conférence: F.Encel, la géopolitique du Moyen-Orient

13 décembre 2006, notes proposées par Delphine Dussert

Frédéric ENCEL…

Docteur en géopolitique, Directeur de recherche à l’Institut français de géopolitique, Professeur de relations internationales (ESG), et Consultant en risques-pays (travaux confidentiels car réalisés pour le compte du ministère de la Défense ou au profit d’entreprises et d’institutions privées). Enseigne aussi à la Prép-ENA de l’IEP de Rennes. Son maître en géopolitique est Yves LACOSTE (dir. de la collection « Perspectives géopolitiques »).

Auteur prolifique, spécialiste de la géopolitique d’Israël et du Moyen-Orient, de l’islamisme. Personnage médiatique, il a également été confronté à des polémiques concernant son parti pris vis-à-vis de la cause israélienne.

Bibliographie

La thèse de doctorat de Frédéric Encel s’intitule Géopolitique de Jérusalem Représentations, stratégies et perspectives autour d’une cité sanctifiée , sous la direction d’Yves Lacoste, Université de Paris 8-Saint-Denis, 1997, 655 p.

ENCEL F., Géopolitique du sionisme, Stratégies d’Israël , Paris, A. Colin, 2006.

ENCEL F., Comprendre le Proche-Orient, une nécessité pour la République , Bréal, 2005.

ENCEL F., THUAL François, Géopolitique d’Israël, Dictionnaire pour sortir des fantasmes , Paris, Seuil, 2004.

ENCEL F., Géopolitique de l’Apocalypse. La démocratie à l’épreuve de l’islamisme , Paris, Flammarion, 2002.

ENCEL F., L’art de la guerre par l’exemple, Paris, Flammarion, 2000.

La conférence organisée par le CRIF Aquitaine s’est déroulée à l’Athénée municipal. Le public était en grande partie composé de la communauté juive bordelaise. F. Encel a exposé ses idées de manière très enthousiaste, tout en faisant preuve de cynisme et d’humour. Il fût même parfois très provocateur.

Le but premier de cette conférence est de dresser un état des lieux de la politique internationale au Moyen-Orient. Or, dans les relations internationales, il n’y a pas d’absolu : la force prime le droit, et ce malgré l’existence d’outils pondérateurs comme l’Organisation des Nations Unies (ONU), souvent inefficaces.

L’intervenant articule son argumentaire en fonction des principaux acteurs, Etats ou force internationale, présents au Moyen-Orient.

I-    LE NEGATIONNISME IRANIEN

L’Iran existe-t-il ? F. Encel pose d’emblée cette question provocatrice, en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un régime fanatique dogmatique , se référant à la preuve absolue, à  la différence du régime fanatique pragmatique , comme celui de l’Iran sous l’ayatollah Khomeiny.

F. Encel poursuit son discours provocateur : Ahmadinejad est-il un clone ? En effet, ce régime serait une aberration qui cherche à délégitimer une mémoire et une histoire, contre le sionisme israélien.

II-     ISRAËL

Selon F. Encel, le gouvernement actuellement en place est le pire qui ait jamais existé depuis la création de l’Etat en 1948 (trafic d’influence, corruption, etc). Le Président Moshé KATSAV est impliqué dans des affaires de viol et de harcèlement sur plusieurs collaboratrices, ce qui pourrait lui coûter jusqu’à seize ans de prison !

Nous assistons à une conjonction d’incompétences et d’affaires, qui plus est dans un contexte international difficile.

Le parti d’Ehud Olmert (Kadima, centriste) remporte les élections le 28 mars 2006 et celui-ci devient Premier ministre. Le ministère de l’Armée est alors confié à Amir Peretz (incompétent). Le gouvernement israélien n’est pas confié à des généraux.

Lorsqu’Ariel Sharon occupait la fonction de Premier Ministre, un général d’aviation (Shaoul MOFAZ du Likoud) était à la tête de l’Armée, et s’imposait face à l’Iran, qui ne devait pas aller trop loin. (Depuis 1967, prisme déformant : pour/contre Israël et les neutres.)

Puis F. Encel revient sur la guerre au Liban .

Le Hezbollah (en arabe « Parti de Dieu », fondé en juin 1982 : mouvement politique chiite libanais possédant une branche armée qui est à son origine et qui fut créée en réaction à l’invasion israélienne au Liban en 1982 en s’appuyant sur un financement iranien et syrien) frappe fort durant l’été 2006, à commencer par la frappe d’une base militaire le 12 juillet.

La Ligue Arabe, essentiellement sunnite, créée en 1945, s’est réunie à propos d’Israël / Syrie et sur la questions des alawites, branche du chiisme, présente essentiellement en Turquie.

Le Hezbollah serait donc le bras armé de l’Iran, dans sa volonté expansionniste. Ce processus vise au monopole de la violence légitime afin d’asseoir la souveraineté d’un Etat.

Enfin, E. OLMERT a exprimé des buts de guerre irréalisables : les deux soldats retenus en otage ont pris une valeur incroyable. L’enjeu fût de les récupérer, sans quoi Israël n’aurait cessé de frapper.

III-    LE HEZBOLLAH ET  LES RAPPORTS ENTRE L’ISLAM ET L’OCCIDENT

Le chef du Hezbollah est actuellement Hassan NASRALLAH. F. Encel s’interroge sur ce qu’il a gagné.

L’Occident, pétri de racisme, joue à se faire peur avec les 300 millions de personnes de culture arabe. Or, il existe dans le monde environ 1,2 milliards de musulmans qui sont, du même coup, tous réduits à la même chose. L’islam est pluriel, par conséquent peut-on réellement parler de masse arabe ‘

Le Hezbollah veut instrumentaliser la frustration humaine et sociale au Liban. Depuis mai 2000, c’est-à-dire le retrait d’Israël du Sud Liban, le Hezbollah continue à entretenir un conflit de très basse intensité avec l’envoi de quelques katouchas (roquettes). Ils parviennent plus ou moins à  une entente, mais avec un regain de prestige à chaque envoi de katoucha.

Le 12 juillet, le Hezbollah obéit aux Iraniens, et va finalement perdre plus de la moitié de ses soldats. Quant aux Syriens, malgré quelques tentatives pour impressionner Israël, ils sont restés inactifs.

IV-    LES ETATS-UNIS : LA GUERRE EN IRAK

F. Encel s’interroge sur la possibilité d’un renversement actuel de la politique américaine.

Le rapport Becker-Hamilton, au sujet de la présence américaine en Irak, est purement consultatif, et n’a donc pas force de loi. Le Sénat, instrument des Affaires étrangères, va changer. Les deux nouveaux sénateurs démocrates sont bellicistes.

Donald RUMSFELD a été le premier à dire publiquement que les Américains étaient en Irak depuis trop longtemps.

Pour l’Iran, il faut entre de 4 et 8 ans, voire 5 à 10 ans selon les estimations, pour acquérir la force nucléaire. Cela constitue un risque géostratégique, ajouté à la perte de trois alliés pour l’Iran : l’Arabie Saoudite, la Turquie et le Pakistan.

En ce qui concerne l’Arabie Saoudite, elle est liée aux Etats-Unis depuis la signature des accords de Quincy, en 1945, entre Roosevelt et le chef saoudien. C’est pourquoi elle craint la bombe iranienne et la menace de prolifération des armes nucléaires.

V-    L’IRAN

L’Iran est le 3e producteur de gaz naturel, et le 3e producteur de pétrole au monde. L’Etat n’est plus aux mains des mollahs fanatiques pragmatiques, et pourtant les homosexuels sont tués, les femmes lapidées’ Mais le pétrole est toujours une richesse.

Ahmadinejad, au pouvoir depuis un an et demi, est un fasciste sincère. Il possède ce que Weber qualifiait d’ « éthique de conviction », contrairement à l’« éthique de responsabilité ». Il se permet même d’écrire à G. Bush et A. Merkel, ce qui selon F. Encel, prouve qu’il est fou.

Afin de démontrer l’aspect fanatique d’Ahmadinejad, l’intervenant prend quelques exemples, comme lorsque l’an dernier, V. Poutine, seul soutien de l’Iran à l’ONU, lui propose de lui vendre du nucléaire civil en échange de l’enrichissement de l’uranium iranien en Russie. Ahmadinejad présente alors une fin de non-recevoir à Poutine, ce qui apparaît comme un suicide économique pour F. Encel, qui conclue sur ce point que l’équipe gouvernementale iranienne est dangereuse et proliférante. Selon lui, il faut sanctionner l’Iran et mettre en place une force de coercition américaine ou israélienne afin de maintenir une certaine morale en politique.

VI-    LE DOSSIER ISRAELO-PALESTINIEN

Mahmoud Abbas, le numéro deux du Fatah, élu en janvier 2005, a tenu tête au Hamas et a toujours condamné les attentats contre les civils. M. Abbas est passé à l’éthique de responsabilité en renonçant à la Grande Palestine.

E. Olmert a un plan de convergence Sharon/Olmert et va vers une non-guerre.

Cependant la situation reste fragile, comme le 14 février lorsqu’à cause de travaux menés par le gouvernement israélien dans le cadre de fouilles archéologiques (pose de poutres de soutènement pour une rampe menant à la porte des Maghrébins, un des accès à l’esplanade des Mosquées, le 3e lieu saint de l’islam), des incidents violents ont éclaté. En effet, selon le « Waqf », l’organisme chargé de la protection des biens religieux musulmans, les travaux menaçaient les fondations de l’esplanade. Face à la levée de boucliers dans le monde musulman, les travaux pour cette rampe ont été suspendus par les autorités israéliennes mais pas les fouilles.

F. Encel reste convaincu que la Russie joue un rôle dans le conflit  et que seule l’armée russe peut éviter les attentats.

VII-     L’ONU

Son action est assez désespérant, surtout par rapport au Rwanda. La paix au Proche-Orient ne remplit pas les cinq critères nécessaires à la paix franco-allemande, dont l’anéantissement militaire, la présence d’un arbitre « épouvantail commun », les frontières, la sécularisation des deux sociétés.

La paix est possible mais de manière « froide », comme entre Israël et l’Egypte.

Questions du public :

–    Quelle est la politique étrangère française à l’égard d’Israël ?

Le volume d’échanges et la nature des produits échangés depuis 2003 a augmenté. On assiste à un regain des relations commerciales et technologiques (Projet Galiléo). Le niveau de coopération est très élevé, les relations sont bonnes et vont encore s’améliorer.

Il faut toutefois noter le clivage existant entre S. Royal et N. Sarkozy sur les affaires étrangères.

–    Qu’en est-il du rapprochement entre l’Union Européenne et Israël ?

H. Védrine a tenté de suspendre l’accord de libre-échange. Mais actuellement, un basculement est en train de se produire car le Quai d’Orsay ne pèse plus assez avec l’entrée des pays d’Europe de l’Est (Hongrie, Lituanie, Lettonie’) qui sont très attentistes. Par ailleurs, P. Douste-Blazy a commis une grave erreur en disant que « l’Iran jouait un rôle stabilisateur dans la région ». C’est aussi la fin de l’ère Berlusconi, qui était pro-israélien.

F. Encel conclue en insistant sur le fait qu’il ne faut « ni amalgame, ni complaisance ». Le CEVIPOF a mené une enquête sur les trois religions : 85% des chrétiens ne vont pas à l’église et + 80% des musulmans ne vont pas à la mosquée.

D’après les Renseignements Généraux, il existe 200 points chauds en France, de salafistes qui pratiquent le prosélytisme agressif, comme l’imam de Vénitieux.

Il s’agit d’un choc des valeurs et non des civilisations !

Conclusion personnelle :

Cette conférence menée tambour battant aurait certainement gagné en intérêt si F. Encel avait eu un contradicteur. Le débat aurait permis de nuancer certains points de vue très « personnels ».

Personnalité extrêmement dynamique, F. Encel a aussi ses détracteurs qui lui reprochent ses réseaux politiques. Des accusations portent tout d’abord sur ses affinités politiques : il serait le chantre d’Ariel Sharon, le porte-parole du gouvernement israélien en France et même un agent du Mossad ! Par ailleurs, il jouerait sur ses titres académiques pour attester de sa scientificité. Son site internet (http://www.fredericencel.org/) lui permet de contrebalancer cette vision, en se présentant comme un défenseur des valeurs républicaines, de la laïcité et de l’égalité de la femme, et un combattant des totalitarismes, du fascisme et de l’islamisme radical.

Ce qui ressort de cette conférence est certes une complexité inhérente à la politique et à la diplomatie internationale, mais F. Encel sait rendre intelligible et passionnante la situation actuelle au Moyen-Orient, sans omettre de resituer les principales étapes historiques.

Delphine Dussert

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.