6 novembre 2007

Présents : M.Aubert, M.Boisson, F.Buttay, N.Champ, V.Cadiou, S.Durand, D.Dussert, C.Guillaume, H.Jacquemin, S.Lachaud, D.Pinsolle, C.Rathier, E.Sallée, P.Simon, T.Truel, J.F.Viaud, G.Ziakova,
Excusés : F.Dubasque, O.Girardin,G.Lamarque, F.Perrot,C.Piot,

Nous accueillons deux nouveaux participants :  Hélène Jacquemin, allocatrice-monitrice en histoire moderne et Jean François Viaud, médecin, doctorant en histoire moderne.

1.    Le site du groupe :

–    La table des matières a été réorganisée tout en conservant les rubriques dont nous avions convenues lors de la dernière réunion
–    Les participants qui n’apparaissent pas dans la liste de l’équipe peuvent demander à notre webmaster, Francis Perrot, de les inscrire. Si nécessaire, ils rempliront une fiche CEMMC.
–    Chacun est invité à utiliser le site pour communiquer des informations sur l’actualité historiographique

2.    Publication de la journée d’études sur « le mensonge en politique »

–    Après un état des corrections en cours, il est convenu que les correcteurs établiront une liste des normes de présentation à harmoniser avant d’envoyer les textes à Pierre Simon qui les centralisera. La publication  devrait pouvoir avoir lieu avant la fin de l’année.
–    Nous contacterons Michel Figeac pour envisager la possibilité de présenter la brochure dans les salons  » Mollat ».
–    Le principe d’une présentation à la MSHA est également retenu. Elle prendrait la forme d’une lecture critique, proposée par deux universitaires (Séverine Pacteau et Sébastien Laurent seront contactés ), et qui donnerait lieu à une discussion. Après examen du calendrier du CEMMC, la semaine du 18 au 23 février est celle qui convient le mieux pour organiser cette manifestation.

3.    Actualités

–    Delphine Dussert a participé au colloque « Histoire et actualité de la haine », organisé à Poitiers les 11,12 et 13 octobre dernier ; elle nous en propose un compte-rendu [qui sera] publié sur le site du groupe
–    La prochaine séance du séminaire sur les « dynamiques de l’Etat », organisé par Sandro Landi, Florence Buttay et François-Joseph Ruggiu, aura lieu le lundi 19 novembre à 15h30. La séance inaugurale du mois d’octobre a été, de l’avis de ceux qui ont pu y  assister, particulièrement intéressante et stimulante. Elle fut, entre autres, l’occasion d’une discussion  sur l’historiographie de l’Etat à la période moderne et sur la remise en  cause de la « vulgate » qui nous a été apprise sur ce sujet et que nous enseignons aujourd’hui à nos élèves et étudiants.

4.    Dénomination du groupe

Le groupe ayant manifesté son souhait d’accueillir un nombre croissant de modernistes et d’élargir le champ de ses problématiques, il est proposé de changer sa dénomination qui devient, après accord des participants, : groupe de jeunes chercheurs  » Politique et sociétés ». Cependant, la recherche d’un nom qui permettrait d’identifier le groupe est toujours d’actualité.

5.    Définition de l’axe de recherche

•    Lors de la dernière réunion, la débat avait, en partie, porté sur l’exploitation de la dernière journée d’études. Les animateurs du groupe estiment qu’il ne serait pas pertinent de négliger l’acquis de cette première réflexion, qui a permis, en outre, de donner une certaine audience au groupe. Aussi, ils proposent comme axe de recherche d’élargir la problématique du mensonge autour du thème suivant :  » le vrai et le faux dans les sociétés, de l’époque moderne à aujourd’hui ». Quelques déclinaisons peuvent être envisagées :
–    forme et nature du « vrai et du faux »  ( rumeur,  le bruit  trahison, secret, omission… )
–    le rapport à la vérité ( adhésion/refus, la croyance, la fonction la réception, collective ou individuelle…)
–    comment démêler le vrai du faux : rôle de la justice, de la presse, de l’historien…
–    comment construit-on une vérité ? : la production, la diffusion, la propagande…
Cette énumération n’est naturellement pas exhaustive.
La réflexion devra varier les échelles de temps et d’espace.

•    Lors du débat qui suit cette présentation, les participants se montrent favorables à l’adoption de cette thématique. Néanmoins, une discussion a lieu sur l’intitulé. Certains craignent que la formulation proposée accrédite l’idée que notre intérêt se porte sur la réalité objective, alors que la problématique suggérée est plutôt la place du vrai et du faux dans les sociétés. Finalement, il est décidé de conserver l’intitulé car celui-ci ne préjuge pas des thèmes que nous serons amenés à privilégier en avançant notre réflexion. Alors que chacun envisage comment il compte utiliser ses recherches, quelques idées plus générales sont évoquées :
–    un nécessaire travail sur le vocabulaire
–    des liens à établir avec des chercheurs qui travaillent sur ces questions dans d’autres sciences sociales ou dans le domaine médical.

•    La réunion prochaine, fixée le mardi 18 décembre à 18h, sera consacrée à l’élaboration d’un programme de travail. Chacun doit réfléchir à une bibliographie utile pour nos travaux, et, éventuellement, aux fonds d’archives exploitables. Des réunions plus fréquentes sont envisagées pour le 1er semestre 2008.

•    Le calendrier suivant est proposé :

–    une journée d’études, le mercredi 11 juin, pour faire le point et présenter notre réflexion
–    un colloque en 2009 qui pourrait associer d’autres groupes,  comme celui de Sciences Po Paris.

Nous demanderons l’avis de Sylvie Guillaume, directrice du CEMMC, sur cette question

 

18 septembre 2007

Présents : M.Aubert, N.Champ, V.Cadiou, F.Dubasque, S.Durand, D.Dussert, G.Lamarque F.Perrot, D.Pinsolle, C.Rathier,  P.Simon, T.Truel,

A l’occasion de cette réunion de rentrée, nous accueillons de nouveaux participants :  Mathieu Aubert, Violaine Cadiou, Sébastien Durand et Carole Rathier.

•    Publication de la journée d’études du 30 mai :

Le « comité de lecture »  ( N.Champ, F.Dubasque et C.Piot ) recevra dans les prochains jours les textes des communications pour corrections éventuelles. Les versions définitives devront être prêtes au début du mois de novembre pour envisager une publication à la fin de l’année.

•    Le site :

Grâce au travail estival de Francis Perrot, le site du groupe est désormais en ligne. Notre webmaster nous présente les différentes pages qu’il a préparées. Une discussion s’en suit sur l’organisation des différentes rubriques. Trois points ont retenu l’attention :
–    il sera demandé aux personnes inscrites sur la liste de diffusion du groupe si elles souhaitent apparaître dans la liste des membres que propose le site.
–    Une page  » actualités » pourrait accueillir toutes informations historiographiques ( manifestations, parutions…)
–    Un échange de liens avec les partenaires des membres du groupe doit être envisagé

•    L’élection des représentants des doctorants au conseil scientifique du CEMMC :

La modification des statuts des centres de recherche entraîne l’élection de trois représentants des doctorants au conseil scientifique du CEMMC.
Le groupe, qui n’accueille pas que des doctorants, n’ a pas la prétention de parler au nom de l’ensemble des doctorants du Centre.
Néanmoins, il leur propose de se réunir le mercredi 3 octobre à 15h pour préparer la liste de candidats.

•    L’axe de recherche

Une discussion s’engage sur la définition de l’axe de recherche. Le débat s’articule autour de deux questions :
–    faut-il exploiter la journée du 30 mai ou s’engager dans une nouvelle réflexion ?
–    quel thème pour que les modernistes trouvent pleinement leur place ?
Faute de temps, cette discussion n’aboutit pas à une conclusion ferme et définitive. Plusieurs pistes sont ouvertes, sur lesquelles les membres du groupe sont invités à réfléchir : la réception du mensonge , le vrai et le faux, le mythe, la trahison, la jalousie, l’illusion, le repentir, la parole, le couple.

•    Le calendrier

Les deux prochaines réunions sont fixées :
–    le mardi 6 novembre à 18h
–    le mardi 18 décembre à 18h

•    Florence Buttay participe avec François-Jospeh Ruggiu à la mise en place d’un séminaire, initié par Sandro Landi, et consacré  aux dynamiques de l’Etat de l’époque médiévale à la période contemporaine. Les séances, mensuelles, ont lieu le lundi en fin d’après-midi. Les organisateurs souhaitent créer un lien avec notre groupe. Nous diffuserons sur le site les informations relatives à ce séminaire.

 

21 juin 2007

Présents : N.Champ, H.Chauvin, D.Dussert, F.Perrot, D.Pinsolle, C.Piot, E.Sallée, P.Simon, T.Truel, O.Girardin-Thiebaud.
Excusés : M.Boisson, V.Chatelain-Cadiou, F.Buttay, F.Dubasque, C.Guillaume, G.Lamarque, C.Marache J.Puyaubert, M.Trouvé, G.Ziavoka.

Le groupe accueille deux nouveaux venus : O.Girardin-Thiebaud et Emmanuel Sallée.

Bilan de la journée d’études du 30 mai sur « le mensonge en politique »

Grâce aux soutiens de Christophe Bouneau  qui nous a accueillis à  la MSHA et de Sylvie Guillaume qui nous a apporté l’aide financière de l’IUF, grâce au travail de Marie Boisson et à la participation des professeurs Agostino, Figeac et Mougel,  la journée s’est déroulée dans d’excellentes conditions. Elle a bénéficié d’une assistance qui a largement dépassé le cadre des communicants et présidents de séance. Ses débats ont rencontré des échos très favorables. Ont été particulièrement salués la qualité des communications et l’esprit d’équipe qui animaient les participants. Le bilan est donc très positif et nous encourage à poursuivre sur cette dynamique.

Les versions écrites des communications doivent être transmises le 5 juillet. Elles seront relues par un groupe composé de M.Boisson, N.Champ, F.Dubasque et C.Piot. La publication est prévue pour la fin de l’année 2007. Les modalités de la distribution seront examinées à la rentrée.

Un débat a lieu  sur les modalités d’exploitation de cette journée et l’élaboration de notre programme de recherche. Deux stratégie sont possibles :

– partir du mensonge pour se diriger vers de nouveaux thèmes, comme le mythe, la repentance, la manipulation ou la sincérité

– approfondir notre réflexion sur le mensonge en s’appuyant sur les conclusions de FC Mougel ( jointes à ce compte rendu ) : le thème de la réception du mensonge au centre  des débats de la journée est ici à nouveau évoqué.

Il est proposé aux membres du groupe de réfléchir à la définition d’un axe et d’une problématique de recherche pour la rentrée. La question de l’élargissement du groupe et alors posée, et en particulier, celle de l’association des modernistes. Tous ceux qui sont intéressés par les activités du groupe, mais qui sont gênés par l’adjectif « politique », sont invités à participer à cette réflexion afin d’envisager l’intégration de leurs thèmes de recherche ( l’intitulé du groupe peut très bien évoluer et abandonner la stricte référence à l’histoire politique au profit d’une dénomination plus globale comme « politique et sociétés » )

Calendrier de l’année 2007-2008

Le principe d’une réunion tous les deux mois est reconduit. Un calendrier général est retenu :

–    septembre
–    fin novembre
–    fin janvier
–    fin mars
–    mai-juin

La prochaine journée d’études pourrait avoir lieu en avril, notamment pour permettre aux étudiants de Master d’ y assister : cette question sera examinée en septembre.

Les réunions de l’année prochaine seront organisées en deux temps :

– diffusion de l’information et, éventuellement, comptes-rendus de manifestations

– réflexion autour d’un travail ( publié ou en cours ) dont le thème participe, si possible, à notre problématique de recherche.

Il faudra fixer le jour de la réunion en fonction des disponibilités de chacun. Pour celle de septembre, le mercredi 19 septembre à 17h est proposé ( sous réserves ).

Perspectives

– Les Archives départementales de Dordogne ont manifesté leur souhait de renforcer leur collaboration avec les chercheurs et de créer un lien avec notre groupe. Des contacts similaires semblent possibles à Agen ou à Mont-de-Marsan. Néanmoins, si cette perspective est séduisante, elle est aussi très floue. Nous avons donc retenu le principe d’une rencontre, dont les modalités sont à fixer, afin de mieux comprendre ce qu’attendent de nous les conservateurs départementaux.

– Francois-Charles Mougel et Séverine Pacteau se sont montrés très intéressés par notre journée et sont prêts à solliciter des doctorants de Sciences Po Bordeaux pour les associer à nos travaux.

– François Dubasque, par l’intermédiaire de Christine Manigand, Professeur à l’Université de Poitiers,  est en contact avec Sciences Po Paris et son  groupe de jeunes chercheurs. Une collaboration peut se mettre en place sous la forme, par exemple, d’une participation à notre prochaine journée d’études

– Un atelier informatique se mettra en place, peut-être dés le début du mois de juillet, plus certainement en septembre. Nous allons reprendre contact avec M.Peyronnet qui s’est déclaré prête à nous aider pour travailler sur la cartographie informatique. Des journées peut être également organisées autour de Powerpoint ou Access.

 

15 mars 2007

Présents : M.Boisson, F.Buttay, N.Champ, H.Chauvin, F.Dubasque, G.Lamarque, F.Perrot, D.Pinsolle, J.Puyaubert, , P.Simon, T.Truel, G.Ziavoka
La réunion est consacrée à l’organisation de la journée d’études du 30 mai.

Organisation de la journée

Après discussion, il est décidé que la journée sera divisée en cinq temps :

1. Ouverture
–    accueil par C.Bouneau, directeur de la MSHA
–    introduction par S.Guillaume, directrice du CEMMC
–    présentation du groupe
–    présentation de la problématique de la journée

2. Matinée avec quatre communications de 25 min. chacune et un débat

3. Repas – traiteur sur place, pris en charge pour les communicants et les présidents de séance

4. Après-midi avec la présentation du site du groupe, 6 communications de 25 minutes  et un débat

5. Conclusions

Il a été décidé de proposer les présidences de séances à M.Agostino, pour la matinée, et à M.Figeac, directeur-adjoint du CEMMC pour l’après-midi. F.C.Mougel, professeur à l’IEP de Bordeaux, sera contacté pour préparer les conclusions

Communications :

A partir des différentes propositions, le programme suivant est retenu  (les intitulés correspondent à des thèmes plus ou moins précis et non aux contenus exacts des communications)

  1. C.Piot et T.Truel, Le mensonge dans les crises politiques
  2. F.Perrot, Le général Billot et l’affaire Dreyfus
  3. D.Pinsolle, La rentabilité du mensonge à travers l’exemple du Matin
  4. F.Dubasque, Le mensonge dans les campagnes électorales
  5. J.Puyaubert, Les récits autobiographiques de G.Bonnet
  6. J.J.Gillot, Le discours communiste dans le Périgord des années 1920 aux années 1950
  7. H.Chauvin, L‘exposition « Paris-Moscou 1920-1930 » de 1979
  8. G.Lamarque et P.Simon, François Mitterrand
  9. G.Ziavoka, Le mensonge d’état en République tchèque post-communiste
  10. M.Trouvé, L’affaire Collor au Brésil en 1992 .

Les communicants doivent impérativement proposer le titre exact de leur communication avant le vendredi 30 mars afin de permettre l’élaboration et la diffusion du programme dans les meilleurs délais.

Ils enverront également dans le courant du mois d’avril un résumé d’une dizaine de lignes.

Une nouvelle réunion sera organisée début mai pour faire le point sur la préparation des communications et envisager le format des communications écrites. La date en sera fixée avant les vacances scolaires et universitaires.

 

15 février 2007

Présents : F.Buttay, D.Dussert, N.Champ, H.Chauvin, F.Dubasque, F.Perrot, D.Pinsolle, J.Puyaubert, , P.Simon, T.Truel et Sandro Landi, professeur à l’Université de Bordeaux III

Echanges :

Delphine Dussert présente la conférence de Frédéric Encel sur la géopolitique du Moyen Orient.  Le conférencier est docteur en géopolitique ( il a préparé sa thèse sous la direction d’Yves Lacoste ) et professeur de relations internationales ( prépa ENA et IUT de Rennes ). Auteur de nombreux ouvrages, notamment sur la géopolitique du sionisme ou l’art de la guerre, il est depuis quelques années sollicité par les médias pour jouer le rôle de l’expert sur les questions du Proche et Moyen Orient.

Dans sa conférence, Frédéric Encel décline un état des lieux de la politique internationale au Moyen Orient selon les grandes puissances qui interviennent dans la région : l’Iran, Israël, le Hezbollah et la Syrie, les Etats unis ou l’ONU. Son propos est volontiers provocateur. Il pose ainsi la question de l’existence de l’Iran, qualifie le président iranien d' »halluciné », le gouvernement israélien d' »incompétent » et trouve l’ONU « désespérante ». Personnalité sans aucun doute originale, Frédéric Encel est également très contesté : on lui reproche notamment une vision sécuritaire de ces problèmes et une certaine proximité avec le Likoud.

Cette manifestation, organisée par la communauté juive de Bordeaux, s’est achevée sur un débat autour de la politique étrangère française.

Florence Buttay fait le compte rendu du colloque « élections et pouvoirs politiques au Moyen-Age, XVIe-XVIIe siècles  » organisé par le CREPHE (université Paris XII Val de Marne). La problématique était la pratique et la signification de l’élection avant les Lumières. Des nombreuses et diverses communications, quelques idées peuvent être retenues. D’abord, l’élection est une pratique courante mais qui n’a pas la même signification selon le cadre où elle se pratique. Elle permet la pérennité de l’Eglise, assure la stabilité de l’oligarchie lors de l’élection des échevins ; par contre, l’élection des souverains est associée au désordre. On peut assister à des campagnes électorales, en particulier lors des élections échevinales. Mais il ne s’agit pas de choisir un programme à appliquer. L’élection doit légitimer le meilleur que Dieu choisit à travers le vote des électeurs : elle a donc une valeur rituelle. Et quand cette pratique est abandonnée, elle est souvent regrettée : la monarchie française n’a ainsi jamais renié son caractère électif original. Enfin, une des dernières leçons de ce colloque,  point de départ pour d’autres réflexions, est que l’Eglise n’est pas le modèle de l’élection pour la période moderne.

Quelques informations de manifestations :

–    colloque sur « l’Etat et l’éducation 1808-2008″ organisé par l’université Paris IV-Sorbonne, l’université Charles de Gaulle-Lille 3 et le Service de l’Histoire de l’Education (INRP-ENS) les 11-13 mars 2008 à la Sorbonne (Appel à communications).

–    Journée d’études sur « les campagnes électorales de 1848 à nos jours », organisée par le CHPP au Sénat, le 29 mars 2007 ( programme : www.parlements.org )

–    séminaire mensuel de l’IHTP sur le renouvellement de l’Histoire des partis politiques ( informations sur le site de l’IHTP : www.ihtp.cnrs.fr ; rubrique : activités/séminaires )

–    Colloque annuel de la FHSO à Arcachon les 12 et 13 mai 2007 sur le thème de la fête en Aquitaine (un appel à communications )

 

Réflexion :

Florence Buttay nous parle de  l’ouvrage de Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne ( Presses Universitaires de Rennes, 2006 ). L’auteur est diplômé de l’Institut Universitaire de Florence, et, après trois années au CNRS, a rejoint l’Université de Bordeaux III. Dans son livre, S.Landi discute la conception classique de l’opinion publique proposée par Habermas. Pour cela, il s’appuie d’une part  sur le cas toscan à l’époque de la fin de la République et du début de la monarchie et, d’autre part, sur les discours politiques que l’auteur analyse dans les deux premières parties. Il montre alors qu’au XVIéme siècle, le discours politique intègre l’idée d’une opinion populaire car le gouvernement comprend qu’il doit désormais compter avec cette expression du peuple. On assiste donc à une prise de conscience de la nécessité de gouverner ces opinions d’où la renaissance de la censure, institution de la république romaine, et « nouvelle science des princes » selon l’expression de l’auteur. La troisième partie du livre est consacrée à l’étude de la pratique de cette censure qui institutionnalise la délation et provoque la rupture des solidarités horizontales. Il s’agit d’une censure mixte provenant à la fois du pouvoir civil et du pouvoir religieux. Mais l’interdit religieux décline au XVIIIème siècle qui voit la naissance de l’opinion publique. Celle-ci correspond au jugement d’une opinion éclairée qui s’oppose à celle du peuple, assimilée aux superstitions.

Sandro Landi nous apporte ensuite quelques précisions sur l’esprit qui a présidé à la rédaction de son ouvrage. Celui-ci est tiré de son HDR intitulée « La sagesse du nombre » mais l’éditeur a refusé de reprendre ce titre. Il voulait montrer l’antériorité de la catégorie d »opinion. Selon lui, l’utilisation de l’histoire du livre permet moins bien d’approcher ce concept que l’histoire du discours politique. Pour Habermas, l’opinion publique est rationnel et autonome. Sandro Landi estime que son étude contredit ce paradigme. En effet, la censure participe à la formation de l’espace public ; elle n’est pas une répression mais un mécanisme de formation. D’après lui, Habermas est donc resté prisonnier du modèle de propagande imposé au XVIIIème siècle.

(Dés que le site du groupe sera en ligne, nous diffuserons sur celui-ci les textes des communications avec, éventuellement, une bibliographie complémentaire.)

Recherche :

Les communications et les discussions qui suivirent furent très denses. Aussi, après un rapide tour de table des éventuelles propositions de communications pour la journée d’études du 30 mai, il a été décidé que la prochaine réunion serait entièrement consacrée à la préparation de cette journée. La date en est fixée au jeudi 15 mars à 18H. Une autre réunion sera organisée au début du mois de mai.

 

21 décembre 2006

N’ont pu participer à la réunion et se sont fait excuser:

–    Mathieu Trouvé
–    Sébastien Laurent
–    Sébastien Durand
–    Julien Vasquez
–    Corinne Marache
–    Caroline Le Mao
–    Gwenaël Lamarque
–    Stéphanie Lachaud

Un rapide tour de table permet de présenter les nouveaux venus dans ce groupe ainsi que leurs principaux axes de recherche : Delphine Dussert, Christophe Guillaume, Florence Buttay, Céline Piot, Jean Jacques Gillot.
Selon les modalités fixées lors de la réunion constitutive, la séance se déroule en trois temps successifs : actualités de la recherche et nouveautés, présentation d’un ouvrage et préparation du programme de recherches dans la perspective d’une journée d’études prévue le 30 mai 2007.

Actualités de la recherche

– C. Piot présente un rapide compte rendu sur le colloque organisé par les Amis du Vieux Nérac intitulé « la Charte d’Amiens a 100 ans », organisé à Nérac, lieu de naissance de Victor Griffuelhes, secrétaire général de la CGT en 1906 et rédacteur de la Charte avec Emile Pouget. Ce colloque s’est tenu le samedi 25 et le dimanche 26 Novembre 2006. On a compté 17 participants dont de nombreux universitaires spécialistes de questions syndicales et sociales, de dirigeants syndicaux nationaux et locaux. Ce colloque s’inscrit dans une série de manifestations commémorant le centenaire (comme celle d’Amiens du 21 mars 2006 ou celle de Paris de mai 2006) et participe donc à une relecture historiographique de l’engagement syndical dans le paysage social français d’avant-guerre. Les actes du colloque devraient être très prochainement publiés.

– H. Meyer nous présente, à son tour, la journée d’études sur « la culture de la mémoire collective vis-à-vis d’événements traumatisants » organisée à l’institut Goethe de Bordeaux le 1er décembre 2006. Toutes les communications mettent en perspective le travail d’historiens, de sociologues, de linguistes français et allemands qui ont participé, à parité égale, à cette journée.  L’approche pluridisciplinaire permet de déplacer la question culturelle de la mémoire du champ spatio-temporel d’où elle est née. Les discussions sortent ainsi des questions touchant seulement  la Seconde Guerre mondiale pour s’intéresser à des nouveaux champs peu explorés jusque là comme les Allemands et le colonialisme ou encore Bordeaux et ses mémoires. Ainsi, la mémoire apparaît beaucoup plus plurielle et diverse, autorisant les chercheurs de divers horizons à ouvrir de nouvelles perspectives de travail. Cette idée stimule l’assistance qui réagit sur le concept de mémoire et les champs historiques qui peuvent être dégagés (mémoire individuelle, collective, mémoire globale, mémoires nationales et internationales..). Les actes de cette journée devraient être publiés courant 2007.

– F. Dubasque, enfin, présente les résultats d’une journée d’études consacrée à « l’historiographie du conflit dans tous ses états » (université de Poitiers, 6 décembre 2006). Sous l’autorité du professeur F.Chauvaud, l’approche historique de la conflictualité fait partie des axes de recherche  du groupe GERHICO de l’université de Poitiers. Ces communications s’inscrivent dans la perspective d’une série d’interventions portant une sur le contrôle social, une sur la souffrance sociale, une autre sur la parole politique ou les conflits sous l’Empire. A chaque fois, les réflexions ne se contentent pas d’une approche locale mais aussi nationale et internationale. Les termes nouveaux de conflictualité ou même de conflictuosité provoquent une importante et riche discussion au sein de l’assistance, engageant certains à débattre des termes eux-mêmes, d’autres de l’utilité des concepts dans la recherche historique.

Ce dernier point permet aux participants de donner des informations concernant l’actualité de la recherche en histoire politique sont ensuite échangées.

– un colloque organisé en octobre 2007 par le groupe GERHICO de l’université de Poitiers a pour thème « histoire et actualité de la haine : approches pluridisciplinaires »

– une table ronde devrait être organisée à Bordeaux au mois de juin 2007 sur le thème du renseignement politique et la politisation du renseignement. (responsable. S.Laurent).

– un colloque sur les pratiques électorales avant l’ère démocratique, du Moyen Age au début du XVII° siècle,  est aussi organisé à Créteil les 21-23 novembre 2007.

–  Les Amis du Vieux Nérac organisent un colloque sur le « Lot et Garonne et la guerre » à l’occasion du quatre-vingt dixième anniversaire de l’armistice, en 2008 (appel à communications).

– Un colloque sur le pluralisme religieux est prévu pour les 5 et 6 février 2007 à Paris.

– Les actes du colloque organisé en mars 2005 par la revue socio-linguistique  Linguas , en collaboration avec le TID, sur le thème «  politique linguistique des pays entrant dans l’Union européenne » vont être bientôt publiés.

– Enfin, il convient de souligner tout l’intérêt du colloque « Front populaire, choc et contre-chocs, 1934-1940 » organisé par la fondation Jean Jaurès, le Centre d’histoire sociale du XX° siècle, le Centre de Recherche sur l’action politique en Europe, le CHPP et le centre Georges Chevrier, les 4, 5 et 6 décembre 2006.

Présentation et discussions autour d’un ouvrage :

Y. Deloye, Les voix de Dieu , Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote XIXe-XXe siècle,Paris, Fayard, 2006.

N. Champ nous informe que cet ouvrage est une réponse à l’ouvrage de R. Rémond sur l’histoire de l’anticléricalisme en France. Le c’ur de l’ouvrage est l’histoire du discordat entre les catholiques et l’Etat des années 1870 à 1905. Se basant sur des sources classiques, (AN, archives diocésaines et assomptionnistes), l’auteur s’intéresse aussi à la littérature « prétrophile » comme les lettre pastorales, les mandements et toute la documentation pour un véritable catéchisme électoral. Les résultats ne sont pas négligeables et la question de la domination cléricale en matière d’éducation électorale est le premier des enseignements de cet ouvrage. T.Deloye nous éclaire sur la propagande électorale , le rôle du clergé dans la diffusion de tracts et d’affiches et souligne toute l’importance de la lecture théologique des devoirs électoraux. Mais il néglige aussi la prose des combats électoraux, la série d’ouvrages prescriptifs à l’usage des électeurs, et surtout la comparaison des lettres pastorales ne semble pas toujours très pertinente (différence de conditions locales, structures socio-politiques du clergé local’). De même, l’auteur n’étudie pas la réception de feuilles comme la Semaine religieuse auprès des électeurs catholiques (comme l’a fait M.Lagrée). Il n’y a pas, dans l’ouvrage de Y.Deloye, de carte de la France cléricale. Il n’évoque que la Bretagne et laisse de côté le catholicisme bleu. S’il étudie les rouages des mécanismes électoraux, il ne dit rien sur les conditions d’ingérence électorale du clergé français. De même, les enjeux nationaux sont bien rappelés mais il ne s’attache que très peu à l’influence régionale, voir locale de ce clergé. L’échelon communal n’est presque jamais évoqué. D’ailleurs, il ne cite même pas M.Agulhon et sa République au village. L’auteur néglige la Monarchie de Juillet  alors que beaucoup d’historiens insistent sur cette période de politisation des campagnes et montrent toute l’importance de la loi de 1831. Sur le plan sémantique, il y a quelques expressions malheureuses comme la confusion entre un vicaire et un vicaire général, ou encore l’évocation d’un encadrement féminin du clergé.

L’assistance réagit à la présentation en donnant aussi ses impressions de lecture et le débat s’engage alors autour de cet ouvrage.  Certains regrettent aussi le manque d’intérêt de l’auteur pour les divers vecteurs d’influence de l’Eglise sur les électeurs, mais ce qui retient surtout l’attention des intervenants demeure l’absence des fidèles, même si , grâce à l’ouvrage, nous avons une connaissance plus complète de la propagande cléricale. La longue durée envisagée dans le titre n’est pas bien restituée puisque l’auteur ne consacre qu’un chapitre sur l’entre-deux-guerres. La Fédération Nationale Catholique n’est pas, par exemple, étudiée. De même, il aurait pu prendre en compte les travaux de F. Bensoussan sur les campagnes bretonnes ou ceux récents de G.Cuchet sur les ruraux républicains (le crépuscule du purgatoire) qui sont conservateurs sans être cléricaux.

Orientation de la recherche et organisation de la prochaine réunion

– Proposition de compte-rendu de lecture : F. Buttay propose de faire un compte-rendu de l’ouvrage de S. Landi sur « la naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne » P.U.R, 2006.

– Programme de recherche du Groupe de Jeunes Chercheurs : lors de la précédente réunion, deux axes avaient été définis par l’assemblée : de l’influence en politique, vices et vertus en politique. Une journée d’étude sera organisée avec le soutien du CEMMC et de l’Institut Universitaire de France le mercredi 30 mai 2007. Après discussion et diverses propositions, trois thèmes sont retenus :

– l’opportunisme en politique
– le mensonge
– la morale

Après un vote de toute l’assemblée (16 votants), le thème du mensonge en politique est retenu.

La prochaine séance est fixée au jeudi 15 février 2007 à 18 heures (lieu encore à définir).

La séance est levée à 20h00.

 

19 octobre 2006

Réunion constitutive

Présents :

M. Boisson, N. Champ, H. Chauvin, F. Dubasque, S. Lachaud, S. Laurent, H. Meyer, F. Perrot, J. Puyaubert, P. Simon, T. Truel, G. Ziavoka.

Excusés :

G. Lamarque, C. Le Mao, C. Marache, D. Pinsolle, C. Piot, P. Singarevelou, M. Trouvé.

Après un tour de table où chaque participant se présente en précisant ses domaines de recherche, les objectifs du groupe sont rappelés :

– mettre en place un réseau de jeunes chercheurs et encourager les rencontres entre eux afin de faciliter la circulation de l’information scientifique, la confrontation des expériences, démarches et travaux.

– Créer un atelier de réflexion et de recherches en histoire du politique associant modernistes et contemporanéistes, ouvert sur les autres champs de la recherche historique et les autres sciences humaines, sans négliger les approches et les travaux des écoles historiques étrangères.

Le fonctionnement

Après discussion, l’organisation du groupe est ainsi définie :

– Le principe d’une réunion tous les deux mois est arrêté pour la première année.

Le calendrier suivant est proposé :
– semaine du 18 au 22 décembre 2006
– semaine du 12 au 17 février 2007
– semaine du 2 au 6 avril 2007

Il doit être confronté aux dates des différentes manifestations du CEMMC ( séminaires, colloques…). Les dates des réunions seront fixées à l’occasion de chacune des rencontres afin de tenir compte des obligations des participants. Le créneau horaire retenu est 18h-20h. La première réunion aura lieu le jeudi 21 décembre dans une salle du 3ème étage de l’UFR d’Histoire.

Il a été décidé que chaque séance suivrait un planning identique :

– Un temps d’échanges et d’information sur l’actualité de l’histoire politique (manifestations scientifiques, publications récentes-). Lors de la séance du 21 décembre, Henning Meyer fera un compte-rendu de la journée d’études « histoire et mémoire » organisée par le Goethe Institut (Bordeaux, 1 er décembre). François Dubasque fera le bilan de la journée d’études consacrée à « l’historiographie du conflit dans tous ses états » (université de Poitiers, 6 décembre).

– Un temps de réflexion autour d’une ou deux interventions. Celles-ci prendront des formes variées : note critique sur un ouvrage important, présentation de travaux personnels, de fonds ou de documents d’archives. Elles donneront lieu à un débat . Le 21 décembre, Nicolas Champ animera la discussion autour du livre d’Yves Deloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, L’espace du politique, 2006.

– Un temps de mise au point sur le programme de recherche défini par l’équipe « jeunes chercheurs ».

Le programme de recherche

Deux axes sont proposés :

– l’influence en politique
– vices et vertus en politique (courage, trahison, peur, haine, honnêteté, vérité, mensonge, amitié, l’opportunisme….)

Ces thèmes offrent l’intérêt de croiser les regards et favorisent les jeux d’échelle (locale, nationale, internationale). Plutôt que de devoir choisir une de ces deux propositions, jugées également intéressantes, il a été convenu de retenir les deux axes. Chacun réfléchira, pour la prochaine réunion, à la mise en oeuvre de ces programmes, en liaison avec ses propres recherches.

Une journée d’études, prévue le 30 mai 2007, sera l’occasion de dresser un premier bilan de nos activités dans ce domaine.

Liaison

Cette liaison est assurée par une liste de diffusion.

Nous contacterons les webmasters du site du CEMMC afin d’étudier les possibilités d’y créer un lien où figureront les ordres du jour et comptes rendus des réunions et une présentation des axes de recherche du groupe.

Enfin, une réflexion devra être engagée sur un nom propre à identifier notre équipe « jeunes chercheurs ».

La prochaine réunion est fixée au jeudi 21 décembre à 18 h. Le lieu et l’ordre du jour seront précisés ultérieurement.

 

Sisyphe

Sisyphe est le carnet de recherche de l’équipe des jeunes chercheurs en Histoire moderne et contemporaine,CEMMC, Université Michel de Montaigne Bordeaux III.

http://cemmc.u-bordeaux3.fr/jeuneschercheurs/projet.php

Depuis octobre 2006, des réunions ont rassemblé à intervalle régulier une dizaine de participants. Elles ont été l’occasion d’évoquer l’actualité historiographique à travers des comptes-rendus de manifestations, de discuter autour d’ouvrages récemment parus et de lancer une réflexion commune. Celle-ci a abouti à la journée d’études du 30 mai 2007 consacrée au « mensonge en politique « . Les communications, préparées par des membres de l’équipe, ont proposé des études de cas choisis dans un champ chronologique s’étalant de la fin du XIXème siècle au début du XXIème siècle et s’inscrivant dans des échelles différentes (régionale, nationale et internationale).

Au cours de l’année 2007-2008, c’est le thème de la vérité qui a retenu notre attention, comme prolongement du travail accompli l’année précédente. Il s’est concrétisé par la journée d’études « la vérité dans tous ses états » du 11 juin 2008. Au-delà de cette réflexion sur les « vices et vertus » (le premier volet sur Le mensonge vient d’être publié, le second sur la Vérité également), nos discussions ont porté l’an dernier sur des thèmes variés.

Il nous est donc apparu opportun, afin de dégager de nouvelles problématiques communes, de recentrer les débats sur nos pratiques de chercheurs. La diversité de nos thèmes de recherche rend la confrontation des méthodes et outils employés par chacun d’entre nous particulièrement stimulante.

Depuis la rentrée 2008, nos rencontres ont pris la forme d’un séminaire qui propose un regard croisé sur les archives, sources et nouvelles approches. Ces séances permettent de présenter de nouvelles recherches mais aussi d’échanger avec des chercheurs plus confirmés et des étudiants de Master.
En 2011, nous définissons un nouvel axe de recherche, et le carnet servira de support à cette nouvelle réflexion.