un livre, d’un thème que l’un des membres se charge de présenter ou d’animer. Un calendrier est ainsi mis en place pour les prochaines séances.

– D.Pinsolle propose de faire le compte rendu d’un ouvrage de scientifiques, A.Sokal et J. Bricmont qui a défrayé la chronique lors de sa sortie en 1996 sur les « Impostures intellectuelles » . Cette séance doit nous aider à recadrer notre réflexion dans un sens épistémologique.
– J.F. Viaud se charge d’une mise au point à propos du dialogue médical en France au XVIIIe siècle.
– P. Simon se pencherait sur la notion de propagande en politique.

La prochaine séance est fixée au 29 janvier 2008.